Santé et prévention. Pollutions, causes et effets des risques environnementauxLe Covid19 peut-il être (semi) aérien via les particules (pollution, pollens, brouillard...) ?

Comment rester en bonne santé et prévenir les risques et ses conséquences sur votre santé et la santé publique. Maladies professionnelles, risques industriels (amiante, pollutions de l'air, les ondes électromagnétiques...), risques de société (stress au travail, surconsommation de médicaments...) et individuels (tabac, alcool...).
Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 51917
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 1104

Le Covid19 peut-il être (semi) aérien via les particules (pollution, pollens, brouillard...) ?

Message non lupar Christophe » 25/03/20, 19:16

Suite aux informations développées ici depuis 2 jours: sante-pollution-prevention/la-transmission-interhumaine-du-2019-ncov-est-averee-t16285-570.html#p386267 je crée ce sujet UNIQUEMENT dédié à la propagation aérienne du COVID19

SVP merci de respecter cette consigne!

Résumé, suite à la publication de cet article: https://www.levif.be/actualite/sante/le ... 67991.html

Une étude italienne http://www.simaonlus.it/wpsima/wp-conte ... azione.pdf a montré que le Coronavirus se transmettait, à priori, plus rapidement dans les zone pollués aux particules.

Screenshot_2020-03-27 Le Covid19 peut-il être (semi) aérien via les particules (pollution, pollens, brouillard ) .png
Screenshot_2020-03-27 Le Covid19 peut-il être (semi) aérien via les particules (pollution, pollens, brouillard ) .png (399.58 Kio) Consulté 322 fois


Il est donc possible que le Covid-19 puisse "voler" pourvu qu'il trouve un support (particules, pollens...et même brouillard?? Et dans un environnement humide le Covid19 peut résister jusqu'à plusieurs JOURS!)...contrairement à tout ce qui a été affirmé jusqu'à maintenant: les gestes barrières, dans ce cas, sont insuffisantes et un masque de protection qui filtre les particules atmosphériques les plus fines serait la seule protection envisageable.

Le problème c'est qu'il n'y a pas d'autres études...pour le moment à ce propos!

La saison des pollens va arriver...et si le Covid-19 peut se fixer aux pollens puis, étudions le pire, dans les nuages (brouillard) alors là on est mal...

Point positif: les allergiques au pollen seraient privilégiés car ils détectent naturellement les concentrations de pollens!

ps: dans le bénéfice du doute, il serait aussi souhaitable, dès aujourd'hui de couper tous les systèmes de ventilation des lieux publics...car des particules de poussière il y en a...partout et si elles sont brassées par les personnes en mouvement et les système de ventilation mécanique, c'est pas terrible...
1 x
Ce forum vous a aidé? Aider le aussi pour qu’il puisse continuer à aider les autres - Publiez un article sur Econologie et sur Google Actualités

sicetaitsimple
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 4009
Inscription : 31/10/16, 18:51
Localisation : Basse Normandie
x 569

Re: Le Covid19 peut-il être (semi) aérien via les particules (pollution, pollens, brouillard...) ?

Message non lupar sicetaitsimple » 25/03/20, 19:36

Christophe a écrit : UNIQUEMENT dédié à la propagation aérienne du COVID19[/b] SVP merci de respecter cette consigne!


Oui, bien d'accord, à la propagation aérienne. Ce qui est différent de la transmission et de ses mécanismes, même si ça peut bien entendu y contribuer.
0 x
Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 51917
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 1104

Re: Le Covid19 peut-il être (semi) aérien via les particules (pollution, pollens, brouillard...) ?

Message non lupar Christophe » 25/03/20, 19:48

Effectivement la charge virale via la propagation aérienne sera forcément faible...Mais contamination tout de même il y aura...

Dites voir, suis pas infectiologue autoproclamé (hein Did67), mais ne serait-ce pas un moyen d'expliquer les nombreux cas asymptomatiques du Covid?

Vue sa résistance, exceptionnelle pour un virus (je viens d'apprendre qu'il pouvait tenir 3 JOURS sur les plastiques!!), je pense de plus en plus que 100% de l'humanité sera contaminée par le covid...à terme...
0 x
Ce forum vous a aidé? Aider le aussi pour qu’il puisse continuer à aider les autres - Publiez un article sur Econologie et sur Google Actualités
enerc
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 316
Inscription : 06/02/17, 15:25
x 88

Re: Le Covid19 peut-il être (semi) aérien via les particules (pollution, pollens, brouillard...) ?

Message non lupar enerc » 25/03/20, 19:49

Toute particule peut être contaminée par un virus sur sa surface.

Par exemple cet article en anglais sur la grippe: http://www.cidrap.umn.edu/news-perspect ... hs-sneezes ou cet article très théorique: https://www.nature.com/articles/s41598-019-38825-y

Après c'est une question de dose:
- quand on tousse on est dans des particules de 10 à 100 µm
- une poussière c'est dans les 2-10 µm

L'autre différence c'est que d'un coté c'est en volume et de l'autre en surface. La quantité de virus est surement plusieurs milliards de fois supérieur dans une gouttelette de toux que sur une poussière.

Je pense que les données italiennes montrent que quand on a les poumons bien pourris par la pollution, on a plus facilement des complication (et l'air est bien pollué en Lombardie).
1 x
Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 51917
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 1104

Re: Le Covid19 peut-il être (semi) aérien via les particules (pollution, pollens, brouillard...) ?

Message non lupar Christophe » 25/03/20, 19:51

Bonne remarque enerc, cela rejoint la mienne sur la charge virale (on a posté en même temps)...

enerc a écrit :Je pense que les données italiennes montrent que quand on a les poumons bien pourris par la pollution, on a plus facilement des complication (et l'air est bien pollué en Lombardie).


Il y a des études (ou des infos au moins) sur les fumeurs et le corona ?
0 x
Ce forum vous a aidé? Aider le aussi pour qu’il puisse continuer à aider les autres - Publiez un article sur Econologie et sur Google Actualités

Avatar de l’utilisateur
GuyGadebois
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 4308
Inscription : 24/07/19, 17:58
Localisation : 04
x 295

Re: Le Covid19 peut-il être (semi) aérien via les particules (pollution, pollens, brouillard...) ?

Message non lupar GuyGadebois » 25/03/20, 20:26

Christophe a écrit :Bonne remarque enerc, cela rejoint la mienne sur la charge virale (on a posté en même temps)...

enerc a écrit :Je pense que les données italiennes montrent que quand on a les poumons bien pourris par la pollution, on a plus facilement des complication (et l'air est bien pollué en Lombardie).


Il y a des études (ou des infos au moins) sur les fumeurs et le corona ?

(traduit)

Quelles sont les relations possibles entre l'usage du tabac et l'épidémie de COVID19?

Tout type de tabagisme est nocif pour les systèmes corporels, y compris les systèmes cardiovasculaire et respiratoire [1] [2]. COVID-19 peut également endommager ces systèmes. Des informations en provenance de Chine, d'où est originaire le COVID-19, montrent que les personnes souffrant de maladies cardiovasculaires et respiratoires causées par le tabagisme, ou autrement, sont plus à risque de développer de graves symptômes du COVID-19 [3]. Des recherches sur 55 924 cas confirmés en laboratoire en Chine montrent que le taux de mortalité brut pour les patients atteints de COVID-19 est beaucoup plus élevé chez les personnes atteintes de maladies cardiovasculaires, de diabète, d'hypertension, de maladies respiratoires chroniques ou de cancer que celles sans maladie chronique préexistante [4] . Cela démontre que ces conditions préexistantes peuvent contribuer à augmenter la sensibilité de ces personnes à Covid-19.

http://translate.google.com/translate?h ... ction.html

Et:
D'après quelques études préliminaires prépubliées et les conséquences néfastes connues de la cigarette pour la santé, il semblerait que fumer ou vapoter augmente probablement le risque de développer une forme sévère de Covid-19.

Peu d'études ont mis en évidence une corrélation entre le fait de fumer et l'apparition d'une forme sévère de Covid-19. Seules quelques études prépubliées chinoises (donc, non revue par les pairs pour l'instant) font état, à l'aide de données préliminaires, d'un risque augmenté de développer une pneumonie si on est fumeur. De plus, si l'on observe les effets de la cigarette et de l'e-cigarette sur l'appareil respiratoire, on peut juger comme fort probable que les fumeurs soient une population à risque. Un article du journal de vulgarisation Scientific American nous aide à faire le point.
Immunosuppression et inflammation

Le fait d'inhaler de la fumée provenant d'une cigarette ou d'une e-cigarette (les données et le recul sont tout de même plus robustes concernant la cigarette classique) conduit progressivement à une déplétion des cellules immunitaires au sein des poumons. De plus, cela exacerbe l'inflammation de la région. Ces deux paramètres-là sont très explicites. En effet, si le système immunitaire est affaibli, il luttera moins efficacement contre divers pathogènes.

De même, une inflammation trop importante et non maîtrisée peut engendrer des dégâts considérables. Un système immunitaire performant répond par une action mesurée aux pathogènes qui l'attaquent. S'il s'emballe trop, cela peut conduire, dans certains cas graves, au choc cytokinique. On peut émettre l'hypothèse qu'une inflammation déjà fortement présente dans la zone de prédilection du SARS-CoV-2 puisse favoriser ce phénomène.

https://www.futura-sciences.com/sante/a ... res-80144/
0 x
“Il vaut mieux mobiliser son intelligence sur des conneries que mobiliser sa connerie sur des choses intelligentes.” (J.Rouxel)
"Par définition la cause est le produit de l'effet"
(Tryphon)
Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 51917
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 1104

Re: Le Covid19 peut-il être (semi) aérien via les particules (pollution, pollens, brouillard...) ?

Message non lupar Christophe » 25/03/20, 22:46

Qu'en gros fumeur ait de plus chance mourir d'une pneumonie on le savait déjà...

Ouais donc rien de sérieux à ce propos...

Je vais être beaucoup plus direct et pragmatique: mettre un corps étranger dans sa bouche tenu par ses doigts éventuellement infecté...forcément le risque d’infection est plus grand pour les fumeurs !

Pas besoin d'étude scientifique pour comprendre cela !
0 x
Ce forum vous a aidé? Aider le aussi pour qu’il puisse continuer à aider les autres - Publiez un article sur Econologie et sur Google Actualités
sicetaitsimple
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 4009
Inscription : 31/10/16, 18:51
Localisation : Basse Normandie
x 569

Re: Le Covid19 peut-il être (semi) aérien via les particules (pollution, pollens, brouillard...) ?

Message non lupar sicetaitsimple » 25/03/20, 22:58

Christophe a écrit :Je vais être beaucoup plus direct et pragmatique: mettre un corps étranger dans sa bouche tenu par ses doigts éventuellement infecté...forcément le risque d’infection est plus grand pour les fumeurs !P


Tu veux dire les fumeuses?.... Bon je vais me coucher :roll: A demain.
0 x
Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 51917
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 1104

Re: Le Covid19 peut-il être (semi) aérien via les particules (pollution, pollens, brouillard...) ?

Message non lupar Christophe » 25/03/20, 23:13

Libération en parlait hier et c'est pas un autoproclamé infectiologue qui le dit!

https://www.liberation.fr/planete/2020/ ... on_1782754

«Le virus pourrait être transporté par la pollution»

Vincent-Henri Peuch, directeur du Service européen de surveillance atmosphérique Copernicus, explique comment la recherche sur le Covid-19 se penche maintenant sur une possible transmission par les particules en suspension.


Bien que ce ne soit pas son cœur de métier, Vincent-Henri Peuch est un des multiples acteurs du monde scientifique qui tente de mieux comprendre la réalité de l’épidémie de Covid-19. Le directeur du Service de surveillance atmosphérique (Cams) du programme européen Copernicus d’observation de la Terre explique à Libération l’étendue de leurs travaux, en lien avec le milieu médical. Le CAMS a relevé le 18 mars, une réduction de 10% par semaine des concentrations d’un polluant, le dioxyde d’azote en surface, dans le nord de l’Italie, depuis la mi-février. Et devrait publier dans les prochains jours une carte en temps réel de l’évolution de la concentration de certains gaz dangereux pour l’homme, en Europe.

Vous travaillez actuellement avec l’Organisation mondiale de la santé ainsi que des épidémiologistes sur le Covid-19. Quel est votre rôle ?

Grâce à nos outils d’observation par satellite et de modélisation, nous leur fournissons des données pour déterminer si la pollution par les particules fines peut servir de vecteur au Covid-19. Une étude réalisée par une quinzaine de chercheurs internationaux, et publiée le 17 mars dans The New England Journal of Medecine, a conclu que ce virus peut rester accroché pendant environ trois heures sur les particules fines en suspension, émises entre autres par les voitures, l’agriculture ou l’industrie. Cela signifierait qu’il pourrait être transporté par la pollution et contaminer sur une longue distance. L’OMS et les universités avec lesquelles nous travaillons cherchent maintenant à savoir si le virus, dans sa phase active, peut survivre sur les particules en suspension. Et sur quelle durée. Cette hypothèse, si elle est confirmée, pourrait expliquer, en partie, la vitesse de propagation du Covid-19. Il est possible que cela dépende des conditions d’humidité et de température.

Une baisse de la pollution aérienne saurait, si c’est confirmé, être bénéfique pour limiter l’épidémie ?

Tout cela n’est encore qu’hypothèses. Mais si c’est confirmé, oui. On pourrait décider alors de réduire certaines sources spécifiques de pollution. Nous observons déjà l’effet à la baisse des mesures de confinement sur les émissions de gaz polluants, comme le dioxyde d’azote et les particules fines, sur l’ensemble des pays d’Europe de l’Ouest et aux Etats-Unis, avec un petit retard au Royaume-Uni. Mais comme ces émissions dépendent beaucoup de la variabilité saisonnière et de la météo, il faut un mois de données pour considérer une évolution comme robuste.

Vous travaillez aussi sur le lien entre le virus et les allergies au pollen…

Il est clairement établi que la pollution atmosphérique, même étendue au pollen, affecte les personnes au travers de maladies comme l’asthme. Avec le Covid-19, la question est maintenant : la dangerosité du virus et ses complications augmenteraient-elles pour les patients allergiques au pollen ? C’est un enjeu de taille. En Europe, 25% de la population européenne est sensible au pollen. Et nous sommes en plein pic de la production de pollen de bouleau, un des plus allergisants.

Comment obtenez-vous vos données sur les pollens ?

On fait des prélèvements sur des filtres de l’air, qu’on passe ensuite au microscope pour compter les particules de pollen. En fonction de la saison, on sait à quelle espèce on doit s’attendre. On obtient les informations avec un délai de trois semaines.

Dans quelle mesure doit-on s’attendre à voir les émissions de gaz à effet de serre chuter ?

C’est difficile à dire. Le problème avec des gaz comme le dioxyde de carbone (CO2) ou le méthane, est que les concentrations de fond dans l’atmosphère sont déjà très élevées. Les émissions «fraîches» ne correspondent qu’à environ 1% du total. Un de nos axes de développement, à Copernicus, est justement de mettre en place, dans les prochaines années, un ensemble de trois satellites capables de mesurer le CO2 avec une précision suffisante pour pouvoir déterminer quelle quantité est «fraîche» ou ancienne.
0 x
Ce forum vous a aidé? Aider le aussi pour qu’il puisse continuer à aider les autres - Publiez un article sur Econologie et sur Google Actualités
Maximus Leo
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2070
Inscription : 07/11/06, 13:18
x 81

Re: Le Covid19 peut-il être (semi) aérien via les particules (pollution, pollens, brouillard...) ?

Message non lupar Maximus Leo » 26/03/20, 10:20

Christophe a écrit :... masque de protection qui filtre les particules atmosphériques les plus fines serait la seule protection envisageable...

Evidemment.
Les virus "volent" grâce aux micro gouttelettes de mucus et de débris cellulaires qui font entre 5 et 150 µm de diamètre (les particules G). Le masque llp2 arrête 100 % de ces particules.

Je n'ai plus que 2 masques llp2, j'ai donné les autres. J'en achète chaque année. Je m'en sert pour me protéger des pollens au printemps. Les élastiques étant de mauvaise qualité, ils ne durent pas longtemps. Mais plutôt que les jeter, je les avais conservés au grenier en me disant que ça pouvait servir un jour... :D , il suffirait de changer les élastiques. Il faut s'assurer que la soupape fonctionne, ça doit faire "cloc, cloc, cloc" quand on respire. La date est marquée dessus : 2001 et 2009 :lol:

llp2.JPG


Le coton chirurgical est stérile et arrête les particules encore plus petites que 5 µm. Dans notre société de cons-sommateurs on a oublié qu'on pouvait se fabriquer un masque de protection. On imagine même pas que sa puisse se faire.
2 x
"La théorie, c'est quand on sait tout mais que rien ne marche. La pratique, c'est quand tout marche mais personne ne sait pourquoi". Albert Einstein.


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Santé et prévention. Pollutions, causes et effets des risques environnementaux »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités