Changement climatique: CO2, réchauffement, effet de serre...L'Australie brûle, les bourses flambent (et on s'en bat les c*uilles)!

Le réchauffement et les changements climatiques: cause, conséquences, analyses...Débat sur le CO2 et autres gaz à effet de serre.
Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 50382
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 935

L'Australie brûle, les bourses flambent (et on s'en bat les c*uilles)!

Message non lupar Christophe » 06/01/20, 18:03

Comme je ne savais pas si je devais le mettre ici changement-climatique-co2/les-derniers-chiffres-du-rechauffement-climatique-t13878.html ou là economie-finance/le-plus-grand-krach-financier-de-toute-l-histoire-va-se-produire-en-2019-t16137.html hé bin je le mets ici! :mrgreen:

Cet article montre, si il le fallait encore, le total désintérêt de la (haute) finance pour la préservation de l'environnement et le respect de la vie*...et du monde réel d'une manière plus globale! :? :? :?

* mais on connait tous le fameux "Achetez au son du canon"...qui prouve bien que la vie (humaine) ne compte pas pour la finance alors comment la vie animale ou le climat pourraient compter? Ceci pourra aussi expliquer, peut être, le mépris actuel du gouvernement français pour son peuple...mais c'est une autre histoire!

L’Australie brûle et les bourses flambent : le climat n’a donc pas de prix ?

Entre les indices boursiers et le monde réel, un gouffre se creuse. Ceci est frappant quand on regarde les cas de l’Australie et de la France. Dans le premier cas, le pays est train de partir en fumée, mais l’indice national bat des records. Aux antipodes, la crise sociale la plus longue de l’histoire n’empêche pas le CAC 40 de flirter avec les 6000 points.


Le CAC 40 a terminé l’année en tutoyant les 6000 points contre 4730 fin 2018. L’ASX 200, l’indice phare de la bourse australienne, a connu le même destin. Il a clôturé à 6 684 points, 1 000 points de plus que fin 2018. Ces records pourraient laisser penser que tout va bien, au moins sur la planète finance. Sur la planète Terre, c’est plus compliqué ! La France est bloquée par les grèves de transports et l’Australie brûle.

Les incendies australiens intensifient encore plus les émissions de gaz à effet de serre et nous amènent droit vers un réchauffement climatique bien plus élevé que ne le prévoit l’Accord de Paris. Ils ravagent un pays qui a pourtant contribué à bloquer la COP 25 en décembre. Ces crises environnementales et sociales ne semblent pas avoir de prise sur des bourses pour qui elles représentent malgré tout une épée de Damoclès.

En 2015, le secteur financier a adopté des politiques climat persuadé que le changement climatique était un risque systémique pour la stabilité financière mondiale. À ce moment-là, les indices qui sélectionnent les plus grandes entreprises mondiales semblaient regorger de "stranded assets", des actifs dévalorisables, parce qu’incompatibles avec l'Accord de Paris : énergies fossiles, voitures à essence, textiles en surproduction... Quatre ans plus tard, les records boursiers peuvent laisser penser que cette analyse n’est plus d’actualité. Total est toujours la troisième capitalisation du CAC 40, derrière LVMH et L’Oréal. Quant à l’ASX, il compte de nombreuses valeurs minières et pétrolières et une compagnie aérienne.

Des indices à +4 degrés

Leurs augmentations spectaculaires sont en quelque sorte un trompe-l’œil qui sacralise la gestion indicielle et entérine la décorrélation entre les mécanismes boursiers et les fondamentaux économiques des entreprises qui les composent ! Le poids toujours plus important de ce mode de gestion perturbe la capacité des variations boursières à refléter la valeur réelle des entreprises cotées, plus particulièrement sur le plan environnemental et social. La gestion indicielle gonfle mécaniquement chaque indice et attire des volumes toujours plus importants d’encours sans que l’investisseur fasse un choix actif de telle ou telle entreprise.

Il investit ainsi les yeux bandés dans un monde économique de valeurs sûres sur un plan financier. En revanche sur un plan climatique, elles ont plutôt tendance à aggraver la situation. Les rares études sur le sujet estiment que les grands indices de référence sont sur des trajectoires de réchauffement climatique qui varient entre 3 et 4 degrés.

Le succès de Vanguard et BlackRock

Le Groupe d’Experts de Haut Niveau sur la finance durable (HLEG), créé par la Commission Européenne en 2017, espérait que ces indices puissent calculer et publier leur "température" de climat. Cela aurait permis d’associer à leur volume de points, le chiffre de réchauffement financé : 2, 3, 4 degrés, voire plus. Mais la proposition n’a pas été retenue.

L’augmentation des volumes boursiers profite d’abord aux géants de la gestion indicielle comme Vanguard ou Blackrock, passé de 4721 milliards de dollars d’actifs à l’été 2015 à près de 7000 milliards d’actifs fin 2019. Un poids colossal qui fait d’eux les actionnaires de référence des plus grandes entreprises de la planète et les acteurs idéaux pour les pousser à adopter un modèle bas carbone. Mais là encore, le climat n’est pas la priorité. L’ONG américaine Majority Action a analysé leurs politiques de vote et révélé qu’elles étaient très rarement en faveur du climat.

En conclusion, la lutte contre le changement climatique suppose de renouer le lien entre les variations boursières et les réalités économiques et politiques. En Australie comme en France, il est inquiétant que les crises profondes traversées par ces pays n’affectent pas leurs bourses. C’est un signal fort de leur capacité à danser sur le pont du Titanic.

Anne-Catherine Husson-Traore, @AC_HT, Directrice générale de Novethic


ps: désolé pour le titre j'ai pas pu m'empêcher le complément: celui de Novethic était déjà très bon!

https://www.novethic.fr/actualite/finan ... 48069.html
0 x
Ce forum vous a aidé? Aider le aussi pour qu’il puisse continuer à aider les autres - Publiez un article sur Econologie et sur Google Actualités

Avatar de l’utilisateur
GuyGadebois
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2732
Inscription : 24/07/19, 17:58
Localisation : 04
x 170

Re: L'Australie brûle, les bourses flambent (et on s'en bat les c*uilles)!

Message non lupar GuyGadebois » 06/01/20, 18:19

Si les bourses flambent et que l'or est au plus haut, c'est à cause des conneries de Trump vis à vis de l'Iran. Perso, ce qui se passe en Australie me mine encore plus le moral (qui a tendance à être au plus bas ces temps-ci) qu'à l'ordinaire.
0 x
“Il vaut mieux mobiliser son intelligence sur des conneries que mobiliser sa connerie sur des choses intelligentes.” (J.Rouxel)
"Par définition la cause est le produit de l'effet"
(Tryphon)
Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 8273
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 705

Re: L'Australie brûle, les bourses flambent (et on s'en bat les c*uilles)!

Message non lupar Ahmed » 06/01/20, 18:32

Je sais que certains ont pu s'étonner de l'envolée boursière dans un climat (désolé, pas pu m'empêcher ce clin d'œil !) économique atone et en ont parfois déduit que "ça n'allait pas si mal que ça".
L'article remarque fort judicieusement;
...et entérine la décorrélation entre les mécanismes boursiers et les fondamentaux économiques des entreprises qui les composent !

Sans m'attarder sur le caractère conjoncturel du phénomène, cette décorrélation entre l'industrie physique et l'industrie financière n'est que la traduction du stade évolutif actuel qui voit la seconde se substituer (assez efficacement jusqu'ici) à la première.
C'est pourtant faire preuve d'une incompréhension complète de la situation que d'espérer ceci:
En conclusion, la lutte contre le changement climatique suppose de renouer le lien entre les variations boursières et les réalités économiques et politiques.

Du moins si l'on accepte de se placer du point de vue de l'exponentialisme économique (qui est celui du rédacteur de l'article, bien qu'il croit visiblement le contraire...), car cette évolution (la décorrélation) est un moyen efficace, encore une fois, pour prolonger l'existence du système actuel. La grande illusion de beaucoup, dont probablement ce journaliste, est l'absurdité qui consiste à vouloir aller à l'encontre de cette évolution, tout en restant dans le même paradigme! :cheesy:
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."
Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 50382
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 935

Re: L'Australie brûle, les bourses flambent (et on s'en bat les c*uilles)!

Message non lupar Christophe » 06/01/20, 18:58

Pourquoi ai-je l'impression de ne rien apprendre de neuf quand je lis ce genre d'article?

Peut-être parce qu'on a déjà dit tout cela, des fois il y a des années, sur ce forum? Merci à vous tous pour ça!

Début 2018, quand j'étais dans ma période bitcoins, j'avais eu l'idée de créer un bitcoin corrélé sur la "propreté" (CO2 et autres joyeusetés) du monde*...mais ce n'est resté qu'une idée...à l'époque!

Deux ans plus tard, le monde est peut être prêt pour cela (??? quoi quoi je rêve ???)...reste à trouver l'algorithme*!

Le but de ce bitcoin serait, évidement, de supprimer le grave clivage entre finance et écologie!

* ou d'une région du monde...à voir
0 x
Ce forum vous a aidé? Aider le aussi pour qu’il puisse continuer à aider les autres - Publiez un article sur Econologie et sur Google Actualités
Avatar de l’utilisateur
GuyGadebois
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2732
Inscription : 24/07/19, 17:58
Localisation : 04
x 170

Re: L'Australie brûle, les bourses flambent (et on s'en bat les c*uilles)!

Message non lupar GuyGadebois » 06/01/20, 19:01

C'est pas du bitcoin qu'il faut "faire", c'est une autre "monnaie", l'écocoin, par exemple, ce qui éviterait de frayer avec les connards spéculateurs et autres maffieux de l'exercice.
0 x
“Il vaut mieux mobiliser son intelligence sur des conneries que mobiliser sa connerie sur des choses intelligentes.” (J.Rouxel)
"Par définition la cause est le produit de l'effet"
(Tryphon)

Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 50382
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 935

Re: L'Australie brûle, les bourses flambent (et on s'en bat les c*uilles)!

Message non lupar Christophe » 06/01/20, 19:37

Quand je dis bitcoin ça veut dire cryptomonnaie...

La spéculation d'une crypto dépend des outils spéculatifs qui lui sont dédié (ou non)...
0 x
Ce forum vous a aidé? Aider le aussi pour qu’il puisse continuer à aider les autres - Publiez un article sur Econologie et sur Google Actualités
Avatar de l’utilisateur
GuyGadebois
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2732
Inscription : 24/07/19, 17:58
Localisation : 04
x 170

Re: L'Australie brûle, les bourses flambent (et on s'en bat les c*uilles)!

Message non lupar GuyGadebois » 06/01/20, 19:40

Christophe a écrit :Quand je dis bitcoin ça veut dire cryptomonnaie...

C'est con, j'avais lu "bitcoin" et j'avais compris "bitcoin". :cheesy:
0 x
“Il vaut mieux mobiliser son intelligence sur des conneries que mobiliser sa connerie sur des choses intelligentes.” (J.Rouxel)
"Par définition la cause est le produit de l'effet"
(Tryphon)


Revenir vers « Changement climatique: CO2, réchauffement, effet de serre... »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités