Santé et prévention. Pollutions, causes et effets des risques environnementauxLa transmission interhumaine du 2019-nCoV est avérée

Comment rester en bonne santé et prévenir les risques et ses conséquences sur votre santé et la santé publique. Maladies professionnelles, risques industriels (amiante, pollutions de l'air, les ondes électromagnétiques...), risques de société (stress au travail, surconsommation de médicaments...) et individuels (tabac, alcool...).
Avatar de l’utilisateur
GuyGadebois
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 4308
Inscription : 24/07/19, 17:58
Localisation : 04
x 295

Re: La transmission interhumaine du 2019-nCoV est avérée

Message non lupar GuyGadebois » 23/03/20, 17:20

Ahmed a écrit :On savait que les virus prenaient l'avion, voila maintenant qu'ils volent de leurs propres ailes.... :frown:

Non, ils emprunte Pollution Air Lines, une compagnie entropique... :cheesy:
0 x
“Il vaut mieux mobiliser son intelligence sur des conneries que mobiliser sa connerie sur des choses intelligentes.” (J.Rouxel)
"Par définition la cause est le produit de l'effet"
(Tryphon)

Avatar de l’utilisateur
GuyGadebois
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 4308
Inscription : 24/07/19, 17:58
Localisation : 04
x 295

Re: La transmission interhumaine du 2019-nCoV est avérée

Message non lupar GuyGadebois » 23/03/20, 17:27

Coronavirus: les particules atmosphériques accélèrent la propagation de l'infection

Des concentrations élevées de poussières fines dans la vallée du Pô en février ont entraîné une accélération anormale de la propagation virulente de l'épidémie: l'hypothèse d'un groupe de chercheurs de la Société italienne de médecine environnementale, de l'Université de Bari "Aldo Moro" et du Université de Bologne

Il existe une relation entre les dépassements des limites légales des concentrations de particules atmosphériques et le nombre de cas infectés par COVID-19 . C'est l'hypothèse présentée dans une prise de position (PDF) par un groupe de chercheurs de la Société italienne de médecine environnementale, de l'Université de Bari "Aldo Moro" et de l'Université de Bologne.

Une littérature scientifique solide décrit le rôle des particules atmosphériques - les poussières polluantes présentes dans l'air - en tant que «vecteur» efficace, c'est-à-dire vecteur de transport et de diffusion de nombreux contaminants chimiques et biologiques, y compris les virus . De plus, les particules atmosphériques sont également un substrat qui peut permettre au virus de rester dans l'air dans des conditions vitales pendant un certain temps, de l'ordre des heures ou des jours.

Partant de cette base scientifique, les chercheurs ont récupéré les données de pollution atmosphérique publiées sur les sites de l'ARPA - les agences régionales de protection de l'environnement - relatives à toutes les unités de détection actives sur le territoire national entre le 10 et le 29 février, les reliant à l'augmentation des infections à COVID-19 mise à jour au 3 mars, afin de prendre en compte les deux semaines d'incubation du virus.

Une comparaison qui s'est avérée significative dans la région de la vallée du Pô , où des courbes d'expansion d'infection ont été observées, montrant des accélérations anormales , coïncidant évidemment, à deux semaines d'intervalle, avec les plus fortes concentrations de particules atmosphériques. Bref, la pollution aurait exercé une impulsion à la propagation virulente de l'épidémie.

«Les fortes concentrations de poussières enregistrées dans la vallée du Pô en février ont produit un coup de pouce, une accélération de la propagation du COVID-19. L'effet est plus évident dans les provinces où les premiers foyers sont survenus », explique Leonardo Setti , chercheur au Département de chimie industrielle« Toso Montanari »de l'Université de Bologne .

Gianluigi de Gennaro de l'Université de Bari fait écho à ceci: «La poussière transporte le virus. Ils agissent comme porteurs. Plus il y en a, plus les autoroutes sont créées pour les contagions. Minimiser les émissions et espérer une météorologie favorable ". Alessandro Miani , président de la Société italienne de médecine environnementale (SIMA), ajoute: «L'impact de l'homme sur l'environnement produit des effets sur la santé à tous les niveaux. Ce test difficile auquel nous sommes confrontés au niveau mondial doit être un avertissement pour une renaissance future véritablement durable, pour le bien de l'humanité et de la planète. Dans l'attente de la consolidation des preuves en faveur de l'hypothèse présentée, la concentration de particules fines pourrait en tout état de cause être considérée comme un indicateur ou «marqueur» indirect possible de la virulence de l'épidémie de COVID-19 ». Grazia Perrone , professeur de méthodes d'analyse chimique à la Statale di Milano, précise: "Le document de synthèse est le résultat d'une étude à but non lucratif qui rassemble des chercheurs et des experts de différents groupes de recherche italiens et s'adresse en particulier aux décideurs" .

L' Italian Aerosol Society (IAS) a répondu à l'hypothèse présentée dans le document de position par une note (PDF) signée, entre autres, par Erika Brattich , chercheuse au Département de physique et d'astronomie d'Alma Mater. "Les connaissances actuelles concernant l'interaction entre les niveaux de pollution par les particules et la propagation du COVID-19 sont encore très limitées et cela nécessite la plus grande prudence dans l'interprétation des données disponibles ", explique Brattich. "Un effet possible de la pollution particulaire sur l'infection au COVID-19 reste, à l'état actuel des connaissances, une hypothèse qui doit être soigneusement évaluée par des investigations approfondies et approfondies".


"Il y a des aspects non négligeables qui nous disent qu'il est encore trop tôt pour tirer des conclusions ", ajoute le professeur Laura Tositti du département de chimie "Giacomo Ciamician". "Les virus ne restent biologiquement actifs que si des conditions favorables existent, et entre les oxydants atmosphériques et l'augmentation du rayonnement UV avec une progression saisonnière, on ne sait pas si le virus devient inactif et pendant combien de temps. Il existe plusieurs facteurs qui ont une grande influence sur les particules abiotiques et il existe plusieurs aspects encore très peu étudiés concernant les particules biologiques ".

http://translate.google.com/translate?h ... linfezione
0 x
“Il vaut mieux mobiliser son intelligence sur des conneries que mobiliser sa connerie sur des choses intelligentes.” (J.Rouxel)
"Par définition la cause est le produit de l'effet"
(Tryphon)
sicetaitsimple
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 4009
Inscription : 31/10/16, 18:51
Localisation : Basse Normandie
x 569

Re: La transmission interhumaine du 2019-nCoV est avérée

Message non lupar sicetaitsimple » 23/03/20, 17:28

GuyGadebois a écrit :
sen-no-sen a écrit :C'est pas bien de se moquer Guy! 8)

Peut-être, mais qu'est-ce que c'est bon, surtout après les quolibets, les sarcasmes et le mépris!
Note de la rédaction : la rédaction de la RTBF a contacté l'épidémiologiste Marius Gilbert afin de lui demander son opinion par rapport à cette étude réalisée par ses confrères italiens. Il en ressort que la question soulevée par l'étude s'inscrit dans un questionnement plus large évoqué à plusieurs reprises dans le milieu profesionnel, la pollution atmosphérique étant en effet un facteur aggravant pour les pathologies respiratoires. La corrélation entre pollution et transport du virus est donc, toujours selon Marius Gilbert, une corrélation intéressante qu'il convient d'explorer de manière plus fine dans le futur lorsque des données chiffrées spécifiques à la Belgique seront disponibles. Cela permettrait de voir si effectivement dans les régions où la pollution est plus forte, les vitesses de croissance sont plus importantes qu'ailleurs.

C’est une étude très sérieuse menée conjointement par l’Université de Bologne et celle de Bari qui émet cette hypothèse, le nouveau coronavirus aurait été boosté dans sa propagation par la pollution de l’air et plus précisément par certaines particules fines très présentes dans les zones polluées de Wuhan, mais également de Lombardie, d’Emilie-Romagne et d’autres centres urbains.

Après le New England Journal of Médecine, une autre publication de renom tend donc à accréditer la thèse selon laquelle le SARS-CoV-2 pourrait survivre en suspension dans l’air dans certaines conditions, parmi lesquelles un taux de pollution élevé.

Cela pourrait être l’un des paramètres permettant d’expliquer la vitesse étonnante à laquelle s’est propagé le COVID-19 en Italie du nord. C’est en tout cas ce qu’affirme l’étude réalisée par 12 chercheurs de la Société Italienne de Médecine environnementale (SIMA).

https://www.rtbf.be/info/societe/detail ... d=10464049


Donc, c'est ce que je dis, y'a du boulot!
0 x
Avatar de l’utilisateur
GuyGadebois
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 4308
Inscription : 24/07/19, 17:58
Localisation : 04
x 295

Re: La transmission interhumaine du 2019-nCoV est avérée

Message non lupar GuyGadebois » 23/03/20, 17:29

sicetaitsimple a écrit :Donc, c'est ce que je dis, y'a du boulot!

Une comparaison qui s'est avérée significative dans la région de la vallée du Pô , où des courbes d'expansion d'infection ont été observées, montrant des accélérations anormales , coïncidant évidemment, à deux semaines d'intervalle, avec les plus fortes concentrations de particules atmosphériques. Bref, la pollution aurait exercé une impulsion à la propagation virulente de l'épidémie.

«Les fortes concentrations de poussières enregistrées dans la vallée du Pô en février ont produit un coup de pouce, une accélération de la propagation du COVID-19. L'effet est plus évident dans les provinces où les premiers foyers sont survenus », explique Leonardo Setti , chercheur au Département de chimie industrielle« Toso Montanari »de l'Université de Bologne .

Eux ils bossent, toi tu baves... :roll:
0 x
“Il vaut mieux mobiliser son intelligence sur des conneries que mobiliser sa connerie sur des choses intelligentes.” (J.Rouxel)
"Par définition la cause est le produit de l'effet"
(Tryphon)
Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 51917
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 1104

Re: La transmission interhumaine du 2019-nCoV est avérée

Message non lupar Christophe » 23/03/20, 17:43

Excellent Macron en direct là....en l’espace de 30 secondes il se touche le nez et la bouche !

Il va se faire défoncer sur les réseaux sociaux !


:mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

Mais lui il s’enfou...il est très certainement sous plaquenil !!
0 x
Ce forum vous a aidé? Aider le aussi pour qu’il puisse continuer à aider les autres - Publiez un article sur Econologie et sur Google Actualités

Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 51917
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 1104

Re: La transmission interhumaine du 2019-nCoV est avérée

Message non lupar Christophe » 23/03/20, 17:46

GuyGadebois a écrit :
Ahmed a écrit :On savait que les virus prenaient l'avion, voila maintenant qu'ils volent de leurs propres ailes.... :frown:

Non, ils emprunte Pollution Air Lines, une compagnie entropique... :cheesy:


Exact y a aussi ThermikAir ! :cheesy:

Et Mac for All Liners :cheesy:

ps: une mac c’est une bulle thermique...
0 x
Ce forum vous a aidé? Aider le aussi pour qu’il puisse continuer à aider les autres - Publiez un article sur Econologie et sur Google Actualités
sicetaitsimple
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 4009
Inscription : 31/10/16, 18:51
Localisation : Basse Normandie
x 569

Re: La transmission interhumaine du 2019-nCoV est avérée

Message non lupar sicetaitsimple » 23/03/20, 18:16

Particules pas spécialement fines...

Après tout, chacun y allant de ses explications....

L’Italie et l’Espagne sont les deux pays européens les plus touchés par la pandémie de coronavirus. Et l’une des explications est peut-être liée au match de Ligue des champions entre l’Atalanta Bergame et le FC Valence.
Le 19 février dernier, le club italien était opposé à la formation espagnole 8e de finale aller de la compétition. Mais comme son stade est trop petit pour accueillir ce genre de rencontres, l’Atalanta avait trouvé refuge à Milan, à San Siro, où se sont rassemblés dans les travées pas moins de 43.000 supporters transalpins, mais aussi 2.500 spectateurs ibériques dans le parcage réservé aux visiteurs, après avoir fréquenté divers moyens de transports.
Cette concentration de personnes aurait contribué à faire exploser le nombre de cas et de faire de Bergame l’épicentre de la pandémie de Covid-19 de l’autre côté des Alpes. C’est du moins la théorie avancée par le responsable du département pneumologie de l’hôpital Papa Giovanni XXIII de Bergame. «Mon point de vue : 40 000 Bergamasques se rendent à San Siro pour Atalanta-Valence le 19 février. En bus, en train, en voiture. Une bombe biologique», a confié Fabiano Di Marco au Corriere della Sera.
Un avis partagé par un médecin immunologue italien, qui met en avant le timing ainsi que les scènes de joie dues à la victoire de l’Atalanta. «Un mois s’est écoulé depuis ce match, le timing est donc pertinent. Le regroupement de milliers de personnes, à seulement quelques centimètres les unes des autres, en exprimant sa joie, en s’embrassant, a pu favoriser la propagation du virus», a indiqué Francesco Le Floche au Corriere dello Sport. « «Avec le recul, ce match n’aurait jamais dû avoir lieu», a-t-il également lancé.

https://www.cnews.fr/sport/2020-03-23/u ... ope-939296
1 x
Avatar de l’utilisateur
GuyGadebois
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 4308
Inscription : 24/07/19, 17:58
Localisation : 04
x 295

Re: La transmission interhumaine du 2019-nCoV est avérée

Message non lupar GuyGadebois » 23/03/20, 19:14

Le déplacement de plusieurs dizaines de milliers de personnes produit de la pollution, et quand cela coïncide en plus avec un pic, c'est délétère. Voilà où ça mène,"le sport" !
0 x
“Il vaut mieux mobiliser son intelligence sur des conneries que mobiliser sa connerie sur des choses intelligentes.” (J.Rouxel)
"Par définition la cause est le produit de l'effet"
(Tryphon)
Avatar de l’utilisateur
izentrop
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 5452
Inscription : 17/03/14, 23:42
Localisation : picardie
x 419
Contact :

Re: La transmission interhumaine du 2019-nCoV est avérée

Message non lupar izentrop » 24/03/20, 02:47

sicetaitsimple a écrit : «Mon point de vue : 40 000 Bergamasques se rendent à San Siro pour Atalanta-Valence le 19 février. En bus, en train, en voiture. Une bombe biologique», a confié Fabiano Di Marco au Corriere della Sera.
Ben si ils avaient eu tous des masques ...

Message à Martin Hirsch d’une journaliste correspondante du Monde à Hong-Kong :
Comme tout le monde, j'observe la gravité de la situation. Or, sur la base de l'expérience hongkongaise, une solution simple pour enrayer l'aggravation de la situation me saute aux yeux. Car prévenir nos proches n'a servi à rien. En dépit de notre expérience à Hongkong, plusieurs membres de ma famille et des amis proches ont déjà attrapé le covid-19, à des degrés divers de gravité. D'autres n'y échapperont pas.

Depuis une semaine, le gouvernement français a assigné à résidence la quasi totalité de la population pour empêcher les gens de se contaminer les uns les autres, en interdisant même les promenades au grand air et sur les plages. Ces mesures extrêmes "à la Chinoise" ne sont pas viables ou soutenables au delà de quelques jours. D'une part, les Français n'auront pas la docilité et la patience des Chinois face aux consignes gouvernementales. D'autre part, le terrible impact, social et économique, que va avoir ce confinement risque de s'avérer fortement disproportionné aux résultats obtenus sur la maitrise de l'épidémie.

Par contraste, l'exemple Hongkongais a montré que lorsqu'une population dans son entière totalité adopte le port du masque, comme forme de confinement individuel, la propagation du virus peut être quasiment arrêtée. Malgré une densité démographique parmi les plus fortes de la planète (7 millions et demi d'habitants qui cohabitent pour la plupart dans des espaces minuscules avec une très forte proximité dans la vie quotidienne), malgré des échanges intenses de personnes avec la Chine, et malgré la proximité géographique des premiers épicentres (jusqu'à la fermeture des frontières mi février), Hongkong doit déplorer à ce jour 4 morts du Covid-19, oui quatre... https://www.evernote.com/shard/s1/clien ... nTmkQPq8Rg
https://www.worldometers.info/coronavir ... -kong-sar/
0 x
"Les détails font la perfection et la perfection n'est pas un détail" Léonard de Vinci
janic
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 9319
Inscription : 29/10/10, 13:27
Localisation : bourgogne
x 177

Re: La transmission interhumaine du 2019-nCoV est avérée

Message non lupar janic » 24/03/20, 08:42

Hongkong doit déplorer à ce jour 4 morts du Covid-19, oui quatre...
ce n'est pas le seul cas de ce genre; Sante publique France donne une liste importante de la plupart des pays touchés et un grand nombre n'en affiche qu'un ou deux! La question est justement pourquoi et pas seulement pour les masques.?
La plupart des grandes épidémies ont cessé lorsque des mesures sanitaires ont été adoptées, même tardivement. Le cas de la variole semble avoir disparu des souvenirs car c'est par des mesures d'isolement(mieux faits qu'actuellement) que cette maladie a disparue et ce malgré les vaccins inefficaces et dangereux en propageant une variole vaccinale importante, comme pour la polio remplacée par sa petite sœur: la PFA.

Les mêmes causes produiront toujours les mêmes effets!
0 x
« On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres: mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison » Henri Poincaré


Revenir vers « Santé et prévention. Pollutions, causes et effets des risques environnementaux »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités