Chauffage, isolation, ventilation, VMC, refroidissement...RT 2012 publication au JO: Bbiomax, Cmax et Ticréf

Le chauffage, l'isolation, la ventilation, les VMC, le refroidissement...bref le confort thermique. Isolation, bois énergie, pompe à chaleur mais aussi électricité, gaz ou mazout, VMC...Aide au choix et à la réalisation, solution de problèmes, optimisations, conseils et astuces...
dedeleco
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 9211
Inscription : 16/01/10, 01:19
x 6

Message non lupar dedeleco » 06/01/11, 00:40

Amusantb :
La plus grande partie de la chaleur interne de la Terre (87%) est produite par la radioactivité naturelle des roches par désintégration de l'uranium, du thorium et du potassium.

car cela péremptoire oublie de dire comment cette chaleur est calculée, car avec la désintégration radioactive cumulée sur 4,5 milliards d'années avec la chaleur de départ, ce total cumulé sur ces 4,5 milliards d'années est un vrai souvenir thermique sur 5 milliards d'années, de la supernova initiale qui a précédé la formation de la terre avec son énergie stockée dedans depuis !!
Plus de la moitié de cette chaleur a plus de 2,25 milliards d'années !!
La chaleur de la terre est aussi surtout le souvenir de sa formation il y a 4,5 milliards d'années, de la convection thermique, de la dérive des continents qui servent à la refroidir !!!



Enfin en Anglais on a des infos plus complexes et probablement beaucoup reste à découvrir :
http://en.wikipedia.org/wiki/Structure_of_the_Earth
http://en.wikipedia.org/wiki/Geothermal_gradient
0 x

Chan
J'apprends l'éconologie
J'apprends l'éconologie
Messages : 14
Inscription : 16/11/10, 15:22

Message non lupar Chan » 06/01/11, 13:48

aerialcastor a écrit :Ah oui c'est même sur est certain.


C'est ballot. Vaut mieux prévoir de la marge donc ;)

Merci pour toutes ces infos.
0 x
Renobryce
Je découvre l'éconologie
Je découvre l'éconologie
Messages : 2
Inscription : 24/06/11, 18:10

Message non lupar Renobryce » 11/08/11, 12:29

En tout cas, avec les ambitions des directives européennes 2020 sur la consommation énergétique dans le bâtiment (comme expliqué danscet article), la RT 2012 risque de devenir rapidement obsolète et ces exigences vont aussi évoluer.
0 x
Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 51871
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 1090

Message non lupar Christophe » 05/09/11, 14:15

Une analyse d'un pro du secteur sur la RT2012...que je partage sur la plupart de ses points...

"La méthode de calcul Th BCE 2012 est publiée ....

Christian Cardonnel | 05/09/2011

Président de Cardonnel Ingénierie et de l'association Enerplan, Christian Cardonnel livre son sentiment sur la future méthode de calcul de la RT 2012, dont il est l'un des principaux artisans.


Avec l'annexe de l'arrêté du 20 juillet paru au JO du Le ministère de l'Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement.MEDDTL le 10 août dernier, la réglementation énergétique du bâtiment se complète ..... 1377 pages, 1772 formules référencées, 249 tableaux référencés, 17 chapitres, un fichier PDF de 12 Mo ..... un vrai petit dictionnaire, aussi épais que le petit ROBERT, clin d'œil malicieux à Jean Robert MILLET qui a été la cheville ouvrière de la méthode en relation avec la DHUP et les différents intervenants.

Avec une méthode de calcul « conventionnelle » au pas horaire, je pense que la France arrive en première place du « Guinness Book » des records du monde de la réglementation thermique du bâtiment.

Si la méthode de calcul est conventionnelle, elle reste très complète et trop complexe aux yeux de certains, pas assez précise et cohérente pour d'autres, et elle doit à mon avis être expliquée et au fil du temps être rendue plus pédagogique. C'est ce que j'essaie de faire en particulier dans le secteur du résidentiel, mais ce n'est pas de tout repos.

Bien sûr dans cette méthode de calcul, certaines conventions, éléments et paramètres de calcul et d'intégration sont discutables. Au fil des mois, soit via les fameux Titres V, soit via la pratique terrain les choses vont s'organiser et peut-être se simplifier.
Il est vrai que les effets de lobbying des uns et des autres, ont conduit à des équilibres parfois complexes : comment prendre en compte les bonnes pratiques d'isolation et d'inertie thermique, la gestion rigoureuse des apports solaires lumineux et thermiques, l'émission et la génération de chauffage et d'eau chaude sanitaire sans faire des aigris. Il faut que les éléments pris en compte soient opposables et bien souvent certifiés .... Ce n'est pas si simple et les novations ne sont pas toujours faciles à décrire et à prendre en compte.
Quid des recours en conseil d'état déposés par Uniclima et le Gifam, pour l'instant pas grand-chose et silence radio, mais il sera bien nécessaire de les traiter en particulier pour les nouveaux concepts et la prise en compte des énergies renouvelables et fatales du bâtiment (eaux grises, air vicié ....). Les industriels, les concepteurs rivalisent d'ingéniosité et la normalisation a bien du mal à suivre.
Je ne suis pas sûr par exemple, que la méthodologie de prise en compte des EnR soit en cohérence avec la directive européenne ENR 2009-28-CE.

Syndrome de la boîte noire

Une étude et l'analyse détaillée de la méthode TH BCE 2012 permettent de mieux comprendre, mais malheureusement cela n'est pas donné à tous, par manque de temps ou de savoir-faire et avec le moteur de calcul élaboré par le CSTB le syndrome de la boîte noire va perdurer.
C'est vrai la réglementation dite RT 2012, n'est pas un outil de conception, surtout avec les conventions prises en compte, mais aujourd'hui, il est difficile de trouver les moyens et le temps de faire une vraie conception avec autant de détails et c'est bien dommage. La pertinence économique d'une bonne conception et d'un vrai travail cohérent de l'équipe de maîtrise d'œuvre (architectes, bureaux d'études spécialisés) avec le maître d'ouvrage étant bien souvent la meilleure des solutions. Le calcul administratif RT 2012 c'est une étape indispensable, il ne doit pas se substituer à la conception et dans le futur une synergie devra se mettre en place.
N'oublions pas la phase essentielle de construction qui doit être réalisée avec des équipes qualifiées, compétentes et qui comprennent les impacts. Ensuite, la mise en service, les régalages, l'information des usagers puis l'entretien et la maintenance seront essentiels aux bons résultats de confort et économies d'énergie et de ressources.
Demain les valeurs du Bbio, Tic et Cep, même conventionnelles, vont faire foi et peut être jurisprudence. Et pourtant les aléas climatiques, la qualité de la réalisation, le comportement des usagers et la bonne maintenance des équipements vont impacter lourdement sur le résultat final.

Personne ne juge réellement la consommation de sa voiture sur les valeurs UTAC, mais le comportement du conducteur, la charge de la voiture, le parcours et l'entretien global du véhicule sont beaucoup plus impactants.
Espérons qu'il en sera de même pour le bâtiment, mais c'est moins sûr d'autant que les étiquettes du DPE veillent.
Dans le résidentiel par exemple, se chauffer à 19°C en période d'occupation et 16°C en inoccupation, utiliser 500 litres d'eau chaude à 40°C par semaine et par personne, s'éclairer de façon pragmatique, être absent du bâtiment 2 semaines en août et une semaine entre Noël et jour de l'an .... seront très loin de la vraie vie.
Dans le résidentiel, les autres usages multimédia, électroménager dépasseront bien souvent la consommation des usages conventionnels du chauffage, ECS, éclairage et auxiliaires.
Espérons que les futurs outils de répartition des consommations (prévus à l'article 23 de l'arrêté du 27 octobre 2010) et un suivi cohérent du niveau de confort et des différents aléas permettront de mieux contrôler les dérives.
Demain avec les CPE, GPE Contrat et Garantie de Performance Énergétique les choses vont se cristalliser et il sera très important de valider les règles prises en compte.
Dans la méthode de calcul, le traitement du confort d'été reprend le mode de calcul de la RT 2000 et 2005, il est vrai qu'un travail de fond et mise en cohérence des indicateurs de confort d'été est en cours et que les résultats sont attendus pour courant 2012.
L'aspect confort d'été va devenir primordial car le jeu des apports internes et solaires impacte lourdement le résultat de température ambiante ressentie, heureusement que l'inertie thermique et la ventilation naturelle vont œuvrer pour amortir les dérives de canicule, mais c'est un sujet qui va devenir très sensible.
Si dans les règles TH BCE 2012, les mots soleil, solaire et photovoltaïque sont présents 588 fois, cela montre bien l'impact important du soleil dans les calculs de BBio, Tic et Cep.
Mais c'est bien au global les mots énergie, finale, primaire et les unités W, kW, Wh et kWh qui sont les plus cités avec 3977 occurrences. Le mot confort est cité 75 fois et « Pompe à Chaleur » n'est jamais cité, sont préférés thermodynamique (40 fois) et PAC (56 fois).

Absence de CO2

Le mot CO2 est seulement cité 2 fois et encore pour parler de ventilation et pas d'énergie. La RT 2012 est donc bien une réglementation de la performance énergétique et l'aspect CO2 est bel et bien oublié.
Mais dans l'état actuel des choses, faute d'un consensus et de vraies données sur le contenu énergie primaire et CO2 du kWh électrique il est difficile de faire autrement.
À noter que depuis quelques mois, le site Internet RTE (www.rte-france.com) donne les informations sur le véritable contenu CO2 du kWh électrique au fil des heures, une information à suivre avec l'évolution de la charge du réseau électrique et les effets des pointes de consommation électrique.

Ménage dans le m²

Il faut faire un vrai ménage sur les m² de surface pris en compte (m² habitable, utile, SHON, RT ....) et les équivalences en énergie primaire : le 1 pour les énergies fossiles et 2.58 pour l'électricité sont des valeurs conventionnelles françaises qui posent des problèmes de conversion avec les autres conventions européennes. Des analyses en énergie grise et en coût global seront également nécessaires.
Espérons que les futurs labels et la prochaine mouture de la réglementation 2020 vers le bâtiment à énergie positive, permettent d'aboutir à un nouvel équilibre, à la fois énergétique, environnemental et économique.
N'oublions cependant pas, que le bâtiment existant est un enjeu essentiel et primordial avec une consommation d'énergie très supérieure au neuf (sûrement 100 fois plus). Il est donc nécessaire de mettre rapidement en place un cadre réglementaire adapté, cohérent et plus sûrement plus simple.


Source: http://www.lemoniteur.fr/201-management ... st-publiee
0 x
Ce forum vous a aidé? Aider le aussi pour qu’il puisse continuer à aider les autres - Publiez un article sur Econologie et sur Google Actualités
dedeleco
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 9211
Inscription : 16/01/10, 01:19
x 6

Message non lupar dedeleco » 05/09/11, 15:40

Folie pure ces normes :
1377 pages, 1772 formules référencées, 249 tableaux référencés, 17 chapitres, un fichier PDF de 12 Mo ..... un vrai petit dictionnaire, aussi épais que le petit ROBERT
la France arrive en première place du « Guinness Book » des records du monde de la réglementation thermique du bâtiment.



Alors qu'il suffit de lire, une fois dedans, les factures réelles de consommation énergétiques pour vérifier les vraies pertes énergétiques !!

De plus les innovations ne sont pas étoufées en mesurant la consommation réelle sur des années, au lieu de normes hypercomplexes étouffantes !!

Il ne semble pas que le chauffage au bois bénéficie d'un facteur 0,1 inverse de celui 2,58 pour le chauffage électrique !!
Ce serait pourtant logique au niveau CO2 !!


Le chauffage à la www.dlsc.ca avec la chaleur solaire conservée pour l'hiver n'oblige pas à isoler au max, si on augmente la surface de capteurs solaires et le volume de stockage, et c'est un exemple d'innovation oubliée dans cette inflation de normes étouffantes et stériles !!
https://www.econologie.com/forums/post210732.html#210732

Enfin, aucun architecte, aucune entreprise ne pourra respecter des normes aussi complexes qui autorisent des procès judiciaires à tout coup pour non respect des normes !!
Déjà les architectes avaient beaucoup de peine à ne pas faire d'erreurs énormes en humidité et isolation, par le passé, pourtant bien plus simple, alors pour le futur, tout acheteur de maison neuve est certain de trouver matière à procès sans fin dans ces normes pléthoriques !!!
Je plains les acheteurs de maisons neuves et aussi leurs constructeurs !!!

L'inflation des prix est assurée !!
0 x

Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 51871
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 1090

Message non lupar Christophe » 05/09/11, 17:29

Oui c'est un peu fumeux coté "volume"...alors que c'est le bon sens climatique qui manque à bien des architectes !!

dedeleco a écrit :Il ne semble pas que le chauffage au bois bénéficie d'un facteur 0,1 inverse de celui 2,58 pour le chauffage électrique !!
Ce serait pourtant logique au niveau CO2 !!


Cela dépend de quelle norme on cause: normes habitat économe et climatique, voir particulièrement ce tableau: https://www.econologie.com/forums/post156136.html#156136
https://www.econologie.info/share/partag ... U2O8Sm.pdf

Le meilleur coef du bois est de 0.2 avec la norme PassivHaus
0 x
Ce forum vous a aidé? Aider le aussi pour qu’il puisse continuer à aider les autres - Publiez un article sur Econologie et sur Google Actualités
aerialcastor
Grand Econologue
Grand Econologue
Messages : 839
Inscription : 10/05/09, 16:39
x 4

Message non lupar aerialcastor » 05/09/11, 17:48

Il faut pas confondre normes et labels.

Il est obligatoire de respecter la norme (RT 2005 et bientôt la 2012) mais pas les labels (BBC, Passivhauss, Minergie,...). Donc le bâtiment doit respecter les consommations d'énergie en utilisant les coefficients de la RT pour la conversion de l'énergie finale en énergie primaire , soit 2.58 pour l'électricité et 1 pour toute les autres énergies.
0 x
Sauvez un arbre, mangez un castor.
Ca ne sert à rien de réussir sa vie, ce qu'il faut c'est rater sa mort.
Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 51871
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 1090

Message non lupar Christophe » 06/09/11, 11:17

C'est rigoureusement juste Castor, mais en réalité ce qui compte ce sont bien les performances thermiques réelles de l'habitat, donc comparer normes et label n'est pas un non sens...Si?

D'ailleurs dans le tableau cité ci dessus, la RT est bien dans la colonne "label" (abus de langage on est d'accord)
0 x
Ce forum vous a aidé? Aider le aussi pour qu’il puisse continuer à aider les autres - Publiez un article sur Econologie et sur Google Actualités


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Chauffage, isolation, ventilation, VMC, refroidissement... »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités