Santé et prévention. Pollutions, causes et effets des risques environnementauxLes dangers de l'homéopathie et des alternatives alimentaires

Comment rester en bonne santé et prévenir les risques et ses conséquences sur votre santé et la santé publique. Maladies professionnelles, risques industriels (amiante, pollutions de l'air, les ondes électromagnétiques...), risques de société (stress au travail, surconsommation de médicaments...) et individuels (tabac, alcool...).
pedrodelavega
J'ai posté 500 messages!
J'ai posté 500 messages!
Messages : 597
Inscription : 09/03/13, 21:02
x 14

Re: Les dangers de l'homéopathie et des alternatives alimentaires

Message non lupar pedrodelavega » 11/07/19, 19:04

janic a écrit :D’où l’exemple qui montre qu’on ne peut comparer les technologies de l’aviation et de la marine tant leurs critères respectifs sont éloignés.
Les 2 servent à se déplacer, on peut comparer les performances: vitesse, consommation, autonomie, pollution, etc...

Dans le domaine médicale, on peut évaluer l'efficacité des différentes méthodes de soins. Tant que celles ci n'ont pas été évalué contre placebo, on ne peut pas savoir si elles sont efficaces.

janic a écrit :là au moins ils ne font pas semblant en énonçant clairement que BP veut se débarrasser de toute concurrence aussi faible soit-elle,
Ce n'est pas big pharma qui a demandé le déremboursement. Les industries pharmaceutiques, Boiron, Lehning et Weleda, ont plaidé contre le déremboursement.
0 x

janic
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 7512
Inscription : 29/10/10, 13:27
Localisation : bourgogne
x 132

Re: Les dangers de l'homéopathie et des alternatives alimentaires

Message non lupar janic » 12/07/19, 08:10

janic a écrit : D’où l’exemple qui montre qu’on ne peut comparer les technologies de l’aviation et de la marine tant leurs critères respectifs sont éloignés.
Les 2 servent à se déplacer, on peut comparer les performances: vitesse, consommation, autonomie, pollution, etc...
Tout à fait ! Mais on ne peut comparer que DANS UN MEME DOMAINE les performances, lesquelles ne peuvent être comparées à celle d’un autre domaine sans tomber dans le ridicule. Donc que les moyens utilisés en A soient valables pour entre eux, personne ne le conteste, mais aucunement avec d’autres modes de soins comme l’H et autres médecines alternatives.
Dans le domaine médicale, on peut évaluer l'efficacité des différentes méthodes de soins.
Toujours exact comme on peut évaluer la maniabilité d’un avion en vol qui utilise des outils qui ne sont pas les mêmes que ceux utilisés en marine malgré certains éléments communs comme des moteurs, du matériel électrique, des hélices, des gouvernails. Donc les protocoles utilisés dans une spécialité ne sont pas applicables à d’autres. Or l’A veut appliquer SES protocoles à tout le reste.
Tant que celles ci n'ont pas été évalué contre placebo, on ne peut pas savoir si elles sont efficaces.
Et comment évalues-tu l’hypnose, l’ostéopathie, la phytothérapie et autres à TES placebos ? L’efficacité ne se mesure QUE sur les malades par comparaison entre avant et après un traitement (ce que fait l’A elle-même en phase IV) et donc sans placebos.
janic a écrit :là au moins ils ne font pas semblant en énonçant clairement que BP veut se débarrasser de toute concurrence aussi faible soit-elle,
Ce n'est pas big pharma qui a demandé le déremboursement.
Effectivement ! Ce n’est pas directement le cas et le déremboursement ce n’est qu’un arbre pour cacher la forêt et déremboursé ou pas, les utilisateurs de l’H continueront cette pratique comme avant qu’elle le soit. Alors que la réalité c’est sa volonté d’empêcher l’enseignement de l’H pour les médecins et donc classifier cette H comme une pratique de charlatans non diplômés. C’est ce que BP, influençant le politique, les universités qui utilisent leurs subsides, a tenté de faire, presqu’avec succès, en Amérique; mais c’était oublier que les américains et surtout les américaines ne se laissent pas impressionner par les puissances d’argent et leur impact sur le politique.
Enfin et surtout, la France n’est pas le nombril du monde et c’est donc mondialement qu’il faut constater la croissance continue de l’H comme on voit le même phénomène avec la croissance du bio qui sont deux aspects importants de la prise de conscience des populations pour leur véritable santé.
Car quoi qu’en pensent les industriels, ce sont les mamans qui sont aux manettes de la santé de leur famille et qui mesurent et constatent la différence entre le « placebo » supposé de l’H et les poisons chimiques qui maintiennent leurs gosses sous dépendance de cette industrie.
Les industries pharmaceutiques, Boiron, Lehning et Weleda, ont plaidé contre le déremboursement.

Et on recommence à la case départ ! Ce que désigne ce sigle BP, c’est le BIG pas le LITTLE pharma, sinon c’est comparer le terme pharma uniquement sans tenir compte de sa dimension (rapport de 2000/1) or les industries de BP ne vont surtout pas soutenir leurs concurrents quant on dérembourse certains de leurs produits.[*]

https://journals.openedition.org/transc ... 4#tocto1n4
Mais le développement de l’homéopathie en Inde constitue un phénomène beaucoup plus complexe que nous n’avons pu le montrer ici. Il témoigne incontestablement du dynamisme d’un système de santé dans lequel la biomédecine ne jouit pas du monopole de la reconnaissance officielle, et où d’autres médecines savantes ont pu trouver leur place. Si l’Inde mérite son titre de « capitale mondiale de l’homéopathie », ce n’est pas seulement en raison du nombre de praticiens, de patients et d’institutions de formation et de soins recensés. C’est aussi en grande partie parce que l’essor de l’homéopathie en Inde s’est accompagné d’un développement considérable de la recherche homéopathique proprement dite grâce à un soutien important de l’État indien, soutien qui a créé une situation unique de développement pour cette médecine.

[*] il est intéressant de voir que Boiron utilise le même chantage à l'emploi que ses opposants et que les politiques locaux(pro ou anti H) soutiennent effectivement.
0 x
« On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres: mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison » Henri Poincaré
"je pense aussi que les lobbies ont crus que comme chez nous, ils pouvaient imposer leurs lois, mais quand on pousse des hommes dans leurs retranchements, ils ne vont plus respecter les règles établies qu'elles le soient par un gouvernement, ou des groupes industriels" Moindreffort
Avatar de l’utilisateur
Exnihiloest
Grand Econologue
Grand Econologue
Messages : 1317
Inscription : 21/04/15, 17:57
x 70

Re: Les dangers de l'homéopathie et des alternatives alimentaires

Message non lupar Exnihiloest » 12/07/19, 20:54

janic a écrit :
Je profite en passant d'exprimer toute ma satisfaction du déremboursement total de l'homéopathie.
Pour une fois qu'une mesure va à l'encontre de l'obscurantisme ambiant, on ne va pas bouder notre plaisir.
pour ce qu'il en est de l'obscurantisme, tu dois te sentir visé en premier lieu, alors! :evil:

Très bien pensé, comme d'habitude. Quelle perspicacité ! On n'a pas vu mieux depuis l'Eglise catholique pourfendant l'héliocentrisme de Galilée. Mais comment fais-tu pour être de tous les combats d'arrière-garde ? Un voeux ? Un sacerdoce ? Un métier bien rénuméré ? Le besoin de se vider l'esprit ?
0 x
janic
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 7512
Inscription : 29/10/10, 13:27
Localisation : bourgogne
x 132

Re: Les dangers de l'homéopathie et des alternatives alimentaires

Message non lupar janic » 13/07/19, 08:12

janic a écrit :
Je profite en passant d'exprimer toute ma satisfaction du déremboursement total de l'homéopathie.
Pour une fois qu'une mesure va à l'encontre de l'obscurantisme ambiant, on ne va pas bouder notre plaisir.

pour ce qu'il en est de l'obscurantisme, tu dois te sentir visé en premier lieu, alors!
Très bien pensé, comme d'habitude. Quelle perspicacité !
Ce qui n’est évidemment pas ton cas à en juger par le nombre d’âneries à répétition que tu écris ici.
On n'a pas vu mieux depuis l'Eglise catholique pourfendant l'héliocentrisme de Galilée. Mais comment fais-tu pour être de tous les combats d'arrière-garde ? Un voeux ? Un sacerdoce ? Un métier bien rénuméré ? Le besoin de se vider l'esprit ?
Ce serait le cas si je t’imitais, ce qu’il vaut mieux éviter à tout prix. :evil:
Pour l’église catholique : pourquoi persistes-tu alors, toi et tes copains, à reproduire ce que tu sembles détester : totalitarisme de la pensée, prétention au monopole « scientifique » comme elle se prétend détenir un monopole « spirituel », pourchassement des hérétiques du politiquement correct, mensonges en séries, utilisation de la crédulité des foules/moutons pour imposer votre business très, très lucratif, etc… :frown:
0 x
« On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres: mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison » Henri Poincaré
"je pense aussi que les lobbies ont crus que comme chez nous, ils pouvaient imposer leurs lois, mais quand on pousse des hommes dans leurs retranchements, ils ne vont plus respecter les règles établies qu'elles le soient par un gouvernement, ou des groupes industriels" Moindreffort
Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 7709
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 626

Re: Les dangers de l'homéopathie et des alternatives alimentaires

Message non lupar Ahmed » 13/07/19, 10:28

L'exemple du procès de Galilée est contre productif ici, mais témoigne d'un solide mépris pour les faits historiques au profit d'images d’Épinal...

Ce qui était reproché (avec une grande modération!) à Galilée n'était pas son opinion* concernant l'héliocentrisme copernicien, mais le fait de s'entêter à l'enseigner comme une vérité alors que la démonstration de cette théorie n'avait pas encore été faite. L'Eglise n'aurait pas bronché s'il avait accepter provisoirement de présenter ça comme une hypothèse ou s'il avait réussi à apporter les preuves ad hoc. Celui qui instruisit ses deux procès, le cardinal Bellarmin, était très intéressé par les sciences et ne les voyait pas comme une menace pour la foi catholique. Il ne s'agit d'ailleurs d'une querelle théologique comme on tente souvent de présenter les choses,mais d'une manifestation du pouvoir clérical.

* Il est amusant de noter que Galilée s'opposa d'abord à la thèse héliocentrique avant de changer diamétralement d'avis...
1 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."

pedrodelavega
J'ai posté 500 messages!
J'ai posté 500 messages!
Messages : 597
Inscription : 09/03/13, 21:02
x 14

Re: Les dangers de l'homéopathie et des alternatives alimentaires

Message non lupar pedrodelavega » 13/07/19, 12:24

janic a écrit :Tout à fait ! Mais on ne peut comparer que DANS UN MEME DOMAINE les performances,
On est bien dans le même domaine.

janic a écrit :Et comment évalues-tu l’hypnose, l’ostéopathie, la phytothérapie et autres à TES placebos ?

Ostéopathie:
https://www.inserm.fr/sites/default/fil ... e_2012.pdf

Phytothérapie:
https://www.journal-therapie.org/articl ... HKama.html

Acupuncture :
https://lecerveau.mcgill.ca/flash/capsu ... leu08.html

Chirurgie:
https://www.science-et-vie.com/archives ... cace-22461

Magnétiseur:
http://zetetique.canalblog.com/archives ... 22272.html

Vaccination:
https://www.apmnews.com/freestory/0/267 ... -de-70-ans


janic a écrit :L’efficacité ne se mesure QUE sur les malades par comparaison entre avant et après un traitement (ce que fait l’A elle-même en phase IV) et donc sans placebos.
L’efficacité ne se mesure QUE par des essais cliniques contrôlés (Phase 2 et 3 notamment).

janic a écrit :Car quoi qu’en pensent les industriels, ce sont les mamans qui sont aux manettes de la santé de leur famille
Et les papas ??? :lol: :lol: :lol: :lol: :lol:

janic a écrit :[*] il est intéressant de voir que Boiron utilise le même chantage à l'emploi que ses opposants
...Faute d’arguments sur l'efficacité...
0 x
janic
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 7512
Inscription : 29/10/10, 13:27
Localisation : bourgogne
x 132

Re: Les dangers de l'homéopathie et des alternatives alimentaires

Message non lupar janic » 13/07/19, 12:30

* Il est amusant de noter que Galilée s'opposa d'abord à la thèse héliocentrique avant de changer diamétralement d'avis...

Lequel faisait la même erreur que précédemment en considérant le soleil comme centre de l’univers, lors même qu’il ne s’agit que du système solaire. Mais il faut à chaque fois ramener ces discours aux moyens techniques à disposition. Newton n’a pas eut plus de crédit avec sa théorie sur la gravitation qui ne fut confirmée que plus tardivement et il en sera toujours ainsi dans tous les domaines de la connaissance.
0 x
« On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres: mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison » Henri Poincaré
"je pense aussi que les lobbies ont crus que comme chez nous, ils pouvaient imposer leurs lois, mais quand on pousse des hommes dans leurs retranchements, ils ne vont plus respecter les règles établies qu'elles le soient par un gouvernement, ou des groupes industriels" Moindreffort
janic
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 7512
Inscription : 29/10/10, 13:27
Localisation : bourgogne
x 132

Re: Les dangers de l'homéopathie et des alternatives alimentaires

Message non lupar janic » 13/07/19, 17:41

janic a écrit :Tout à fait ! Mais on ne peut comparer que DANS UN MEME DOMAINE les performances,

On est bien dans le même domaine.
On est dans le domaine de la santé comme l’aviation et la marine le sont dans le domaine de la mécanique liée au déplacement, sans plus, ce n’est pas pour demain que l’on enverra un porte avion dans l’espace.
janic a écrit :Et comment évalues-tu l’hypnose, l’ostéopathie, la phytothérapie et autres à TES placebos ?

Ostéopathie:
https://www.inserm.fr/sites/default/fil ... e_2012.pdf
Hormis celui-ci, plutôt intéressant, mais que tu n’as probablement pas lu jusqu’au bout, le reste c’est plutôt creux, d'une pauvreté navrante !
janic a écrit :L’efficacité ne se mesure QUE sur les malades par comparaison entre avant et après un traitement (ce que fait l’A elle-même en phase IV) et donc sans placebos.
L’efficacité ne se mesure QUE par des essais cliniques contrôlés (Phase 2 et 3 notamment).
Le dossier d’AMM comporte plusieurs parties dont la structure est harmonisée au niveau international pour faciliter la compilation des données et leur évaluation par les autorités :

La partie Qualité renseigne tous les aspects liés à la fabrication industrielle du médicament : principalement la production des matières premières, du produit fini, et les procédures de contrôle mises en place pour garantir une parfaite reproductibilité du procédé de fabrication.
La partie Sécurité compile les études conduites lors du développement préclinique, c’est à dire les données de comportement in vivo dans l’organisme non humain du médicament : pharmacologie, toxicologie et pharmacocinétique principalement.
La partie Efficacité correspond à l’ensemble des résultats des études cliniques, menées sur l’Homme sain et ou malade, qui permettent de définir les conditions exactes de l’utilisation du médicament et d’établir le rapport bénéfice / risque qui doit être favorable en vue de son utilisation commerciale.

Les essais 2 et 3 sont des mesures de toxicité, seule la phase 3 commence à en mesurer l’efficacité relative, puisque ce n’est qu’en phase IV que vont en être réellement mesurés les effets (bénéfice /risque) sur la population entière(les vrais cobayes!). Relis les protocoles en question.-

https://www.france-acouphenes.org/index ... -au-marche
Phase 2 (étude de l’efficacité)

La phase 2a a lieu sur des volontaires sains tandis que la phase 2b s’effectue sur des patients modérément atteints par la pathologie cible du médicament candidat. L’administration demeure de courte durée et les critères d’évaluation sont plus physiopathologiques que thérapeutiques. Cette phase 2 permet de préciser les connaissances de pharmacocinétique et le métabolisme du produit, de recenser ses propriétés pharmacologiques, d’établir les courbes de relation entre sa concentration et les effets obtenus, de préciser la dose optimale pour laquelle l’effet thérapeutique est le meilleur pour le moins d’effets secondaires entraînés.

- Phase 3 (essai comparatif)

L’efficacité et la sécurité du médicament à l’étude sont étudiées au cours d’un classique essai clinique contrôlé en comparaison avec un traitement de référence reconnu efficace dans la maladie en question ou avec un placebo, sur un grand groupe de malades (plusieurs centaines à plusieurs milliers de patients). Si le médicament traverse avec succès ces différentes phases, il est éligible pour l’accession au marché. Pour ce faire, il faut ensuite suivre toute une procédure administrative.

janic a écrit :Car quoi qu’en pensent les industriels, ce sont les mamans qui sont aux manettes de la santé de leur famille

Et les papas ???
Très peu ! mais cela les inclus en tant que parents, évidemment ! Mais j'ai rarement connu, parmi tous mes collègues de travail, les hommes s'occupant de cette partie là. Il suffit de voir les cabinets médicaux lors des séances de vaccinations où les messieurs sont généralement absents: Peur des piqures, traumatisme de l'enfance?
janic a écrit :[*] il est intéressant de voir que Boiron utilise le même chantage à l'emploi que ses opposants
...Faute d’arguments sur l'efficacité...
Lorsqu’un industriel utilise le chantage à l’emploi, il n’est jamais question d’efficacité des process industriels, mais de sa dimension économique uniquement: Boiron ou autres. Tu n'as pas de meilleurs arguments bidons? :?
0 x
« On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres: mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison » Henri Poincaré
"je pense aussi que les lobbies ont crus que comme chez nous, ils pouvaient imposer leurs lois, mais quand on pousse des hommes dans leurs retranchements, ils ne vont plus respecter les règles établies qu'elles le soient par un gouvernement, ou des groupes industriels" Moindreffort
pedrodelavega
J'ai posté 500 messages!
J'ai posté 500 messages!
Messages : 597
Inscription : 09/03/13, 21:02
x 14

Re: Les dangers de l'homéopathie et des alternatives alimentaires

Message non lupar pedrodelavega » 14/07/19, 22:44

janic a écrit :On est dans le domaine de la santé comme l’aviation et la marine le sont dans le domaine de la mécanique liée au déplacement, sans plus, ce n’est pas pour demain que l’on enverra un porte avion dans l’espace.
Par contre on peut les comparer. Exemple: je dois me rendre au plus vite de France aux USA. Quel sera le moyen de déplacement le plus rapide (avion ou bateau)?

janic a écrit :Hormis celui-ci, plutôt intéressant, mais que tu n’as probablement pas lu jusqu’au bout, le reste c’est plutôt creux, d'une pauvreté navrante !
C'est à dire?

janic a écrit :Les essais 2 et 3 sont des mesures de toxicité, seule la phase 3 commence à en mesurer l’efficacité relative, puisque ce n’est qu’en phase IV que vont en être réellement mesurés les effets (bénéfice /risque) sur la population entière(les vrais cobayes!). Relis les protocoles en question.-
Fait! C'est très clair:
https://fr.wikipedia.org/wiki/Essai_clinique#Phases
Phase II
La phase II ou étude pilote consiste à déterminer la dose optimale du médicament et ses éventuels effets indésirables. Population éligible : malades (souvent moins de 500). Elle est subdivisée en deux phases : les phases IIa et IIb.
La phase IIa estime l’efficacité de la molécule sur un nombre limité (de 100 à 200) de malades, alors que la phase IIb détermine la dose thérapeutique de la molécule sur une plus grande échelle (de 100 à plus de 300 malades).
Phase III
La phase III ou « étude pivot » est l'étude comparative d'efficacité proprement dite. Elle compare le traitement soit à un placebo, soit à un traitement de référence. Les groupes sont de taille importante, souvent plusieurs milliers de participants. Il s'agit de programmes extrêmement onéreux[réf. nécessaire], dont le financement peut être public ou privé (compagnies pharmaceutiques). Compte tenu des enjeux financiers, certaines dérives éthiques ont été dénoncées25.
Phase IV
La phase IV (ou post-marketing) est le suivi à long terme d'un traitement alors que le traitement est autorisé sur le marché. Elle doit permettre de dépister des effets secondaires rares ou des complications tardives26. Cette phase est à la charge des laboratoires.

https://www.e-cancer.fr/Comprendre-prev ... -cliniques
Les essais de Phase II évaluent l'efficacité d'un traitement. Ils nécessitent en général l'inclusion de 40 à 80 malades.
Les essais de Phase III sont des essais comparatifs. Ils permettent de comparer le nouveau traitement avec le traitement utilisé habituellement, dit « traitement de référence » ou « traitement standard » Deux groupes de patients sont constitués par tirage au sort (randomisation), ce qui permet de constituer des groupes homogènes et comparables (âge, sexe, caractéristiques de la maladie, …) : l'un recevra le traitement de référence, l'autre le nouveau traitement. Ce n'est donc pas le médecin qui décide de l'attribution de l'un ou l'autre des traitements à son patient.
Quand le médicament est commercialisé, il fait encore l'objet d'une surveillance étroite appelée pharmacovigilance. Ainsi, tout signe anormal inattendu dû à son administration fait l'objet d'une déclaration à l'Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé (AFSSAPS). C'est ce qu'on appelle les essais de Phase IV.

https://www.afm-telethon.fr/quatre-phas ... nique-1753
Essai de phase II : le produit a-t-il un effet bénéfique ?
L’essai de phase II est mené sur un petit groupe homogène de volontaires atteints de la maladie ciblée.
L’objectif est d'étudier l'efficacité du produit, d’approfondir les connaissances sur sa tolérance et de rechercher la plus petite dose efficace pour déterminer la dose optimale pour l’essai de phase suivante (phase III).
Essai de phase III : le produit a-t-il un effet thérapeutique sur un plus grand effectif ?
L’essai de phase III se fait sur une grande population de volontaires atteints de la maladie ciblée.
L’objectif est de confirmer la tolérance (en surveillant l'apparition d'éventuels effets secondaires qui seraient passés inaperçus lors des phases précédentes) et l’efficacité du candidat médicament (en comparant son efficacité à celle d’un placebo ou d’un traitement existant).
Le but est de déterminer dans quelles conditions d'utilisation le produit est le plus efficace.
Ce n’est que si l'analyse statistique des données recueillies a pu démontrer l’efficacité du candidat médicament, qu’un dossier de demande d'Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) est constitué auprès de l’agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM).



janic a écrit :Lorsqu’un industriel utilise le chantage à l’emploi, il n’est jamais question d’efficacité des process industriels,
Pourquoi pas; Ils peuvent utiliser plusieurs arguments pour défendre leur business.
0 x
janic
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 7512
Inscription : 29/10/10, 13:27
Localisation : bourgogne
x 132

Re: Les dangers de l'homéopathie et des alternatives alimentaires

Message non lupar janic » 15/07/19, 09:24

janic a écrit :On est dans le domaine de la santé comme l’aviation et la marine le sont dans le domaine de la mécanique liée au déplacement, sans plus, ce n’est pas pour demain que l’on enverra un porte avion dans l’espace.
Par contre on peut les comparer. Exemple: je dois me rendre au plus vite de France aux USA. Quel sera le moyen de déplacement le plus rapide (avion ou bateau)?
Donc comme on peut comparer la vitesse de guérison entre les traitements A et H !
Ou bien comparer les profondeurs que peuvent atteindre les avions comparés aux sous marins. (malheureusement certains avions gagnent sur ce terrain, mais avec tous ses passagers morts)
janic a écrit :Hormis celui-ci, plutôt intéressant, mais que tu n’as probablement pas lu jusqu’au bout, le reste c’est plutôt creux, d'une pauvreté navrante !

C'est à dire?
Que les sites indiqués sont d’une pauvreté d’indications navrante.
janic a écrit :Les essais 2 et 3 sont des mesures de toxicité, seule la phase 3 commence à en mesurer l’efficacité relative, puisque ce n’est qu’en phase IV que vont en être réellement mesurés les effets (bénéfice /risque) sur la population entière(les vrais cobayes!). Relis les protocoles en question.-
Fait! C'est très clair:
Un clair obscur alors!
Belles citations, mais incomplètes puisque n’indiquant pas les essais de toxicité faits sur des biens portants PAYES pour ça!(souvent des étudiants ayant besoin d’argent ou des chômeurs, alors qu’il y a des tas de chercheurs en bonne santé qui ne demanderaient qu’à servir de cobayes en vérifiant, sur eux-mêmes, leurs produits.)
Ah, ils ont peur d’être empoisonnés, eux !
.Mais pas d’analyse de celles-ci en dehors du discours venant des laboratoires qui seuls font les essais et en tirent les conclusions que ni l’ANSM, ni aucune autorité d’Etat n’en vérifient la véracité puisque non équipés pour le faire. Cela s’appelle être juge et partie, y compris pour Boiron et autres.
Maintenant et c’est le fond du sujet qu’en est-il de ces protocoles concernant l’H ?
Seuls les essais dit de toxicité restent communs et donc, officiellement, aucun toxicité n’est reconnue pour l’H à condition d’être au mini une dilution au 10.000° soit une reconnaissance, officielle, d’une possible action car on est très loin du nombre d’Avogadro.(6x10 puissance 23), si souvent reproché.
Ensuite, même si certaines pratiques H le font (en opposition au principe même de l’H) les traitements sont individuels et ne peuvent s’appliquer à des groupes ciblés quels qu’en soient le nombre en essais randomisés. D’où l’impossible comparaison entre les protocoles que veut imposer BP via les gouvernements et ceux de l’H ou d’autres thérapies d’ailleurs.[*]
Seule la phase IV est commune aussi, c'est-à-dire dans les populations malades dont les effets peuvent être mesurés sur l’efficacité thérapeutique et encore la toxicité.
Quant à la pharmacovigilance elle en recense à peine 10% selon elle-même.
janic a écrit :Lorsqu’un industriel utilise le chantage à l’emploi, il n’est jamais question d’efficacité des process industriels,
Pourquoi pas; Ils peuvent utiliser plusieurs arguments pour défendre leur business.
Trouve un seul industriel,( tu ne dois pas travailler dans ces secteurs alors), utilisant l’argument d’efficacité de process, pour le chantage à l’emploi. Par exemple un grand constructeur d’automobile ne va jamais critiquer ses propres fabrications (laissant cet aspect à ses concurrents) comme cause de licenciement.

[*] une petite nuance cependant! Lorsque un groupe présente les mêmes caractéristiques, le similinum, un même produit peut alors être appliqué à celui-ci comme l'ont démontré les résultats sur le choléra, en Amérique et récemment en Haïti et déjà cité.
https://planete-homeopathie.org/homeopathie-et-cholera/

http://www.homeopathe.org/Docupdf/veratrum.pdf

En 1854 épidémie à Gênes Benoît MURE (1809-1858) traite huit cent soixante quatorze malades atteints de choléra,il en perd soixante quatorze.Il fait publier le nom des malades guéris dans les journaux, ce qui le fait expulser de la ville où dit-on la population défila en criant l’homéopathie ou la mort
Constantin Hering (1809-1880) Le choléra sévit à Saint Petersbourg en 1866 Au cours de cette épidémie un hôpital provisoire fut confié au Dr Hering
dans un quartier populeux. Il avait 10 lits qui ne désemplissaient pas. En 8 semaines Hering n’eut à déplorer la perte d’un malade arrivé moribond contre une mortalité de 30% dons les autres établissements. Stupeur et désarroi quand on apprit qu’Hering avait utilisé des remèdes homéo
principalement Veratrum album (bibliothèque homéopathique 1870 tome III page 208,Baillière editeur Paris)


https://grotius.fr/l%E2%80%99homeopathi ... Swn0_kzbIU
en quoi l’homéopathie peut-elle être humanitaire ?

Jean-François Masson : L’homéopathie est peut-être une médecine douce – appellation qui ne me plait guère – mais ce n’est certainement pas une médecine molle, ni une médecine lente. Premièrement et contrairement aux idées reçues, l’homéopathie est une médecine ultrarapide en aiguë, beaucoup plus qu’un médicament chimique. C’est ce qui m’a convaincu au début de ma carrière de poursuivre dans cette voie. Elle peut guérir en urgence des vomissements et des diarrhées aiguës, des otites, angines, pneumopathie et fièvres. Elle est efficace dans le traitement de plusieurs pathologies tropicales – diarrhées, parasitose… Deuxièmement, sur les pathologies communes – otite, bronchite, gastro-entérite etc. – l’homéopathie est aussi efficace en France qu’en Afrique. Il y a six millions d’enfants qui meurent dans le monde de mort « évitable ». Cela signifie qu’ils sont victimes de maladies qui pourraient être soignées. Ils y succombent car les antibiotiques sont indisponibles ou contrefaits, et le terrain très affaibli. Si on apprend aux gens sur place à réagir rapidement en cas de bronchite, d’otite, ou de diarrhée, cela constitue une avancée importante. Troisièmement, l’homéopathie consiste aussi à tonifier le terrain du patient, et contribue à la diminution de la fréquence des poussées d’hépatite virale par exemple.


http://sphq.org/histoire/
etc...
0 x
« On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres: mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison » Henri Poincaré
"je pense aussi que les lobbies ont crus que comme chez nous, ils pouvaient imposer leurs lois, mais quand on pousse des hommes dans leurs retranchements, ils ne vont plus respecter les règles établies qu'elles le soient par un gouvernement, ou des groupes industriels" Moindreffort


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Santé et prévention. Pollutions, causes et effets des risques environnementaux »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités