Retour Faire défiler Stop Mode automatique

Energies fossiles: pétrole, gaz, charbon, nucléaire (fission et fusion)Thorium: l'avenir du nucléaire?

Pétrole, gaz, charbon, nucléaire, REP, EPR, fusion chaude, ITER, centrales thermiques, cogénération, trigénération. Peakoil, déplétion, économie, technologies et stratégies géopolitiques.
Avatar de l’utilisateur
izentrop
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2952
Inscription : 17/03/14, 23:42
Localisation : picardie
x 155
Contact :

Re: Thorium: l'avenir du nucléaire?

Message non lupar izentrop » 18/02/18, 19:29

Je remets la vidéo explicative du fonctionnement.
A 2:18 : le retraitement des déchets de fission.
0 x
Avoir des raisons de croire ne signifie pas que l’on a raison de croire.

Avatar de l’utilisateur
Remundo
Modérateur
Modérateur
Messages : 8218
Inscription : 15/10/07, 16:05
Localisation : Clermont Ferrand
x 92
Contact :

Re: Thorium: l'avenir du nucléaire?

Message non lupar Remundo » 18/02/18, 19:44

bardal a écrit :Ce ne sont pas les produits de fission qui posent problème, même ceux à durée de vie très longue (qui par principe sont très peu radiotoxiques); tous sont gérables à l'échelle "historique" et descendent très vite à un niveau d'émissions inférieur à celui du minerai...

Aahhh Bardal le rassureur de service...

Les PF sont stockés dans des piscines pour des décennies, et même pour un siècle quand il s'agit de ceux du MOX... Et après il faut reconditionner toute cette mouise rayonnante pour l'enfouir sous terre... une vraie promenade de santé !
Ce qui pose problème, ce sont les transuraniens (essentiellement les actinides mineurs); mais ils ne sont produits qu'en quantité infîme dans ce type de réacteur au thorium (1000 à 10000 fois moins que dans la filière uranium)

ça reste à prouver ! Sinon oui les transuraniens sont encore pire que les PF.
0 x
ImageImageImage
bardal
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 227
Inscription : 01/07/16, 10:41
Localisation : 56 et 45
x 68

Re: Thorium: l'avenir du nucléaire?

Message non lupar bardal » 19/02/18, 04:42

Il n'y a pas de rassureur de service, mais une simple connaissance des lois de la physique....

Et il n'y a rien qui reste à prouver en matière de thorium: son nombre atomique est trop faible pour produire des transuraniens, c'est tout.

Assez curieux cette façon de rechercher partout des moyens de se faire peur... L'ignorance ne peut pas tout excuser...
1 x
Avatar de l’utilisateur
Remundo
Modérateur
Modérateur
Messages : 8218
Inscription : 15/10/07, 16:05
Localisation : Clermont Ferrand
x 92
Contact :

Re: Thorium: l'avenir du nucléaire?

Message non lupar Remundo » 19/02/18, 13:18

bardal a écrit :mais une simple connaissance des lois de la physique....

Et bien Bardal, les connaissez-vous les lois de la physique nucléaire ??
Et il n'y a rien qui reste à prouver en matière de thorium: son nombre atomique est trop faible pour produire des transuraniens, c'est tout.

Ah bon tiens donc ??

Le thorium 232 mène à l'Uranium 233 par capture neutronique (je simplifie un peu)

Un U233 a le même nombre de protons, c'est à dire 92, que tous les isotopes de l'uranium...

Et d'autres captures neutroniques amènent à des transuraniens à partir de U233.

en effet une partie des U233 deviennent des U234 puis des U235, lesquels (pour une partie encore) par capture neutronique donnent les transuraniens.

un réacteur au thorium 232 produit moins de transuraniens que la filière U235-U238, mais il en produit. Aucun doute là-dessus.
Assez curieux cette façon de rechercher partout des moyens de se faire peur... L'ignorance ne peut pas tout excuser...

vous feriez mieux de rabaisser d'un ton !
0 x
ImageImageImage
bardal
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 227
Inscription : 01/07/16, 10:41
Localisation : 56 et 45
x 68

Re: Thorium: l'avenir du nucléaire?

Message non lupar bardal » 19/02/18, 19:49

"un réacteur au thorium 232 produit moins de transuraniens que la filière U235-U238, mais il en produit. Aucun doute là-dessus."l

On peut toujours dire cela, mais il n'en produit qu'à l'état de traces (1000 à 10000 fois moins que dans un REP); d'une part, c'est surtout le U238 qui produit des transuraniens (le plutonium principalement), d'autre part les réactions de transmutation et de fission ne sont pas des réactions chimiques et fonctionnent sur un mode probabiliste, dépendant du temps d'exposition d'une part, de l'énergie des neutrons d'autre part.
Les éléments fissiles dans un réacteur à sels fondus peuvent y rester des temps très longs (30 ans, classiquement) et ont toutes chances de fissionner (alors que leur exposition dans un réacteur à eau bouillante ne dépasse pas 18 mois), d'autre part les neutrons sont émis sur une large plage de niveaux d'énergie, permettant de "brûler" des éléments peu sensibles aux neutrons thermiques des centrales actuelles.

Tout cela fait que, au final, la production d'actinides est réduite à la portion congrue; mieux encore, ce type de réacteur est capable d'éliminer les déchets très radiotoxiqes produits par nos centrales eau bouillante, les transformant en produits de scission infiniment plus simples à traiter (construire un blockhaus capable de tenir 300 ans, on sait faire depuis longtemps). Ce qui serait évidemment une façon élégante de résoudre le problème des déchets nucléaires.

Rassure toi Remundo, il n'y a en France qu'un seul projet de ce type, porté par le CNRS à Grenoble, sans grand soutien financier, il faut le dire (nos tristes gouvernements sont incapables depuis 20 ans d'avoir la moindre politique énergétique cohérente, et font n'importe quoi, ce qui met aujourd'hui notre pauvre Hulot dans l'embarras). Par contre Chine, Inde, USA, Japon se sont engouffrés dans la voie Thorium- sels liquides, en s'en donnant les moyens. Nous pourrons donc leur acheter des centrales lorsque l'hiver sera venu... ce qui ne saurait tarder...
1 x

Avatar de l’utilisateur
izentrop
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2952
Inscription : 17/03/14, 23:42
Localisation : picardie
x 155
Contact :

Re: Thorium: l'avenir du nucléaire?

Message non lupar izentrop » 19/02/18, 20:27

Les Canadiens sont aussi sur les rangs, ils ont bien compris l'enjeu https://www.vice.com/fr_ca/article/qkg8 ... a-la-chine , alors que chez nous on continu à construire des éoliennes à grand renfort de subventions, sans rapport avec la réalité des besoins.
0 x
Avoir des raisons de croire ne signifie pas que l’on a raison de croire.
Avatar de l’utilisateur
Diabolorent
Je comprends l'éconologie
Je comprends l'éconologie
Messages : 85
Inscription : 13/02/18, 16:37
Localisation : Digne les Bains
x 20

Re: Thorium: l'avenir du nucléaire?

Message non lupar Diabolorent » 21/02/18, 20:45

Bonsoir à tous.

Nouveau sur le forum je découvre ce sujet.

J'ai pas lu tous les post, autant être franc, mais j'ai enregistré et regardé une émission (je pense que vous en parlez dans le fil) sur ce sujet.

Depuis je n'est pas suivi mais je crois comprendre que certain pays s'intéressent de près à cette production d'énergie qui est l'avenir certes, mais aussi le passé. s'il a été supplanté par le nucléaire tel qu'on le connais aujourd’hui c'est par intérêt guerrier et j'espère de tout mon cœur (mais je doute tellement de la nature humaine ou plutôt de ses décideurs) que l'humain fera le choix de cette énergie abondante (on a du thorium en réserve à ne plus savoir qu'en foutre), sécure et abondante. Mais je n'en entends pas beaucoup parler en France et cela me désole.

Je vais lire vos posts attentivement pour voir où ça en est histoire de remonter un peu mon estime vis à vis du genre humain :shock: :mrgreen:
0 x
« Ce n’est pas un signe de bonne santé mentale que d’être bien adapté à une société malade » Jiddu Krishnamurti.
Avatar de l’utilisateur
sen-no-sen
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 5575
Inscription : 11/06/09, 13:08
Localisation : Haut Beaujolais.
x 211

Re: Thorium: l'avenir du nucléaire?

Message non lupar sen-no-sen » 23/03/18, 12:28

Nucléaire : le réacteur du futur Astrid en suspens


Selon nos informations, le CEA a proposé de revoir à la baisse la taille du démonstrateur de réacteur à neutrons rapides, faute d'argent. Le gouvernement doit trancher d'ici la fin de l'année.

Alors que l'horizon commence à s'éclaircir sur les réacteurs EPR en construction - les essais sont en cours sur les réacteurs -, c'est le dossier du nucléaire dit de « quatrième génération » qui est sur la table. Initié en 2010, le projet de démonstrateur de réacteur à neutrons rapides Astrid entend répondre au problème des déchets : en brûlant l'uranium appauvri et le plutonium (la France en produit 10 tonnes par an) issu de la combustion du parc actuel d'EDF, il promet de « boucler » le cycle du combustible et de remédier à la question de l'approvisionnement en matière première.

Selon nos informations, le Commissariat à l'énergie atomique (CEA), maître d'ouvrage du programme, a cependant proposé au gouvernement de revoir à la baisse les ambitions initiales. Au lieu de construire un démonstrateur de 600 mégawatts (MW) (dont la mise en service était prévue à l'horizon 2039), il envisage désormais un projet de puissance réduite : entre 100 à 200 MW. Une révision directement liée à ses marges de manoeuvre financières et à celles de ses partenaires (EDF, Framatome, Orano...). « Il n'y a pas d'appétence pour un projet de 600 MW », constate une source au fait du dossier.
Beaucoup d'argent sur la table

Depuis 2010, l'Etat a mis beaucoup d'argent sur la table. Le programme des investissements d'avenir (PIA) a doté le programme de 627 millions d'euros d'ici 2019, dont 450 millions ont déjà été consommés. Il faut y ajouter les contributions des partenaires et les salaires des ingénieurs du CEA, payés par la subvention annuelle qui lui est accordée. « On a déjà dû dépenser 600 à 700 millions d'euros », estime un bon connaisseur du dossier.


Entre 500 et 600 personnes travaillent sur le projet, dont la moitié au CEA, et le reste chez la quinzaine de partenaires (EDF, Framatome, Orano, Cnim,...) ainsi que, pour quelques dizaines d'entre eux, des Japonais, associés au projet depuis 2014. L'enveloppe globale des dépenses devrait s'élever entre 850 et 900 millions à fin 2019.

Et si la filière nucléaire défend le principe « vertueux » des réacteurs à neutrons rapides, les grands partenaires du CEA ne semblent plus très allants. Interrogé sur les réacteurs à neutrons rapides, le directeur général d'Orano (ex-Areva) Philippe Knoche indiquait qu'avec les différents projets à l'étude dans le monde, « il pourrait y avoir des ruptures technologiques ».
« Recalibrage temporel »

Quant à EDF, « son sujet en ce moment, c'est surtout de prolonger son parc et de le renouveler avec des EPR », rappelle un expert. Le CEA mise désormais sur un partenariat renforcé -jusqu'à parts égales- avec le Japon, qui a abandonné son projet de surgénérateur Monju mais collabore déjà au projet Astrid. Certains au CEA, se disent aussi ouverts à un partenariat avec la Chine, qui avance rapidement sur la technologie.

Le gouvernement devra se prononcer cette année. « La reconfiguration du projet qui pourrait découler d'un partenariat élargi et d'une recherche de contributions plus fortes de la part des partenaires du CEA, ou d'un recalibrage temporel de son échéancier de réalisation, sont des éléments qui devront être tranchés en 2018 si la dynamique sur ce projet devait être maintenue », indiquait l'Etat cet automne dans son rapport sur le suivi des investissements d'avenir.
Véronique Le Billon



https://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/0301218315000-nucleaire-le-reacteur-du-futur-astrid-en-suspens-2149214.php
0 x
"Le Génie consiste parfois à savoir quand s'arrêter" Charles De Gaulle.
Avatar de l’utilisateur
izentrop
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2952
Inscription : 17/03/14, 23:42
Localisation : picardie
x 155
Contact :

Re: Thorium: l'avenir du nucléaire?

Message non lupar izentrop » 23/03/18, 14:21

Le mieux serait de reporter un peu de crédit sur le projet MSFR, plus sur et moins cher, mais bon ! les décideurs ont des critères qui ne sont les plus rationnels techniquement. https://fissionliquide.fr/tag/msfr/
0 x
Avoir des raisons de croire ne signifie pas que l’on a raison de croire.
bardal
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 227
Inscription : 01/07/16, 10:41
Localisation : 56 et 45
x 68

Re: Thorium: l'avenir du nucléaire?

Message non lupar bardal » 23/03/18, 20:18

Très beau document que tu nous donnes là, izentrop.... Oui, très beau.
0 x


Revenir vers « Energies fossiles: pétrole, gaz, charbon, nucléaire (fission et fusion) »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités