CO2 ppm, soleil et variabilité climatique

Le réchauffement et les changements climatiques: cause, conséquences, analyses...Débat sur le CO2 et autres gaz à effet de serre.
Avatar de l’utilisateur
Ouaf-Ouaf
Je comprends l'éconologie
Je comprends l'éconologie
Messages : 52
Inscription : 13/03/23, 09:35
x 103

Re: CO2 ppm, soleil et variabilité climatique




par Ouaf-Ouaf » 16/03/23, 10:20

pacien- a écrit :
Les impacts ont probablement augmenté le nombre d’éruptions qui ont retardé la reprise du réchauffement climatique ! C’est presque CQFD, à mon niveau. 8)

Les ordres de grandeurs temporels de l’effet d’une météorite ou du volcanisme, ne sont pas suffisants pour expliquer un infléchissement climatique sur des milliers d’années.
L’ordre de grandeur de l'influence de ces causes est l’année, voire quelques décennies. Cela dépend de l’importance du phénomène.
Les trappes de Sibérie c’était il y a 250 millions d’années et il n’y a pas eu d’équivalent récent, même à plus petite échelle.
En conséquence, si météorite plus volcanisme il y a eu, cela n’a pas pu affecter le climat sur tout l’Holocène.

La relative stabilité de l’Holocène s’explique par un faible taux de variation de l'orbite terrestre, la faible activité solaire pendant cette période, la couverture végétale, l'albédo des surfaces terrestres et la circulation des océans.

Par contre les changements climatiques actuels causés par les activités humaines se produisent à un rythme beaucoup plus rapide que tout changement climatique observé dans l'histoire récente de la Terre.
1 x
Y a pu Ouaf-Ouaf
izentrop
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 11973
Inscription : 17/03/14, 23:42
Localisation : picardie
x 1218
Contact :

Re: CO2 ppm, soleil et variabilité climatique




par izentrop » 16/03/23, 11:22

Bonjour,
Ouaf-ouaf c'est bien de donner la source. :wink:
En voilà une bien expliquée par Yves Dandonneau
Directeur de recherche au laboratoire d’océanographie dynamique et de climatologie de l’Institut de recherche pour le développement
Elle date un peu mais reste valable https://argonautes.club/quelle-est-la-c ... nnees.html
0 x
pacien-
J'apprends l'éconologie
J'apprends l'éconologie
Messages : 22
Inscription : 23/02/23, 13:51
x 16

Re: CO2 ppm, soleil et variabilité climatique




par pacien- » 16/03/23, 19:44

Merci izentrop pour les info sur la relation glaciation/orbite.
1 : l' ellipticité n'est pas spécialement faible, elle est moyenne.
2 : si la combinaison des paramètres orbitaux pouvait provoquer un changement brutal du climat, on le verrait forcement dans les phases de déglaciations antérieurs (plus stable).
3 : mais c'est vrai qu'on distingue une lente oscillation sur la courbe, avec une fréquence incompatible avec l'opinion de ouaf-ouaf.

" Selon lui, en tombant cette météorite aurait provoqué une tel tremblement de terre qu'elle aurait réveillé des volcans, jusque-là endormis, un peu partout dans le monde et notamment en Inde.
Pour cela, lui et son équipe s’appuient sur de nouvelles datations plus précises des coulées de laves de la région du Deccan à cette époque. Celles-ci montrent qu'elles ont doublé de volume dans les 50.000 ans qui ont suivi la chute de la météorite.
« Sur la base de notre datation des laves de Deccan, nous pouvons être à peu près certains que ce regain d'activité volcanique, l'impact de la météorite et l'extinction sont survenus dans une même période de 50.000 ans », explique Paul Renne "
Ça serait bien de visiter les liens avant de commenter !
https://www.lanouvellerepublique.fr/france-monde/extinction-des-dinosaures-volcans-ou-meteorite-sans-doute-un-peu-des-deux

Puisqu'il y a eu impact à ce moment, le plus simple pour vérifier s'il y a eu un effet sur le volcanisme c'est de vérifier (encore) sur une liste du volcanisme.
https://forums.infoclimat.fr/f/topic/35501-volcanisme-et-climat/

Tout a une fin obamot, même si on ne sait pas de quoi !

Image
0 x
Obamot
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 27150
Inscription : 22/08/09, 22:38
Localisation : regio genevesis
x 5080

Re: CO2 ppm, soleil et variabilité climatique




par Obamot » 16/03/23, 23:45

Je ne suis pas assez calé pour en parler, mais les paramètres de Milankovitch fluctuent sur respectivement 413'000 ans, 95'000 ans, 125'000 ans et 41'000 ans... (difficile de voir de corrélation dans ce graphique?) il y a au moins cette constante par laquelle successivement tous les 20'500 ans, la Terre se refroidit, puis prend encore 20'500 ans pour se réchauffer, faisant alors progressivement "bouillir" les océans (un peu comme si on agitait une bouteille de Perrier dans un super long ralenti) océans qui relarguent alors leur Co2 et le réabsorbent ensuite dans une phase inverse de refroidissement les 20'500 ans suivants (et ainsi de suite)...

Y'en a comme Vincent Courtillot, qui ont fait ces calculs.

Et le seul moyen pour que "cela s'arrête", ce serait d'enlever les grosses planètes qui gênent un peu la Terre dans sa course orbitale, par les effets de leur grosse masse... (Jupiter, Saturne, Neptune, Uranus) https://promenade.imcce.fr/fr/pages5/557.html
0 x
Obamot
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 27150
Inscription : 22/08/09, 22:38
Localisation : regio genevesis
x 5080

Re: CO2 ppm, soleil et variabilité climatique




par Obamot » 17/03/23, 00:20

PS: des gens comme Vincent Courtillot, sont contestés, comme eux-mêmes avaient un peu déboulonné la théorie du GIEC
cependant la quantité de Co2 contenue dans les océans est loin d'être insignifiante, elle représente un volume astronomique... par rapport à la part anthropique de 2 ou 3%

La courbe de Mann, c'est pas sérieux franchement...
0 x

Avatar de l’utilisateur
Ouaf-Ouaf
Je comprends l'éconologie
Je comprends l'éconologie
Messages : 52
Inscription : 13/03/23, 09:35
x 103

Re: CO2 ppm, soleil et variabilité climatique




par Ouaf-Ouaf » 17/03/23, 10:12

pacien- a écrit :
" Selon lui, en tombant cette météorite aurait provoqué une tel tremblement de terre qu'elle aurait réveillé des volcans, jusque-là endormis, un peu partout dans le monde et notamment en Inde.
Pour cela, lui et son équipe s’appuient sur de nouvelles datations plus précises des coulées de laves de la région du Deccan à cette époque. Celles-ci montrent qu'elles ont doublé de volume dans les 50.000 ans qui ont suivi la chute de la météorite.
« Sur la base de notre datation des laves de Deccan, nous pouvons être à peu près certains que ce regain d'activité volcanique, l'impact de la météorite et l'extinction sont survenus dans une même période de 50.000 ans », explique Paul Renne "
Ça serait bien de visiter les liens avant de commenter !
https://www.lanouvellerepublique.fr/france-monde/extinction-des-dinosaures-volcans-ou-meteorite-sans-doute-un-peu-des-deux

Puisqu'il y a eu impact à ce moment, le plus simple pour vérifier s'il y a eu un effet sur le volcanisme c'est de vérifier (encore) sur une liste du volcanisme.
https://forums.infoclimat.fr/f/topic/35501-volcanisme-et-climat/


Les météorites et le volcanisme ont un effet sur le climat, je n'ai pas dit le contraire.
D’autant plus s’ils sont cumulés, cela s’appelle le volcanisme d'impact.
En général, les effets du refroidissement volcanique durent de quelques mois à plusieurs années, en fonction de la taille de l'éruption et des conditions météorologiques.

Dans le lien, https://forums.infoclimat.fr/f/topic/35 ... et-climat/
Le chiffre en années représente la durée de la période entre deux éruptions de cette magnitude et non la durée du refroidissement climatique lié au volcan en question.

le refroidissement global lors de l’extinction des dinosaures a duré plusieurs années, peut-être jusqu'à une décennie. Cela a entraîné une réduction de la photosynthèse, une diminution de la production de phytoplancton et une perturbation des chaînes alimentaires océaniques et terrestres. Les conditions climatiques sont revenues à la normale en quelques milliers d'années.
Cependant, l'impact de la météorite a également provoqué d'autres changements qui ont eu des conséquences à plus long terme. Par exemple, l'acidification des océans et la perturbation des cycles biogéochimiques ont eu des effets qui ont persisté pendant des milliers d'années après l'impact.

Il n’y pas eu de météorite, ni de volcanisme d’impact récent, suffisamment conséquent pour avoir un effet climatique sur plusieurs milliers d’années, qui expliquerait la stabilité de l’Holocène par un réchauffement climatique naturel ,contrarié par un refroidissement long, lié à une météorite avec volcanisme d’impact.
Pour les volcans connus, les ordres de grandeurs temporels de leurs effets n’y sont pas. Les effets du refroidissement volcanique durent de quelques mois à plusieurs années.

Pour qu’ils le soient, il aurait fallu une météorite sans doute du type de celle qui a éradiqué les dinosaures.
Elle ne serait pas passée inaperçue. Serions nous là pour en parler ?
1 x
Y a pu Ouaf-Ouaf
pacien-
J'apprends l'éconologie
J'apprends l'éconologie
Messages : 22
Inscription : 23/02/23, 13:51
x 16

Re: CO2 ppm, soleil et variabilité climatique




par pacien- » 17/03/23, 20:33

Entre non spécialistes on devrait s'entendre obamot.
Je ne sais pas si ce que je distingue sur la courbe est l’enveloppe d'une grande oscillation ou une simple tendance de fond ? Mais je ne l'imagine pas avoir une influence sur un événement aussi court. à moins qu'il y ait une synchronisation de plusieurs paramètres qui provoque un événement rarissime, ce qui n'est pas impossible.
Juste un exemple avec les périodes les plus courtes :12000 et 40000 qui ont une synchronisation de 120 000a. Mais aucun accident équivalent au DryasR il y a 130 000a ! Imagine le temps de synchronisation avec plusieurs périodes plus longes.
Avec 20 000a, le seul événement spectaculaire est le passage du plus froid d'une glaciation au plus plus chaud de l'interglaciation.

On n'est globalement d'accord ouaf ouaf pour les effets "directs", mais après c'est le chercheur de l’étude qu'il faut convaincre.
(Ce n'est pas la périodicité du volcanisme en rouge qu'il faut regarder mais les dates en noir).
Taille probable 3km, le 1/3 de la tueuse de dinosaures, c'est pas négligeable !
https://fr.wikipedia.org/wiki/Hypoth%C3%A8se_de_l%27impact_cosmique_du_Dryas_r%C3%A9cent

Ce n’est pas important d’admettre que des météorites ont provoqués des éruptions et un refroidissement depuis 12 000a. L’important c’est qu’un refroidissement a neutralisé le réchauffement climatique amorcé il y a 20 000a, sans comparaison avec l’effondrement brutal d’il y a 230 000a.
Temporellement nous devrions être en haut de l’oscillation de Milankovitch, au plus chaud. Donc, orbitalement nous sommes au plus fort de l’insolation du réchauffement climatique cyclique (120 000a).
Ce qui est inquiétant pour l’humanité c’est que ce refroidissement ne saurait être durable. Soit il perdure encore 3000a et nous propulse directement dans la pente de glaciation d’une insolation faiblissante (qu’un réchauffement anthropique rendrait chaotique).
Soit le refroidissement est fini et le maximum de l’insolation cyclique nous fait rattraper brutalement 10 000a de retard de réchauffement climatique, alternative qui ne plaira pas aux adeptes de l’anthropique, juste avant que nous basculions dans la pente brutale du refroidissement !
Et si l’anthropique nous expédie en enfer, les ressources ne sont pas éternelles, plus dur sera la chute.
https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/rechauffement-climatique-rechauffement-climatique-comme-celui-nous-vivons-deja-produit-passe-97403/
Mais la video de obamot fait douter !

Image
0 x
Obamot
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 27150
Inscription : 22/08/09, 22:38
Localisation : regio genevesis
x 5080

Re: CO2 ppm, soleil et variabilité climatique




par Obamot » 18/03/23, 00:00

pacien- a écrit :Temporellement nous devrions être en haut de l’oscillation de Milankovitch, au plus chaud. Donc, orbitalement nous sommes au plus fort de l’insolation du réchauffement climatique cyclique (120 000a).
Je le vois pareil.

Je corrige juste un mot qui me semble un lapsus dans la citation
pacien- a écrit :Ce qui est inquiétant pour l’humanité c’est que ce refroidissement réchauffement actuel ne saurait être durable. Soit il perdure encore 3000a et nous propulse directement dans la pente de glaciation d’une insolation faiblissante (qu’un réchauffement anthropique rendrait chaotique).
Soit le refroidissement est fini et le maximum de l’insolation cyclique nous fait rattraper brutalement 10'000a de retard de réchauffement climatique, alternative qui ne plaira pas aux adeptes de l’anthropique, juste avant que nous basculions dans la pente brutale du refroidissement !
Et si l’anthropique nous expédie en enfer, les ressources ne sont pas éternelles, plus dur sera la chute.
https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/rechauffement-climatique-rechauffement-climatique-comme-celui-nous-vivons-deja-produit-passe-97403/
Mais la video de obamot fait douter !

Image
c'est exactement l'objet de mes réflexions... et on pourrait ajouter que dans 3'000, nous aurons épuisé toutes les énergies fossiles, ainsi que les gisements de minerais radioactifs (uranium, thorium)... Futura Science semble du même avis sur cette période approximative de 20'000 ans, et au plus froid avec des températures moyennes de moins de 6⁰C par rapport à maintenant nous dit une équipe de chercheurs (pour 14⁰C en moyenne lors du siècle dernier!) Je les trouve bien optimistes, cela dit... :arrowd:

https://www.futura-sciences.com/planete ... ire-82668/

Pour survivre notre pilosité va devoir se développer dans les zones au climat défavorable (à moins que le génie génétique ne modifie l'humain, ce que je redoute), et le dernier recours ne sera-t-il pas le solaire (thermodynamique et photovoltaïque)...? Et les havres de "confort" vers les îles les plus ensoleillées, grâce au ballon thermique représenté par l'eau des mers... Mais gageons que d'ici-là, des découvertes technologiques pourront "sauver l'humanité" ou en tout cas nous rendre la vie au froid plus supportable dans les zones climatiquement défavorisées... Et bien sûr, dans les pays où il fait des températures jusqu'à plus de 40⁰C actuellement durant la saison chaude, j'imagine que ceux-ci seront avantagés (mais pourraient néanmoins connaître éventuellement des épisodes de gel en saison froide)?
0 x
izentrop
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 11973
Inscription : 17/03/14, 23:42
Localisation : picardie
x 1218
Contact :

Re: CO2 ppm, soleil et variabilité climatique




par izentrop » 18/03/23, 10:15

Obamot nous ressort les thèses climato-sceptique de V Courtillot largement démontées.
Et pacien qui oublie le facteur CO2 anthropique
Le CO2, ou dioxyde de carbone, ou encore gaz carbonique, est une molécule stable une fois dans l’atmosphère : tant qu’elle est « dans l’air » et loin du sol, elle est indestructible. Son effet sur le climat n’est pas chimique, mais physique : elle opacifie l’atmosphère au rayonnement infrarouge émis par la surface, et cet effet perdure aussi longtemps que notre molécule de gaz carbonique se promène dans l’air.

Notre atmosphère est donc « remplie » ou « vidée » de son CO2 au contact du sol. Côté « bonde », la nature utilise la photosynthèse, pour 440 milliards de tonnes de CO2 par an pour l’ensemble de la planète, et l’absorption par l’eau océanique en cours de refroidissement (car le CO2 se dissout mieux dans l’eau froide que dans l’eau chaude), qui représente environ 255 milliards de tonnes par an.

Côté émissions, on va trouver la restitution du CO2 (préalablement dissout) issu des masses d’eau qui elles se réchauffent (255 milliards de tonnes aussi), et la respiration des plantes (qui respirent !) et des animaux (le carbone du CO2 exhalé vient justement des plantes mangées par les bestioles, des microbes aux éléphants).

Dès que l’homme rajoute ses propres émissions, venant des combustibles fossiles, cela va augmenter la quantité de CO2 dans l’air. Certes, une partie sera reprise par une photosynthèse un peu plus active tant que les conditions climatiques restent favorables (ca commence à ne plus être le cas), ou une absorption océanique un peu favorisée, mais cela ne suffit pas à absorber le surplus d’émissions.

Une partie du surplus reste donc dans l’atmosphère. En 2020, avec juste quelques % de baisse par rapport à 2019, nous allons voir la concentration atmosphérique augmenter « presque normalement », surtout que la variabilité du cycle naturel du CO2 – qui porte, comme nous l’avons vu, sur environ 700 milliards de tonnes annuelles échangées dans chaque sens – masquera probablement la baisse d’environ 2 milliards de tonnes sur nos émissions.
https://jancovici.com/publications-et-c ... ns-de-co2/
Image
2 x
Avatar de l’utilisateur
Ouaf-Ouaf
Je comprends l'éconologie
Je comprends l'éconologie
Messages : 52
Inscription : 13/03/23, 09:35
x 103

Re: CO2 ppm, soleil et variabilité climatique




par Ouaf-Ouaf » 18/03/23, 16:03

Image
Dans le rectangle vert, on compare la vitesse du réchauffement naturel de la fin de la période glaciaire du Würm avec le réchauffement actuel en pointillés.
On constate que le refroidissent du Dryas récent intervient dans une période de climat plutôt stable, il ne contrarie pas un réchauffement naturel.
Apres la fin du Dryas récent, on constate que le climat est quasi stable pendant 4000 à 5000 ans avant le réchauffement actuel dont la rapidité est bien supérieure à tout réchauffement naturel.
Pas de rapport entre une météorite+ volcanisme d'impact au Dryas Recent et le réchauffement actuel.
2 x
Y a pu Ouaf-Ouaf

 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Changement climatique: CO2, réchauffement, effet de serre... »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 44 invités