La course à la fusion nucléaire

Pétrole, gaz, charbon, nucléaire (REP, EPR, fusion chaude, ITER), centrales électriques thermiques gaz et charbon, cogénération, tri-génération. Peakoil, déplétion, économie, technologies et stratégies géopolitiques. Prix, pollutions, coûts économiques et sociaux...
izentrop
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 10638
Inscription : 17/03/14, 23:42
Localisation : picardie
x 927
Contact :

Re: La course à la fusion nucléaire




par izentrop » 21/07/17, 19:56

Plasma OK, mais en combien de temps ? Ils ne le disent pas les anglais.
70 secondes par les coréens, c'est déjà un pas.
Pas d'indication non plus sur le record de West du CEA ??

Les tokamaks en relation avec le projet ITER https://www.iter.org/fr/sci/tkmkresearch
Il y a des offres d'emploi.
0 x

enerc
J'ai posté 500 messages!
J'ai posté 500 messages!
Messages : 725
Inscription : 06/02/17, 15:25
x 253

Re: La course à la fusion nucléaire




par enerc » 23/07/17, 17:04

Les tokamaks ont ils un avenir industriel? Leur densité de puissance est faible, il faut des aimants gigantesques et un vide poussé sur des gros volumes.

Si ITER devait un jour fonctionner industriellement, il faudrait qu'il soit construit pour environ 1,5 milliards d'€ (cible EPR 5 mds pour 1.6 GW - 500 MW pour ITER).
A comparer au prototype de Cadarache à 18 Mds... Et quand on regarde la taille du chantier, l'EPR c'est tout petit.... Donc à 1,5 Mds, je n'y crois pas.

Rappel de la techno:
Dans le tokamak ITER, 10 000 tonnes de systèmes supraconducteurs (dont l'énergie magnétique totale est de 51 Gigajoules) généreront le champ magnétique qui créera, confinera et modèlera le plasma. Fabriqués en niobium-étain (Nb3Sn) ou niobium-titane (Nb-Ti), les électroaimants deviennent supraconducteurs lorsqu'ils sont refroidis à moins de 270 °C (4K).

Qui croit au 40 € du MWh??

Par contre dans l'espace, le vide est gratuit :cheesy: , les basses température aussi :cheesy: . Mais 10 000 tonnes d'aimant au décollage?
C'est juste utile pour de la recherche.
0 x
Avatar de l’utilisateur
sen-no-sen
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6834
Inscription : 11/06/09, 13:08
Localisation : Haut Beaujolais.
x 720

Re: La course à la fusion nucléaire




par sen-no-sen » 23/07/17, 21:48

Combien coûtait l'informatique à ses débuts ?
De plus iter n'est qu'un projet parmi une multitude d'autre....
0 x
"Le Génie consiste parfois à savoir quand s'arrêter" Charles De Gaulle.
izentrop
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 10638
Inscription : 17/03/14, 23:42
Localisation : picardie
x 927
Contact :

Re: La course à la fusion nucléaire




par izentrop » 23/07/17, 23:13

On en est pas encore là et la fission n'a pas dit son dernier mot
Selon l’AIE, la majorité des réacteurs en construction relèvent de la troisième génération du nucléaire, les EPR et leurs variantes (appelés Advanced Power Reactors ou APR). Ceux-ci ont des systèmes de sécurité renforcés et opèrent avec un meilleur rendement et une durée de vie de 60 ans. Après des retards dans leur construction et d’importants dépassements de coûts, les premiers APR ont commencé à produire leurs kWh : le réacteur APR 1400 en Corée du sud en 2016, un réacteur de la centrale de Novovoronezh en Russie d’une puissance de 1200 MWh depuis février 2017, la centrale finlandaise d’Olkiluoto (1700 MW) devant commencer ses essais en juin, le réacteur Taishan 1 (1700 MW) en Chine ayant commencé les siens en 2016, tous deux construits par Areva.
Puis la IVème génération qui devrait être encore plus sûre, si elle tient ses promesses
Dans ces réacteurs le combustible, du thorium ou de l’uranium, est dissous dans des fluorures de lithium ou de béryllium fondus. Ce liquide sert à la fois de support à la fission et à évacuer la chaleur. Outre sa sûreté, supposée supérieure à celle des actuels réacteurs, cette filière aurait l’avantage d’utiliser le thorium, dont les réserves sont trois fois plus importantes que celles d’uranium, et de produire beaucoup moins de déchets à vie longue ; son combustible serait difficilement utilisable pour fabriquer une bombe atomique, elle serait « non-proliférante ». L’Inde, bien dotée en thorium, expérimente un réacteur de 30 MW, ainsi que la Chine. Aux USA, le consortium ThorCon a conçu un réacteur modulaire fonctionnant avec un fluorure de thorium liquide mélangé à un liquide caloporteur (des fluorures) modéré au graphite, chaque module de 250 MW étant logé dans une cavité souterraine en béton. Si la sûreté et la compétitivité économique des réacteurs de faible puissance était assurée, on pourrait envisager un scénario où un pays se doterait de réacteurs de 100 à 300 MW, moins coûteux, pour conforter la production des filières intermittentes (l’éolien et le solaire), ce serait une nouvelle donne nucléaire. http://www.lemondedelenergie.com/laveni ... 017/07/19/
Ont-t'ils mis la charrue avant les beufs en investissant autant dans la fusion ?
0 x
Avatar de l’utilisateur
sen-no-sen
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6834
Inscription : 11/06/09, 13:08
Localisation : Haut Beaujolais.
x 720

Re: La course à la fusion nucléaire




par sen-no-sen » 13/08/17, 19:50

Image
Selon l'entreprise Tokamak energy (Royaume uni) la maitrise de la fusion serai chose faite pour 2030...
Force est de constater que la plupart des acteurs récents dans le domaine de la fusion promettent celle ci pour demain...

https://www.youtube.com/watch?v=fMjrOWmbIVk
1 x
"Le Génie consiste parfois à savoir quand s'arrêter" Charles De Gaulle.

Avatar de l’utilisateur
sen-no-sen
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6834
Inscription : 11/06/09, 13:08
Localisation : Haut Beaujolais.
x 720

Re: La course à la fusion nucléaire




par sen-no-sen » 17/08/17, 17:15

Google a développé un algorithme pour accélérer la recherche sur la fusion nucléaire, une énergie révolutionnaire

Google s'est associé à l'entreprise Tri Alpha Energy et a mis au service de la recherche un algorithme capable de résoudre des calculs complexes, pour accélérer les avancées en matière de fusion nucléaire, source d'énergie prometteuse pour l'avenir.

"C'est encore une situation où, ensemble, les êtres humains et les ordinateurs accomplissent un meilleur boulot que séparément", déclare Ted Baltz, de la Google Accelerated Science Team, dans un article de blog sur le partenariat entre Google et Tri Alpha Energy.


Cette entreprise américaine, soutenue par le cofondateur de Microsoft Paul Allen, est spécialisée dans la recherche sur la fusion nucléaire. Pour elle, Google a développé Optometrist, un algorithme capable de réaliser des calculs complexes en un rien de temps. Le programme allie cette puissance informatique au discernement humain, en proposant aux scientifiques de choisir l'hypothèse la plus prometteuse entre deux propositions.


https://www.youtube.com/watch?v=ezluaNMzHjE

http://mashable.france24.com/tech-business/20170726-google-algorithme-fusion-nucleaire-ordinateur
0 x
"Le Génie consiste parfois à savoir quand s'arrêter" Charles De Gaulle.
Avatar de l’utilisateur
sen-no-sen
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6834
Inscription : 11/06/09, 13:08
Localisation : Haut Beaujolais.
x 720

Re: La course à la fusion nucléaire




par sen-no-sen » 10/05/18, 22:29




Lockheed Martin fait breveter une partie de son mini-réacteur à fusion (et se rapproche du Graal nucléaire)
Lockheed Martin a breveté le design d'une partie de son mini-réacteur à fusion nucléaire. Preuve que le projet du géant américain, qui suscite autant la fascination que le scepticisme, avance.
L'annonce avait provoqué le scepticisme général en 2014 : le champion américain de défense et de sécurité Lockheed Martin disait travailler à la création d'un réacteur à fusion compact, une technologie potentiellement révolutionnaire. Il affirmait qu'un prototype serait mis au point d'ici cinq ans. Nous y sommes presque, et pour l'instant, le conglomérat américain tient promesse.

Il vient de faire breveter le design du système de confinement de son mini-réacteur, comme l'a repéré le site The Drive. C'est la preuve que le projet avance, mais ce n'est pas une garantie d'aboutissement. Les projets de développement de réacteurs à fusion nucléaire ont été nombreux depuis les années 1920, mais tous se sont avérés inefficaces et pas suffisament miniaturisés.

Lockheed Martin évoquait en 2014 un réacteur de la taille d'un conteneur, transportable sur un simple camion ... ou dans une navette en route pour Mars, puisque c'est l'un des débouchés possibles de la technologie. L'unité développée par l'Américain aurait le potentiel d'alimenter une ville de 80 000 habitants.

La fusion, le "graal" du nucléaire

Comme le rappelait L'Usine Nouvelle en 2014, la fusion est le graal de la production d’énergie. A partir de deutérium et de tritium, cette technologie permet de produire de l’énergie en quantité quasi illimitée à très bas coût et quasiment sans déchet. En France, un réacteur expérimental de 500 MW est en construction à Cadarache. Le projet de 15 milliards de dollars réunit les efforts de l’Union européenne, l’Inde, le Japon, la Chine, la Russie, la Corée du Sud, les États-Unis et la Suisse. Iter doit produire son premier plasma en 2025.

https://www.usinenouvelle.com/editorial/lockheed-martin-fait-breveter-une-partie-de-son-mini-reacteur-a-fusion-et-se-rapproche-du-graal-nucleaire.N672249
0 x
"Le Génie consiste parfois à savoir quand s'arrêter" Charles De Gaulle.
izentrop
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 10638
Inscription : 17/03/14, 23:42
Localisation : picardie
x 927
Contact :

Re: La course à la fusion nucléaire




par izentrop » 11/05/18, 00:00

La fission sel fondu sera opérationnelle avant (traduction gougueule)
Les retards et les risques liés à la fusion nucléaire signifient que le meilleur espoir pour une meilleure énergie nucléaire est la fission nucléaire du sel fondu.

Terrestrial Energy met au point un petit réacteur à sel fondu modulaire de 190 mégawatts qui coûtera moins d'un milliard de dollars à construire. Cela se traduira par des coûts de kilowatt par heure de moins de 5 cents, un prix concurrentiel par rapport à l'électricité produite à partir du gaz naturel.

Énergie Terrestre du Canada a signé un contrat de services techniques avec le Centre commun de recherche (CCR) de la Commission européenne à Karlsruhe, en Allemagne. Le CCR effectuera des études de confirmation du mélange de combustible et de sel de refroidissement primaire pour le réacteur intégré à sels fondus (IMSR) de Terrestrial.

Le sel fondu aurait considérablement réduit les déchets nucléaires et des conceptions avancées pourraient éventuellement éliminer les déchets nucléaires en fermant le cycle du combustible et en utilisant tout l'uranium et le plutonium.
https://www.nextbigfuture.com/2018/04/nuclear-fusion-update.html
0 x
Avatar de l’utilisateur
sen-no-sen
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6834
Inscription : 11/06/09, 13:08
Localisation : Haut Beaujolais.
x 720

Re: La course à la fusion nucléaire




par sen-no-sen » 11/05/18, 10:22

izentrop a écrit :La fission sel fondu sera opérationnelle avant (traduction gougueule)


Oui c'est une chose certaine.
La fission liquide pourrait être développé en très peu de temps,les barrages ne sont pas technique mais politico-financier.
La fusion thermonucléaire va nécessiter encore beaucoup de recherches avant d'être opérationnelle...et c'est tant mieux!
0 x
"Le Génie consiste parfois à savoir quand s'arrêter" Charles De Gaulle.
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 71438
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 7414

Re: La course à la fusion nucléaire




par Christophe » 02/11/20, 13:53

Certains courent visiblement plus vite que d'autres...



:mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:
0 x
Faire une recherche d'images ou une recherche textuelle - Netiquette du forum - Soutenir le forum en faisant du Shopping utile


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Energies fossiles: pétrole, gaz, charbon et électricité nucléaire (fission et fusion) »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 24 invités