Moteurs ou procédés surunitaires, débat et idées ?La recherche sur la fusion froide est elle crédible?

Mythe ou réalité ? La question reste posée ! A vous de juger sur cette partie du forum, des procédés tels que les inventions de Tesla, Newman, Perendev, Galey, Bearden, la fusion froide...

La recherche du mouvement perpetuel est un "phantasme" de l'esprit humaine depuis des siècles...
tagor
J'ai posté 500 messages!
J'ai posté 500 messages!
Messages : 534
Inscription : 06/04/07, 12:31

La recherche sur la fusion froide est elle crédible?

Message non lupar tagor » 09/12/07, 11:07

pour ceux qui voudraient plus d'information sur la fusion froide
voici une présentation de :
Jean-Paul Biberian
Né le 26 juin 1946 à Marseille


--------------------------------------------------------------------------------



Diplômes Ingénieur Ecole Nationale Supérieure d'Electricité et de Mécanique de Nancy 1969

Diplôme d'Etudes Approfondies de Cristallographie 1970

Docteur Ingénieur, Université d'Aix-Marseille II 1971

Docteur ès Sciences, ENSCP, Université de Paris VI 1975



-------------------------------------------------------------------------------
Fusion Froide

--------------------------------------------------------------------------------



C'est le 23 mars 1989, que le monde entier apprends que deux électrochimistes : Stanley Pons de l'Université de l'Utah aux Etats-Unis et Martin Fleischman de celle de Southampton en Grande-Bretagne venaient de montrer que l'on pouvait réaliser des réactions nucléaires à basse température en faisant passer du courant électrique dans une cellule électrochimique composée d'une électrode appelée cathode en palladium et une seconde en platine appelée anode, dans un électrolyte à base d'eau lourde. Les deux professeurs avaient observé qu'ils obtenaient plus de chaleur que d'énergie électrique fournie. La quantité de chaleur dégagée ne pouvait s'expliquer par une réaction chimique, ils ont donc immédiatement pensé à une réaction nucléaire.

Bien qu'aucune loi fondamentale de la physique ne soit violée dans cette hypothèse, les scientifiques étaient extrêmement sceptiques. De nombreuses expériences ont été immédiatement faites dans de nombreux laboratoires afin de vérifier les dire des deux découvreurs. Evidemment beaucoup échouèrent, mais quelques uns réussirent. Le Département de l'Energie aux Etats-Unis constitua une équipe pour analyser le phénomène, et conclut qu'il ne fallait pas de financement spécial pour ces études, mais que cela pouvait se faire avec les budgets habituels. Cette conclusion fut en pratique considérée comme une interdiction de faire des recherches sur ce sujet qui était mis au niveau du charlatanisme. Pons et Fleischman furent traités de mauvais expérimentateurs, et même de fraudeurs et eurent beaucoup de mal à se faire entendre.

La recherche sur la Fusion Froide disparut des médias grands publics, et pour tous, en particuliers les scientifiques, l'affaire était close, le sujet n'existait pas. Mais de nombreuses personnes de tous bords ont continué avec très souvent des moyens de fortune à essayer d'améliorer les premiers résultats. Le grand reproche que l'on avait fait en 1989 était le manque de reproductibilité des expériences. En science, et surtout en physique, on doit être capable de reproduire une expérience autant de fois que souhaité, et par différents groupes. Ce n'était pas le cas à l'époque. Certaines expériences étaient positives et donnaient un excès de chaleur, et d'autres ne donnaient rien. Les inventeurs de cette nouvelle science comprirent rapidement que le premier lot de palladium qu'ils avaient reçu donnait de bons résultats, tandis que les suivants ne fonctionnaient plus. Il faut dire que le fabriquant de palladium avait changé sa méthode d'élaboration, et ne voulait pas dévoiler ses secrets de fabrication!

Différentes équipes se sont mises au travail. Elles ont cherché à comprendre les différents aspects de la métallurgie du palladium, et petit à petit les améliorations sont arrivées. D'autres méthodes pour mettre en évidence le phénomène ont été développées. Au bout du compte on sait maintenant que le phénomène est beaucoup plus général que ce que l'on croyait. Il ne s'agit plus simplement d'un phénomène de fusion de deux noyaux de deutérium (un isotope d'hydrogène) pour fabriquer de l'hélium, mais des réactions nucléaires beaucoup plus complexes, allant de la fusion de noyaux à la fission (casser un noyau lourd pour en produire des plus légers en dégageant de la chaleur), et même à la transmutation d'un élément en un autre (le rêve des alchimistes).

Les réactions nucléaires ont été découvertes par Beckerel, Pierre et Marie Curie. Ce sont eux qui ont mis en évidence pour la première fois que l'atome n'était pas nécessairement stable. Ils ont montré que certains atomes tels que le radium pouvait se transformer en un autre. C'était la première brèche à la sacro-sainte loi de Lavoisier "Rien ne se perd rien ne se crée, tout se transforme". Plus tard, des expériences ont montré que de l'uranium bombardé par des neutrons se fissionnaient, et se transformaient en deux autres noyaux plus légers, ainsi que deux ou trois neutrons avec un dégagement d'énergie. C'est cette réaction qui est à l'origine de la réaction en chaîne à la base des réacteurs nucléaires actuels, et de la bombe atomique.

Une autre forme de réaction nucléaire est possible. Il s'agit de la fusion d'atomes légers pour en produire des plus lourds avec également un dégagement de chaleur. C'est ce qui se produit dans le soleil et les étoiles, où deux noyaux d'hydrogène fusionnent. Pour réussir une telle réaction, il faut arriver à faire se toucher deux noyaux de même signe électrique qui ont tendance à se repousser. Dans le soleil, ce sont les très hautes température et pression qui règnent au centre de l'astre, qui permettent à ces réactions de se produire. Les noyaux arrivent alors à rentrer en contact malgré la force de répulsion. Lorsque les noyaux sont proches l'un de l'autre, les forces nucléaires prennent le relais et permettent aux deux noyaux de s'attirer et de fusionner. Depuis cinquante ans, on sait faire ce genre de réaction avec la bombe à hydrogène. Dans ce cas, afin d'obtenir les hautes températures exigées, une première bombe nucléaire à fission comprime fortement l'hydrogène qui fusionne. Cette réaction n'est évidemment pas facile à réaliser. On sait donc la réaliser de manière brutale, par contre la faire de manière contrôlée est beaucoup plus difficile. Le projet international ITER (International Torus Experimental Reactor), qui sera installé à Cadarache, a pour but de montrer la faisabilité de la fusion thermonucléaire. La méthode employée est de confiner l'hydrogène dans une enceinte en forme de tore. Le gaz est porté à très haute température, et empêché de toucher les parois par des champs magnétiques intenses. Les gaz sont tellement chauds que d'une part ils s'ionisent, c'est à dire que le noyau d'hydrogène se sépare de son seul électron et d'autre part ils atteignent de telles vitesses, qu'ils peuvent entrer en collision et fusionner pour produire dans le cas du projet ITER de l'hélium et un neutron.

La fusion froide réalise le même type de réaction de fusion mais dans un solide et sans radioactivité. L'idée de départ est de confiner dans l'espace entre les atomes d'un métal deux atomes d'hydrogène pour les contraindre à réagir. Lorsque deux atomes de deutérium fusionnent ainsi on produit de l'hélium, gaz très inoffensif que l'on utilise pour gonfler les ballons! En réalité, le phénomène est beaucoup plus complexe, et plus varié que cela. Au cours de ces quinze dernières années on s'est aperçu que des réactions très spéciales et inconnues se produisaient dans les matériaux chargés d'hydrogène ou de ses isotopes. Non seulement il a été montré que l'on pouvait faire de la fusion froide, mais également les scientifiques ont montré que des réactions secondaires de transmutation et de fission de noyaux pouvaient avoir lieu.

Ces phénomènes ne sont donc pas l'exception. Tout un domaine de la physique est en train de s'ouvrir. Nous sommes à l'aube d'une nouvelle science dont les conséquences sont absolument imprévisibles, dans le bon sens du terme. Les applications paraissent immenses: de la production d'énergie propre (pas de déchets radioactifs, pas de gaz à effet de serre), au traitement des déchets de toutes sortes: radioactifs ou métaux lourds. Un autre pan de la science est en train de s'ouvrir. C'est ce que nous appelons maintenant les Réactions Nucléaires dans la Matière Condensée.

Cette nouvelle voie de recherche en est encore à ses balbutiements. Après plus de seize années de travaux, nous ne sommes sûr que d'une chose : il y a bien un phénomène nouveau qui était passé entre les mailles du filet jusqu'à présent. Par contre nous ne savons pas encore quelle théorie est capable de l'expliquer. Elles sont d'ailleurs déjà nombreuses supposées expliquer le phénomène. Elles vont de la mécanique quantique la plus classique à des assemblages de neutrons, de vibrations du réseau métallique, d'arrangements atomiques nouveaux, de monopôles magnétiques et bien d'autres.

Des scientifiques travaillent dans ce domaine dans une quinzaine de pays et se réunissent régulièrement.
En Russie, il y a une réunion annuelle qui rassemble une grande partie des 29 laboratoires Russes travaillant dans ce domaine.
En Italie, tous les deux ans a lieu à Asti une réunion internationale très informelle qui fait le point sur ces travaux.
Au Japon une société savante a été créée qui rassemble les Japonais travaillant dans ce domaine.
Enfin de manière régulière, presque chaque année a lieu une conférence internationale : l'International Conference on Cold Fusion, la Conférence Internationale sur la Fusion Froide. ICCF11, la onzième a eu lieu à Marseille du 29 octobre au 5 novembre 2004. 170 chercheurs de 20 pays différents ont participé à cette conférence. La conférence a débuté le dimanche 29 octobre par une journée de formation à la fusion froide destinée aux spécialistes, mais également aux personnes nouvelles dans le domaine et qui souhaitent connaître les bases de cette spécialité. Le mardi 2 novembre la conférence s'est déroulé à la Faculté des Sciences de Luminy, ouverte à tous les scientifiques qui le désiraient. Enfin la semaine s'est terminé par une conférence de presse pour les revues scientifiques, mais aussi pour les médias grand public.

La dernière conférence, ICCF12 , a eu lieu au Japon du 28 Novembre au 2 Décembre 2005 .
La prochaine aura lieu en juin 2007 en Russie.

Il nous paraît opportun en cette période où l'énergie devient un souci mondial d'apporter cette information à l'attention du public, et d'annoncer que d'autres voies que celles connues existent. Que rien n'est encore joué, et que d'autres possibilités existent. Il n'y a pas que le pétrole, le gaz, le nucléaire et les éoliennes. Peut être que dans quelques années, si nous nous en donnons les moyens une autre source d'énergie inépuisable et propre sera accessible à tous.


Rapports des "International Conference on Cold Fusion" ICCF12
ICCF10
ICCF 9
[/quote]
0 x

tagor
J'ai posté 500 messages!
J'ai posté 500 messages!
Messages : 534
Inscription : 06/04/07, 12:31

Re: la recherche sur la fusion froide est elle crédible?

Message non lupar tagor » 09/12/07, 11:21

confférence récente :
http://www.iscmns.org/catania07/

Home Membership Search / Site Map FAQ News Sicily ICCF14 FP7 JCMNS

Copyright © 2003-2007 The International Society for Condensed Matter Nuclear Science.








8th International Workshop on Anomalies in Hydrogen / Deuterium Loaded Metals
13-18 October 2007
Sheraton Catania, Hotel and Conference Center
Via Antonello da Messina 45, 95020 Cannizzaro(CT), Sicily, Italy


Organizing Committee
William Collis (Chair), Antonio Spallone, Sebastiano Truglio, Fulvio Frisone, Xingzhong Li

Co-Organizing Sponsors
Fondazione Fulvio Frisone, ISCMNS

For all enquiries regarding this workshop contact catania@iscmns.org

Follow Up
Program & PresentationsPhoto Gallery
Workshop Poster (A3) (download and display it!)

Location
The workshop was held in the (4 star) Sheraton Hotel near Catania, Sicily just 100m from the sea shore (with private beach). All 165 rooms and suites have air conditioning, bath room, TV, hair dryer etc. There is a health centre, restaurant, bars on the premises. The organization booked a block of rooms at the Sheraton and 5 nights accommodation and meals was included in the workshop fees. How to get there. GPS coordinates 37° 32' 32" N, 15° 08' 12" E
0 x
Avatar de l’utilisateur
Capt_Maloche
Modérateur
Modérateur
Messages : 4545
Inscription : 29/07/06, 11:14
Localisation : Ile de France
x 27

Message non lupar Capt_Maloche » 09/12/07, 12:52

tiens?

Rémundo n'est pas passé par là? :D
0 x
"La consommation s'apparente à une recherche de consolation, un moyen de remplir un vide existentiel croissant. Avec, à la clé, beaucoup de frustration et un peu de culpabilisation, accrue par la prise de conscience écologique." (Gérard Mermet)
OUCH, OUILLE, AÏE, AAHH! ^_^
tagor
J'ai posté 500 messages!
J'ai posté 500 messages!
Messages : 534
Inscription : 06/04/07, 12:31

Message non lupar tagor » 09/12/07, 16:50

Capt_Maloche a écrit :tiens?

Rémundo n'est pas passé par là? :D

si c'est le cas il ne pourra plus dire que je ne lui
fourni pas les bonnes références

dans son fauteuil c est facile de dire que J L Naudin fait
n'importe quoi mais c'est quand meme lui qui
a validé le premier , en france , ces anomalies !

dans les publications il est fait mention d'anomalie
par abus de langage ont dit souvent sur unité
le tout est de s'entendre sur la signification des mots
sans se buté de de maniere ostantatoire
0 x
Avatar de l’utilisateur
Cuicui
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 3547
Inscription : 26/04/05, 10:14
x 1

Re: La recherche sur la fusion froide est elle crédible?

Message non lupar Cuicui » 09/12/07, 16:56

[quote="tagor"]Ce n'est pas pour porter ombrage à la fusion froide, mais je trouve que l'article aurait aussi pu citer les striction magnétique et les résultats obtenus par la Z-machine de Sandia... :cheesy:
Mais il est vrai qu'une fusion à 3,7 milliards de degré n'est pas spécialement froide. Suis carrément hors sujet. Je sors.
Dernière édition par Cuicui le 15/12/07, 01:14, édité 1 fois.
0 x

tagor
J'ai posté 500 messages!
J'ai posté 500 messages!
Messages : 534
Inscription : 06/04/07, 12:31

Re: La recherche sur la fusion froide est elle crédible?

Message non lupar tagor » 09/12/07, 17:22

Cuicui a écrit :Ce n'est pas pour porter ombrage à la fusion froide, mais je trouve que l'article aurait aussi pu citer les striction magnétique et les résultats obtenus par la Z-machine de Sandia... :cheesy:


biberian est branché sur la vulgarisation et est plutot attiré
par les transmutations ...

il me semble que cela aurait plus de rapport avec les explications
éventuelle du gille-pantone qu'avec la z machine

pour ma part je n'ai aucun avis défavorable ou favorable
sur la z machine , la seule chose qui m'inquiete c'est de voir
la démolition systémtique venat de certain ... qui refuse de voir
le traitemenent disproportionné apporté aux solutions
envisageables pour l'avenir ...


aussi je prefere me retirer des débats stériles

j'aimerai aussi qu'on m'explique pourquoi le mot
sur unité déclenche autant dérapage verbale ?
0 x
tagor
J'ai posté 500 messages!
J'ai posté 500 messages!
Messages : 534
Inscription : 06/04/07, 12:31

Re: La recherche sur la fusion froide est elle crédible?

Message non lupar tagor » 09/12/07, 19:25

exemple d'application de la fusion froide :

NEAL-GLEESON

Voir Groupe de Cincinatti.

Une réduction de radioactivité a été remarquée sur plus de 100 essais. Si des scientifiques de renom recommençaient ces expériences, ce procédé serait utile pour éliminer certains déchets, comme par exemple les 66 millions de gallons de liquides pollués stockés dans plus de 100 réservoirs sur le site nucléaire de Hanford Washington.



CINCINNATI GROUP

Holloman & Associates, 9772 Princeton-Glendale Rd, Cincinnati Ohio 45246


TEL : (513) 874-4943 FAX : (513) 874-6982


Internet http://www.cgis.net/concygrp

Les résultats de recherche de ce groupe à financement privé (soutenu depuis 1994 par Eugène Mallove et Hal Fox) et dont les membres désiraient encore garder l’anonymat en 1996 ont été présentés pour la première fois, lors d'un symposium du 20/01/96. On sait depuis qu’il s’agit de Stan Neal et Rod Gleason qui ne possèdent pas de bagage scientifique classique mais, faisant partie d’un groupe de Chrétiens Charismatiques, ils affirment avoir reçu des révélations divines qui leur ont permis de réaliser cette grande avancée dans la technologie scientifique qu’ils rendent largement publique depuis 1997.

Le 23/12/ 95 un brevet a été déposé sur le sujet suivant : "Procédé par lequel on peut réduire de façon importante la radioactivité naturelle en se servant d’un réacteur spécialement conçu." Des accords pour démontrer cette capacité ont été passés avec une entreprise chargée par le gouvernement de nettoyer un des nombreux sites radioactifs des USA.

Le processus de conversion sur un laps de temps de quelques heures d’éléments radioactifs en éléments stables prend dans la nature des millions d’années (14 milliards pour le thorium). Néanmoins, Neal et Gleason affirment transmuter du thorium, métal radioactif, en deux métaux neutres, du titanium et du cuivre. Les mesures donnent une réduction de radioactivité de 72 %, le tout en une heure, sous l’action d’un courant électrique de 300 watts, dans une cuve en acier. Le procédé est fiable, tout à fait reproductible, à bas niveau d’énergie, peu coûteux, rapide, c’est une alchimie moderne.

Neal et Gleason affirment aussi qu’en augmentant la taille de leurs chambres de transmutation, ils seront capables d’éliminer réellement et avec sûreté les déchets radioactifs et le plutonium.

Lors du symposium de 1996, E. Mallove a projeté un petit film où l’on voit une boule de feu miniature, un appareil alimenté par 70 watts qui crée une haute température et fond la surface d’une tuile céramique (dont le point de fusion est d’environ 4500 °F). On peut voir sur une autre vidéo la fusion d’un morceau de quartz et d’une pièce de cuivre.

Le Dr Robert Bass qui était venu à Cincinnati pour préparer l’avant-projet d’application du brevet de 1995, avait été bouleversé en voyant la boule de feu électrochimique (voir les photos sur le site américain) qu’il avait observée lors de l’expérience de transmutation. Il fut conforté par un verset de la Bible lui confirmant le bien-fondé de cette découverte où ‘’l’Adversaire’’ n’intervenait pas.

En septembre 97, Robert R. Liversage diplômé en Chimie muni d’une longue expérience dans la spectroscopie atomique, travaillant au DataChem Laboratory, au Canada, confirme les résultats annoncés par le groupe de Cincinnati. Il a pratiqué une évaluation rigoureuse (échantillons témoins, qualité des matériaux et des récipients…) avec des instruments de mesure tels le ICP/MS Perkin Elmer/ Sciex Elan 250 et d’autres techniques poussées. Il a trouvé que 80 % (72 % avec le compteur à ‘’scintillation’’ RM-60 micro rœntgen radiation monitor, relié à un ordinateur) du thorium avaient été transmutés. La concentration de titanium était 10 fois plus élevée que celle du cuivre. De plus, les proportions isotopiques étaient altérées de façon significative, 1800 % d’écart par rapport à la norme naturelle du cuivre, et 560 % pour le titanium. (Pour plus de détails : R.R. Liversage PO Box 1262, Covington KY 41012 - 1262 , ou par e-mail ou par le site de Cincinnati Group).
0 x
Avatar de l’utilisateur
Capt_Maloche
Modérateur
Modérateur
Messages : 4545
Inscription : 29/07/06, 11:14
Localisation : Ile de France
x 27

Message non lupar Capt_Maloche » 09/12/07, 20:07

ce serait bien, mais de là à vérifier dans la bible... faut pas déconner
0 x
"La consommation s'apparente à une recherche de consolation, un moyen de remplir un vide existentiel croissant. Avec, à la clé, beaucoup de frustration et un peu de culpabilisation, accrue par la prise de conscience écologique." (Gérard Mermet)
OUCH, OUILLE, AÏE, AAHH! ^_^
tagor
J'ai posté 500 messages!
J'ai posté 500 messages!
Messages : 534
Inscription : 06/04/07, 12:31

Message non lupar tagor » 10/12/07, 09:05

Capt_Maloche a écrit :ce serait bien, mais de là à vérifier dans la bible... faut pas déconner


oui effectivement ...
ce texte est tiré du site quant hommme qui publie , parfois ,
des informations douteuses ou non confirmées
il faut lire entre les lignes et prendre les infos postives!
( élimination des dechets radioactifs)


cela dit , Louis Boutard, inculte au départ , est devenu moine
il avait acces ainsi a quantité de livres

apres avoir étudié plusieurs langues il a été inspiré par les
écritures et a concus des appareils , sans piece mobile , qui
produisaient de l'électricité ... encore une source propre et
apparemment énépuisable d'énergie ...

alors que le monde scientifique s'acharne sur des solutions douteuses!!
0 x
chatam
J'ai posté 500 messages!
J'ai posté 500 messages!
Messages : 536
Inscription : 03/12/07, 13:40

Message non lupar chatam » 10/12/07, 09:19

tagor a écrit :oui effectivement ...
ce texte est tiré du site quant homme qui publie , parfois ,
des informations douteuses ou non confirmées



C'est le moins que l'on puisse dire: il y a tellement de mystificateurs qui y pondent leurs délires que ce site n'a pour moi pas le moindre intérêt, quand à la fusion froide, ça ne vaut guère mieux: l'on a détecté, parfois, des émissions d'énergie étranges et de plus pas reproductibles: erreurs de procédure sans doute, à mettre dans le même sac que la "mémoire de l'eau"... :mrgreen:

(édité par ex-océano : correction BBCode 10/12/2007-20:46)
0 x


Revenir vers « Moteurs ou procédés surunitaires, débat et idées ? »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité