Santé et prévention. Pollutions, causes et effets des risques environnementauxLes avancées de la lutte contre le coronavirus

Comment rester en bonne santé et prévenir les risques et ses conséquences sur votre santé et la santé publique. Maladies professionnelles, risques industriels (amiante, pollutions de l'air, les ondes électromagnétiques...), risques de société (stress au travail, surconsommation de médicaments...) et individuels (tabac, alcool...).
Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 53614
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 1431

Re: Les avancées de la lutte contre le coronavirus

Message non lupar Christophe » 19/07/20, 15:05

Bin Raoult l'a fait non ? :mrgreen:
0 x

Avatar de l’utilisateur
Obamot
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 12100
Inscription : 22/08/09, 22:38
Localisation : regio genevesis
x 361

Re: Les avancées de la lutte contre le coronavirus

Message non lupar Obamot » 19/07/20, 15:12

Je ne savais pas que le Pr Raoult avait fait quelque chose d’autre pour “développer une immunité adéquate chez les gens / patients afin de les faire résister aux virus de façon adéquate .” Je l’ignorais. Je n’ai pas lu les mille livres (et plus) qu’il a publié.

Mais en effet, j’admets qu’il a traité/ guéri beaucoup mieux et plus qu’ailleurs.
0 x
« le sommeil de la raison engendre des monstres » (Goya). «L'important n'est point le chemin vers le bonheur, l'important c'est le chemin »Lao Tseu
Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 53614
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 1431

Re: Les avancées de la lutte contre le coronavirus

Message non lupar Christophe » 19/07/20, 15:15

Que l’immunité soit dopée par une molécule s'attaquant à l'agent pathogène ou par une méthode auto-immune naturelle...in fine c'est pareil vis à vis des résultats non ?
0 x
Avatar de l’utilisateur
Obamot
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 12100
Inscription : 22/08/09, 22:38
Localisation : regio genevesis
x 361

Re: Les avancées de la lutte contre le coronavirus

Message non lupar Obamot » 19/07/20, 15:35

J’ai fait gaffe, j’ai pas parlé d’immunité “dopée” mais adéquate.

De toutes les façons ça aurait peu de chances de marcher, les gens savent que fumer ou boire de l’alcool est mauvais, c’est pas pour ça que tous arrêtent... Donc savoir faire appliquer est plus important que ce que tu veux faire appliquer.
Dans un hôpital ont te de donne des pastilles par le personnel des soins infirmiers (ou même dans le goutte à goutte) et tas pas trop le choix ni ne peut oublier... Alors que dans les supermarchés, les gens pensent qu’ils peuvent tout acheter sans danger et consommer...
0 x
« le sommeil de la raison engendre des monstres » (Goya). «L'important n'est point le chemin vers le bonheur, l'important c'est le chemin »Lao Tseu
Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 53614
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 1431

Re: Les avancées de la lutte contre le coronavirus

Message non lupar Christophe » 27/07/20, 15:21

0 x

Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 53614
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 1431

Re: Les avancées de la lutte contre le coronavirus

Message non lupar Christophe » 27/07/20, 15:25

Sans facebook l'article donne :

COVID-19 : un extrait d’algues serait plus efficace que le remdesivir pour bloquer le coronavirus in vitro

(...)

Il est connu que la protéine de pointe à la surface du SARS-CoV-2 se verrouille sur le récepteur ACE-2, une molécule présente à la surface des cellules humaines. Une fois verrouillé, le virus insère son propre matériel génétique dans la cellule, détournant la machinerie cellulaire pour produire des répliques de lui-même. Mais le virus pourrait tout aussi facilement être persuadé de se verrouiller sur une molécule leurre offrant un ajustement similaire. Il serait ainsi piégé et finirait par se dégrader naturellement. Des recherches antérieures ont montré que cette technique de leurre fonctionne pour piéger d’autres virus, dont la dengue, le Zika et la grippe A.

« Nous apprenons à bloquer l’infection virale, et c’est de ces connaissances que nous aurons besoin si nous voulons affronter rapidement les pandémies », a déclaré Jonathan Dordick, chercheur principal et professeur de génie chimique et biologique à l’Institut polytechnique Rensselaer. « La réalité est que nous n’avons pas de bons antiviraux. Pour nous protéger contre de futures pandémies, nous allons avoir besoin d’un arsenal d’approches que nous pouvons rapidement adapter aux virus émergents ».

L’étude en question teste l’activité antivirale de trois variantes de l’héparine (héparine, héparine trisulfatée et une héparine de bas poids moléculaire non anticoagulante) ainsi que de deux fucoïdanes (RPI-27 et RPI-28) extraites d’algues. Les cinq composés sont de longues chaînes de molécules de sucre connues sous le nom de polysaccharides sulfatés, une conformation structurelle que les résultats d’une étude de liaison publiée plus tôt ce mois-ci dans Antiviral Research ont suggérée comme un leurre efficace. L’héparine, un anticoagulant courant ainsi qu’une variante de l’héparine dépouillée de ses propriétés anticoagulantes, a joué un rôle comparable au remdesivir pour inhiber l’infection par le SARS-CoV-2 dans les cellules de mammifères.

Les chercheurs ont réalisé une étude dose-réponse connue sous le nom de CE50 (abréviation de la concentration efficace du composé qui inhibe 50% de l’infectivité virale) avec chacun des cinq composés sur des cellules de mammifères. Sur les résultats d’une CE50, qui sont donnés en concentration molaire, une valeur inférieure indique un composé plus puissant.
Un traitement naturel ne montrant aucune toxicité cellulaire

Le fucoïdane RPI-27 a donné une valeur CE50 d’environ 83 nanomolaires, tandis qu’un test in vitro similaire précédemment publié et indépendant du remdesivir sur les mêmes cellules de mammifères a donné une CE50 de 770 nanomolaires. L’héparine a montré une CE50 de 2,1 micromolaires, soit environ un tiers aussi active que le remdesivir, et un analogue non anticoagulant de l’héparine a donné une CE50 de 5,0 micromolaires, environ un cinquième aussi actif que le remdesivir. Le composé le plus puissant ici est donc le RPI-27, extrait d’algues comestibles — selon ces chiffres, il serait près de 10 fois plus efficace que le remdesivir pour leurrer le coronavirus. Un test séparé n’a révélé aucune toxicité cellulaire pour aucun des composés, même aux concentrations les plus élevées testées.

« Ce qui nous intéresse, c’est une nouvelle façon de contrer l’infection », a déclaré Robert Linhardt, professeur de chimie et de biologie chimique à Rensselaer, qui collabore avec Dordick pour développer la stratégie de leurre. « La pensée actuelle est que l’infection à COVID-19 commence dans le nez, et l’une ou l’autre de ces substances pourrait être à la base d’un spray nasal. Si vous pouviez simplement traiter l’infection tôt, ou même la traiter avant d’avoir des symptômes, vous obtenez un moyen de la bloquer avant qu’elle n’aille plus loin dans le corps ». « Les composés d’algues pourraient servir de base à une approche d’administration orale pour traiter une infection gastro-intestinale potentielle », ajoute Dordick.

En étudiant les données de séquençage du SARS-CoV-2, Dordick et Linhardt ont reconnu plusieurs motifs sur la structure de la protéine de pointe qui promettaient un ajustement compatible avec l’héparine, un résultat confirmé dans l’étude de liaison. La protéine de pointe est fortement incrustée dans les glycanes, une adaptation qui la protège des enzymes humaines qui pourraient la dégrader, et la prépare à se lier à un récepteur spécifique à la surface cellulaire.

« C’est un mécanisme très compliqué dont nous ne connaissons franchement pas tous les détails, mais nous obtenons toujours plus d’informations », a déclaré Dordick. « Une chose qui est devenue claire avec cette étude est que plus la molécule est grosse, meilleur est l’ajustement. Les composés les plus efficaces sont les polysaccharides sulfatés plus gros, qui offrent un plus grand nombre de sites sur les molécules pour piéger le virus ».

La modélisation moléculaire basée sur l’étude de liaison a révélé des sites sur la protéine de pointe où l’héparine pouvait interagir, augmentant les perspectives de polysaccharides sulfatés similaires qui pourraient se montrer efficaces. « Cette recherche passionnante des professeurs Dordick et Linhardt fait partie de plusieurs efforts de recherche en cours au CBIS, ainsi qu’ailleurs à Rensselaer, pour relever les défis de la pandémie COVID-19 grâce à de nouvelles approches thérapeutiques et à la réutilisation de médicaments existants », a déclaré le directeur du CBIS, Deepak Vashishth.


La publi dans Nature: https://www.nature.com/articles/s41421-020-00192-8
0 x
Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 53614
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 1431

Re: Les avancées de la lutte contre le coronavirus

Message non lupar Christophe » 30/07/20, 14:35

Il y aurait 6 types de maladies Covid-19...mais pour moi c'est plus une classification de stades de maladie que de différentes maladies...mais n'oublions pas qu'il a été montré que le virus avait déjà muté plus de 200 fois avec notamment 15 spécificités régionales plus spécifiques...



Des chercheurs identifient 6 différents « types » de COVID-19

Selon des scientifiques britanniques du King’s College de Londres, la COVID-19 n’est peut-être pas qu’une seule maladie : elle se manifesterait en six types distincts. En effet, une nouvelle étude suggère que les symptômes sont classables dans six catégories, ce qui permettrait de savoir à l’avance si les patients auront besoin d’un respirateur artificiel ou non.

En général, la toux, la fièvre et la perte d’odorat sont les symptômes habituels de la COVID-19, mais l’éventail des symptômes peut inclure des maux de tête, des douleurs musculaires, de la fatigue, de la diarrhée, de la confusion, une perte d’appétit, un essoufflement et plus encore.

Dans le cadre de leur étude, les chercheurs britanniques ont analysé les données de 1653 personnes qui ont signalé leurs symptômes dans une application, créée spécifiquement dans le but d’aider les chercheurs dans la lutte contre la maladie. À l’heure actuelle cependant, l’étude n’a pas encore été relue par des pairs pour en valider les résultats.

« Je pense que c’est très, très intéressant », a déclaré le Dr Bob Lahita, qui n’est pas affilié à l’étude. « Parmi les patients que je vois, ceux qui se sont rétablis, beaucoup d’entre eux présentent des symptômes différents : certains ont de la fièvre et d’autres n’ont pas de fièvre, et certains ont des nausées et des vomissements, la diarrhée, etc. ».

Les six groupes de symptômes, dans une séquence du moins grave au plus grave, sont :

Grippe sans fièvre : maux de tête, perte d’odorat, douleurs musculaires, toux, mal de gorge, douleur thoracique, pas de fièvre.
Grippe avec fièvre : maux de tête, perte d’odorat, toux, mal de gorge, enrouement, fièvre, perte d’appétit.
Gastro-intestinal : maux de tête, perte d’odorat, perte d’appétit, diarrhée, mal de gorge, douleur thoracique, pas de toux.
Type sévère 1 : maux de tête, perte d’odorat, toux, fièvre, enrouement, douleur thoracique, fatigue.
Type sévère 2, confusion : maux de tête, perte d’odorat, perte d’appétit, toux, fièvre, enrouement, mal de gorge, douleur thoracique, fatigue, confusion, douleurs musculaires.
Type sévère 3, abdominal et respiratoire : maux de tête, perte d’odorat, perte d’appétit, toux, fièvre, enrouement, mal de gorge, douleur thoracique, fatigue, confusion, douleurs musculaires, essoufflement, diarrhée, douleur abdominale.


L’étude liste ensuite la catégorie 3, qui regroupe les précédents symptômes, ainsi que des problèmes intestinaux. Selon les chercheurs, c’est cette catégorie qui nécessiterait le moins souvent l’intervention d’un respirateur, mais les patients ont plus souvent besoin de se rendre à l’hôpital : environ 24% d’entre eux. Par ailleurs, lorsque les malades subissent une douleur continue à la poitrine ainsi que des signaux très importants de fatigue, le risque d’avoir besoin d’un respirateur augmenterait jusqu’à 8,6%. Un chiffre qui s’élève à presque 10% lorsque la confusion mentale et la perte d’appétit s’ajoutent aux symptômes déjà mentionnés, et qui augmente encore jusqu’à environ 20% pour les patients qui ont rapidement des problèmes respiratoires importants, une douleur thoracique et des problèmes gastriques.

Selon les chercheurs, les trois derniers types (4, 5 et 6) sont liés aux formes les plus graves de la maladie. L’éventail des personnes présentant des symptômes sévères qui ont besoin d’aide pour respirer varie d’environ 9% à 20%. En outre, près de la moitié des patients présentant les symptômes les plus graves se sont retrouvés à l’hôpital, contre 16% de ceux présentant les symptômes les moins graves, selon les résultats de l’étude.

En utilisant un mélange de symptômes, de poids corporel et d’autres facteurs, les chercheurs ont développé un modèle qui prédit quels patients devront être hospitalisés et auront besoin d’une assistance respiratoire. « Ces résultats ont des implications importantes pour les soins et le suivi des personnes les plus vulnérables à la COVID-19 sévère », a déclaré la chercheuse Claire Steves, du King’s College de Londres.

« Si vous pouvez prédire qui sont ces personnes au cinquième jour, vous avez le temps de leur apporter un soutien et des interventions précoces telles que la surveillance des taux d’oxygène et de sucre dans le sang et de vous assurer qu’ils sont correctement hydratés – des soins simples qui pourraient être donnés à domicile, évitant les hospitalisations et permettant de sauver des vies », a déclaré Steves dans un communiqué de presse.


Sources : https://www.kcl.ac.uk/news/six-distinct ... identified
Publication : https://www.medrxiv.org/content/10.1101 ... 20129056v1

Concernant les patients qui ont principalement des problèmes de respiration, de toux et de douleurs musculaires (catégorie 1), seulement 1,5% d’entre eux auraient besoin d’un respirateur artificiel. Pour les patients qui ont comme symptômes un manque d’appétit ainsi qu’une fièvre insistante (catégorie 2), le besoin de respirateur monterait à 4,4%. Ces deux groupes sont considérés comme les formes les moins graves de coronavirus.
0 x
Avatar de l’utilisateur
Obamot
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 12100
Inscription : 22/08/09, 22:38
Localisation : regio genevesis
x 361

Re: Les avancées de la lutte contre le coronavirus

Message non lupar Obamot » 30/07/20, 18:05

Je voulais savoir si les six virus sont de la même religion et viennent du même pays !?

Parce que plus ça avance, plus ce virus se révèle balėze...
et moins je l’vois avec des yeux bridés, déguisé en macaque ou en chauve-souris...!


(et ne m’dites pas ksé parckill a muté bandes de dégoûtants...)
0 x
« le sommeil de la raison engendre des monstres » (Goya). «L'important n'est point le chemin vers le bonheur, l'important c'est le chemin »Lao Tseu
pedrodelavega
Grand Econologue
Grand Econologue
Messages : 988
Inscription : 09/03/13, 21:02
x 73

Re: Les avancées de la lutte contre le coronavirus

Message non lupar pedrodelavega » 01/08/20, 14:15

Pour suivre les avancées des traitements de façon intéractive:
:arrowd:
https://www.bmj.com/content/370/bmj.m2980
0 x
Avatar de l’utilisateur
Obamot
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 12100
Inscription : 22/08/09, 22:38
Localisation : regio genevesis
x 361

Re: Les avancées de la lutte contre le coronavirus

Message non lupar Obamot » 02/08/20, 01:47

Encore une preuve de ton besoin irrépressible de te prosterner devant quelque source qui te susurrerait ce en quoi tu devrais croire!
Encore une belle preuve d’incompétence pour quelqu’un qui n’est pas foutu d’oser entrer dans un débat (et pour cause...)


pedrodelavega a écrit :[...]de façon intéractive:

... mot qui d’ailleurs fait doucement marrer, quand on voit à quel point t’évites toute interaction ã tout prix...
... précisément pour ne pas révéler tes ÉNORMES LACUNES

Edit par Remundo : pas d'attaques personnelles, merci.
0 x
« le sommeil de la raison engendre des monstres » (Goya). «L'important n'est point le chemin vers le bonheur, l'important c'est le chemin »Lao Tseu


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Santé et prévention. Pollutions, causes et effets des risques environnementaux »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 14 invités