Gestion de l'eau: pompage, forage, filtration, puits, récupération...Recherche informations

Gestion, accès et utilisation de l'eau chez vous: forage, pompage, puits, réseau de distribution, traitement, assainissement, récupération d'eau de pluie. Procédés de récupération, filtration, dépollution, stockage. Réparation de pompes à eau. Bien gérer, utiliser et économiser l'eau, dessalement et désalinisation, pollution et de l'eau...
Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 48893
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 701

Message non lupar Christophe » 27/11/03, 14:20

J'ai simplement des idées que tu as évoquées mais pas de descriptif chiffré (cela m'intéresse aussi) le pb aussi c'est de savoir comment retransformer cette énergie stocké en energie utile (électricité à priori) puisque cette phase passe pas un systeme ayant un rendement...et on arrive souvent à des rendement globaux ridicule.

Par exemple, exemple de l'éolienne + stockage d'eau en hauteur (avec pompe et génératrice)

1) Ton eolienne fournit 1kwh d'electricité,
2) Ceci entrainera une pompe de 1 kw pendant une heure...tu aura donc stoké 1kwh sous forme d'énergie potentiel*rendement de la pompe ( 0.6 à 0.8 suivant la pompe et vitesse) il te reste donc 0.7 kwh dans "l'eau"
3) Inversement la turbine entrainant la génératrice non plus n'a pas un rendement de 100%, il est compris entre 0.6 et 0.8 (c'est une pompe à l'envers) prenons donc 0.7 pour trancher....il te restera à ce niveau la : 0.7 x 0.7 kwh soit 0.49 kwh
4) La génératrice elle même ayant un rendement de 0.8 on se retrouve finalement avec 0.49 x 0.8 = 0.4 kwh

Finalement cette solution de stockage aura dégradé 60% de l'énergie produite par l'éolienne...et quand on sait qu'une éolienne ne tourne a puissance nominale moins de 30% du temps...je ne pense pas que cette solution la soit vraiment econologique. Sans parler du coup d'investissement.....

Je ne pense pas qu'à l'heure actuelle une solution soit plus avantageuse que les autres (sauf peut etre disque d'inertie mais investissement tres lourd ) la pire étant de stocker sous forme d'hydrogène (issu d'une electrolyse de l'eau) compressé et rebrulé dans un moteur thermique (rendement global inferieur à 10%)

Pour conclure, il se peut que dans la solution des batteries soient la + econologique ! Il existe des batteries seches qui ne susent quasiement pas (batteries d'aviation)
0 x
Ce forum vous a aidé? Aider le site aussi et partagez les meilleures pages sur vos réseaux sociaux. Un Tip pour l'éconologie - Des articles, des analyses et des téléchargements - Publiez un article sur Google Actualités

Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 48893
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 701

Message non lupar Christophe » 28/11/03, 13:04

1) Merci pour le lien, le petit graphique est intéressant dommage qu'un complement avec le coût (comprenant méthode de production et installation) au W/Wh ne soit pas présent...pour l'air cela présente les meme déperdition (en pire) que pour le pompage d'eau...

2) pour le stirling oui mais c assez complexe a réaliser, un solaire risque de ne pas vraiment marcher l'hiver (ni la nuit ) par contre si tu te chauffe au bois, récuperer une partie de la chaleur perdue dans la cheminé pour alimenter un stirling peut etre intéressant.... j'ai linké le site de réference en francais sur ce moteur sur la page des lien, va voir.

3) Pour les batteries seche je connais kK1 qui en a récupéré pas mal de l'armée durant une vente au enchere, il dispose d'un stock encore assez important peut etre sera t il d'accord de t'en vendre quelques une ? Il est en bretagne ou es tu situé ? Si tu veux je l'appele pour lui en parler ?
0 x
Ce forum vous a aidé? Aider le site aussi et partagez les meilleures pages sur vos réseaux sociaux. Un Tip pour l'éconologie - Des articles, des analyses et des téléchargements - Publiez un article sur Google Actualités
Avatar de l’utilisateur
Misterloxo
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 480
Inscription : 10/02/03, 15:28
x 1

Message non lupar Misterloxo » 29/11/03, 13:23

Salut!

Pour stocker de l'eau en hauteur, j'ai lu un aticle de scinece et avenir sur le "Bélier", un système qui permet de remonter de l'eau sans apport d'energie.

Vous connaissez ?
0 x
L’apprentissage de la désobéissance est un long cheminement. Il faut toute une vie pour atteindre la perfection. » Maurice Rajsfus
Penser, c’est dire non. » Alain, philosophe
Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 48893
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 701

Message non lupar Christophe » 01/12/03, 12:10

euh pas du tout loxo...c kel science & avenir suis aussi abonné...
c koi le principe de base?

ps : y a un bug avec forum...apparement l'ip sql a changé ...ca devrait donc ne plus marché du tout .. :blink:
0 x
Ce forum vous a aidé? Aider le site aussi et partagez les meilleures pages sur vos réseaux sociaux. Un Tip pour l'éconologie - Des articles, des analyses et des téléchargements - Publiez un article sur Google Actualités
Avatar de l’utilisateur
Misterloxo
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 480
Inscription : 10/02/03, 15:28
x 1

Message non lupar Misterloxo » 01/12/03, 22:07

Réalisation d'un bélier hydraulique.

Un peu d'histoire

Le principe du bélier a été inventé en 1796, soit il y a plus de deux siècles, par Joseph Montgolfier et son fils Pierre.


Image


Comment est-il constitué ?

Le circuit hydraulique est composé d'une conduite motrice reliant la source au bélier, du bélier lui-même et d'une conduite d'alimentation reliant le bélier au réservoir d'utilisation.

Le bélier lui-même est constitué d'un corps principal fermé par un clapet taré et d'un réservoir étanche (cloche) relié au corps par un autre clapet également taré et connecté à la conduite d'alimentation.

Réalisation d'un bélier hydraulique.

Comment fonctionne-t-il ?


Image

Dans un premier temps, le clapet intérieur du réservoir est fermé et le clapet du corps principal est ouvert. L'eau en provenance de la source s'écoule librement à travers la conduite motrice et le corps du bélier en prenant de la vitesse et en s'échappant par le clapet principal. A un moment donné, grâce à la vitesse acquise, le clapet principal se ferme brusquement en provoquant "un coup de bélier", phénomène bien connu qui, en d'autres lieux, peut avoir des effets dévastateurs. Ici, ce coup de bélier va provoquer l'ouverture du clapet intérieur et l'eau va pénétrer dans la cloche en comprimant l'air intérieur qui va, par la pression acquise, pousser l'eau dans la conduite d'alimentation à laquelle la cloche est reliée. L'eau, dans la conduite motrice et dans le corps du bélier va progressivement ralentir et finalement s'arrêter permettant l'ouverture du clapet principal tandis que le clapet intérieur de la cloche retombe sur son siège. L'eau va recommencer à s'écouler à travers le corps du bélier et le clapet principal en position ouverte jusqu'à acquérir à nouveau une certaine vitesse suffisante pour refermer à nouveau le clapet principal et provoquer un nouveau "coup de bélier"; Et ainsi de suite, plusieurs fois par minute, 24 H sur 24 H, 365 jours par an et année après année sans pratiquement d'entretien.

Quelles sont les performances d'un bélier hydraulique ?

Les performances d'un bélier dépendent essentiellement de la capacité de la source. Différents modèles de béliers existent; de capacités différentes, ils peuvent être adaptés aux performances de la source. D'une manière générale, on peut dire que le rapport entre la hauteur de chute et la hauteur de remontée est inversement proportionnel au rapport entre la quantité d'eau prélevée à la source et la quantité d'eau remontée, au rendement près. Ce rendement est d'environ 70 %. Autrement dit, on peut par exemple dire que, si on dispose d'une source ayant une capacité de 30 l/min et une chute de 10 m, on pourra relever à 30 m une quantité d'eau de 10 l x 70% ou 7 litres d'eau par minute.

Il existe des béliers adaptés à des sources d'une capacité de quelques litres/min à près 0.5 m³/minute et la hauteur de remontée peut dépasser les 100 m.


LIENS :
<a href='http://www.codeart.org/technique/eau/belier_hydraulique/belier_hydraulique_fr.htm' target='_blank'>http://www.codeart.org/technique/eau/belie...raulique_fr.htm</a>
<a href='http://centralenergie.free.fr/Page/Pompe/Pompe-Belier.php' target='_blank'>http://centralenergie.free.fr/Page/Pompe/P...ompe-Belier.php</a>
<a href='http://perso.wanadoo.fr/energies-nouvelles-entreprises/ch12-71.htm' target='_blank'>http://perso.wanadoo.fr/energies-nouvelles...ses/ch12-71.htm</a>

PS: pour les forums, j'ai vu y'a pas un patch à installer pour cette erreur de setlocal ?:!
0 x
L’apprentissage de la désobéissance est un long cheminement. Il faut toute une vie pour atteindre la perfection. » Maurice Rajsfus
Penser, c’est dire non. » Alain, philosophe

Avatar de l’utilisateur
Misterloxo
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 480
Inscription : 10/02/03, 15:28
x 1

Message non lupar Misterloxo » 02/12/03, 19:28

Ps: pour science et avenir, je ne le retrouve plus mais c'était le dernier que j'ai reçu :unsure:
0 x
L’apprentissage de la désobéissance est un long cheminement. Il faut toute une vie pour atteindre la perfection. » Maurice Rajsfus
Penser, c’est dire non. » Alain, philosophe


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Gestion de l'eau: pompage, forage, filtration, puits, récupération... »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités