Santé et prévention. Pollutions, causes et effets des risques environnementauxCovid-19, les effets médicaux non respiratoires...

Comment rester en bonne santé et prévenir les risques et ses conséquences sur votre santé et la santé publique. Maladies professionnelles, risques industriels (amiante, pollutions de l'air, les ondes électromagnétiques...), risques de société (stress au travail, surconsommation de médicaments...) et individuels (tabac, alcool...).
Avatar de l’utilisateur
izentrop
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 5890
Inscription : 17/03/14, 23:42
Localisation : picardie
x 468
Contact :

Re: Covid-19, les effets médicaux non respiratoires...

Message non lupar izentrop » 29/04/20, 02:58

GuyGadebois a écrit :
Et on parle de rouvrir les écoles le 11 Mai ?
aucun cas mortel n'a été recensé. Pas même en Angleterre contrairement à ce qui avait été annoncé précédemment à la suite d'une interview du ministre de la Santé Matt Hancock.
0 x
"Les détails font la perfection et la perfection n'est pas un détail" Léonard de Vinci

Avatar de l’utilisateur
GuyGadebois
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6358
Inscription : 24/07/19, 17:58
Localisation : 04
x 896

Re: Covid-19, les effets médicaux non respiratoires...

Message non lupar GuyGadebois » 29/04/20, 11:16

J'ai pas lu (ni écrit) qu'il y avait eu des cas mortels (c'est une chance), mais j'ai lu partout que c'était des cas sévères. Mais si d'après Izy il n'y a pas lieu de s'inquiéter, tout baigne.
https://www.bfmtv.com/sante/covid-19-de ... 03636.html

Covid-19: des défaillances cardiaques recensées chez des enfants
0 x
“Il vaut mieux mobiliser son intelligence sur des conneries que mobiliser sa connerie sur des choses intelligente.(J.Rouxel)
"Par définition la cause est le produit de l'effet". (Tryphion)
"360 000 /0,5/100 ça fait 72 millions et pas 6 millions" (AVC)
Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 53361
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 1400

Re: Covid-19, les effets médicaux non respiratoires...

Message non lupar Christophe » 29/04/20, 15:17

Il ne doit plus avoir de jeunes 'enfants...mais un infarctus à 12 ans c'est certainement rien du tout pour izy le barbare...
0 x
Avatar de l’utilisateur
GuyGadebois
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6358
Inscription : 24/07/19, 17:58
Localisation : 04
x 896

Re: Covid-19, les effets médicaux non respiratoires...

Message non lupar GuyGadebois » 29/04/20, 18:25

Christophe a écrit :Il ne doit plus avoir de jeunes 'enfants...mais un infarctus à 12 ans c'est certainement rien du tout pour izy le barbare...

Pour Izy et ABC, nous ne sommes que des chiffres, des numéros, des statistiques. Tous pareils, tous égaux devant la maladie, tous dans "la banque de donnée". Des névropathes (oui mais de Tanzanie). :mrgreen:
0 x
“Il vaut mieux mobiliser son intelligence sur des conneries que mobiliser sa connerie sur des choses intelligente.(J.Rouxel)
"Par définition la cause est le produit de l'effet". (Tryphion)
"360 000 /0,5/100 ça fait 72 millions et pas 6 millions" (AVC)
Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 53361
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 1400

Re: Covid-19, les effets médicaux non respiratoires...

Message non lupar Christophe » 02/05/20, 18:21

De mieux en mieux... :shock: :shock: :shock: si c’est confirmé ? Heureusement cela reste léger voir anecdotique....???


Le Covid-19 à l'origine d'AVC chez les moins de 50 ans ?

Des cas d’AVC commenceraient à survenir chez des jeunes patients (30-50 ans) atteints du Covid-19. Un risque notamment rapporté dans les formes asymptomatiques de ce coronavirus


Le Covid-19 a le triste pouvoir d’atteindre plusieurs organes. Les poumons, les reins, le cœur, le système intestinal… et le cerveau.

Le symptôme neurologique le plus fréquemment rapporté est la perte de goût et de l’odorat.

Mais un autre phénomène commence à être rapporté par les neurologues : la possible corrélation entre une infection au Covid-19 et la survenue d’un accident vasculaire cérébral (AVC).

Ainsi, le 22 avril, le Dr Benoît Guillon, neurologue responsable de l’unité neurovasculaire au CHU de Nantes, rapportait une légère hausse des cas d’AVC dans la population jeune, « sans cause déterminée, sans pouvoir confirmer de lien direct avec le Covid-19 », étant donné « le manque de recul sur cette incidence ».

Mais les lignes bougent vite dans le monde du Covid-19. Aujourd’hui, les cas restent certes peu fréquents en France. Mais par précaution, « l’alerte est donnée par les médecins neurologues vasculaires », décrit le Dr Guillon.

« Des patients jeunes positifs au Covid-19, sans facteur de risque*, semblent présenter des tableaux atypiques avec des thromboses, des occlusions artérielles relativement diffuses, assez inhabituelles. » Point important, « ces patients présentent dans certains cas peu voire pas de symptômes du Covid-19 ».

« Couper les chaînes de contamination »

Mais comment l’expliquer ? « Soit les patients asymptomatiques déclarent cet AVC alors que le Covid-19 a déjà bien évolué. Soit cette grave complication neurologique constitue une porte d’entrée dans la maladie », pour cette population jeune ne souffrant ni de toux, ni de céphalée, ni de gêne respiratoire.

Dans tous les cas, le risque d’AVC doit être pris en compte « pour dépister le coronavirus au plus tôt et pouvoir couper les chaînes de contamination ».

Des AVC à domicile

De l’autre côté de l’Atlantique, le Washington Post révélait, le 25 avril, ces mêmes accidents neurologiques à New-York chez des patients âgés de 30 à 50 ans.

Et le 28 avril, une étude, ou plutôt une étude de cas, publiée dans le New England Journal of Medicine (NEJM) étaye ce phénomène.

L’équipe du Dr Thomas J. Oxley** y décrit 5 cas d’AVC survenus entre le 23 mars et le 7 avril, à domicile, chez des jeunes respectivement âgés de 33, 37, 39, 44 et 49 ans***.

Tous étaient positifs au Covid-19. L’un d’entre eux est décédé, un est en réhabilitation, deux sont toujours hospitalisés et seule la patiente de 33 ans est aujourd’hui capable de parler.

Cette dernière souffrait d’épisodes de toux, de maux de tête et des frissons la semaine précédant son hospitalisation.

Selon le chercheur, « les patients Covid-19 déclarant un AVC étaient en moyenne plus jeunes de 15 ans comparés aux AVC diagnostiqués chez les malades hors Covid-19 ».

Enfin, « le nombre d’admissions de jeunes aux urgences pour des troubles de la coagulation sanguine cérébrale a doublé en 3 semaines à l’Hôpital du Mont Sinaï (New York) », complète le Dr Mocco, participant aussi au travail publié dans le NEJM. Et ce « malgré un recul des prises en charge aux urgences ».

Sur le plan physiologique, quelle origine peut-on prêter à ces complications ? « Le Covid-19 pourrait favoriser la formation de caillots sanguins. » Dispose-t-on de données sur le risque d’AVC lié aux autres formes de coronavirus ?

Oui, « en 2004 à Singapour, le SARS-CoV-1 provoquait des AVC », décrit le Dr Oxley. « En 2012, au Moyen-Orient, durant l’épidémie de MERS-CoV, des tableaux d’atteintes cérébrales étaient décrits, avec le même aspect que ceux rapportés pour le Covid-19 », explique le Dr Guillon du CHU de Nantes.

Et après ?

Concernant le Covid-19, « d’autres études doivent être menées », appuie le Dr Oxley.

A ce jour, « il me semble trop précoce de considérer que ces AVC chez les jeunes, qui surviennent encore très rarement, sont liés au Covid-19 », s’exprime le Dr Caroline Arquizan, responsable de l’unité neurovasculaire du CHU de Montpellier.

« L’étude publiée dans le NEJM ne comprend que 5 cas d’AVC, ce n’est pas représentatif. » Le risque est-il qu’aujourd’hui on mette tout sur le dos du Covid-19 ? « Il est possible que certaines publications aillent trop vite en effet. »

« Nous avons observé une baisse des AVC pendant les mois de mars et début avril. Et aujourd’hui on parle d’une augmentation des AVC chez les jeunes sans que cela ne soit probant. »

Pour éclaircir les choses, « nous allons lancer une étude nationale comparant les taux d’admissions pour AVC d’une part et des accidents cardiovasculaires d’autres part, entre les chiffres de la phase épidémique du Covid-19 et ceux de l’année passée à la même période ».

Les données (incidence, type d’AVC et d’infarctus du myocarde, âge, accès aux traitements…) seront recueillies dans les 13 régions de France, au sein des unités neurovasculaires et des unités de soins intensifs cardiologiques.



https://www.estrepublicain.fr/magazine- ... -de-50-ans
0 x

Avatar de l’utilisateur
Obamot
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 11745
Inscription : 22/08/09, 22:38
Localisation : regio genevesis
x 307

Re: Covid-19, les effets médicaux non respiratoires...

Message non lupar Obamot » 27/06/20, 23:30

Ça fait depuis le début de l’année que j’ai des petits symptômes bénins qui se répètent, disparaissent puis réapparaissent de façon impromptue... J’ai une très bonne immunité que je surveille depuis des années (biocheck, etc) fait du vélo, mange bio etc..
Je fréquente les milieux médicaux et je n’ai jamais constaté quelque chose de la sorte. J’ignore même si j’ai été en contact avec ce SARS, j’ai jamais eu la nécessité de me faire tester... Je n’ai jamais la grippe (depuis au moins 20 ans). Et je ne suis pas le seul, rien de scientifique, juste mon ressenti physiologique qui me donne l’impression que “quelque chose d’inhabituel circule”.

Donc j’ai le sentiment que ce truc est vicelard et va encore durer un moment, et que c’est pas le moment de baisser les bras question prévention.

Il peut avec certitude, mettre le bazar dans nis métabolismes à de nombreux échelons, le spectre de point faibles est assez large (et réuni dans la “comorbidité”, terme assez pratique pour ne pas trop se mouiller....)

Faudrait faire la liste de nos points faibles par rapport au SARS-cov-2, mais elle est assez longue.
Dernière édition par Obamot le 27/06/20, 23:35, édité 1 fois.
0 x
« L'important n'est point le chemin vers le bonheur, l'important c'est le chemin »Lao Tseu
Avatar de l’utilisateur
GuyGadebois
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6358
Inscription : 24/07/19, 17:58
Localisation : 04
x 896

Re: Covid-19, les effets médicaux non respiratoires...

Message non lupar GuyGadebois » 27/06/20, 23:35

Obamot a écrit :Faudrait faire la liste de nos points faibles par rapport au SARS-cov-2, mais elle est assez longue.

Faudrait surtout que tu te fasses dépister vu que "plus tôt on le dépiste, plus vite on en guérit", si je puis me permettre.
Dernière édition par GuyGadebois le 27/06/20, 23:36, édité 1 fois.
0 x
“Il vaut mieux mobiliser son intelligence sur des conneries que mobiliser sa connerie sur des choses intelligente.(J.Rouxel)
"Par définition la cause est le produit de l'effet". (Tryphion)
"360 000 /0,5/100 ça fait 72 millions et pas 6 millions" (AVC)
Avatar de l’utilisateur
Obamot
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 11745
Inscription : 22/08/09, 22:38
Localisation : regio genevesis
x 307

Re: Covid-19, les effets médicaux non respiratoires...

Message non lupar Obamot » 27/06/20, 23:36

GuyGadebois a écrit :
Obamot a écrit :Faudrait faire la liste de nos points faibles par rapport au SARS-cov-2, mais elle est assez longue.

Faudrait surtout que tu te fasses dépister, si je puis me permettre.


Oui, ok, je vais le faire, merci. Mais les igG donc.
0 x
« L'important n'est point le chemin vers le bonheur, l'important c'est le chemin »Lao Tseu


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Santé et prévention. Pollutions, causes et effets des risques environnementaux »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 9 invités