EDF: lignes haute tension 400kV, pollution électromagnétique

Comment rester en bonne santé et prévenir les risques et ses conséquences sur votre santé et la santé publique. Maladies professionnelles, risques industriels (amiante, pollutions de l'air, les ondes électromagnétiques...), risques de société (stress au travail, surconsommation de médicaments...) et individuels (tabac, alcool...).
Avatar de l’utilisateur
Remundo
Modérateur
Modérateur
Messages : 16177
Inscription : 15/10/07, 16:05
Localisation : Clermont Ferrand
x 5263




par Remundo » 09/10/11, 19:08

Hello Bernardd,

des éoliennes, pas trop grandes alors...
0 x
Image
bernardd
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2278
Inscription : 12/12/09, 10:10
x 1




par bernardd » 09/10/11, 21:37

Aurais-tu peur que les pales coupent les câbles ?
0 x
A bientôt !
Avatar de l’utilisateur
Remundo
Modérateur
Modérateur
Messages : 16177
Inscription : 15/10/07, 16:05
Localisation : Clermont Ferrand
x 5263




par Remundo » 09/10/11, 22:26

bernardd a écrit :Aurais-tu peur que les pales coupent les câbles ?

Je pense surtout que le treillis supporterait mal la traînée aérodynamique de l'éolienne... bras de levier assez énorme, flambement des poutrelles possibles :idea:

En sus des "difficultés" géométriques que tu soulèves :P
0 x
Image
bernardd
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2278
Inscription : 12/12/09, 10:10
x 1




par bernardd » 09/10/11, 23:11

Le treillis n'est pas obligatoire...
0 x
A bientôt !
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 79360
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 11060




par Christophe » 06/03/12, 22:32

Témoignage dans le monde: http://www.lemonde.fr/planete/article/2 ... _3244.html

Le Chefresne (Manche), envoyée spéciale - Quand il a appris que la ligne à très haute tension (THT) Cotentin-Maine allait passer dans son village, Jacky Chardin a cru défaillir. "Pas une seconde fois", a-t-il soufflé, avant de se précipiter à la mairie du Chefresne, bourg de trois cent dix âmes au centre de la Manche, pour se renseigner sur le tracé exact du futur ouvrage. Finalement, les pylônes et câbles seront dressés à cinq bons kilomètres de sa propriété, une charmante maison toute de pierres, surplombant un terrain où pâturent quelques bêtes. Le caractère valonné de la commune lui épargnera même la vue de la ligne.

Jacky Chardin n'en est pas moins préoccupé. "Je soutiens totalement le combat des habitants qui ont la trouille et refusent que la THT passe sur leur terrain", lâche-t-il, d'un ton assuré. Car cet artisan-peintre de 43 ans a déjà fait les frais, six ans durant, de la proximité d'une ligne de 400 000 volts. Et il ne voudrait pour rien au monde renouveler l'expérience.

À 150 MÈTRES D'UN PYLÔNE

En 2000, l'homme s'installe à Percy, commune voisine du Chefresne, où passe déjà une ligne à très haute tension, qui traverse le département de nord en sud. La maison qu'il vient d'acquérir pour un prix défiant toute concurrence – 50 000 euros pour le corps de ferme et 3,5 hectares – possède une particularité : quatre pylônes dans le champ de vision, dont l'un situé à 150 mètres du bâti. "J'étais persuadé que j'allais m'habituer à la proximité de la ligne, raconte-t-il. Je blaguais même : 'Il y en a qui ont vue sur la tour Eiffel, moi j'ai le pylône'."

A l'époque, Jacky Chardin avait vaguement entendu parler d'un débat sur les conséquences des champs magnétiques liés aux lignes de courant électrique, mais sans réellement s'en préoccuper : "Je n'avais pas de preuve scientifique qu'ils pouvaient se révéler dangereux. Je pensais que les problèmes des lignes électriques se résumaient aux nuisances visuelles." Mais le temps passant, les phénomènes inexpliqués se multiplient et le rendent suspicieux.

NERVOSITÉ ET INSOMNIES

Le bruit, déjà, l'étonne – de forts grésillements par temps de pluie ou de brouillard. Et puis il y a des néons qui s'allument à proximité des pylônes ; la clôture, qui, même non branchée, reste parfois électrifiée. Ses animaux réagissent aussi étrangement : sur ses vingt poules, pas une n'a donné de poussin en six ans. Sa jument, elle non plus, n'est pas parvenue à mettre bas un poulain, malgré le recours à l'insémination – ce qu'elle fera plus tard, sur le terrain du Chefresne.

Quant à l'homme, il se sent de plus en plus fréquemment stressé, nerveux et irritable, et multiplie les insomnies. "J'ai même déplacé plusieurs fois mon lit à l'intérieur de ma maison, mais rien n'y a fait." Jacky Chardin se renseigne alors sur l'impact des lignes à très haute tension sur la santé et fait des recherches sur son terrain : il découvre, dans son sol, une nappe phréatique joignant sa maison au pylône. "Je suis convaincu que l'eau conduisait le courant jusqu'à mon terrain."

ABSENCE D'ÉTUDE

A bout, et alors que sa première fille vient de naître, il décide de déménager en 2006, sans attendre de confirmation scientifique. La maison trouve acquéreur (un électricien), avec une fois de plus une décote de 30 %. Et l'artisan s'installe au Chefresne, loin de la ligne.

Dans sa nouvelle maison au Chefresne.

Dans sa nouvelle maison au Chefresne.Audrey Garric/Le Monde.fr

"Depuis que je suis arrivé ici, tout va mieux : je ne me sens plus nerveux et mes animaux se portent mieux, assure-t-il. Je ne peux pas affirmer que la THT est dangereuse, car je n'ai pas de preuve, mais j'ai expérimenté à mes dépens qu'elle pouvait occasionner des problèmes."

Et alors que l'histoire se renouvelle, Jacky Chardin regrette, une fois de plus, l'absence d'étude épidémiologique démontrant ou infirmant de manière formelle la nocivité des lignes à très haute tension. "Ce qui m'a frappé, depuis dix ans, c'est le refus de savoir, de la part de RTE, mais aussi de certains élus, riverains ou agriculteurs, qui prennent l'argent de l'électricien sans se poser de questions, regrette-t-il. Le fait de ne pas vouloir prouver l'absence de nocivité de la THT ne fait que me confirmer qu'elle est bel et bien dangereuse."

Audrey Garric
0 x
Avatar de l’utilisateur
chatelot16
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6960
Inscription : 11/11/07, 17:33
Localisation : angouleme
x 264




par chatelot16 » 06/03/12, 23:55

il faut aussi voir la hauteur des pylone

avec les petite tension , les 3 ligne sont raproché et c'est assez haut , les 3 tension du triphasé se compensent presque exactement et il n'y a plus d'effet au niveau du sol

mais les ligne a tres haute tension ont des fils beaucoup plus ecarté , et pas si haut que ca : quand on est sous un fil on est encore tres loin des autre : il n'y a plus cette compensation due au triphasé

on ne peut pas faire disparaitre les ligne haute tension mais il me semble qu'on pourait prendre la precaution d'augmenter la hauteur la ou il y a des probleme

autre solution si simple que je ne comprend pas pourquoi ca ne ce fait pas chaque fois que ca passe pres des habitation : fil suplementaire relié a la terre en dessous des fils haute tension

ces fil n'aurait pas besoin d'etre aussi gros que les fils principaux puisqu'il ne serait parcouru que par un tres faible courant

ca augmentera legerement les perte de la ligne , mais peu importe puisque c'est a faire uniquement ou il y a des probleme
0 x

Revenir vers « Santé et prévention. Pollutions, causes et effets des risques environnementaux »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 353 invités