Injection d'eau: compréhension et explications scientifiquesExplications crédibles du dopage à l'eau! IMPORTANT!!

Compréhension du procédé : idées de montages, études, analyses...Aspects physico-chimiques.
Avatar de l’utilisateur
PITMIX
Chercheur moteur pantone
Chercheur moteur pantone
Messages : 2017
Inscription : 17/09/05, 10:29
x 12

Message non lupar PITMIX » 14/02/07, 07:09

Salut.
Très beau travail de synthèse Christophe et Julien.
Un truc me plait dans votre analyse, c'est que l'on revient vers la fameuse experience de mesure de l'électrisation du tube de sortie réacteur.
C'est une chose à laquelle j'avais pensé.
Je pense également à l'experience qu'a fait "Laurentdelaon" avec sa Clio.
Ca s'approche de l'experience de Armstrong.
Il ne reste qu'à poser deux bout de caoutchouc et faire des mesures de tension pour voir ce que ça donne.
0 x

Avatar de l’utilisateur
bob_isat
Chercheur moteur pantone
Chercheur moteur pantone
Messages : 290
Inscription : 26/08/05, 18:07

Message non lupar bob_isat » 17/02/07, 15:23

julier a écrit :Moi je crois que toutes ces théories rappellent une chose réelle:

- le frottement entre matières différentes peut provoquer l'apparition d'électricité statique. Non seulement entre 2 solides (exemple: un bout de laine contre un morceau de plastique), mais également dans les gaz: dans un orage ce serait le frottement des morceaux de glace contre l'air qui provoquerait l'électrisation.

Ce qui permet d'envisager 2 hypothèses (dont peut-être que l'une est vraie, mais ce n'est pas démontré):

1) si le tube est rempli avec des gaz: on peut imaginer, en cas de forte électrisation, qu'il y ait des arcs électriques, et donc luminescence, production d'ozone (O3), et peut-être d'ions H+ et OH-. Au lieu d'arcs électriques, il peut aussi s'agir de jets d'électrons s'il y a des micro-pointes chargées négativement.

2) si le tube est rempli de gouttelettes contenant un peu d'eau, j'imagine très mal des ions restés en liberté en présence d'eau liquide. Par contre les gouttelettes pourraient se charger électriquement. On peut très bien imaginer que ça améliore le rendement d'un moteur avec carburateur rustique, vu que l'électricité statique va écarter les gouttelettes les unes des autres, donc améliorer la dispersion. Si c'est liquide, on peut également envisager des phénomènes de sonoluminescence, après tout peut-être que dans le tube ça souffle avec des fréquences ultrasonores.

Discussion:

1) J'ai beaucoup de mal à imaginer que le débit de gaz dans le tube, à priori assez faible, suffise à provoquer un champ électrique susceptible de provoquer des arcs électriques en continu. Si c'était le cas, avec une électrisation des gaz dans le tube d'admission, la barre d'acier pourrait avoir 2 fonctions: 1) de réduire la section pour augmenter la vitesse et donc l'électrisation, 2) de favoriser l'électrisation, à supposer que ça marche mieux sur l'acier que sur d'autres matériaux. Mais l'électrisation pourrait également avoir lieu dans le tube d'échappement qui risque d'avoir des vitesse plus élevées (par frottement des gaz d'échappement sur le tube central, mais ça ne marcherait que si ce tube était électriquement isolé du reste du système: c'est donc peu probable).

2) si c'est juste un système de pulvérisation assisté par électricité statique, c'est intéressant mais moins novateur. Ça n'expliquerait pas l'odeur d'ozone, mais la présence d'ozone a-t-elle été vérifiée? Pourrait-il s'agir d'autre chose, par exemple lié aux oxydes d'azote (polluant abondamment produit par le moteur Pantone, il me semble, à cause du mélange pauvre), j'ignore si ça sent quelque chose mais ça peut dans certaines conditions engendrer de l'ozone (normalement avec de la lumière et une température tiède, mais peut-être dans d'autres cas?)

Ensuite, la question de la barre d'acier aimantée. Bon, je rappelle que si ça chauffe vraiment, l'acier perd son aimantation, donc j'y crois moyennement. Mais bon, réfléchissons quand même: si la barre est aimantée, elle produit un champ radial aux extrémités. Si des gouttelettes électrisées passent à côté, ça va les faire avancer en spirale (désolé, je n'ai calculé si ce mouvement est susceptible d'avoir une ampleur notable ou non), ce qui pourrait augmenter la vitesse et donc l'électrisation. Si des gouttelettes bien électrisées se mettent à tourner très vite, elles vont produire un champ magnétique. Si je ne me trompe pas, si ce phénomène arrive à l'extrémité du tube, ce champ va augmenter l'aimantation de la barre (l'inverse si c'est au début de la barre, mais les gouttelettes sont censées y être moins électrisées), donc ça ferait une dynamo. Mais c'est de la science fiction tout ça, il faudrait encore vérifier s'il y a des effets magnétiques: pas facile d'ailleurs, si tous les tubes sont en ferraille, ça oblige à mesurer directement à l'intérieur, par exemple avec des spires de fil sur la barre en acier (apparition d'une tension électrique si l'aimantation varie).

Miguel


Salut Miguel.
Relis le doc, il donne une explication credible au dopage à eau, sans avoir besoin "d'imaginer" des arcs electriques ou un quelconque "effet dynamo"

d'où son nom.

PITMIX a écrit :Salut.
Très beau travail de synthèse Christophe et Julien.
Un truc me plait dans votre analyse, c'est que l'on revient vers la fameuse experience de mesure de l'électrisation du tube de sortie réacteur.
C'est une chose à laquelle j'avais pensé.
Je pense également à l'experience qu'a fait "Laurentdelaon" avec sa Clio.
Ca s'approche de l'experience de Armstrong.
Il ne reste qu'à poser deux bout de caoutchouc et faire des mesures de tension pour voir ce que ça donne.


Salut PIT et merci.

on attend tes mesures et (celles de tout ceux qui veulent participer!).
C'est de cela qu'éconologie a besoin maintenant, pour voir si notre hypothèse est la bonne, avant de commencer à en echaffauder d'autres, plus ou moins "abracadabramtesques"...
0 x
Avatar de l’utilisateur
lio74
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 333
Inscription : 15/03/06, 23:16
Localisation : Hte-SAVOIE et Vienne

Message non lupar lio74 » 17/02/07, 15:32

salut tout le monde ! salut bob :cheesy:

tu as commencé a jetté un oeil en diagonal sur les docs que je t'ai filé?

moa je vais avoir le temps de bien lire, dans le train, les trois que j'ai imprimé... et je commencerai à faire un début de synthèse. 8)

@+
0 x
"Faire quelque chose coûte cher, ne rien faire coûtera beaucoup plus cher." Koffie Annan
prochaine espèce en voie de disparition : l'Homme... et ça sera bien fait pour lui !!!
L'HOMME EST UN POLLUANT NATUREL TRES DANGEREUX !
Avatar de l’utilisateur
bob_isat
Chercheur moteur pantone
Chercheur moteur pantone
Messages : 290
Inscription : 26/08/05, 18:07

Message non lupar bob_isat » 17/02/07, 16:11

salut lio

D'après ce que j'ai commencé à lire, les chercheurs utilisent la longueur d'onde correspondant à l'hydroxyle pour quantifier la bonne combustion dans un moteur...dingue !
0 x
Avatar de l’utilisateur
PITMIX
Chercheur moteur pantone
Chercheur moteur pantone
Messages : 2017
Inscription : 17/09/05, 10:29
x 12

Message non lupar PITMIX » 17/02/07, 17:59

Salut Bob
Tu as fais un schéma pour expliquer comment merurer la DDP avec le tube en cuivre dont la longueur est de 53 cm.
Pour quelle raison cette longueur ?
Je compte mettre un morceau de cuivre plus court.
J'ai remarqué dans mon boulot que je pouvais obtenir une DDP avec des flexibles frigo et du fluide frigorigène, les tensions sont faibles et variables en fonction de la vitesse du fluide et de sa nature. J'ai bien peur que dans un réacteur en dopage à l'eau les vitesses soit trop faible.
Il me semble que l'experience réalisé par un autre membre ont été faites sur un 100% Pantone. L'aspiration est bien plus forte.

L'experience d'Armstrong ce fait avec une bouillotte je suppose que c'est un genre de cocotte minute dont la vapeur sort sous pression, pas comme dans nos montages.
0 x

Andre
Chercheur moteur pantone
Chercheur moteur pantone
Messages : 3787
Inscription : 17/03/05, 02:35
x 9

Message non lupar Andre » 17/02/07, 22:27

Salut Pit
La longueur du tuyau a une certaine influence sur la mesure de par sa surface de captation un peu comme un condensateur, c'est un peu comme une sonde trop petite, le signal est plus faible a mesurer, mais ce n'est pas la force du signal qui est important ,c'est les variations dans certaines situations pour nous indiquer ou le systéme et performant.
A l'heure actuel personne n'as encore établie une methode une éfficace pour déterminer a quelle moment le systéme et fonctionel.
la temperature de sortie du réacteur et la charge éléctrique en sortie n'est qu'un apercu.
Il y a deux instruments necessaires pour améliore le panton
la consomation instantané du moteur.
La charge éléctrique, la temperature de sortie réacteur, la consomation de vapeur. Enfin quelque chose de relier directement au réacteur ou a la vapeur (pour ceux qui opere sans réacteur) afin de faire la relation entre consomation et vapeur.
(quelque chose qui ferait le même travail qu'une sonde Lambda)
La on pourrait faire une loop avec le réacteur et un vrai controle.
Dans les données de Michel on constat sur les premieres mesures au banc qu'il y a une difference sur le rendement rien que quelques degrés sur la vapeur. Reste a le verrifier sur les autres tests. Un test n'est parfois pas suffisant.

André
0 x
Avatar de l’utilisateur
PITMIX
Chercheur moteur pantone
Chercheur moteur pantone
Messages : 2017
Inscription : 17/09/05, 10:29
x 12

Message non lupar PITMIX » 17/02/07, 23:41

Et bien oui je m'en doutais. L'effet capacitif est d'autant plus faible que le tube est petit ça semble logique.
D'ailleurs avec les observations à mon travail, j'ai bien remarqué que les tubes plus long donnaient plus d'électricité.
Je sais bien aussi que la valeur de cette tension n'est pas facile à mesuré, mais justement s'il s'avère que l'on puisse le faire ça nous aiderai grandement, j'en suis certain.
Hier j'ai essayé de faire cette mesure à mon travail et je n'ai pas reussi. Je ne comprend pas pourquoi puisque j'avais réuni toutes les conditions habituelles.
Flexible aeroquip, bouteille de R404a et isolation de celle ci par rapport à la terre.
Il me semble que le seul paramètre différent des manipulations habituelles était la vitesse du fluide dans le tube.
Il y avait un Delta P de 3bars alors qu'habituellement il y a 5 ou 6 bars de différence entre la bouteille de charge et le circuit frigo.
0 x
Alex 56
J'apprends l'éconologie
J'apprends l'éconologie
Messages : 35
Inscription : 09/03/06, 17:33

Message non lupar Alex 56 » 18/02/07, 17:00

Salut Pitmix

Le schéma, pour controler l'electrisation de la vapeur (DDP),de 53 cm de
longueur en tube de cuivre de 8x10 isolé, c'était mon premier montage.
Depuis je suis à une vingtaine de cm et le signal est toujours là.

Par contre, dans cette tension, il se peut que l'on ai d'autres
" TENSIONS parasites" qui se rajoutent à la vraie "Electrisation" .....!
Pendant les fetes de fin d'année il se trouve q'un ingénieur Arts et Métiers
a remis les pendules à l'heure...
Il travaille dans une boite qui fabrique des appareils de mesure électriques et
autres similaires.
Je m'explique .
L'électrisation commence à la sortie du réacteur ( j'ai fait la mème configuration
que G+ 'Michel') à partir d'une T° de 30° environ pour " disparaitre " après 70° .
Mais cette vapeur , ou "gaz jet" est très chargé .On dirait un électrolyte .
Tout ça pour dire que l'on se retrouve avec un "EFFET PILE " qui traverse
allègrement les durites de caoutchouc et dans mon cas ,il se rajoute à la vraie
tension de la vapeur et qui des fois , représente peut-étre les 2/3 de la ddp
observé. Mais ....c'est indéniable : il y a ELECTRISATION !
C'était constaté par le "Gatz -arts"
Par contre ,pour avoir de l'électrisation il faut rajouter très peu d'air à la vapeur.
Actuellement pour une dépression de 25 cm de hauteur d'eau , à 2000 rpm
( R 21 Diésel ,moteur 2,4 l ) j'ai mis une buse de 2 mm de DIAM par ou passe
l'air pour "l'oxygènation" de la vapeur avant son passage dans le réacteur.

Tout ça pour ce résultat :
avec une dose d'eau de 8,4 %du G. O. consommé.
24 % d'économie en "cote" avec vapeur Electrisée .
Sur le plat = 10 % seulement à 90 K/h

En vapeur pure (sans réacteur ) : 12 % environ de mème qu'avec une vapeur
" brulée" par le réacteur ou plus tot vapeur rentrée trop Chaude dans le
réacteur.
C'est pas trop brillant comme résultat .... mais ce n'est que le début !
Je ne sais pas si l'electrisation est une des causes de l'économie de GO mais
c'est un signe que le réacteur marche dans la bonne direction, du moins je le
pense mais....je peux me tromper ! Pour le moment on plane tous un peu .

Dans mon " cokpit " j'ai 2 controles de T° et un multimètre à aiguille.
T° vapeur -sortie GV = 65 à75°
T°gaz sortie réacteur = de 50 à60° parfois moins

Electrisation = de 50 mv à 250 mv et des fois 500 mais là ...le reacteur est
noyé
Voilà ou j'en suis . André a fait un peu les mèmes constations du moins en
electrisation .Ses T° sont + hautes par contre .
Allez on avance ! % par %
Camel j'attends quelques chiffres... de mercredi...?
Bernard. .
0 x
Avatar de l’utilisateur
PITMIX
Chercheur moteur pantone
Chercheur moteur pantone
Messages : 2017
Inscription : 17/09/05, 10:29
x 12

Message non lupar PITMIX » 18/02/07, 17:37

Salut Alex
Alors là il y a un truc que je ne comprend pas.
Comment peut tu obtenir une température de sortie réacteur de seulement 60°C avec une vapeur à 75°C à l'entrée du réacteur, et surtout avec une depression de 250mm de colonne d'eau.
Sur ma voiture diesel j'avais une hauteur de colonne d'eau identique et une arrivée d'air identique, avec un carbu à eau et environ 1L/100km de flotte. J'arrivais à 130°C en sortie réacteur assez facilement.
Actuellement sans réacteur et avec une arrivée d'air de 1mm j'obtiens 70°C facile et ça monte même à 100°C. Pourtant je n'ai presque plus de dépression puisque j'ai supprimé le venturi d'admission.
La R21D c'est une très bonne base pour le dopage j'adore cette voiture. Je viens de faire la distrib sur celle de ma soeur.
Ta R21 c'est pas une 2,1D ?

Dans les essais que j'ai fais avec du fluide frigorigène la tension que je mesurais était très stable et bien lisible.
J'ai obtenue jusqu'à 10 ou 12VDC si mes souvenirs sont bons.
Une fois la bouteille de charge vide ça retombait à 0VDC.
Mais je suis d'accord avec toi sur la qualitée des appareils de mesures. Ils ne se valent pas tous.
0 x
Alex 56
J'apprends l'éconologie
J'apprends l'éconologie
Messages : 35
Inscription : 09/03/06, 17:33

Message non lupar Alex 56 » 20/02/07, 09:15

Salut Pit
Ma R 21 D serait bien une 2,1L (modèle manager) .Je l'ai achetée
150 euro ! au début de l'année avec 384000 Km.J'ai refait la
distri et le gars qui m'a vendu le Kit m' dit: moteur 2,4 L.
Bon pour les histoires de températures ,écart entre entrée et
sortie réacteur c'est pire que ça.! parce que ma vapeur en sortie de
GV vers les 70° passe par un réchauffeur. J'ai fait le mème truc que
Camel 1. Voit son site :Mercédès 220 D détails réacteur.
Donc sortie GV 70° ,ensuite passage dans un tube de 12/17 pour
le réchauffage (20 cm) puis dans le réacteur qui est aussi long .
Ce qui nous fait + de 40 cm dans une ambiance de 200 à300°....
pour une température de sortie réacteur de 40 à 65° qui va à
l'admission.Au niveau des différences des températures...! il doit y
avoir un sérieux problème! Mais ça fait 2 ou 3 mois que ça dure....
Pour l'électrisation la prise des mesures c'est bien entre la
masse/réacteur et le tube isolé .
En sortie réacteur j'ai comme tout le monde le bout de tube qui dépasse
ensuite un coude,2 ou3 raccords en laiton,et un bout de tube de cuivre
de 5 cm de 8/10 .tout ça à la masse... Après un bout de tuyau de
caoutchouc de 10 cm ,le fameux tube pour la ddp,un autre caoutchouc
de10 cm qui relie l,entrée du venturi. Il vaut mieux faire le controle
électrique le plus rapidement après le réacteur.Je veux dire le + près .
Ca fait 3 mois 1/2 que je fait tous mes essais en controlant l'électrisation !
Si l'aiguille ne bouge pas ou ne bouge plus : clignotant à droite.....On rentre
au bercail.C'est pas la peine de continuer . Le phénomène de couple ou de
puissance et l'économie de G O se retrouvent aux alentours de L'électrisation
Je crois que dans un dopage à l'eau "Opérationnel" ...? il y a une
"Fenètre de Tir "...ou plusieurs paramètres sont présents.Mais...tous ne sont
pas là au bon moment, ce qui fait que des fois ça ne marche pas ( ça doit étre
le cas le plus fréquent) ou que ça marche mal .Entre toutes les T° idéales
(qu'on ne connait pas), les longueurs de tubes ,noyau,et autres dimensions,
entre-fer, dépressions,ect... ect...ça nous fait une diziane ou une quinzaine
de paramétres à ramener en face de cette fenètre.
Je penses qu'on est encore loin de "désosser" le phénomène de dopage à l'eau
avec nos bouts de ficelles.

Dans ton cas, Pit,je pense que ton noyau est trop long.Déjà augmente la quantité
d'eau ( jusqu'à 20%) pour mettre ton réacteur en condition mais en mème temps
l'air que tu rajoutes à la vapeur doit ètre tres préçis. Au départ j'avais une vanne
1/4 de tour avec un secteur gradué.J'e l'ai toujours d'ailleurs.
De toutes façons il faut controler la ddp dès que t'as mis le moteur en marche...
Fatalement tu dois passer par le stade "Electrisation".
Un appareil de mesure à aiguille matérialise mieux le phénomène.Tu vois les
soubresauts tout de suite.C'est là qu'il faut ajuster l'air et aussi l'eau....!
J'en ai chier avec le système au départ mais là ....ça va: j'arrive à le "dompter"
à peu près.
Je détecte en position 300 mili mais avec les tensions parasites je ne sais pas
ou est la vraie vérité.
PS :j'ai bien reçu ton message mais je n'arrive plus à le retrouver dans le bordel
J'ai du l'effacer
Pour moi l'informatique,est encore plus chiante que le pantone.Mais bon
rappelle moi ou envoie moi une donnée matérielle (N° té)
A plus
A 56
0 x


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Injection d'eau: compréhension et explications scientifiques »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité