Les Français et l'énergie: ça fait deux...au moins...

Pétrole, gaz, charbon, nucléaire (REP, EPR, fusion chaude, ITER), centrales électriques thermiques gaz et charbon, cogénération, tri-génération. Peakoil, déplétion, économie, technologies et stratégies géopolitiques. Prix, pollutions, coûts économiques et sociaux...
moinsdewatt
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 5111
Inscription : 28/09/09, 17:35
Localisation : Isére
x 554




par moinsdewatt » 05/08/13, 12:46

Did67 a écrit : ......
On importe de l'électricité très chère au moment des pics.

On exporte de l'électricité nucléaire quand elle ne vaut pas chère.

On clairopnne toujours sur le bilan français exportation/importation en terme de TWh (qui se dégrade aussi d'ailleurs)..
.....


Rassure toi le bilan en roros est positif pour la France :


Je ressort ce tableau de mes archives (c'est du blogenergie du 07 Fev 2012)

Image
Edité par Remundo : merci d'héberger les images sur le serveur du forum (cliquer sur insérer une image....)

+1 milliard d' € en 2010 , +2.6 milliard d' € en 2011

Puisque le lien ne passe pas, le voir ici : Lien
0 x
bambou
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 1534
Inscription : 19/03/07, 14:46
Localisation : Breizh




par bambou » 05/08/13, 14:36

Les bilans importations/exportations en TWh masquent le fait qu'on importe de l'électricité très chère (pics de demande en hiver) et qu'on exporte lorsque l'électricité est peu chère (voire à prix négatif, c'est à dire qu'on paie pour que les pays nous absorbent l'énergie qu'on ne peut pas consommer et qu'on est obligés de produire (le nucléaire a une production "constante")).

moinsdewatt a écrit :Il n' y a que avec l' Allemagne que le solde exportation-importation est déficitaire.

pour les autres pays voisins la France à un bilant net exportateur.

Image

http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lect ... portations

Pour l' allemagne c' est parce que c' est des gros producteurs électrique grace au charbon et lignite. Et un peu pour le solaire en journée.
0 x
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 20362
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 8687




par Did67 » 05/08/13, 15:26

moinsdewatt a écrit :
Rassure toi le bilan en roros est positif pour la France :




OK. Merci de m'avoir corrigé.

Ma mémoire m'a trahi. J'étais persudadé avoir lu que le bilan se degradait (en euro). Ton tableau montre le contraire...

A moins que ce ne soit en 2012... Lu en 2013 ???
0 x
moinsdewatt
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 5111
Inscription : 28/09/09, 17:35
Localisation : Isére
x 554




par moinsdewatt » 01/08/15, 21:24

Budget énergétique des ménages français : -240 euros par rapport à 2013


31 juillet 2015 enerzine

Le bilan énergétique de la France 2014 qui reste un outil de présentation synthétique des flux des différents produits énergétiques d'un pays donné pour une année donnée vient d'être publié par le Commissariat général au développement durable.

Ce bilan met en cohérence les statistiques portant sur tous les flux énergétiques : l'approvisionnement national, l'activité de transformation de l'énergie, la consommation finale de l'énergie, tant pour des activités énergétiques que non énergétiques.


RESUME :

"L'année 2014 a été la plus chaude depuis 1900 en France et dans le monde. En particulier, l'hiver doux s'est traduit par des besoins en chauffage inférieurs de 7 millions de tonnes équivalent pétrole (Mtep) par rapport à une année moyenne. La consommation d'énergie primaire réelle est passée sous la barre symbolique des 250 Mtep, un plancher qu'elle n'avait pas franchi depuis 1995."

"Alors que la demande a baissé, la production nationale d'énergie primaire a augmenté pour la deuxième année consécutive : à 139 Mtep, soit un peu plus d'un Mtep par rapport à 2013. La production d'électricité nucléaire explique ce surcroît de production."

"Le déficit des échanges physiques d'énergie s'est donc nettement réduit en 2014, de 10 Mtep, et s'est établi sous 114 Mtep. Un niveau aussi bas n'avait plus été observé depuis 1988. Le taux d'indépendance énergétique a bondi en 2014 à 55,8 %, un niveau encore jamais atteint."

"À cette réduction des importations nettes d'énergie s'est ajouté un repli des cotations des produits énergétiques sur les marchés internationaux et européens. En conséquence, la facture énergétique de la France s'est réduite de 17 % par rapport à 2013. À environ 55 milliards d'euros, elle a retrouvé un niveau proche de celui du début des années 1980."

"Même hors impact des températures chaudes de 2014, donc corrigée des variations climatiques, la consommation d'énergie primaire est passée de 275 Mtep, son maximum en 2005, à 257 Mtep, soit - 2 Mtep par an en moyenne, confirmant la tendance à la baisse initiée au milieu des années 2000. La consommation finale énergétique s'est élevée à 150 Mtep en 2014 ; niveau bas jamais retrouvé depuis 1996. Elle a diminué d'un peu plus de 1 % par rapport à 2013, dans tous les secteurs à l'exception des transports où elle est restée stable."


Budget énergétique des ménages français : - 240 euros par rapport à 2013

"En conséquence du repli des prix internationaux et européens, les prix à la consommation de l'énergie ont, tous produits énergétiques confondus, diminué en France (- 0,9 %), pour la première fois depuis la crise économique et financière de 2009. Le prix des carburants a notamment baissé de 4,1 % en 2014. Le prix du gaz s'est replié légèrement, pour la première fois depuis cinq ans. En revanche, celui de l'électricité a continué à augmenter de près de 6 % en 2014, une hausse à peine inférieure à celle de 2013 (+ 6,5 %). Au final, le prix de l'énergie utilisée pour le logement a crû de 2 %."

Ces évolutions se sont répercutées sur le budget des Français.

"En 2014, la dépense courante annuelle moyenne en énergie d'un ménage est ainsi passée sous la barre des 3 000 euros, à 2 980 euros précisément, soit un reflux de plus de 7 % et de presque 240 euros par rapport au pic de 2013. La baisse des prix des carburants s'est traduite par une diminution de leur facture de 60 euros annuels. "

"La douceur exceptionnelle des températures hivernales a jugulé l'impact négatif qu'aurait pu avoir la poursuite de la hausse des prix de l'énergie du logement : les dépenses d'énergie dans le logement ont chuté de près de 11 %, en raison d'une moindre consommation, en volume, et se sont allégées ainsi de 180 euros en 2014. "

.................
.................



http://www.enerzine.com/14/18589+budget ... 2013+.html

Télécharger le bilan énergétique de la France en 2014 (161 pages) :
http://www.developpement-durable.gouv.f ... r_2014.pdf

Image
0 x

 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Energies fossiles: pétrole, gaz, charbon et électricité nucléaire (fission et fusion) »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 101 invités