Gaz Russe: Gazprom la Bombe G de Poutine (Arte Thema)

Pétrole, gaz, charbon, nucléaire (REP, EPR, fusion chaude, ITER), centrales électriques thermiques gaz et charbon, cogénération, tri-génération. Peakoil, déplétion, économie, technologies et stratégies géopolitiques. Prix, pollutions, coûts économiques et sociaux...
moinsdewatt
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 4926
Inscription : 28/09/09, 17:35
Localisation : Isére
x 520

Re: Gaz Russe: Gazprom la Bombe G de Poutine (Arte Thema)




par moinsdewatt » 09/01/20, 01:07

Le gazoduc TurkStream, alimentant la Turquie et l'Europe en gaz russe, inauguré

AFP parue le 08 janv. 2020

Le président turc Recep Tayyip Erdogan et son homologue russe Vladimir Poutine ont officiellement inauguré mercredi le gazoduc TurkStream qui symbolise leur rapprochement et acheminera en Turquie et en Europe du gaz extrait en Russie.

Lors d'une cérémonie en grande pompe à Istanbul, M. Erdogan a qualifié l'ouverture de ce gazoduc, qui pourra acheminer chaque année 31,5 milliards de mètres cube de gaz, d'"événement historique pour les relations turco-russes et la carte énergétique régionale". "Le partenariat entre la Russie et la Turquie se renforce dans tous les domaines malgré les efforts de ceux qui s'y opposent", a déclaré M. Poutine, selon la traduction de ses propos en turc.

Après leurs discours, les deux chefs d'État ont symboliquement ouvert la vanne du gazoduc, aussi appelé Turkish Stream. Cette infrastructure, dont la construction a débuté en 2017, symbolise le spectaculaire rapprochement entre la Turquie et la Russie, après une grave crise diplomatique en 2015.

Avec ce nouveau gazoduc, la Turquie sécurise l'alimentation de ses grandes villes énergivores de l'ouest et s'impose un peu plus comme un carrefour énergétique majeur. Pour la Russie, il s'agit d'alimenter l'Europe du sud et du sud-est en contournant l'Ukraine, initialement principal pays de transit du gaz livré à l'Europe, mais avec laquelle les relations se sont profondément détériorées depuis l'annexion de la Crimée et le début d'un conflit armé dans l'est russophone en 2014.

Le gazoduc est formé de deux conduites parallèles longues de quelque 930 km qui relient Anapa en Russie à Kiyiköy en Turquie (nord-ouest). TurkStream a déjà commencé la semaine dernière à alimenter la Bulgarie, frontalière de la Turquie, et est en train d'être prolongé en direction de la Serbie et de la Hongrie.

L'inauguration du gazoduc intervient au moment où les tensions se renforcent en Libye et en Syrie, deux pays où Ankara et Moscou ont des intérêts divergents. "Avec la Russie, nous n'avons pas laissé nos récentes divergences de points de vue prendre le dessus sur nos intérêts communs", a souligné M. Erdogan.

https://www.connaissancedesenergies.org ... e-200108-0

Le président de la Serbie, Aleksandar Vucic, et le Premier ministre bulgare, Boyko Borisov, participent également à la cérémonie, aux côtés de nombreux autres officiels de ces quatre pays.

De manière symbolique, les "vannes" du gazoduc TurkStream seront ouvertes.


Image

Image

Image

https://www.trt.net.tr/francais/turquie ... re-1337266
0 x

moinsdewatt
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 4926
Inscription : 28/09/09, 17:35
Localisation : Isére
x 520

Re: Gaz Russe: Gazprom la Bombe G de Poutine (Arte Thema)




par moinsdewatt » 30/04/20, 00:19

Gazprom publie ses résultats annuels, baisse des volumes vendus à l'Europe

AFP parue le 29 avr. 2020

Le géant russe Gazprom a annoncé mercredi une chute de son bénéfice net de 17% en 2019 par rapport à l'année précédente, plombé notamment par une baisse des volumes et des prix du gaz vendus à l'Europe.

Selon les résultats publiés mercredi, le groupe contrôlé par l'État russe a dégagé un bénéfice net de 1 203 milliards de roubles (15 milliards d'euros au taux actuel) en 2019 contre 1 456 milliards de roubles en 2018, année de ventes européennes record. Son bénéfice d'exploitation a également chuté de 42% sur un an à 1 120 milliards de roubles (14 milliards d'euros) et son chiffre d'affaires s'affiche en baisse de 7% sur un an à 7 660 milliards de roubles (95,6 milliards d'euros).

Après une année 2018 de tous les records, la baisse en 2019 des résultats de l'héritier du ministère soviétique du Gaz découle notamment d'une baisse des volumes et des prix de gaz vendus, notamment aux pays européens. Les ventes de gaz à destination de l'Europe et de la Turquie, qui ont toujours assuré l'essentiel de ses bénéfices, ont baissé de 4% en volume à 232,4 milliards de mètres cubes (contre 243.3 milliards en 2018), Les prix du gaz en rouble ont baissé de 12% sur l'année, tandis que les prix en dollar ont perdu 15%. Au total, les ventes de gaz ont perdu en volume 2,7% sur un an à 506,9 milliards de mètres cubes de gaz.

Le groupe a indiqué prévoir des investissements de 1 600 milliards de roubles en 2020, ce qui représente une baisse de 25% sur un an. Les investissements dans l'exploration géologique devraient néanmoins augmenter d'un tiers sur l'année à 70 milliards de roubles, a relevé Interfax.

La part de marché de Gazprom a eu tendance à augmenter ces dernières années en Europe, atteignant environ le tiers de la consommation totale, malgré les tensions avec l'Union européenne qui dit souhaiter réduire sa dépendance au gaz russe. "La part de Gazprom sur le marché européen en 2019 dépassait 35%, et il y a toutes les chances de maintenir ce chiffre", a déclaré mardi le ministre russe de l'Energie Alexandre Novak.

Lundi, le vice-patron de Gazprom Vitaly Markov a indiqué aux agences russes s'attendre à une baisse des résultats cette année à cause "d'une baisse des volumes de gaz" vendus.


https://www.connaissancedesenergies.org ... eur-200429
0 x
moinsdewatt
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 4926
Inscription : 28/09/09, 17:35
Localisation : Isére
x 520

Re: Gaz Russe: Gazprom la Bombe G de Poutine (Arte Thema)




par moinsdewatt » 31/08/20, 23:17

Gazprom annonce des résultats « décents » au premier semestre

AFP parue le 31 août 2020

Le géant russe Gazprom a annoncé lundi un bénéfice net divisé par 25 au premier semestre sur un an, lié à la crise mondiale déclenchée par la pandémie et aux prix du gaz historiquement bas.

Selon les résultats publiés lundi, le groupe contrôlé par l'État russe a enregistré un bénéfice net de 32,9 milliards de roubles au premier semestre 2020 (375 millions d'euros au taux actuel), contre un bénéfice de 836,5 milliards de roubles sur la même période en 2019. Le chiffre d'affaires pour cette période a lui baissé de près d'un tiers à 2 903 milliards de roubles sur un an.

Les producteurs d'hydrocarbures du monde entier ont été durement atteints par l'effondrement de la demande et des prix de l'énergie, en raison des mesures prises pour combattre la pandémie de nouveau coronavirus, affectant notamment le secteur du transport. En Russie, les résultats des entreprises sont également touchés par une dévaluation du rouble.

Après un premier trimestre dans le rouge, avec une perte nette de 116,2 milliards de roubles, le groupe s'est légèrement repris au deuxième trimestre, avec un bénéfice net enregistré de 149,2 milliards de roubles. Les résultats sont notamment dus à une baisse des prix et des volumes de gaz vendus à l'Europe, dont le groupe tire une grande partie de ses revenus, précise le communiqué. En volume, ses ventes ont baissé de 16% au premier semestre sur un an, tandis que les revenus ont fondu de près de moitié.

Dans une note explicative, le vice-président du comité de gestion de Gazprom, Famil Sadigov, a pointé les "défis" auxquels fait face l'industrie pétrolière, évoquant "une forte baisse de la demande de ressources énergétiques", les prix du gaz atteignant en Europe des niveaux "historiquement bas", et la volatilité des taux de change. "Dans ces conditions extrêmes, Gazprom a affiché des résultats financiers décents par rapport à de nombreuses autres sociétés pétrolières et gazières (grâce à) des mesures d'optimisation des dépenses d'exploitation et d'investissement", a-t-il affirmé. Il indique par ailleurs constater dès à présent une amélioration de la situation au troisième trimestre.

Gazprom avait enregistré en 2019 une chute de 17% à 1 203 milliards de roubles de son bénéfice net par rapport à 2018, année de tous les records.



https://www.connaissancedesenergies.org ... tre-200831
0 x
moinsdewatt
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 4926
Inscription : 28/09/09, 17:35
Localisation : Isére
x 520

Re: Gaz Russe: Gazprom la Bombe G de Poutine (Arte Thema)




par moinsdewatt » 28/11/20, 19:35

Le géant russe Gazprom réduit ses investissements pour 2021

AFP parue le 26 nov. 2020

Le géant russe Gazprom a annoncé des investissements pour 2021 en baisse par rapport à 2020, après avoir déjà considérablement réduit le montant prévu pour cette année, marquée par la crise mondiale déclenchée par la pandémie de Covid-19.

Dans un communiqué diffusé jeudi, Gazprom a annoncé des investissements prévus de 902,4 milliards de roubles (10 milliards d'euros au taux actuel) en 2021, soit 2,2% de moins qu'en 2020 (922,5 milliards de roubles). Le groupe avait déjà annoncé fin octobre une baisse de 18,3% de ses investissements de 2020 par rapport aux 1.104,7 milliards de roubles qui avaient été annoncés en décembre 2019.

Les producteurs d'hydrocarbures du monde entier ont été durement atteints par l'effondrement de la demande et des prix de l'énergie, en raison des mesures prises pour combattre la pandémie de nouveau coronavirus, affectant notamment le secteur du transport.

En Russie, les résultats des entreprises sont également touchés par une dévaluation du rouble. Gazprom a ainsi vu son bénéfice net fondre à 32,9 milliards de roubles au premier semestre 2020 (365 millions d'euros au taux actuel), contre 836,5 milliards de roubles sur la même période en 2019. Ces turbulences surviennent alors que Gazprom a massivement investi ces dernières années dans des projets colossaux toujours en cours.

La Russie a inauguré fin 2019 le premier gazoduc Power of Siberia, reliant les champs gaziers de Sibérie orientale à la frontière chinoise. Le tronçon chinois est toujours en cours de construction et devrait être achevé en 2022-2023. Le groupe a par ailleurs annoncé en mai le début des études de faisabilité du projet Power of Siberia 2, qui doit acheminer jusqu'à 50 milliards de mètres cube de gaz russe par an vers la Chine via la Mongolie. La Russie et la Turquie ont également inauguré en janvier le gazoduc TurkStream, destiné à alimenter la Turquie et le sud de l'Europe en gaz russe via la mer Noire. Un tronçon de ce dernier est également toujours en cours de construction.

Le gazoduc Nord Stream 2 entre la Russie et l'Allemagne, presque terminé, est lui bloqué par la menace de sanctions américaines.


https://www.connaissancedesenergies.org ... 021-201126
0 x
moinsdewatt
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 4926
Inscription : 28/09/09, 17:35
Localisation : Isére
x 520

Re: Gaz Russe: Gazprom la Bombe G de Poutine (Arte Thema)




par moinsdewatt » 15/02/21, 23:33

Gaz naturel : les exportations de Gazprom vers l'Europe ont baissé de 12,1% en 2020

AFP parue le 15 févr. 2021

Le géant du gaz russe Gazprom a annoncé lundi une baisse de ses exportations en Europe en 2020, année marquée par un effondrement des prix et de la demande d'hydrocarbures du fait de la pandémie de coronavirus.

Les exportations de gaz russe vers l'Europe, dans laquelle Gazprom inclut la Turquie, ont baissé de 12,1% en 2020 sur un an à 174,87 milliards de mètres cubes, contre 198,97 milliards de mètres cubes en 2019. Ce résultat en baisse surpasse néanmoins les prévisions de Gazprom, qui ambitionnait d'exporter 166,6 milliards vers l'Europe en 2020.

Le producteur russe tire une grande partie de ses revenus de ses exportations européennes, notamment vers l'Europe occidentale. Son principal consommateur est l'Allemagne, dont les approvisionnements ont baissé de 14% en 2020 sur un an. Lancé en décembre 2019, le gazoduc Power of Siberia a pour sa part livré 4,1 milliards de mètres cubes de gaz à la Chine en 2020.

La demande de gaz, comme celle d'une grande partie des matières premières, a été déprimée en 2020 par la pandémie de Covid-19.

Les projets de Gazprom d'augmenter ses ventes à l'Europe ont été contrariés par l'incertitude concernant le gazoduc Nord Stream 2 entre la Russie et l'Allemagne, presque terminé. Les États-Unis et plusieurs pays européens comme la Pologne voient d'un mauvais œil ce nouveau gazoduc, jugeant qu'il va accroître la dépendance de l'Allemagne et de l'Union européenne vis-à-vis du gaz russe et, in fine, de Moscou.


https://www.connaissancedesenergies.org ... 020-210215
0 x

moinsdewatt
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 4926
Inscription : 28/09/09, 17:35
Localisation : Isére
x 520

Re: Gaz Russe: Gazprom la Bombe G de Poutine (Arte Thema)




par moinsdewatt » 03/05/21, 16:02

Gazprom annonce un effondrement de son bénéfice net en 2020

AFP parue le 29 avr. 2021

Le géant russe Gazprom a annoncé jeudi un effondrement de son bénéfice net en 2020 en raison de la crise du Covid-19 qui a pesé sur la demande et les prix de l'énergie ainsi que les cours du rouble.

Le groupe contrôlé par l'Etat russe a dégagé un bénéfice net de 135 milliards de roubles (1,496 milliard d'euros au taux actuel) en 2020, près de neuf fois moins que les 1 203 milliards de roubles de 2019. Le chiffre d'affaires est pour sa part en baisse de 17,4% sur un an à 6.321 milliards de roubles (70,1 milliards d'euros).

Dans l'ensemble du secteur des hydrocarbures dans le monde, l'année 2020 a été marquée par un effondrement des prix et de la demande de l'énergie en raison des mesures prises pour combattre la pandémie de coronavirus, affectant notamment le secteur du transport.

En Russie, les résultats des entreprises ont également été touchés par une dévaluation du rouble, qui a perdu environ un tiers de sa valeur par rapport aux devises occidentales en 2020.

Ainsi, les exportations de gaz russe vers l'Europe, dans laquelle Gazprom inclut la Turquie, ont baissé de 12,1% en 2020 sur un an à 174,87 milliards de mètres cubes. Les prix du gaz ont eux baissé d'environ un tiers.

Le producteur russe tire une grande partie de ses revenus de ses exportations européennes, notamment vers l'Europe occidentale. Son principal consommateur est l'Allemagne, dont les approvisionnements ont baissé de 14% en 2020 sur un an. La part du groupe dans le gaz consommé en Europe s'est établie à 32,2% en 2020.

Il est également à noter que les ventes de gaz naturel liquéfié (GNL) ont doublé à 7,4 millions de tonnes, notamment à l'Inde mais également pour la première fois à la France.

Dans une présentation aux investisseurs retransmise en ligne, le patron de Gazprom Alexeï Miller a affirmé que malgré une année difficile, le groupe avait assuré une production ininterrompue, rempli toutes ses obligations et maintenu sa position sur le marché.

En 2020, les projets de Gazprom d'augmenter ses ventes à l'Europe ont été contrariés par l'incertitude concernant le gazoduc Nord Stream 2 entre la Russie et l'Allemagne, presque terminé.

Les Etats-Unis et plusieurs pays européens comme la Pologne voient d'un mauvais oeil ce nouveau gazoduc, jugeant qu'il va accroître la dépendance de l'Allemagne et de l'Union européenne vis-à-vis du gaz russe et, in fine, de Moscou.

En 2021, le groupe prévoit une croissance du chiffre d'affaires de 16% sur un an à 7.346 milliards de roubles. Gazprom table également sur une hausse de 5% des exportations vers l'Europe à 183 milliards de mètres cubes.


https://www.connaissancedesenergies.org ... 020-210429
0 x


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Energies fossiles: pétrole, gaz, charbon et électricité nucléaire (fission et fusion) »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 10 invités