Gestion de l'eau: pompage, forage, filtration, puits, récupération...Irriguer une serre avec une fosse septique?

Gestion, accès et utilisation de l'eau chez vous: forage, pompage, puits, réseau de distribution, traitement, assainissement, récupération d'eau de pluie. Procédés de récupération, filtration, dépollution, stockage. Réparation de pompes à eau. Bien gérer, utiliser et économiser l'eau, dessalement et désalinisation, pollution et de l'eau...
Alain G
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 3044
Inscription : 03/10/08, 04:24
x 1

Message non lupar Alain G » 28/08/12, 17:16

Christophe a écrit :
Did67 a écrit :Par ex, dans une station de méthanisation, tous les déchets "biologiques" (restes de cuisine, déchets d'abatoirs) doivent être pasteurisés avant d'entrer dans le digesteur, afin de pouvoir épander le digestat à la sortie sur des cultures commerciales.


J'avais également entendu que le digestat devait être "désinfecté" après la sortie du digesteur pour une utilisation en épandage...



La pasteurisation se fait à haute température 60-70°>

la respiration élève ensuite la température progressivement jusqu'à 60 °C - 70 °C, conduisant au remplacement des micro-organismes mésophiles par des thermophiles et des thermo-tolérants.

par leur respiration, les micro-organismes épuisent l'oxygène de la masse en compostage et rendent le milieu anaérobie. Des germes anaérobies se développent alors, conduisant à un abaissement de la température car leur métabolisme est moins thermogène. Ils sont de plus responsables de la libération de composés volatils nauséabonds (méthane, ammoniac, hydrogène sulfuré...).

Pour éviter cette putréfaction, il est nécessaire de restaurer les conditions aérobies du milieu (voir aération ci-dessous). Ainsi il sera possible de prolonger la fermentation à haute température. Les pathogènes, parasites et semences de mauvaises herbes seront détruits par la température élevée, les mauvaises odeurs seront évitées, la décomposition sera plus rapide. Dès que la température n'augmente plus après aération, on peut considérer que la dégradation est terminée.



Source: wiki


Utiliser directement l'eau usée ne détruit pas les pathogène et peut être transmit aux plantes et ensuite aux humains.
0 x
Faire un pas derrière parfois peut permettre de renforcer l'amitié.
La critique est une bonne chose si ajouté a quelque compliments.
Alain

Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 16809
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 7085

Message non lupar Did67 » 28/08/12, 17:43

Christophe a écrit :
J'avais également entendu que le digestat devait être "désinfecté" après la sortie du digesteur pour une utilisation en épandage...


Dans notre cas, le digesteur "consomme" soit des résidus végétaux (tonte de gazon, déchets de fabications agro-alimentaires, etc...), soit du fumier (qu'on peut mettre diretcement sur les chmaps), soit des produits qui seront hygiénisés avant introduction (déchets de cantines, certains déchets d'abattoirs non classés...). Nous pouvons épandre le digestat directement (en respectant tout un ensemble de règles : doses, périodes... inscrites dans un "plan d'épandage" validé par les uatorités). Mais sans "pasteurisation" ou "traitement" du digestat...

Je peux imaginer que c'est le cas des boues de stations d'épuration, qui, elles, n'ont pas eu de "traitement préalable".

Cela revient à ce que je disais plus haut : il faut une "rupture" dans le cycle...
0 x
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 16809
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 7085

Message non lupar Did67 » 28/08/12, 17:48

Alain G a écrit :
La pasteurisation se fait à haute température 60-70°>

.


Mes excuses, le terme "pasteurisation" que j'ai utilisé était inapproprié : il s'agit d'une hygiénisation (de mémoire : 1 ou 2 heures à plus de 60 ou 65° ; c'est un process automatisé, je ne me souviens plus des chiffres).

Les pathogènes (qui prolifèrent dans le corps humain à 37°) ne résistent pas à ce traitement : idem cuisson d'un steack haché, etc... ou traitement anti-légionellose d'un préparateur d'ECS (en le faisant monter à 65°). Il suffit de passer le cap des 60° ou 65 ° à coeur...

C'est différent d'une pasteurisation qui vise à détruire tous les micro-organismes, pathogènes ou non, et surtout ceux qui risquent d'empêcher une bonne conservation (et là, c'est des 95°, voire plus)...

PS : l'extrait de wiki est spécifique au compostage ; la méthanisation est un processus mésophile strictement anaérobie ; le digesteur n'atteint pas les températures requises piour une hyginésation. D'où le traitement thermique avant ou après.

Là, on le fait avant, car c'est une dépense énergétique et il est idiot de traiter la masse qui ne le nécessite pas.

Dans les STEP (station d'épuration), c'est l'inverse. Ce serait "idiot" d'hygiéniser avant ; on extrait les boues, qu'on hygiénise...

Les tas de compost (enfin les vrais, pas le tas d'épluchures qui pourrit au fond du jardin) en effet, passent par un processus aérobie à haute température (supérieur à 60°). Il faut "brasser" l'endain 2 ou 3 fois, à la fois pour l'aérer et entretenir l'aérobiose, mais aussi pour remélanger les déchets (sinon, les bords du tas, qui resteraient froids, ne sont pas hygiénisés !).

Un tas de compost, en automne, c'est une nuée ! Cela "fume" tellement cela chauffe (comme le fumier). Là, oui, il y a destructions des germes de maladies (qu'ils s'agissent de celles susceptibles d'attaquer vos plantes ou celles susceptibles d'attaquer l'homme), des graines des mauvaises herbes...

Ces conditions ne sont quasiment jamais remplies dans un compost "ménager". Il serait plus correct de parler de "pourissoire" !
0 x
Alain G
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 3044
Inscription : 03/10/08, 04:24
x 1

Message non lupar Alain G » 28/08/12, 18:42

Salut Did!


Tu relate très bien le problème lié à se servir des eaux usées pour alimenter les plantes potagères même si ici on parle de compost versus le liquide de fosse.

Fait de façon industrielle avec tout les contrôles du produit fini versus de façon personnelle sans tout ces contrôles je ne peut que ne pas recommander cette utilisation de l'eau grise et noire.


Comme le faisait mention sen-o-sen le filtre au sable ne fait pas barrière aux bactéries et pathogène.
0 x
Faire un pas derrière parfois peut permettre de renforcer l'amitié.

La critique est une bonne chose si ajouté a quelque compliments.

Alain
Avatar de l’utilisateur
Forhorse
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 1918
Inscription : 27/10/09, 08:19
Localisation : Perche Ornais
x 54

Message non lupar Forhorse » 28/08/12, 19:28

Au risque de répéter ce qui à déjà été dit, et puisque sen-no-sen y fait lui aussi mention, le plus sage à mon avis reste au minimum d'avoir recours à une phytoepruration.
En sortie de cycle on peut aussi steriliser au UV-C mais c'est alors de l'eau d'arrosage qui revient très chère :mrgreen:
0 x

Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 16809
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 7085

Message non lupar Did67 » 30/08/12, 15:40

Alain G a écrit :Salut Did!


Tu relate très bien le problème lié à se servir des eaux usées pour alimenter les plantes potagères même si ici on parle de compost versus le liquide de fosse..


C'était à titre d'illustration pour confirmer que sans rupture (passage suffisamment long à + de 65°, que cela soit lié à un process de traitement - avant dansle cas du biométhane, après dans le cas d'une STEP) ou que cela soit lié à un compostage "bien conduit", il est "interdit" d'utiliser les eaux usées et autres déchets organiques...

Nous sommes donc d'accord ! On ne "peut pas"... Et je déconseille de tricher sous prétexte que personne ne viendra vérifier.

En revanche, encore une fois, porduire de la biomasse "irriguée" qu'on composte / incorpore au sol ensuite, c'est une rupture... Et ce stock de matière organique stockera l'eau de pluie, les plantes seront moins sensibles à la sécheresse... même si cela ne résoud pas tous les problèmes...
0 x
Avatar de l’utilisateur
Bucheron
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 4731
Inscription : 07/11/05, 10:45
Localisation : En montagne... (Trièves)
x 1

Message non lupar Bucheron » 30/08/12, 17:15

Juste pour dire qu'on pourrait être un poil plus précis sur le terme "eaux usées".

Autant il est dangereux (et fortement déconseillé ! :shock: ) d'utiliser des eaux vannes (ayant été en contact avec de la matière fécale) pour arroser, autant toutes les autres eaux peuvent être utilisées sans aucun traitement pour l'arrosage...
Ça concerne donc les eaux grises (lavabo, évier, douches, appareil de lavage, ...) et les eaux jaunes (urines séparées à la source).
0 x
"Je suis une grosse brute, mais je me trompe rarement..."
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 16809
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 7085

Message non lupar Did67 » 30/08/12, 19:31

On était parti de la "fosse septique" (1er post). Donc eaux vannes, a priori.. C'est d'ailleurs sans doute plutôt une fosse "toutes eaux" ??

Mais tu as parfaitement raison de faire le point.
0 x
Avatar de l’utilisateur
Bucheron
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 4731
Inscription : 07/11/05, 10:45
Localisation : En montagne... (Trièves)
x 1

Message non lupar Bucheron » 03/09/12, 22:52

Oui, Did, la fosse porte la dénomination "toutes eaux" quand elle reçoit... toutes les eaux ! (grises et autres)
0 x
"Je suis une grosse brute, mais je me trompe rarement..."


Revenir vers « Gestion de l'eau: pompage, forage, filtration, puits, récupération... »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité