Moteurs ou procédés surunitaires, débat et idées ?Perpetuum Mobile. Explication.

Mythe ou réalité ? La question reste posée ! A vous de juger sur cette partie du forum, des procédés tels que les inventions de Tesla, Newman, Perendev, Galey, Bearden, la fusion froide...

La recherche du mouvement perpetuel est un "phantasme" de l'esprit humaine depuis des siècles...
Avatar de l’utilisateur
Mikhail
Je comprends l'éconologie
Je comprends l'éconologie
Messages : 105
Inscription : 21/01/05, 11:55
Localisation : 38

Perpetuum Mobile. Explication.

Message non lupar Mikhail » 05/01/06, 22:52

Les principes de fonctionnement et les calculs d'un flotteur du moteur 01 11357

Nous fabriquons le flotteur (de volume variable) de telle façon, qu'en état du volume minimal il pèse 10 kg SOUS l'EAU, et en état de volume maximum il pèse moins que l'eau (-)10 kg, pour qu'il émerge ver la surface. Par ex., si son poids est = 110 kg, son volume est = 100 litres en son état de volume min. et 120 litres dans l'état du volume max..
La flotteur est hermétique, à l'intérieur se trouve l'air et son mécanisme, par ex.:

Le mécanisme comprend la masse (n'importe quelle masse en béton par ex. ou un volume remplie de sable), qui est fixée au bout d'un bras de levier. Dedans se trouvent les (ou le) ressorts à gaz, et le piston. Le ressort à gaz c'est un cylindre avec le piston, rempli par l'azote sous la pression. Les ressorts à gaz, par ex. sont utilisés dans les automobiles pour le maintien de la portière arrière (ou de capot), qui s'ouvre de bas en haut.
La flotteur se trouve sous l'eau, par ex. à la profondeur 3 m, le piston tourné ver le haut, comme montré sur le dessin:


Nous analysons que se passe :
La masse (par ex. d'un poids = 100 kg) se déplacera ver le bas, elle déplacera (attirera à l'intérieur) le piston, en diminuant le volume du flotteur et en comprimant les ressorts à gaz (auxquels nous stockons l'énergie potentielle).
A la profondeur 3 m la pression de l'eau = 0,3 kg /cm². Cette pression agit sur le piston avec la force, proportionnelle a la surfasse du piston. Si la surfasse du piston = 800 cm², l'eau à la profondeur de 3 m agira sur le piston par la force de : 800 * 0,3 = 240 kg. Au bout de bras du levier on aura 240/2 = 120 kg. Si les ressorts à gaz se trouvent au bout du levier, sur les ressorts on auras le poids de la masse (100 kg) et la force de 120 kg, provenant du piston. Au bout de bras du levier on auras : 100 + 120 = 220 kg. Nous choisissons les ressorts à gaz d'une force de poussée = 220 kg.

La flotteur diminue son volume, son poids sous l'eau devient = 10 kg et il cule ver le fond. Admettons que la profondeur de la pissine est = 8 m. Le flotteur passe de la profondeur de 3 m jusqu'à la profondeur de 8 m. Chemin parcourus = 5 m.

Admettons que la hauteur du flotteur permet à la masse de se déplacer à la distance = 50 cm.
Le parcours de la masse = 50 cm. Puisque le piston est poussée par le milieu du levier, il passera la distance 50/2 = 25 cm. La surfasse du piston = 800 cm² * 25 cm = 20 000 cm.cube = 20 litres. Le déplacement du piston à diminué le volume du flotteur à 20 litres.
Pour un poids de 110 kg et le volume (du flotteur sous l'eau) de 100 litres, son poids (sous l'eau) est = 10 kg. Le flotteur de 10 kg "tombe" d'une hauteur des 5 m (sous l'effet de la gravitation).
Le flotteur a "tombé" (coulé) à la profondeur de 8 m. La masse à l'intérieur du flotteur se trouve en bas, le piston est déplacé (est attiré) à l'intérieur.

Maintenant nous retournons le flotteur à 180 °. Pour cela on doit lever un poids de 10 kg à la hauteur de 50 cm (le flotteur pèse sous l'eau 10 kg, la masse se trouve en bas) pour que la masse passe au dessus. Le parcourt de la masse = 50 cm.
Le flotteur se retrouvera dans cette position :

La gravitation et les ressorts à gaz (ils rendront l'énergie accumulé) déplaceront la masse ver le bas, pousseront le piston ver le bas (de l'intérieur ver l'extérieur), ayant augmenté le volume du flotteur de 20 litres. Maintenant le flotteur est plus léger que l'eau, il pèse sous l'eau (-)10 kg et va monter ver le haut, ver la profondeur de 3 m, là on l'arrête.

Le flotteur, "en tombant" de la hauteur de 5 m produit l'énergie et pour le retourner, il faut aussi dépenser l'énergie. C.t.d., le flotteur (10 kg) "tombait" d'une hauteur de 5 m et pour le retourner, il faut le lever (son poids de 10 kg en le retournant) à une hauteur de 50 cm.
D'ici : 5 m - 0,5 m = 4,5 m - la distance, sur la quelle le flotteur produit l'énergie.
L'énergie ne dépend pas de la trajectoire, mais seulement de la hauteur.
Au dessus (à la profondeur 3 m) il faut le retourné de nouveau, en dépensant la même quantité d'énergie que en bas, et il coule, etc.

Pour que les flotteurs se retournent elles-mêmes et pour augmenter la puissance de système, nous fixons les flotteurs à une chaîne (ou les chaînes), qui contournent les roues et les flotteurs se retournent, en contournant les roues.


Les flotteurs se retournent à 180 ° en haut et à 180 ° en bas, en contournant les roues et ils produisent le travail utile (l'énergie) en descendant (en coulant) et en remontant (en flottant ver le haut).
C'est tout.
0 x
S.M.
energie.numeriblog.fr
perpetuum.monsite.orange.fr

Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 48999
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 732

Message non lupar Christophe » 06/01/06, 10:49

Sujet deja largement évoqué et débattu...
0 x
Ce forum vous a aidé? Aider le site aussi et partagez les meilleures pages sur vos réseaux sociaux. Un Tip pour l'éconologie - Des articles, des analyses et des téléchargements - Publiez un article sur Google Actualités

Revenir vers « Moteurs ou procédés surunitaires, débat et idées ? »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité