Thorium: l'avenir du nucléaire?

Pétrole, gaz, charbon, nucléaire (REP, EPR, fusion chaude, ITER), centrales électriques thermiques gaz et charbon, cogénération, tri-génération. Peakoil, déplétion, économie, technologies et stratégies géopolitiques. Prix, pollutions, coûts économiques et sociaux...
bardal
J'ai posté 500 messages!
J'ai posté 500 messages!
Messages : 505
Inscription : 01/07/16, 10:41
Localisation : 56 et 45
x 193

Re: Thorium: l'avenir du nucléaire?




par bardal » 23/07/18, 16:23

Oups, j'ai oublié le coup de la fusion.

Là aussi, on voit très bien ce qui a voulu être dit initialement: " il est probablement plus rentable à court terme d'investir dans une filière thorium, qui nous mettrait rapidement à l'abri de la pénurie d'énergie pour plusieurs siècles, que de miser tout sur la fusion nucléaire". C'est effectivement tout à fait audible dans un contexte d'arbitrage budgétaire où les fonds sont rares.

Mais de là à transformer cela en " l’énergie au thorium serait tellement intéressante qu’elle surpasserait la fusion nucléaire ", je trouve qu'il y a une grave incompétence de journalisme. Is it not ?
0 x

Avatar de l’utilisateur
izentrop
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 8107
Inscription : 17/03/14, 23:42
Localisation : picardie
x 651
Contact :

Re: Thorium: l'avenir du nucléaire?




par izentrop » 23/07/18, 17:09

Bonjour,
bardal a écrit :Ce texte est sidérant par sa naïveté d' enfant découvrant l'inexistence du Père Noël; que croyait-elle, à la fin, cette jeune chimiste, de cette histoire de thorium? Qu'il suffisait de frapper dans ses mains pour régler magiquement tous les problèmes?
Tu es bien sévère, elle ne fait que traduire un texte de 2014 écrit par des professionnels de l'atome, que j'avais aussi cité https://whatisnuclear.com/thorium-myths.html

Et puis les arguments cités étaient en grande partie ceux du documentaire (confusionniste) d' Arte cité au début de ce sujet.

On sent bien transparaître la position de la jeune journaliste, mais comme les arguments sont "sourcés", on peut tout à fait faire son opinion avec les articles scientifiques cités en bas de page .
C'est le principe des articles de cette revue. Un concept sérieux, je trouve.

Avec la culture du secret dans ce domaine, il est difficile de se faire une idée. En tout cas merci pour tes éclaircissements.

Sais tu si c'est un problème de résistance des matériaux qui retardent cette technologie (en dehors de Nicolas Hulot ) ?

Le docu en question:
0 x
"Les détails font la perfection et la perfection n'est pas un détail" Léonard de Vinci
Avatar de l’utilisateur
izentrop
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 8107
Inscription : 17/03/14, 23:42
Localisation : picardie
x 651
Contact :

Re: Thorium: l'avenir du nucléaire?




par izentrop » 23/07/18, 17:48

La sécheresse au Royaume-Uni réduit drastiquement la production d'énergie des éoliennes https://www.earth.com/news/uk-wind-drou ... ne-energy/
Ce mois-ci, la production d'électricité a chuté de 40% et était inférieure de 30% à la quantité d'énergie éolienne générée l'année dernière, même avec de nouveaux parcs éoliens et les progrès de la technologie éolienne au Royaume-Uni.

L'année dernière, l'énergie éolienne a fourni 15% de la puissance britannique, soit deux fois plus que le charbon, mais cette année, ces chiffres ont chuté à moins de 2% le 2 juin.
0 x
"Les détails font la perfection et la perfection n'est pas un détail" Léonard de Vinci
bardal
J'ai posté 500 messages!
J'ai posté 500 messages!
Messages : 505
Inscription : 01/07/16, 10:41
Localisation : 56 et 45
x 193

Re: Thorium: l'avenir du nucléaire?




par bardal » 23/07/18, 18:39

Les problèmes qui restent à résoudre dans les filières sels fondus-thorium sont essentiellement des problèmes technologiques qui tournent autour de :

- les matériaux de la cuve et accessoires résistant aux sels fondus à ces températures

- optimisation des processus d'extraction et de retraitement en cours de fonctionnement

- dissolution des oxydes de thorium dans les acides

- optimisation de la régulation thermique

- étude concrète des diverses options d'incinération des déchets...

Il manque surtout la construction d'un prototype ou d'un démonstrateur permettant d'accumuler des expériences concrètes; la filière thorium-sels fondus comporte de multiples variantes et seules de multiples essais (à l'échelon international) permettront les choix pertinents. Il n'y a aucune mythologie là-dedans, mais simplement une démarche rationnelle et scientifique (qui d'ailleurs est tout sauf simple). La situation la pire est celle que nous connaissons depuis une vingtaine d'années, sous la pression des anti-nucléaires, situation de semi-blocage, sans choix clair et avec diverses incertitudes sur l'avenir; ça a déjà coûté Superphénix et quelques dizaines de Mds…
1 x
Avatar de l’utilisateur
sen-no-sen
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6644
Inscription : 11/06/09, 13:08
Localisation : Haut Beaujolais.
x 602

Re: Thorium: l'avenir du nucléaire?




par sen-no-sen » 23/07/18, 21:44

bardal a écrit :Ah bon ? Quels ingénieurs et où ?


Tu réponds toi même à la question:
et qui peut se résumer de la façon suivante: le CEA a tout misé sur la filière surgénérateur Ur, comptant sur les stocks énormes d' uranium 238 et sur le plutonium en réserve, ce qui a conduit à Phénix, SuperPhénix et Astrid (et à l'utilisation du sodium comme caloporteur); en face divers chercheurs et ingénieurs, minoritaires quoique appartenant pour certains au CNRS, proposent plutôt une filière thorium-sels fondus.


Comme d'habitude c'est la contrainte qui viendras orienter les choix technologiques,on en reparle dans dix ans?
0 x
"Le Génie consiste parfois à savoir quand s'arrêter" Charles De Gaulle.

moinsdewatt
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 5014
Inscription : 28/09/09, 17:35
Localisation : Isére
x 540

Re: Thorium: l'avenir du nucléaire?




par moinsdewatt » 23/07/18, 22:01

J' avais posté ça sur forum oleocene :

Une expérience sur le réacteur de thorium à sels fondus et quelques mythes sur les réacteurs au thorium

26 août 2017

Une expérience aux Pays-Bas va tester la conception d’un réacteur de thorium à sels fondus. Au-delà de l’annonce, on en profite pour débunker quelques mythes autour du réacteur de thorium.

Les scientifiques du Nuclear Research and Consultancy Group (NRG) à Petten aux Pays-Bas, ont commencé la première expérience de réacteur de thorium à sels fondus. Il n’y a que quelques endroits au monde où on peut effectuer ces tests. Avec cette expérience, l’Europe vient d’entrer dans la course à l’énergie de Thorium.

L’expérience SALt Irradiation ExperimeNT (SALIENT) a été préparée en collaboration avec l’European Commission Laboratory Joint Research Center-ITU et elle consiste en une série d’expériences avec des étapes successives plutôt qu’une seule exploration.
La première phase de SALIENT se concentrera sur la création d’un combustible de réacteur qui soit plus propre. On le fait en supprimant les métaux nobles du combustible de thorium lorsqu’il se transforme en uranium par l’intermédiaire de la fission. Dans la deuxième phase, les chercheurs espèrent tester la résilience des matériaux communs qui sont utilisés dans la construction des réacteurs de thorium à sels fondus ou Thorium Molten Salt Reactors (TMSR). Si les matériaux résistent bien à la corrosion et aux températures élevées, alors cela pourrait réduire les coûts de l’énergie nucléaire. On s’attend à ce que les phases futures testent de nouveaux matériaux qui ont montré un certain potentiel dans le passé. On peut citer le Hastelloy qui est un alliage de nickel et de TZM (titane-zirconium-molybdène).
.................

https://actualite.housseniawriting.com/ ... ium/23318/
0 x
Avatar de l’utilisateur
izentrop
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 8107
Inscription : 17/03/14, 23:42
Localisation : picardie
x 651
Contact :

Re: Thorium: l'avenir du nucléaire?




par izentrop » 24/07/18, 08:47

moinsdewatt a écrit :J' avais posté ça sur forum oleocene
Pas eu de réaction ...
moinsdewatt a écrit :On s’attend à ce que les phases futures testent de nouveaux matériaux qui ont montré un certain potentiel dans le passé. On peut citer le Hastelloy qui est un alliage de nickel et de TZM (titane-zirconium-molybdène).
Au vue des infos actuelles, tant que les matériaux résistants n'auront pas été trouvés ou inventés, on restera au point mort et encore plus pour la fusion, vu que les contraintes sont des milliers de fois plus élevées.
En attendant, les projets REP montent en puissance.
0 x
"Les détails font la perfection et la perfection n'est pas un détail" Léonard de Vinci
bardal
J'ai posté 500 messages!
J'ai posté 500 messages!
Messages : 505
Inscription : 01/07/16, 10:41
Localisation : 56 et 45
x 193

Re: Thorium: l'avenir du nucléaire?




par bardal » 24/07/18, 12:40

Non, ce n'est pas si simple… Des matériaux résistants ont déjà été utilisés (et depuis longtemps), mais ils ont leurs limites en termes de température et en termes d'irradiation.

C'est pour élargir ces limites que se font les expérimentations; tel alliage qui conviendra pour une température de 500°C (ça n'est qu'une hypothèse…) sera mal adapté à 650°C, ou tel autre résistant bien aux neutrons thermiques ne sera plus excellent avec des neutrons rapides. Le hastelloy, qui est un alliage déjà anciennement connu, convenait semble-t-il aux USA dans les années 60 (réacteur modéré au graphite ayant fonctionné 4 ans, à température peu élevée), il n'est pas sûr qu'il convienne à un réacteur à neutrons rapides, non modéré, fonctionnant à température plus élevée et prévu pour durer 50 ou 60 ans; il semblerait (sous toute réserve) que l'on s'oriente plutôt vers des alliages ferreux protégés par une couche de céramique…

Ce qui est gênant dans ce texte que tu reprends Izentrop, c'est qu'il s'agit d'un texte rédigé par un journaliste anglais (donc déjà, sans doute, une version "caviardée" de ce qu'ont dit les chercheurs) fort mal traduit par une journaliste française, qui manifestement n'y comprend pas grand-chose; on peut difficilement parler d'"information"...
1 x
Avatar de l’utilisateur
GuyGadebois
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6532
Inscription : 24/07/19, 17:58
Localisation : 04
x 972

Re:




par GuyGadebois » 25/07/19, 15:56

moinsdewatt a écrit :
La Chine anticipe une exploitation du thorium pour 2024

28 mars 2014

La course à l’exploitation du thorium s’accentue et la Chine n’aura pas tardé pour mettre la pression sur la concurrence. Elle vient en effet d’avancer de 15 ans ses prévisions en matière d’équipement de réacteurs nucléaires de 4ème génération basés sur ce minerai.

Le jour où les Chinois commercialiseront ce genre de centrale, EDF/CEA/Areva pourront aller se rhabiller et on se retrouvera avec des bombes à retardement à démanteler (bonne chance) sur tout le territoire. Le prix du KW/h, qui est déjà exorbitant (à cause des coûts non répertoriés sur les factures) explosera encore plus, faisant du nucléaire militaire (et oui, ce choix de centrale a été décidée par les militaires pour fabriquer le plutonium des bombes, sans consultation aucune des populations de toute façon ignorantes à cette époque) qui est notre modèle, la manière la plus chère jamais inventée pour produire du jus.
1 x
“Il vaut mieux mobiliser son intelligence sur des conneries que mobiliser sa connerie sur des choses intelligente.(J.Rouxel)
"Par définition la cause est le produit de l'effet". (Tryphion)
"360 000 /0,5/100 ça fait 72 millions et pas 6 millions" (AVC)
bardal
J'ai posté 500 messages!
J'ai posté 500 messages!
Messages : 505
Inscription : 01/07/16, 10:41
Localisation : 56 et 45
x 193

Re: Thorium: l'avenir du nucléaire?




par bardal » 26/07/19, 05:05

Oh la la la la...

Quel mic-mac invraisemblable de rumeurs de comptoir...
C'est sans doute pour cela que le kWh français est le moins cher d'Europe...

Mobiliser son intelligence sur des conneries... pas mobiliser son ignorance pour des conneries...
0 x


Revenir vers « Energies fossiles: pétrole, gaz, charbon et électricité nucléaire (fission et fusion) »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 9 invités