Changement climatique: CO2, réchauffement, effet de serre...Les derniers chiffres du réchauffement climatique

Le réchauffement et les changements climatiques: cause, conséquences, analyses...Débat sur le CO2 et autres gaz à effet de serre.
moinsdewatt
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 4387
Inscription : 28/09/09, 17:35
Localisation : Isére
x 442

Message non lupar moinsdewatt » 23/01/16, 13:33

2015, la plus chaude des années, et de loin

Le Monde.fr | 20.01.2016

L’annonce était pressentie. Elle est désormais officielle. L’année 2015 a été – et de loin – la plus chaude de l’histoire moderne. L’Agence océanique et atmosphérique américaine (NOAA) et l’Agence spatiale américaine (NASA), qui tiennent toutes les deux le registre des températures de la planète, l’ont confirmé conjointement, mercredi 20 janvier.

Les relevés des deux agences, établis de manière indépendante, diffèrent légèrement. Mais ils s’accordent sur le fait que les températures moyennes ont été les plus hautes depuis le début des mesures en 1880. Selon la NOAA, elles ont excédé de 0,9 °C la moyenne du XXe siècle et surpassé de 0,16 °C le précédent pic atteint en 2014. La NASA, elle, fait état d’une hausse de 0,87 °C par rapport à la moyenne de la période 1951-1980, soit 0,13 °C au-dessus ,

indique la NOAA. Le mois de décembre lui-même a battu tous les records, dépassant de 1,11 °C la moyenne du siècle passé. L’année 2015 se classe ainsi largement en tête des années les plus torrides, devant, dans l’ordre, 2014, 2010, 2013, 2005, 2009 et 1998.

.................

Image

Carte des températures de décembre 2015, indexées par rapport aux plus chaudes et aux plus froides relevées depuis 1880. NOAA
.....................

http://www.lemonde.fr/climat/article/20 ... 52612.html
0 x

Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 51833
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 1084

Message non lupar Christophe » 23/01/16, 13:46

On est pas la mouise...Que donnera 2016?

A voir aussi la vidéo de la NASA: https://www.econologie.com/forums/video-chan ... 14462.html
0 x
Ce forum vous a aidé? Aider le aussi pour qu’il puisse continuer à aider les autres - Publiez un article sur Econologie et sur Google Actualités
Obamot
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 11085
Inscription : 22/08/09, 22:38
Localisation : regio genevesis
x 65

Message non lupar Obamot » 23/01/16, 14:20

Je tiens le pari que:

Si TENDANCE BAISSIÈRE:
1) la situation ne va pas s'améliorer même si les plus ultra qui ne soutiennent pas l'hypothèse du réchauffement annonceraient (conditionnel) un retour à des températures plus fraiches d'un phénomène ayant déjà été amorcé (pour eux nous aurions atteints le peak)... Et ce puisqu'en l'état l'influence de l'homme a des répercussions qui vont plutôt vers une tendance haussière jusque-là...

2) vu qu'ils se tromperaient sur la gravité, au mieux la situation va rester à ces seuils d'hivers doux pendant dix ans au moins ...

Si TENDANCE HAUSSIÈRE:
1) la situation devrait empirer, hors nous sommes une année El Niño donc il faudra attendre les hivers 2016-2017, 2017-2018, 2019-2020 et 2020-2021 pour voir quel est la tendance! (et même là ça fera un recul très minime)

2) Selon les opposants "modérés" à la tendance haussière et qui ne la réfute pas, Vincent Courtillot, professeur de géophysique a donné un éclairage ici >>> qui est pertinent et qui tend à démontrer qu'il n'y aura pas le cataclysme attendu. Tout en soulignant que l'activité humaine a un impact. Son avis est intéressant par le fait qu'il réfute la thèse dominante avec des arguments eux-aussi, scientifiques. Et cela montre aussi une certaine marge de manœuvre que l'on croyait impossible (enfin faudra voir...)

Mais je préfère ne pas me prononcer à titre personnel ce ne sont que pures spéculations... :mrgreen: :cheesy:

UNE CHOSE EST SÛRE, C'EST QUE L'ON NE PEUT PLUS DÉNIER QU'IL Y A BEL ET BIEN RÉCHAUFFEMENT (...) :evil:
0 x
« L'important n'est point le chemin vers le bonheur, l'important c'est le chemin »Lao Tseu
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 16800
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 7073

Message non lupar Did67 » 23/01/16, 15:16

Et pendant ce temps, les Zinnia fleurissent dans station spatiale internationale :

https://www.nasa.gov/image-feature/zinn ... ce-station
0 x
moinsdewatt
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 4387
Inscription : 28/09/09, 17:35
Localisation : Isére
x 442

Re:

Message non lupar moinsdewatt » 02/03/16, 20:46

Record de chaleur cet hiver en France : presque 8°C en moyenne

02 Mars 2016

L'hiver météorologique s'est terminé le 29 février et a laissé place au printemps météorologique le 1er mars. Le bilan est sans appel : l'hiver 2015-2016 est le plus chaud jamais observé en France.

L'hiver météorologique s'est terminé le 29 février. Le bilan est sans appel : l'hiver 2015-2016 est le plus chaud observé en France depuis les premiers relevés météo, selon "MeteoNews". Moyenné sur le réseau de stations installé après la seconde guerre mondiale, il indique une température moyenne nationale de 7,9 °C.

La douceur a été omniprésente tout au long de cet hiver, en particulier en décembre (+3,7 °C), mois extrêmement chaud et hors-normes, le plus chaud depuis les tout premiers relevés météo en France au milieu de 17e siècle.

Un hiver très doux...

Bien que moins extrêmes, janvier (+1,8°C) et février (+1,4 °C) ont été très doux, maintenant la moyenne de la saison largement au-dessus de la normale 1981-2010. Au final, avec 7,9 degrés de température moyenne nationale, calculée sur 170 stations métropolitaines, l'hiver 2015-2016 dépasse la normale de 2,3 degrés.

Il bat les 7,7 degrés de moyenne de l'hiver 1989/1990 dont la douceur extrême était surtout due à un mois de février historiquement chaud, largement plus doux que février 2016.

Peut-on lier cet hiver extrêmement chaud au réchauffement climatique ? "Oui, c'est un fait. La multiplication des hivers doux depuis 30 ans s'inscrit parfaitement dans le contexte de réchauffement climatique, qui touche toutes les saisons. Attention toutefois à la chute. Le réchauffement actuel n'empêchera pas, dans une avenir plus ou moins proche, de renouer avec des conditions climatiques très froides en France et en Europe lors des prochains hivers" précise le prévisionniste Frédéric Decker.

... mais également pluvieux et gris

Selon le spécialiste, le mois de février a en outre été très pluvieux : "La France a reçu en moyenne 95 mm de précipitations dans le mois, soit un excédent de 73%. Les pluies se sont surtout concentrées dans le sud-ouest du pays. Comme pour les précipitations, l'ensoleillement très important de décembre a été comblé par des mois de janvier et février plus sombres qu'habituellement". Et le soleil s'est un peu caché : il n'a brillé que 269 heures en moyenne sur notre pays durant ces trois mois d'hiver, et janvier et février ont pâti d'une couverture nuageuse souvent abondante, réduisant nettement les heures de soleil.

http://www.leprogres.fr/france-monde/20 ... en-moyenne
0 x

moinsdewatt
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 4387
Inscription : 28/09/09, 17:35
Localisation : Isére
x 442

Re: Les derniers chiffres du réchauffement climatique

Message non lupar moinsdewatt » 19/03/16, 21:33

Février 2016 a été le mois de février le plus chaud jamais enregistré

METEO Ces derniers records de chaleur illustrent la poursuite de l’accélération du réchauffement planétaire…

17.03.2016 20minutes.fr AFP

Le mois de février dernier a été le second mois de l’année le plus chaud dans le monde jamais enregistré depuis le début des relevés de température en 1880.

« La température moyenne à la surface des terres et des océans a atteint 12,1 degrés Celsius, la plus élevée pour un mois de février depuis 1880, dépassant de 1,2°C la moyenne du XXe siècle », a annoncé ce jeudi l’Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA).


Juillet 2015 reste champion toutes catégories
Cet écart de 1,2°C fait que le mois dernier a été la plus forte anomalie de température par rapport à la moyenne des mois de février depuis 1880. Les météorologues notent qu’il s’agit même de la plus importante anomalie par rapport à la moyenne des 1.646 mois mesurés depuis 1880, dépassant la variation record de 0,9°C de décembre 2015.
Juillet 2015 conserve son record absolu du mois le plus chaud jamais enregistré sur la planète, avec une température moyenne de 15,8°C.

Des records sur plusieurs mois consécutifs

La NOAA a également précisé que février 2016 a été « le dixième mois consécutif durant lequel la température du globe bat un nouveau record ».
Ces derniers records de chaleur illustrent la poursuite de l’accélération du réchauffement planétaire. Le mercure a ainsi battu, et de loin, un nouveau record pour l’année 2015, surpassant celui de 2014, un phénomène que la plupart des climatologues attribuent à l’accumulation dans l’atmosphère des gaz à effet de serre provenant de la combustion du pétrole et du charbon.

L’étendue des glaces inhabituellement réduite

Depuis 1997, première année depuis 1880 à avoir connu une montée record du thermomètre sur la planète, 16 des 18 années qui ont suivi ont été plus chaudes, selon la NOAA.

........

La NOAA a également indiqué jeudi que l’étendue des glaces dans l’océan Arctique était inhabituellement réduite avec une superficie moyenne 1,16 million de kilomètres carrés, soit 7,54 % en dessous de la moyenne de 1981 à 2010.


http://www.20minutes.fr/planete/1808811 ... enregistre
0 x
dede2002
Grand Econologue
Grand Econologue
Messages : 959
Inscription : 10/10/13, 16:30
Localisation : Genève campagne
x 126

Re: Les derniers chiffres du réchauffement climatique

Message non lupar dede2002 » 21/03/16, 12:58

Je suis étonné de voir que la moyenne globale de juillet est de presque 4° supérieure à celle de février.
Pourtant quand c'est l'été au nord, c'est l'hiver au sud. C'est probablement parce qu'il y a plus de terres au nord, qui ont moins de chaleur massique que les océans?
0 x
Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 51833
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 1084

Re: Les derniers chiffres du réchauffement climatique

Message non lupar Christophe » 21/03/16, 13:19

dede2002 a écrit :C'est probablement parce qu'il y a plus de terres au nord, qui ont moins de chaleur massique que les océans?


Oui je pense pareil...les océans ont une capacité calorifique bien plus importante et sont les régulateurs thermiques de la planète!

A la louche, je dirais qu'un bon 65% des terres émergées sont dans l'hémisphère Nord...

Maintenant quand on parle de T° moyenne globale il n'y a que la méthode d'analyse du rayonnement IR par satellite qui est valable selon moi...il est en effet difficile de faire des moyennes globales planétaires sur un nombre fini de points de mesure (mais cela peut donner une idée)
0 x
Ce forum vous a aidé? Aider le aussi pour qu’il puisse continuer à aider les autres - Publiez un article sur Econologie et sur Google Actualités
Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 51833
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 1084

Re: Les derniers chiffres du réchauffement climatique

Message non lupar Christophe » 21/03/16, 13:30

Christophe a écrit :A la louche, je dirais qu'un bon 65% des terres émergées sont dans l'hémisphère Nord...


J'ai une assez bonne louche lol: http://www.larousse.fr/encyclopedie/div ... 9es/186017
En fait c'est quasi 75% d'après Larousse.

près des trois quarts d'entre elles se trouvent au nord de l'équateur, ce qui fait que les terres émergées représentent près de 40 % de la superficie de l'hémisphère Nord, pour 19 % de celle de l'hémisphère Sud. La première conséquence de cette répartition est l'extrême variété et l'instabilité des phénomènes physiques dans l'hémisphère Nord, comparées à l'ampleur et à la régularité des phénomènes correspondants dans l'hémisphère Sud, où dominent les influences océaniques.


Par contre le rapport 40% / 19% dit qu'il y a donc 2.1 fois plus de terres émergées dans le Nord que dans le Sud...au final c'est donc un rapport (puisque les 2 hémisphères ont...à priori...la même surface) de 67.7% (40/59) de terres émergés pour le nord, donc plus proche de ma louche que les 75%...plutôt 2/3 que 3/4 donc?

Ce passage confirme aussi le rôle de régulateur des océans: bien plus marqué dans le Sud que dans le Nord.

Le 1er paragraphe est aussi intéressant:

Il faut leur adjoindre les plates-formes continentales, recouvertes par des mers épicontinentales de faible profondeur, ce qui ajoute 35 millions de km2 et 7 % de la superficie de la planète. Dans ce sens étendu, les masses continentales couvrent ainsi 36 % de la Terre.


Donc en fait, il y a des terres émergées immergées dans le sens étendu de la définition des masses continentales :) :cheesy: Peut être de là d'où vient la différence entre 3/4 et 2/3...
0 x
Ce forum vous a aidé? Aider le aussi pour qu’il puisse continuer à aider les autres - Publiez un article sur Econologie et sur Google Actualités
Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 8647
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 797

Re: Les derniers chiffres du réchauffement climatique

Message non lupar Ahmed » 02/04/16, 12:51

Comme tu le fais remarquer, Christophe, les océans jouent un rôle très important dans la régulation thermique de la Terre, mais il ne faudrait surtout pas oublier celui des masses atmosphériques, dont la réactivité est bien supérieure. l'inertie thermique des masses océaniques seraient, à elles seules incapable d'opérer correctement cette répartition indispensable à la vie.
En fait, les deux actions sont complémentaires; de plus, l'eau apporte une contribution massive dans les phénomènes atmosphériques, sous forme de vapeur et de chaleur latente (changement de phase).
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Changement climatique: CO2, réchauffement, effet de serre... »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités