L'économie de fonctionnalité (Spécial journée mondiale de l'environnement) - Passe-science

Consommation et alimentation durables et responsables, trucs et astuces au quotidien pour réduire ses consommations d'énergie et d'eau, ses déchets...Mieux manger: préparations et recettes, trouver des aliments sains, de saison et locaux, informations sur la conservation alimentaire...
Avatar de l’utilisateur
thibr
J'ai posté 500 messages!
J'ai posté 500 messages!
Messages : 719
Inscription : 07/01/18, 09:19
x 264

L'économie de fonctionnalité (Spécial journée mondiale de l'environnement) - Passe-science




par thibr » 10/06/21, 21:15


Episode spécial journée mondiale de l'environnement dans lequel on va parler des causes de l'obsolescence programmée et réfléchir à des modèles alternatifs de consommation qui évitent, dans leur principe même, l’émergence de tels comportements. Vous pensez que la recherche de profit s'oppose aux problématiques environnementales? détrompez-vous! On parlera principalement d'économie de fonctionnalité aussi appelée vente de l'usage et d'économie de performance.

Quelques précisions:

Non je ne suis pas payé par Michelin ou Xerox.

J'aurais pu davantage insister sur le point que je trouve le plus important: que c'est bien la recherche de profit personnel qui va dans le sens d'une amélioration de la société dans un modèle d'économie de fonctionnalité.

En vente de bien, la recherche de profit se traduit par:

Vendre davantage, et donc consommer plus, polluer plus, diminuer la masse salariale (donc réduire le pouvoir d'achat). C'est une spirale qui épuise les ressources et donc va dans le sens de l'augmentation des prix tout en réduisant le pouvoir d'achat (ce qui ne peut économiquement pas durer, en addition de ses effets néfastes)

En vente de l'usage (économie de fonctionnalité), la recherche de profit se traduit par:

Augmenter la durée de vie du produit, réduire la consommation en énergie et matière première, augmenter la masse salariale. C'est un cycle vertueux ou plus on progresse moins les coûts horaires et la consommation de ressources primaires sont élevés. Il est tout à fait possible que le prix diminue tout en donnant davantage de profits à l'entreprise et de pouvoir d'achat aux salariés, en addition de ses effets positifs.

Je compte sur vous pour hyper (harceler) Heureka pour qu'il nous parle plus en détails de ces aspects économiques et micro économiques.
1 x

eclectron
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2922
Inscription : 21/06/16, 15:22
x 395

Re: L'économie de fonctionnalité (Spécial journée mondiale de l'environnement) - Passe-science




par eclectron » 11/06/21, 07:51

Pas con , "le capitalisme" a trouvé le moyen de perdurer en surfant sur l’air du temps (attente du public, au moins en partie) et passer au sain et durable.
L’imposition de contraintes, toujours déplaisantes, étant évacuée au moins en partie.
Pourquoi faire un lave linge qui ne pollue pas l’eau, si c’est plus économique pour le constructeur de passer cette patate chaude à la collectivité ? Il y aura donc toujours des contraintes législatives.

Comme souligné, le véritable sain et durable est en effet la mort du capitalisme, la mort de l’économie actuelle, la mort des rentiers du système donc curieusement ça ne leur vient pas à l'idée. :lol:
Là, avec l’économie de fonctionnalité, l’ordre des choses ne change pas, toujours les riches privilégiés, toujours les esclaves qui payent tous les mois leurs fonctionnalités, qui payent leurs abonnements.
Tout va bien dans le meilleur des mondes. :mrgreen:
Pour l'esclave, toujours besoin d'un salaire et donc toujours besoin d’activité en face.
On en va pas payer les gens a rien faire tout de même ! :mrgreen:
Comme chacun sait (ou devrait savoir) l'activité dématérialisée n’existe pas.
Ce modèle est toujours croissantiste, peut être moins mais croissantiste matériellement quand même.

Et c’est marrant ce n’est pas l’attente que je perçois chez les gens, de devoir payer toute sa vie de multiples abonnements.
Et quid du besoin de posséder pour être rassuré ?
J’entends plus un désir d’affranchissement de ce genre de contraintes. Si on pouvait....

Pourquoi pas le véritable sain et durable qui demanderait certes un remise à plat de tout ? :mrgreen:
1 x
peu importe.
On va tenter le 3 posts par jour max
Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 10050
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 1267

Re: L'économie de fonctionnalité (Spécial journée mondiale de l'environnement) - Passe-science




par Ahmed » 11/06/21, 15:44

Eclectron, il est vrai qu'il y a une naïveté considérable à prétendre résoudre toutes les contradictions entre intérêts divergents et impasses actuelles grâce à une "recette" miraculeuse qui ne rendrait plus nécessaire la croissance tout en accroissant les profits des entreprises et des usagers!*
De façon partielle, le phénomène décrit s'observe parfois: ainsi, par exemple, les bouteilles de gaz industriels qui sont en location** sont équipées de robinets d'une robustesse à toute épreuve.
Ce qui n'est pas du tout convainquant, c'est la généralisation au modèle économique global. Les exemples cités pour appuyer la démonstration demanderaient à être soigneusement interrogés avant que d'y souscrire: comment ces entreprises pourraient-elles à la fois augmenter leurs bénéfices, employer plus de salariés et offrir de meilleurs services à moindre coût? Surtout si l'on considère que c'est justement la réduction de la masse salariale qui est le levier principal de la rentabilité...
Je vois ça comme une resucée du postulat d'Adam Smith, lorsque, désespérant de la vertu des hommes, il décrit le capitalisme comme un système capable de faire de l'égoïsme universel la clé de la félicité de tous, sans plus nécessiter la volonté consciente et par la seule grâce mécanique de la "main invisible" du marché.
On pourrait également voir dans ce concept une évolution du modèle qui prendrait ainsi en compte la limitation des ressources, de même que du temps de la défunte URSS, la pénurie relative de matières premières (absorbée par l'industrie lourde et l'armement) orientait les biens de consommation vers du durable, simple réparable.
Bien sûr, on ne peut que douter de la pertinence de ce conte de fée qui ne fonctionne que sur le papier (et à la seule condition d'être fort peu exigeant!), car résultant d'une analyse tout à fait superficielle du fonctionnement et des buts de l'économie actuelle.

* Ce simple fait serait générateur de croissance!
** C'est la même chose pour les bouteilles en propriété, puisque la norme fait qu'elles sont interchangeables et que c'est en fait plus la possession d'une bouteille "quelconque".
1 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."
eclectron
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2922
Inscription : 21/06/16, 15:22
x 395

Re: L'économie de fonctionnalité (Spécial journée mondiale de l'environnement) - Passe-science




par eclectron » 11/06/21, 18:09

Ahmed, pas grand chose à ajouter.
Tu confirmes bien que c'est le cadre sociétal qui canalise les dérives de l'Homme sans vertu.
La vraie voie spirituelle* se propose d'aider a révéler ce qui n'est pas vertu en chacun et en conséquence de laisser le champ libre a l'expression de la vertu qui réglerait TOUS les problèmes. Jiddu Krishamurti par exemple.
J'en rêvais un temps mais n'y parvenant déjà pas moi même :lol: , je ne crois pas que ce puisse être une solution réaliste à court terme, hélas.
Je rejoins Adam Smith sur le pessimisme.
(* pas les youtubes que je poste ici, qui ne sont que des amuses gueules, des sensibilisations, des ouvertures, des extraits, enfin pas toujours pour qui est déjà sensibilisé...)

Par conséquent, il faudrait un cadre sociétal plus vertueux que le système actuel qu' est le capitalisme.
Toi qui a beaucoup lu, as tu trouvé des auteurs proposant des systèmes "plus ou moins clés en main" qui te paraissent plus vertueux ? des pistes ?

Personnellement le gimmick de Dennis Meadows: "Sain et durable" m'inspire beaucoup . C'est tellement évident...
Vu la situation actuelle, il lui semble bien trop tard pour le sain et durable, il a donc changé de ligne et opte pour la "Résilience", qui n'est plus qu'une adaptation de survie...
A ma connaissance il n'est jamais allé plus loin dans des propositions précises.

Je crois encore qu'il soit possible de mettre en place un système sain et durable, au moins à petite échelle.
Les peuples premiers dans le dénuement y arrivent bien. :wink:
Il suffit de baisser nos exigences, réduire les besoins, rationaliser les besoins.
Il doit bien y avoir moyen de placer le curseur du confort de vie entre le chasseur cueilleur et notre mode de vie dispendieux en ressources que l’on appelle abusivement économie ! :roll:
0 x
peu importe.
On va tenter le 3 posts par jour max
Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 10050
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 1267

Re: L'économie de fonctionnalité (Spécial journée mondiale de l'environnement) - Passe-science




par Ahmed » 11/06/21, 19:14

Tu écris:
Tu confirmes bien que c'est le cadre sociétal qui canalise les dérives de l'Homme sans vertu.

Ce n'est pas ainsi que je le formulerais. L'homme sans vertu est le produit du cadre sociétal particulier dont il est question ici, dans la mesure où ceux qui persisteraient en ce sens seraient pénalisés et ceux qui se conforment à cette anomie en sont systématiquement récompensés selon les critères propres à la synthèse sociale actuelle.
Adam Smith ne faisait que refléter l'air du temps et l'essentialise, ce qui est assez courant, passe souvent pour un trait de génie, mais constitue pourtant une faute logique. Il ne faut pas oublier qu'avant d'écrire "La richesse des nations", il s'est "fendu" d'un bouquin intitulé "Théorie des sentiments moraux" où il essayait de résoudre la contradiction de la morale et de l'économie de son temps. Sa conclusion, pas extraordinaire, était que la première s'exerçait dans la sphère privée, alors que la seconde relevait de la sphère publique.
Ce constat pessimisme résulte des conditions de l'époque, laquelle avait déjà vu la disparition, non de la morale, mais de la "décence commune" qui régit normalement les relations humaines pour privilégier la concurrence de tous entre tous. Il ne s'agit évidemment pas de regretter un passé idéalisé: les relations de domination personnelles ont juste été remplacées par une domination abstraite (sous l'égide de la "liberté") dont il est bien plus difficile de se libérer (un despote bien réel peut éventuellement être renversé). Le côté abstrait de cette domination apparaît nettement, au-delà des slogans contre les patrons exploiteurs, lorsque les auto-entrepreneurs ubérisés en sont réduits à s'autoexploiter pour survivre... :roll:
Pour ce qui est des systèmes "clés en main", désolé de te décevoir, mais tout système est, par définition, nocif (puisqu'enfermant dans sa définition originelle) et il faut se détourner de l'espoir, même à simple titre théorique, d'une simple substitution.

Seule une élaboration commune et consciente de ce qui serait souhaitable est envisageable et ne préjuge donc pas du résultat. Le "souci" étant que la croissance des inégalités va à l'encontre de toute manifestation démocratique, puisqu'on ne peut discuter qu'entre égaux (ou pas trop inégaux!).

J'oubliais; tu écris:
Les peuples premiers dans le dénuement y arrivent bien.

Comme ton smiley suggère, le "dénuement" est un concept dépourvu de sens pour ces peuples. Certains sont pourtant dans des situations difficiles car, à l'instar de nombres d'espèces animales, elles sont chassées des territoires où leur vie est possible dans de bonnes conditions.
La durabilité est avant tout une question de quantité d'énergie dissipée. Même parmi les gens les plus convaincus de cela, l'addiction énergétique reste une manifestation de cette aliénation généralisée...
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."

eclectron
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2922
Inscription : 21/06/16, 15:22
x 395

Re: L'économie de fonctionnalité (Spécial journée mondiale de l'environnement) - Passe-science




par eclectron » 12/06/21, 10:39

Ahmed a écrit : L'homme sans vertu est le produit du cadre sociétal particulier dont il est question ici
Ce n’est pas faux mais un homme d’un peuple premier, un homme naturel, ne vit pas non plus dans la vertu.
Son esprit est tout autant corrompu par son ego que le notre.
Seul son cadre, les moyens à sa disposition nous le font paraître plus vertueux que nous.
Par "esprit corrompu" j’entends, auto centré, prêt à mentir pour préserver un acquis personnel.
Il faut entendre " esprit corrompu par son propre intérêt", bref un ego bien présent au centre.
Dans une tribu, la tromperie sera mal vue par la communauté (culture et morale locale) ce qui refrénera l’intention égoïste initiale de l’individu (calcul d’intérêt, je mange seul ce miel et me fait mal voir par le groupe ensuite si je suis découvert ou je le partage pour me faire bien voir? quelque soit le choix il s'agit d'un calcul egoïque, basé sur la corruption de l’intérêt personnel)
La non vertu est bien présente naturellement chez tout être humain.
Il faut faire un sacré boulot de compréhension, déblayage mental pour laisser l'espace de liberté a la vertu . (27 ans que je suis sur le coup en dilettante et nada ! :lol: ).
Certains dirons qu’il est impossible d’être vertueux (position résignée ou de facilité, pas de remise en cause personnelle), d’autres, très peu, epsilon, soutiennent que c’est possible et la seule voie salutaire pour l’humanité.


Ahmed a écrit : Pour ce qui est des systèmes "clés en main", désolé de te décevoir, mais tout système est, par définition, nocif (puisqu'enfermant dans sa définition originelle) et il faut se détourner de l'espoir, même à simple titre théorique, d'une simple substitution.
Par système j’entends un ensemble de règles/principes assez larges à suivre, comme par exemple "sain et durable " qui offrent quand même un espace de liberté non négligeable.
Il faut évidement faire preuve d’intelligence dans l’application de principes et ne pas tomber dans le systématisme. Sinon on est paralysé. Il faudrait arrêter de respirer (CO2 :lol: ), voire se suicider en masse. :roll:
Mais" sain et durable autant que faire se peut, plutôt que rentable a tout prix", serait une ébauche de système.
Une ligne directrice à tenter de suivre, collectivement, démocratiquement .

Un temps je pensais la démocratie directe possible à grande échelle, à celle d’un pays via les moyens numériques actuels.
En fait les échanges numériques virent au cauchemar, sauf exception ou a moins de bien déjà connaître les gens.
Un pan important de la communication non verbale ne passe pas, la responsabilité dans l’échange que l’on a face a un individu de chair n’est pas présente non plus.
J’en déduis que la démocratie directe doit se faire en présentiel (parfois houleux aussi…) et du coup forcement à petite échelle.
Autre point de vue sur le sujet bien venu…

Ahmed a écrit : Seule une élaboration commune et consciente de ce qui serait souhaitable est envisageable et ne préjuge donc pas du résultat. Le "souci" étant que la croissance des inégalités va à l'encontre de toute manifestation démocratique, puisqu'on ne peut discuter qu'entre égaux (ou pas trop inégaux!). .
Hélas trop vrai !

Ahmed a écrit :
Les peuples premiers dans le dénuement y arrivent bien.

Comme ton smiley suggère, le "dénuement" est un concept dépourvu de sens pour ces peuples. .
Le smiley était pour l’arrogance occidentale, " on est quand même pas plus cons que ces sauvages ! " :lol:
Le fond de vérité est que nous avons des moyens (sciences et techniques) nous permettant de vivre plus confortablement qu’eux, tout en respectant le vivant, humains compris.
Avons-nous la mentalité, l’intention ??? je sens que ça émerge, plus que jamais en tout cas, mais est-ce suffisant et à temps ???


Ahmed a écrit :La durabilité est avant tout une question de quantité d'énergie dissipée. Même parmi les gens les plus convaincus de cela, l'addiction énergétique reste une manifestation de cette aliénation généralisée...
Et de type d’énergie : Si l’énergie est renouvelable ou en quantité illimité ,saine et durable sur une période longue. Cette dernière forme n’existant pas encore. En pratique reste donc le renouvelable.
Ne pas confondre quantité disponible et quantité utilisée.
Seule la volonté humaine, et le système que nous avons "choisis"*, dicte l’usage de la quantité.
* tant qu'on ne le réfute pas c'est que nous l'avons choisis.
Actuellement il n’y a pas de pilotes humains dans l’avion économie, juste des règles sans âme mais rien n’empêche d’en remettre, via "sain et durable autant que faire se peut et avec de la démocratie directe". Ce qui suppose un bon niveau d’information des individus exerçant cette démocratie directe, encore un autre problème…
Par bon niveau d'information, j'entends un niveau suffisant, au dessus de l'ignorance, donc.
0 x
peu importe.
On va tenter le 3 posts par jour max
Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 10050
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 1267

Re: L'économie de fonctionnalité (Spécial journée mondiale de l'environnement) - Passe-science




par Ahmed » 12/06/21, 11:31

Sur le premier point, tu fais une bonne analyse de la nature de la morale en tant que règle permettant une cohabitation harmonieuse. Elle existe aussi chez les populations d'animaux sociaux, ce qui n'a rien d'étonnant... L'appréciation actuelle de la "vertu" est considérablement altérée par l'inversion des valeurs et la dissociation cognitive existant entre celles, abstraites, qui sont proclamées ostensiblement et celles, opposées et contraignantes qui poussent à la concurrence universelle. L'hyper valorisation de l'ego n'est qu'une conséquence de cet état de chose.
Sans nier le moins du monde l'intérêt des spiritualités, la mode du développement personnel qui se décline sous deux aspects superficiellement opposés correspond aussi à ce centrage sur la monade du sujet de la marchandise. Ce mode s'observe effectivement en entreprise où la performance individuelle est censée faire la différence (sans égards pour la subjectivité réelle de la personne), ou en réaction, dans une démarche qui se voudrait émancipatrice , mais qui ne se constitue qu'en miroir inversé, comme refuge d'une diminution de l'être. Ceci condamne malheureusement dès le départ. En outre certains profitent de ce désarroi pour réintroduire à leur profit l'aspect marchand...

Sur le second, je suis assez d'accord avec l'idée d'une ligne directrice, avec toutes les précautions que cela requiert, car, ne l'oublions pas, la société industrielle ne fait système que par manière de parler et surtout, a posteriori: en réalité, elle ne repose que sur l'itération de quelques "lignes de code" très simples, et c'est ce qui lui confère cette étonnante souplesse adaptative.

Le point que tu soulèves au sujet de la démocratie est bien réel, raison pour laquelle la démocratie n'a jamais existé, c'est un idéal qui reste à construire, ou du moins à approcher.

Concernant le "confort", il faudrait déjà définir ce que l'on entend précisément par là. Pas sûr que tes "sauvages" :P échangeraient le leur contre le nôtre... J'ai vu, il y a peu de temps un reportage où l'on voyait des animaux dans un zoo: ils y menaient une vie objectivement très confortables, puisque régulièrement nourris (avec un régime approprié!), soignés en cas de souci de santé, sans prédateurs et ainsi assurés d'une vie bien plus longue que celle de leurs congénères en milieu naturel. Pour autant, je n'ai pas eu l'impression que cela corresponde pour autant à leurs attentes, qu'il y avait quelque chose de profondément artificiel dans cette tentative de représenter la vivant. J'y ai vu, au delà de ce simple constat, une allégorie de la condition humaine, en tant que prisonnière "volontaire" d'un processus d'autodomestication et des multiples régressions que cela implique.

Concernant ton dernier point, sur le caractère éventuellement illimité de l'énergie, la difficulté résiderait sur la détermination de la position du curseur et un accord possible à ce sujet. Plus fondamentalement, l'illimité apparaît comme contradictoire avec le souhait d'une limitation volontaire au principal moteur (sic!) de la modification négative du Monde.
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."
Avatar de l’utilisateur
Exnihiloest
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 3677
Inscription : 21/04/15, 17:57
x 276

Re: L'économie de fonctionnalité (Spécial journée mondiale de l'environnement) - Passe-science




par Exnihiloest » 12/06/21, 19:55

Ahmed a écrit :...Le point que tu soulèves au sujet de la démocratie est bien réel, raison pour laquelle la démocratie n'a jamais existé, c'est un idéal qui reste à construire, ou du moins à approcher.

La démocratie existe, mais n'a jamais été parfaite. L'idée qu'elle reste à construire, donc qu'il y aurait un état final dont on aurait le plan, est une utopie dangereuse. La démocratie, on l'a et on la perfectionne.

Concernant le "confort", il faudrait déjà définir ce que l'on entend précisément par là. Pas sûr que tes "sauvages" :P échangeraient le leur contre le nôtre... J'ai vu, il y a peu de temps un reportage où l'on voyait des animaux dans un zoo: ils y menaient une vie objectivement très confortables, puisque régulièrement nourris (avec un régime approprié!), soignés en cas de souci de santé, sans prédateurs et ainsi assurés d'une vie bien plus longue que celle de leurs congénères en milieu naturel. Pour autant, je n'ai pas eu l'impression que cela corresponde pour autant à leurs attentes, qu'il y avait quelque chose de profondément artificiel dans cette tentative de représenter la vivant. J'y ai vu, au delà de ce simple constat, une allégorie de la condition humaine, en tant que prisonnière "volontaire" d'un processus d'autodomestication et des multiples régressions que cela implique.

Ces animaux n'ont pas le choix, mais nous, nous l'avons, notamment nous les riches nantis occidentaux, tous ceux que je vois ici, riches par rapport à la moyenne mondiale.
Or je ne vois pas grand-monde parmi les occidentaux, à aller vivre en nomade avec les Maasaïs ou dans une case chez les Konsos.
Inversement j'en vois, nombreux, des Africains qui viennent en Europe.
Il faut croire que les Occidentaux qui se plaignent sont ou bien des velléitaires, vilipendant nos sociétés modernes mais incapables d'en sortir, ou bien des faux-jetons qui en fait sont plutôt satisfaits de leur sort.
0 x
Avatar de l’utilisateur
GuyGadeboisLeRetour
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 4974
Inscription : 10/12/20, 20:52
Localisation : 04
x 1201

Re: L'économie de fonctionnalité (Spécial journée mondiale de l'environnement) - Passe-science




par GuyGadeboisLeRetour » 12/06/21, 19:59

La démocratie, enfin sa caricature, on l'a et on la dévoie au profit des intérêts privés (Plousios), au détriment du peuple (Dèmos).
0 x
"Il vaut mieux mobiliser son intelligence sur des conneries que de mobiliser sa connerie sur des choses intelligentes. La plus grave maladie du cerveau, c'est de réfléchir". (J.Rouxel)
"Non ?" ©
"Par définition la cause est le produit de l'effet" .... "Il n'y a strictement rien à faire concernant le climat".... "La nature c'est de la merde". (Exnihiloest, aka Blédina)
Avatar de l’utilisateur
sen-no-sen
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6644
Inscription : 11/06/09, 13:08
Localisation : Haut Beaujolais.
x 602

Re: L'économie de fonctionnalité (Spécial journée mondiale de l'environnement) - Passe-science




par sen-no-sen » 12/06/21, 21:17

Nous vivons effectivement dans une démocratie,oui mais une démocratie de marché et d'opinion,il serait donc plus juste de parler d'ochlocratie marketing.
Pour rappel la démocratie c'est le pouvoir du peuple...le problème c'est qu'a notre époque et dans nos sociétés techno-industrielles le peuple est devenu une catégorie imaginaire...
2 x
"Le Génie consiste parfois à savoir quand s'arrêter" Charles De Gaulle.


Revenir vers « Consommation durable: consommer responsable, alimentation, trucs et astuces »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 8 invités