Changement climatique: CO2, réchauffement, effet de serre...Groenland, antartique nouvelles terres, bouleversements

Le réchauffement et les changements climatiques: cause, conséquences, analyses...Débat sur le CO2 et autres gaz à effet de serre.
Avatar de l’utilisateur
GuyGadebois
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 1655
Inscription : 24/07/19, 17:58
Localisation : 04
x 103

Re: Groenland, antartique nouvelles terres, bouleversements

Message non lupar GuyGadebois » 30/11/19, 22:28

sen-no-sen a écrit :
GuyGadebois a écrit :Le réchauffement climatique tel qu'on le perçoit est effectivement un complexe mémétique. :mrgreen:


Un début d’Alzheimer Guy?

Certainement.
0 x
“Il vaut mieux mobiliser son intelligence sur des conneries que mobiliser sa connerie sur des choses intelligentes.” (J.Rouxel)

Avatar de l’utilisateur
izentrop
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 4859
Inscription : 17/03/14, 23:42
Localisation : picardie
x 372
Contact :

Re: Groenland, antartique nouvelles terres, bouleversements

Message non lupar izentrop » 01/12/19, 20:12

Ahmed a écrit :je ne crois pas que les vikings aient tellement impactés leur milieu, simplement leur mode de fonctionnement était à la limite du soutenable et il a suffit que quelques paramètres évolues défavorablement pour que la situation devienne intenable: en sus de ce que j'ai écrit plus haut, une évolution climatique vers un refroidissement des températures à fait basculé Erik dans le rouge**! :wink:
La palynologie (science des pollens) montre que les Vikings découvrirent un pays couvert de forêts, de saules et de bouleaux qu’ils s’empressèrent de défricher pour créer des pâturages. L’analyse des sédiments montre que l’érosion s’accéléra brutalement dès leur arrivée, au point que même le sable présent sous la terre végétale fut entraîné dans les lacs.

Contrairement aux Inuits qui se chauffaient et s’éclairaient à l’aide de graisse animale, les Norvégiens continuèrent jusqu’à la fin à n’utiliser que le bois et la tourbe, aggravant ainsi leurs problèmes environnementaux.
La colonie modifia au fil du temps son alimentation : le porc, mal adapté aux conditions climatiques, disparaît rapidement du Groenland. Pour les mêmes raisons, les troupeaux de vaches sont progressivement diminués à la faveur des moutons et des chèvres moins gourmands en fourrage. L’adaptation des pratiques d’élevage s’accompagne d’une utilisation accrue des ressources sauvages comme en témoigne l’augmentation des restes de phoques, de caribous ou d’oiseaux. Ainsi, la part de l’alimentation d’origine marine des populations passe de 20%, au début de l’occupation, à près de 80% vers 1450. Par contre, ils ne consommaient presque pas de poisson, peut-être par tabou alimentaire.
La plus mauvaise des solutions qu'on perpétue aujourd’hui. Ils en ont eu marre, ils sont partis ... https://www.les-crises.fr/le-mythe-du-groenland-vert/ et aussi https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_ ... _Groenland :(
0 x
"Les détails font la perfection et la perfection n'est pas un détail" Léonard de Vinci
moinsdewatt
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 4199
Inscription : 28/09/09, 17:35
Localisation : Isére
x 416

Re: Groenland, antartique nouvelles terres, bouleversements

Message non lupar moinsdewatt » 12/12/19, 23:38

Climat : au Groenland, la fonte des glaces s’accélère encore

La calotte glaciaire de l’île fond sept fois plus vite que dans les années 1990. La montée des eaux risque de chasser un milliard de Terriens des côtes d’ici à la fin du siècle.


Par Ph. L. avec AFP Le 11 décembre 2019

Une nouvelle étude scientifique vient apporter un éclairage alarmant quant aux effets du réchauffement climatique sur la montée des eaux. Selon le travail de 96 spécialistes issus de 50 institutions internationales, la calotte glaciaire du Groenland a perdu 3.800 milliards de tonnes de glace depuis 1993.

La couche glaciaire qui recouvre cette vaste île de plus de 2 millions de km2 fond sept fois plus vite que dans les années 1990, selon cette étude publiée mardi par la revue Nature. La fonte est passée de 33 milliards de tonnes par an dans les années 1990 à 254 milliards par an sur la dernière décennie.

Selon l'étude, environ la moitié de la fonte se fait en surface, en raison de l'augmentation des températures ambiantes, et l'autre moitié est provoquée par la hausse des températures de l'océan sous les glaciers.

Les pertes ont culminé à 335 milliards de tonnes en 2011, avant de se stabiliser autour de 238 milliards de tonnes par an (l'étude a porté jusqu'en 2018). Soit un niveau sept fois plus élevé actuellement que dans les années 1990.

La fonte globale déjà enregistrée suffit à entraîner une hausse du niveau des mers de 10,6 millimètres, selon ce travail basé sur des relevés satellitaires, réalisé avec le soutien de l'agence spatiale européenne (ESA) et de l'agence américaine (Nasa).

En 2013, le Giec estimait que le niveau monterait de 60 centimètres d'ici à la fin du siècle, mettant 360 millions de personnes en danger dans les zones côtières. Cette étude conforte plutôt le scénario « haut » du réchauffement, soit 7 centimètres de plus. En septembre, le groupe d'experts de l'ONU avançait d'ailleurs une nouvelle estimation d'un milliard de personnes exposées.

A chaque centimètre de montée des eaux, 6 millions de personnes supplémentaires exposées
« Pour chaque centimètre de montée du niveau global des mers, six millions de personnes supplémentaires sont exposées aux inondations dans les zones côtières de la planète », confirme le principal coauteur de l'étude, Andrew Shepherd, de l'université britannique de Leeds.


http://www.leparisien.fr/environnement/ ... D-32280599
0 x


Revenir vers « Changement climatique: CO2, réchauffement, effet de serre... »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité