Retour Faire défiler Stop Mode automatique

Catastrophes humanitaires, naturelles, climatiques et industriellesLa 6 iéme extinction

Les catastrophes humanitaires (dont les guerres et conflits liés aux ressources), naturelles, du climat et industrielles (sauf accident nucléaire ou pétrolier qui sont dans le forum énergies fossiles et nucléaire). Pollution de la mer et des océans.
moinsdewatt
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 3260
Inscription : 28/09/09, 17:35
Localisation : Isére
x 254

Re: La 6 iéme extinction

Message non lupar moinsdewatt » 27/03/18, 22:47

Kenya: Sudan, le dernier mâle rhinocéros blanc du Nord, est mort

AFP le 20/03/2018

Image
Des guerriers masaï posent dans la réserve kenyane d'Ol Peteja le 18 juin 2017 avec Sudan, le dernier rhinocéros blanc du Nord mâle, qui vient de mourir au Kenya ( AFP/Archives / TONY KARUMBA )

Sudan, le dernier mâle rhinocéros blanc du Nord, est mort au Kenya à l'âge de 45 ans et, désormais, seuls les progrès de la science pourraient assurer la perpétuation de cette sous-espèce décimée par le braconnage.


Quand Sudan est né en 1973 dans le parc national de Shambe au Soudan du Sud, il y avait encore 700 rhinocéros blancs du Nord sur la planète. A sa mort, il ne reste plus que deux femelles en vie, toutes deux incapables de se reproduire.

Sudan, reconnaissable à son imposante stature et sa corne arrondie, était un vieillard au regard de l'espérance de vie des rhinocéros. Ces derniers mois, son état de santé s'était dégradé.

"Son état de santé s'est significativement détérioré ces dernières 24 heures; il n'était plus capable de tenir debout et souffrait beaucoup. L'équipe vétérinaire a pris la décision de l'euthanasier", a annoncé la réserve kényane d'Ol Pejeta (centre), où Sudan vivait.

C'est dans cette réserve de 350 km² située à quelque 200 km au nord de Nairobi que Sudan a vécu ses dernières années, sous bonne garde, et en compagnie des deux dernières femelles de l'espèce.

Ironie de l'histoire, son décès intervient au moment où des centaines d'experts du monde entier sont réunis à Medellin en Colombie pour évaluer les moyens de lutter contre l'extinction massive d'espèces sur la planète.

"Nous, à Ol Pejeta, sommes tous très tristes de la mort de Sudan. Il était un ambassadeur remarquable de son espèce et on s'en souviendra pour son rôle dans la prise de conscience à l'échelle planétaire du fléau qui pèse non seulement sur les rhinocéros mais également sur les milliers d'autres espèces menacées d'extinction en raison des activités humaines", a réagi le directeur d'Ol Pejeta, Richard Vigne.

- Décimés par le braconnage -
..........................

http://www.boursorama.com/actualites/ke ... f917e83b5b
0 x

Avatar de l’utilisateur
sen-no-sen
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 5410
Inscription : 11/06/09, 13:08
Localisation : Haut Beaujolais.
x 190

Re: La 6 iéme extinction

Message non lupar sen-no-sen » 27/03/18, 23:10


(...)et, désormais, seuls les progrès de la science pourraient assurer la perpétuation de cette sous-espèce décimée par le braconnage(...)


Faut il rire ou pleurer d'une telle assertion?

Parler de progrès de la science est une formule toute prête,il faudrait plutôt parler d'ingénierie génétique ce qui n'est pas tout à fait du même acabit.
Hors c'est bien ce progrès issu du technologisme qui est à l'origine de la disparition de la faune et de la flore dans le monde,et par un coup de baguette magique c'est subitement celui ci qui viendrait sauver les espèces des méchants braconniers! J'ai presque envie de chialer! :lol:

Faut il donc espérer disparaitre pour prétendre à une (très )hypothétique "résurrection technologique"? :(
1 x
"Le Génie consiste parfois à savoir quand s'arrêter" Charles De Gaulle.
Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 46832
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 388
Contact :

Re: La 6 iéme extinction

Message non lupar Christophe » 27/03/18, 23:15

0 x
Ce forum vous a aidé ou bien conseillé? Aidez-le aussi pour qu'il puisse continuer de le faire! Des articles, des analyses et des téléchargements sur la partie éditoriale du site, publiez les vôtres! Sortez (une partie de) vos économies du système bancaire, achetez des crypto-monnaies!
Avatar de l’utilisateur
sen-no-sen
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 5410
Inscription : 11/06/09, 13:08
Localisation : Haut Beaujolais.
x 190

Re: La 6 iéme extinction

Message non lupar sen-no-sen » 28/03/18, 00:11

L’alouette des champs ou la linotte mélodieuse font traditionnellement résonner leur chant dans les campagnes françaises. Mais pour combien de temps encore ? Deux études récentes dressent un constat alarmant : les populations d’oiseaux vivant en milieu agricole ont perdu un tiers de leurs effectifs en 17 ans.


Toutes les espèces sont concernées

Les études pointant du doigt les effets de l’agriculture intensive et de l’utilisation massive de pesticides sur la biodiversité se multiplient. Deux d’entre elles, menées récemment par le Muséum national d’histoire naturelle sur tout le territoire français et par le CNRS à l’échelle locale, présentent à leur tour un bilan inquiétant : en 17 ans, un tiers des oiseaux ont disparu des campagnes françaises.

Nos campagnes sont en train de devenir de véritables déserts.

« La situation est catastrophique, se désole Benoît Fontaine, biologiste de la conservation au Centre d’écologie et des sciences de la conservation2 (Cesco) du Muséum national d’histoire naturelle. Nos campagnes sont en train de devenir de véritables déserts. » « Les populations d’oiseaux s’effondrent littéralement dans les plaines céréalières, et cela concerne toutes les espèces, renchérit Vincent Bretagnolle, écologue au Centre d’études biologiques de Chizé3 et directeur de la zone atelier « Plaine et val de Sèvre ». Les perdrix se sont presque éteintes de notre zone d’étude… »
Les dernières données de ces programmes de recherche sont catastrophiques : de nombreuses espèces d’oiseaux sont en déclin dans tous les milieux, et clairement en chute libre dans le milieu agricole. Le programme Stoc révèle ainsi que les oiseaux communs des milieux agricoles ont perdu 33 % de leurs effectifs depuis 2001.

C’est la qualité globale de l’écosystème agricole qui se détériore.

Le pipit farlouse, par exemple, un passereau qui se nourrit d’invertébrés, a perdu 68 % de ses troupes en 17 ans, tandis que la linotte mélodieuse, friande d’invertébrés à la belle saison et de graines de plantes adventices en hiver, a vu disparaître 27 % de ses effectifs sur la même période. Du côté de la plaine céréalière des Deux-Sèvres, même constat. Les populations d’oiseaux familières des zones cultivées, comme l’alouette des champs ou la perdrix grise, s’effondrent littéralement, avec respectivement −50 % et −90 % de leurs effectifs en 25 ans.

« Ce qui est véritablement alarmant, c’est que tous les oiseaux du milieu agricole régressent à la même vitesse, même les plus généralistes ou les oiseaux des milieux boisés, qui ne diminuent pas ou peu dans leur milieu de prédilection, analyse Vincent Bretagnolle. Cela signifie que c’est la qualité globale de l’écosystème agricole qui se détériore. »




https://lejournal.cnrs.fr/articles/ou-sont-passes-les-oiseaux-des-champs
0 x
"Le Génie consiste parfois à savoir quand s'arrêter" Charles De Gaulle.
Avatar de l’utilisateur
izentrop
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2574
Inscription : 17/03/14, 23:42
Localisation : picardie
x 136
Contact :

Re: La 6 iéme extinction

Message non lupar izentrop » 28/03/18, 09:57

sen-no-sen a écrit :Les études pointant du doigt les effets de l’agriculture intensive et de l’utilisation massive de pesticides sur la biodiversité se multiplient. Deux d’entre elles, menées récemment par le Muséum national d’histoire naturelle sur tout le territoire français et par le CNRS à l’échelle locale, présentent à leur tour un bilan inquiétant : en 17 ans, un tiers des oiseaux ont disparu des campagnes françaises.
Cette relation de cause à effet est facile et on va voir si l'interdiction du glyphosate aux particuliers et entreprises d'espace vert est efficace. Ça ne les empêche pas de désherber, donc le problème est le même.
Déjà ce n'est pas nouveau http://www.insectes.org/opie/pdf/1395_p ... 581c4f.pdf , les causes sont multiples et on en ajoute de nouvelles comme la pollution lumineuse des lampes de jardin solaires qui restent allumés toute la nuit.
Quand je suis arrivé dans mon village en 2004, pas de clôture autour de mon terrain, depuis mes nouveaux voisins se sont barricadé de partout. Le wek-end c'est la valse des moteurs, ça tonds, taille les haies au carré, empêchant floraison et fructification nécessaire à la vie des insectes et oiseaux.
De plus, mondialisation oblige, beaucoup d'élevages ont disparus, avec leur cohorte d'hirondelles, de piafs et de mouches, remplacés provisoirement par des chevaux vermifugés et puis il y a nos chiens et chats aussi vermifugés qui font du dégat dans la faune. J'ai heureusement encore quelques prairies autour de chez moi, merci l'Europe, pour combien de temps ?.
Je m'inquiète de ne plus entendre depuis quelques jours le "werro" si particulier de la chevêche d’Athéna à la tombée de la nuit. Elle se fait probablement plus discrète pour la nidification. C'est peut-être aussi à cause de ce nid de pies qui s’installent.
Les populations de chevêches d'Athéna ont décliné dans les années 1960, à cause de l'usage des pesticides. Depuis que ces produits ont été bannis, cette espèce à des populations stables.
0 x
Avoir des raisons de croire ne signifie pas que l’on a raison de croire.

Avatar de l’utilisateur
izentrop
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2574
Inscription : 17/03/14, 23:42
Localisation : picardie
x 136
Contact :

Re: La 6 iéme extinction

Message non lupar izentrop » 09/04/18, 21:25

sen-no-sen a écrit :
L’alouette des champs ou la linotte mélodieuse font traditionnellement résonner leur chant dans les campagnes françaises. Mais pour combien de temps encore ? Deux études récentes dressent un constat alarmant : les populations d’oiseaux vivant en milieu agricole ont perdu un tiers de leurs effectifs en 17 ans.
Comme je l'avais déjà signalé, les choses ne sont pas si simples. La personne qui a écrit cet article n'a pas respecté son devoir de réserve en reportant la faute uniquement aux agriculteurs https://www.terre-net.fr/actualite-agri ... 36428.html
Image

Un des commentaires intéressant "Avec une étude de la LPO, estimant la mortalité due aux éoliennes entre 0,3 à 18,3 oiseaux tués par éolienne et par an , il est regrettable que cet élément n'ait pas été pris en compte dans votre étude sur la disparition des oiseaux de nos campagnes. Après le désastre de la PAC (inaugurée en 1962) il est à craindre que le plan de libération des énergies renouvelables, mené tambour battant par notre ministre Nicolas Hulot, ne signe véritablement l'arrêt de mort des alouettes ou autres linottes mélodieuses.
savez-vous que le bout de pale d'une de ces éoliennes va à la vitesse moyenne de 360km/h, lorsque les rotors ont un diamètre de 100m; et quand les éoliennes mesureront 200 me de hauteur en bout de pale, les rotors feront 200m de diamètre et la vitesse moyenne du bout de pale sera proche de 500 km/h. non seulement les oiseaux mourront de faim, mais les survivants feront comme les chauves-souris ou les aigles, ils mourront du fait des éoliennes et des différences de pression provoqués par la vitesse des pales. Et l'on dit que les éoliennes c'est écolo et respectueux de la bio-diversite. cela sans parler des infrasons, qui n'existent pas puisque personne ne les entend ..."
0 x
Avoir des raisons de croire ne signifie pas que l’on a raison de croire.
Avatar de l’utilisateur
sen-no-sen
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 5410
Inscription : 11/06/09, 13:08
Localisation : Haut Beaujolais.
x 190

Re: La 6 iéme extinction

Message non lupar sen-no-sen » 12/04/18, 22:57

izentrop a écrit : La personne qui a écrit cet article n'a pas respecté son devoir de réserve en reportant la faute uniquement aux agriculteurs


Ça n'est pas de la faute au agriculteurs mais au pratiques agricoles de type monoculture intensives.
De nombreuses zones autrefois composé de bocages sont désormais de véritables désert agricoles,si à cela on rajoute des éoliennes nous avons un petit avant gout de l'enfer pour l'avifaune!
Il suffirait pourtant de quelques mesures simples comme la reconstitution de fourrés pour permettre un développement rapide de la vie dans les champs.
0 x
"Le Génie consiste parfois à savoir quand s'arrêter" Charles De Gaulle.


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Catastrophes humanitaires, naturelles, climatiques et industrielles »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

Recherches populaires