Alimentation et faim: les morts de la malbouffe et de la malnutrition

Comment rester en bonne santé et prévenir les risques et ses conséquences sur votre santé et la santé publique. Maladies professionnelles, risques industriels (amiante, pollutions de l'air, les ondes électromagnétiques...), risques de société (stress au travail, surconsommation de médicaments...) et individuels (tabac, alcool...).
Avatar de l’utilisateur
highfly-addict
Grand Econologue
Grand Econologue
Messages : 757
Inscription : 05/03/08, 12:07
Localisation : Pyrénées, 43 ans
x 7




par highfly-addict » 30/01/11, 14:53

Ben non, pourquoi ? ça devrait ?
0 x
"Dieu se rit de ceux qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes" BOSSUET
"On voit ce que l'on croit" Dennis MEADOWS
Avatar de l’utilisateur
sen-no-sen
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6856
Inscription : 11/06/09, 13:08
Localisation : Haut Beaujolais.
x 749




par sen-no-sen » 30/01/11, 15:12

D'un certain point de vue oui.

Le cerveau humain est "triunique", de même que le boeuf , le chat, chien etc...ce qui indique une capacité à ressentir la douleur, avoir des émotions, de la peur , du plaisirs etc...
Les insectes sont de véritables robot organique, d'ailleurs ils sont très largement étudié pour la mise au point de système robotique,notamment leur système nerveux,car il reste, à comparer d'animaux plus évolués(reptiles,oiseaux,mammifère) relativement simplifié.

Un chien avec une patte cassé va souffrir autant qu'un homme, alors qu'une fourmi peut très bien vivre toutes sa vie avec une patte arraché...
On doit considérer cette approche du ressenti de la douleur comme l'une des base fondamentale du respect envers l'animal.
0 x
"Le Génie consiste parfois à savoir quand s'arrêter" Charles De Gaulle.
dedeleco
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 9211
Inscription : 16/01/10, 01:19
x 10




par dedeleco » 30/01/11, 15:27

Certain, que les mammifères ressentent comme nous, la peur la douleur, comme lorsqu'on attrape des souris chez soi, à leurs cris, à leur réactions de peur !!

Mais, les réactions d'une araignée, d'une mouche ou d'une fourmi, que on va écraser au sol ou en l'air, montrent une claire conscience du danger, avec la fuite intelligente pour échapper, se cacher, et cette conscience du danger, de peur très nette, a certainement une sensation de douleur associée, qui déclenche la fuite, même si le système nerveux est organisé très differemment de nous (mais avec des neurones bien plus similaires).

A mon avis tous les animaux ressentent de la douleur, décelable à leur réactions, de peur, de fuite, de mouvements.

Même les plantes ressentent de la douleur, vu les réactions de certaines pour se protéger ou se défendre !! Et ceci même si leur structure sensitive est très différente de nous et qui reste à découvrir pour l'essentiel.
Certains prétendent qu'elles aiment la musique, avec de meilleures récoltes !!!!!
0 x
Avatar de l’utilisateur
sen-no-sen
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6856
Inscription : 11/06/09, 13:08
Localisation : Haut Beaujolais.
x 749




par sen-no-sen » 30/01/11, 15:45

Ok dedelco, mais il y a une différence ne serais que par la constitution physique de chaque espèces( tu coupe un lombric en deux tu as deux lombric, pour un oiseaux...c'est la mort).
Mais après il faut arrêter le cinéma,la mort d'un veau n'a rien a voir avec celle d'une araignée ou d'un lombric...

Il est d'ailleurs bien curieux que beaucoup de gens soutiennent cette idée d'égalité de tout les êtres, mais que, paradoxalement, ça ne les déranges pas "le moins du monde " de consommer de la viande issue de l'élevage industriel sans se poser de questions et sans vouloir rien changer( l'apologie de la non action).
0 x
"Le Génie consiste parfois à savoir quand s'arrêter" Charles De Gaulle.
dedeleco
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 9211
Inscription : 16/01/10, 01:19
x 10




par dedeleco » 30/01/11, 16:01

tu coupe un lombric en deux tu as deux lombric,


On n'est pas si différent, d'abord les deux parties du vers gigotent d'une énorme douleur, comme nous !!
D'autre part lorsque on se fait un beau trou dans la peau, on cicatrise très bien et tout repousse tout seul, contrairement aux gnons sur ma voiture !!
0 x
Obamot
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 29119
Inscription : 22/08/09, 22:38
Localisation : regio genevesis
x 5737




par Obamot » 30/01/11, 19:05

Ha, ha, ha... ton exemple est trop bon. Sur la mienne non-plus, l'injection ne s'est pas réparée tout seule ! :cheesy:

Mwouais, tout le reste laisse dubitatif...

Une grande partie de l'humanité se nourrit encore de viande. Le fait que nos prédecesseurs en aient mangé il y a 65mios d'années lors de «l'hiver météorique», a probablement sauvé notre espèce... L'homme peut même être anthropophage, oui il l'est encore... (rappelez-vous cet avion écrasé en 1972 dans les Andes, où les rescapés pour survivre, ont dû se sustenter de chair des cadavres des victimes décédées dans l'accident, l'auriez-vous fait à leur place?). Notre espèce et ses précurseurs ont elles aussi servi de "festins" à d'autres espèces vivantes... Carnivores! C'est le côté sombre des lois de la nature, et nous ne sommes apparement pas encore assez évolués pour tous devenir végétaliens... mais ça viendra peut-être un jour.

Mais le simple fait de penser que d'autres espèces vivantes puissent être considérées comme «inférieures», ne ressentiraient pas la douleur, etc (donc c'est poas grave et c'est bien facile de voir les choses sous cet angle...) m'est assez insuportable!

Si on mange de la viande, il faut l'ASSUMER !

Au nom de quoi l'homme serait meilleur ou pire qu'une autre espèce vivante? Plus sensible ou moins qu'une autre? Lui qui est capable de ségrégation, de canibalisme, d'extermination de sa propre espèce?

Quelle est l'espèce tellement primitive:
— qu'elle se détruit en absorbant des drogues ou en empoisonnant ses semblables avec celles-ci;
— qu'elle ne sait parfois plus comment bien se nourrir, s'impose volontairement des carrences ou impose à d'autres des privations pour le profit;
— qu'elle est capable de fabriquer des armes démographiques et de les utiliser;
— qu'elle serait même capable de faire pêter la planète plusieurs fois en raison de sa capacité/folie meurtrière?
— qu'elle se prend pour dieu en modifiant la génétique des autres espèces à titre expérimental... sans en mesurer toutes les conséquences ...juste pour l'appat du gain...
etc...

Vous avez deviné: c'est nous! Pour sûr y'en a point comme nous!

Lorsque notre espèce ou son évolution auront disparu de la planète, les insectes, eux seront encore là!

Qui rira bien, rira le dernier...
Dernière édition par Obamot le 30/01/11, 19:33, édité 1 fois.
0 x
Avatar de l’utilisateur
jlt22
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 414
Inscription : 04/04/09, 13:37
Localisation : Guingamp 69 ans




par jlt22 » 30/01/11, 19:31

dedeleco à dit:
Avec jlt22 on va manger des steaks de sauterelles et laisser tomber les steaks de vaches !!


Dans mon post, j'indiquais seulement une réduction de 10% de nos steaks.
Pour ma part, j'ai réduit de 60% environ, santé oblige.
J'étais un gros carnivore.

Quand aux steaks de sauterelles, j'attends qu'un essaim atterrisse dans mon jardin, je m'en ferai peut-être un régal .
0 x
oiseautempete
Grand Econologue
Grand Econologue
Messages : 848
Inscription : 19/11/09, 13:24




par oiseautempete » 30/01/11, 19:43

jlt22 a écrit :dedeleco à dit:
Avec jlt22 on va manger des steaks de sauterelles et laisser tomber les steaks de vaches !!


Dans mon post, j'indiquais seulement une réduction de 10% de nos steaks.
Pour ma part, j'ai réduit de 60% environ, santé oblige.
J'étais un gros carnivore.

Quand aux steaks de sauterelles, j'attends qu'un essaim atterrisse dans mon jardin, je m'en ferai peut-être un régal .

bien les pourcentages, mais pas rapport à quoi comme base? L'Américain moyen avale des steacks de 500g voir des entrecôtes de 1kg les doigts dans le nez :mrgreen:
Perso, un steck (bio) de 100g me va sans problème, moins, ça devient une portion d'oiseau...
0 x
Avatar de l’utilisateur
sen-no-sen
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6856
Inscription : 11/06/09, 13:08
Localisation : Haut Beaujolais.
x 749




par sen-no-sen » 30/01/11, 19:45

Obamot a écrit :nous ne sommes apparement pas encore assez évolués pour tous devenir végétaliens... mais ça viendra peut-être un jour.



Ya du boulot, vu le succès des hamburgers....

Mais le simple fait de penser que d'autres espèces vivantes puissent être considérées comme «inférieures», ne ressentiraient pas la douleur, etc (donc c'est poas grave et c'est bien facile de voir les choses sous cet angle...) m'est assez insuportable!


Il n'est pas question de considérer tel ou tel espèces comme étant supérieur ou inférieur.
La disparition des lombrics entrainerait une catastrophe mondiale a n'en pas douter, leur importance est donc primordiale.

Ce que j'essayais de dire ce qu'un lombric ressent certainement moins de stress qu'un veau qu'on mène à l'abattoir ou qu'un poule d'élevage en batterie...c'est donc a prendre en considération, non?

Si on mange de la viande, il faut l'ASSUMER !


Parfaitement...en mangeant moins de viande.

Après il est clair que l'homme n'est vraiment pas une référence dans le monde animal, nous sommes les pires prédateurs qui soi ,et notre supériorité est illusoire.
Et c'est dans une logique de respect que je pense qu'il serait tant de mieux considérer nos cousins mammifère, oiseaux etc...
0 x
"Le Génie consiste parfois à savoir quand s'arrêter" Charles De Gaulle.
janic
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 19327
Inscription : 29/10/10, 13:27
Localisation : bourgogne
x 3549




par janic » 30/01/11, 19:53

Obamot bonsoir
Une grande partie de l'humanité se nourrit encore de viande. …Carnivores! C'est le côté sombre des lois de la nature, et nous ne sommes apparement pas encore assez évolués pour tous devenir végétaliens... mais ça viendra peut-être un jour.

Il est évident que l’humanité doit évoluer, mais dans sa tête (prise de conscience) pas dans son corps.
Ci-dessous un extrait de mon livre : « Stop à la maladie : Place pour une vraie santé »
« L HOMME OMNIVORE, UNE ESCROQUERIE ?
Nous venons de voir que les manuels scolaires IMPOSENT l’idée, contradictoire, que l’être humain est omnivore (qui mange de tout). Mais qu’en est-il ?
Chaque catégorie animale est classée, à juste raison elle, selon ses outils naturels permettant cette classification.
Le carnivore est équipé de moyens lui permettant de chasser : griffes préhensiles, dentition particulière avec incisives réduites, canines proéminentes pour accrocher la proie et la déchirer, molaires pointues pour déchiqueter la nourriture, mouvements de la mâchoire verticaux seulement. Sucs digestifs puissants (tel l’ammoniac) servant à neutraliser les purines et ptomaïnes de la viande consécutives à la transformation biochimique des composants carnés, intestins très courts pour une évacuation rapide des déchets intestinaux, longueur des intestins de 3 à 5 fois la longueur de la bouche à l’anus.
L’herbivore ne possède aucun des moyens appropriés à la chasse. L’hypertrophie des canines, chez certains comme l’éléphant, sert de moyens de défense ou de préhension, les incisives sont importantes et larges, les molaires plates, la mâchoire a des mouvements latéraux importants. Le système digestif peut-être double chez les ruminants, les intestins sont très longs de 20 à 30 fois la distance de la bouche à l’anus car la digestion des fibres végétales est très longue.
L’humain semble se situer entre les deux d’où la conclusion hâtive que, n’étant ni l’un ni l’autre, c’est qu’il est les deux en même temps (Un gros maigre ou un grand petit, comme je l’ai mentionné plus tôt). Quelle est la réalité ? Au niveau dentition, il y a uniformisation de la taille des dents, pas de proéminences (Le tout petit millimètre supplémentaire des canines n’a aucun pouvoir préhensile, ni défensif). Les incisives, plus longues et plus larges que chez les carnassiers, ont un pouvoir tranchant, les molaires n’ont aucune aspérité tranchante comme chez les carnivores et sont moins larges que chez les herbivores et moins plates. Les sucs digestifs sont moins agressifs que chez les carnassiers (moins d’ammoniac par exemple), les intestins sont intermédiaires entre les deux autres catégories et de 8 à 10 fois la longueur de la bouche à l’anus.
La surlongueur intestinale par rapport aux carnivores conduit à ce que les déchets et toxines animaux devant être évacués (Chez ceux qui mangent de la viande ou du poisson) se stockent, se putréfient, et sont réabsorbés par la paroi intestinale, engendrant une intoxication que l’organisme doit neutraliser régulièrement, en attendant d’être déféqués. De même la sous longueur intestinale empêche une assimilation complète des nutriments végétaux (Chez ceux qui mangent des herbes) d’où risques de carences. Nous verrons tout cela plus loin.
Donc l’homme n’est ni carnivore, ni herbivore, ni les deux en même temps. Il possède des moyens de préhension, ses mains, (Sans griffes) avec lesquelles il saisit sa nourriture. Sa dentition permet la coupe de l’aliment mais pas son arrachage, ses molaires permettent un écrasement vertical avec un léger mouvement latéral. S’il était omnivore il devrait, comme tous les animaux, se servir de ses moyens propres pour subvenir à ses besoins. Or il est INCAPABLE de chasser avec ceux-ci, de déchirer avec ceux-ci, de brouter avec ceux-ci. Sa vitesse de déplacement est largement inférieure à ses éventuelles proies, sa forte odeur le fait repérer de loin, il ne se confond pas avec l’environnement, etc.… Par contre, il peut ramasser, cueillir. Et que peut-il ramasser et cueillir ? Des fruits, des baies, des herbes avec leurs graines et fleurs, voire des racines et éventuellement des déchets laissés par d’autres animaux comme le font les charognards ; ces « frères » alimentairement parlant, que nous considérons avec dégoût.
Certains évoquent l’évolution qui aurait permis à l’homme d’inventer des instruments propices à la chasse et à la pêche. Cela ne peut être contesté car on le retrouve même dans les tribus primitives actuelles ; mais cela ne répond pas à la question : avant qu’ils n’inventent ces instruments, comment se sont-ils sustentés pendant les milliers d’années précédant ces inventions ? La chasse, la pêche, ne sont pas des comportements de base mais des comportements culturels d’adaptation. Or une adaptation ne modifiant aucun des paramètres de base, ne reste qu’une adaptation, pas une EVOLUTION. Donc l’humain est et reste un ramasseur et un cueilleur. »
que je cite sur mon blog (pour ceux que cela intéresse éventuellement). www.bibleetsante.overblog
1 x

 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Santé et prévention. Pollutions, causes et effets des risques environnementaux »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 112 invités