Le "Mal" versus le "Bien"

Les développements du forums et du site. Humour et convivialité entre les membres du forum - Tout est n'importe quoi - Présentation des nouveaux membres inscrits Détente, temps libre, loisirs, sports, vacances, passions...Que faites vous de votre temps libre? Forum d'échanges sur nos passions, activités, loisirs...créatifs ou récréatifs! Publiez vos annonces. Petites annonces, cyber-actions et pétitions, sites intéressants, calendrier, évènements, foires, salons, initiatives locales, activités d'associations....Pas de publicité purement commerciale svp.
Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 10096
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 1311

Re: Le "Mal" versus le "Bien"




par Ahmed » 25/07/21, 09:25

Malheureusement le mieux en question (diminution du chômage et de l'inflation) ne pouvait qu'être temporaire puisque ce regain d'activité n'était dû qu'à une nouvelle orientation dirigée vers la production d'armes ou d'équipements stratégiques, lesquels finiraient par être utilisés*, avec les conséquences que l'on sait (et qui furent également très funestes pour le peuple allemand).

* Ils n'étaient pas susceptibles en eux-mêmes de produire de la valeur abstraite et cette valeur a été prélevées ensuite chez les peuples vaincus...
2 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."

janic
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 14244
Inscription : 29/10/10, 13:27
Localisation : bourgogne
x 1289

Re: Le "Mal" versus le "Bien"




par janic » 25/07/21, 09:40

par Ahmed » 25/07/21, 09:25
Malheureusement le mieux en question (diminution du chômage et de l'inflation) ne pouvait qu'être temporaire puisque ce regain d'activité n'était dû qu'à une nouvelle orientation dirigée vers la production d'armes ou d'équipements stratégiques qui finiraient par être utilisés*, avec les conséquences que l'on sait (et qui furent également très funestes pour le peuple allemand).
ce que tu dis est tout à fait juste et dans le même temps l'industrie française profitait de l'effort de guerre(sic) comme pour toutes les guerres de l'Histoire. C'est ensuite que ça cloche de plus en plus et c'est ce que je soulignais. Or comme le dit une expression populaire "il nous faudrait une bonne guerre" car après toute guerre, il faut réparer, reconstruire tout ce qui a été cassé et cela donne du boulot à tous les jeunes qui ne se sont pas faits massacrés sur les champs de bataille...pardon de boucherie! d'où le titre "le mal VS le bien!"
0 x
« On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres: mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison » Henri Poincaré
Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 10096
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 1311

Re: Le "Mal" versus le "Bien"




par Ahmed » 25/07/21, 09:50

Ce qui est intéressant dans le cas de l'Allemagne soumises aux démons du nazisme, c'est que cette agressivité s'est retournée in fine contre ses promoteurs, tout comme la pulsion destructive de nos sociétés actuelles, quoique s'exerçant de façon plus insidieuse, mais plus durable, sur la biosphère participe de la même logique dévastatrice: comme je l'évoquais plus haut, c'est la raison qui explique aussi le vertueux rejet de cette épisode, en tant que déni généralisé du reflet peu agréable que cela nous renvoie. Le raisonnement psychologique est simple: si ces gens étaient si mauvais et si nous sommes capables de les condamner si fermement, alors c'est que nous nous situons à leur opposé; bouc émissaire bien commode...

@ Janic: les guerres sont effectivement une bonne opportunité de relancer la mobilisation (sic) des forces productrices et illustre parfaitement le fait que l'économie fonctionne à son profit (si l'on ose dire!) et ne répond que secondairement aux besoins humains (dans ce cas précis elle s'y oppose carrément)...
Les guerres sont la forme emphatique de l'économie puisque la production s'ajuste à la consommation, que cette dernière est rapide et exerce un effet "boule de neige" (un obus se détruit par son usage et entraîne des destructions par destination).
1 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."
janic
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 14244
Inscription : 29/10/10, 13:27
Localisation : bourgogne
x 1289

Re: Le "Mal" versus le "Bien"




par janic » 25/07/21, 10:26

ahmed
Ce qui est intéressant dans le cas de l'Allemagne soumises aux démons du nazisme,
pour autant, il ne faut pas confondre les allemands avec le nazisme qui ne représentait qu'une infime partie de ceux-ci, pas plus que l'inquisition avec les croyants catholiques ou le terrorisme qui se recommande de l'Islam, ne sont représentatifs de leur "religion". par nature pacifiste.
0 x
« On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres: mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison » Henri Poincaré
Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 10096
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 1311

Re: Le "Mal" versus le "Bien"




par Ahmed » 25/07/21, 21:25

Bien entendu!
Ma phrase peut avantageusement se lire ainsi: "...dans le cas de l'Allemagne, lorsqu'elle était soumise aux démons du nazisme..."... En outre, la soumission n'est pas l'adhésion sans réserves.
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."

Avatar de l’utilisateur
GuyGadeboisLeRetour
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6360
Inscription : 10/12/20, 20:52
Localisation : 04
x 1701

Re: Le "Mal" versus le "Bien"




par GuyGadeboisLeRetour » 25/07/21, 21:28

Ahmed a écrit :Malheureusement le mieux en question (diminution du chômage et de l'inflation) ne pouvait qu'être temporaire puisque ce regain d'activité n'était dû qu'à une nouvelle orientation dirigée vers la production d'armes ou d'équipements stratégiques...

Oui, c'est ce que j'ai dit précédemment: Des autoroutes et des armes.
0 x
"Il vaut mieux mobiliser son intelligence sur des conneries que de mobiliser sa connerie sur des choses intelligentes. La plus grave maladie du cerveau, c'est de réfléchir". (J.Rouxel)
"Non ?" ©
"Par définition la cause est le produit de l'effet" .... "Il n'y a strictement rien à faire concernant le climat".... "La nature c'est de la merde". (Exnihiloest, aka Blédina)
Avatar de l’utilisateur
gildas
J'ai posté 500 messages!
J'ai posté 500 messages!
Messages : 713
Inscription : 05/03/10, 23:59
x 101

Re: Le "Mal" versus le "Bien"




par gildas » 25/07/21, 23:30

Bonsoir,

Le talentueux Charles Baudelaire décrivait le mal par ce poème:


La sottise, l’erreur, le péché, la lésine,
Occupent nos esprits et travaillent nos corps,
Et nous alimentons nos aimables remords,
Comme les mendiants nourrissent leur vermine.

Nos péchés sont têtus, nos repentirs sont lâches ;
Nous nous faisons payer grassement nos aveux,
Et nous rentrons gaiement dans le chemin bourbeux,
Croyant par de vils pleurs laver toutes nos taches.

Sur l’oreiller du mal c’est Satan Trismégiste
Qui berce longuement notre esprit enchanté,
Et le riche métal de notre volonté
Est tout vaporisé par ce savant chimiste.

C’est le Diable qui tient les fils qui nous remuent !
Aux objets répugnants nous trouvons des appas ;
Chaque jour vers l’Enfer nous descendons d’un pas,
Sans horreur, à travers des ténèbres qui puent.

Ainsi qu’un débauché pauvre qui baise et mange
Le sein martyrisé d’une antique catin,
Nous volons au passage un plaisir clandestin
Que nous pressons bien fort comme une vieille orange.

Serré, fourmillant, comme un million d’helminthes,
Dans nos cerveaux ribote un peuple de Démons,
Et, quand nous respirons, la Mort dans nos poumons
Descend, fleuve invisible, avec de sourdes plaintes.

Si le viol, le poison, le poignard, l’incendie,
N’ont pas encor brodé de leurs plaisants dessins
Le canevas banal de nos piteux destins,
C’est que notre âme, hélas ! n’est pas assez hardie.

Mais parmi les chacals, les panthères, les lices,
Les singes, les scorpions, les vautours, les serpents,
Les monstres glapissants, hurlants, grognants, rampants,
Dans la ménagerie infâme de nos vices,

Il en est un plus laid, plus méchant, plus immonde !
Quoiqu’il ne pousse ni grands gestes ni grands cris,
Il ferait volontiers de la terre un débris
Et dans un bâillement avalerait le monde ;

C’est l’Ennui ! — l’œil chargé d’un pleur involontaire,
Il rêve d’échafauds en fumant son houka.
Tu le connais, lecteur, ce monstre délicat,
— Hypocrite lecteur, — mon semblable, — mon frère !


Là un ange qui passe:

Lorsque, par un décret des puissances supremes,
Le Poëte apparaît en ce monde ennuyé,
Sa mère épouvantée et pleine de blasphèmes
Crispe ses poings vers Dieu, qui la prend en pitié :

— « Ah ! que n’ai-je mis bas tout un nœud de vipères,
Plutôt que de nourrir cette dérision !
Maudite soit la nuit aux plaisirs éphémères
Où mon ventre a conçu mon expiation !


Puisque tu m’as choisie entre toutes les femmes
Pour être le dégoût de mon triste mari,
Et que je ne puis pas rejeter dans les flammes,
Comme un billet d’amour, ce monstre rabougri,

Je ferai rejaillir ta haine qui m’accable
Sur l’instrument maudit de tes méchancetés,
Et je tordrai si bien cet arbre misérable,
Qu’il ne pourra pousser ses boutons empestés ! »

Elle ravale ainsi l’écume de sa haine,
Et, ne comprenant pas les desseins éternels,
Elle-même prépare au fond de la Géhenne
Les bûchers consacrés aux crimes maternels.

Pourtant, sous la tutelle invisible d’un Ange,
L’Enfant déshérité s’enivre de soleil,
Et dans tout ce qu’il boit et dans tout ce qu’il mange
Retrouve l’ambroisie et le nectar vermeil.

Il joue avec le vent, cause avec le nuage,
Et s’enivre en chantant du chemin de la croix ;
Et l’Esprit qui le suit dans son pèlerinage
Pleure de le voir gai comme un oiseau des bois.

Tous ceux qu’il veut aimer l’observent avec crainte,
Ou bien, s’enhardissant de sa tranquillité,
Cherchent à qui saura lui tirer une plainte,
Et font sur lui l’essai de leur férocité.


Dans le pain et le vin destinés à sa bouche
Ils mêlent de la cendre avec d’impurs crachats ;
Avec hypocrisie ils jettent ce qu’il touche,
Et s’accusent d’avoir mis leurs pieds dans ses pas.

Sa femme va criant sur les places publiques :
« Puisqu’il me trouve assez belle pour m’adorer,
Je ferai le métier des idoles antiques,
Et comme elles je veux me faire redorer ;

Et je me soûlerai de nard, d’encens, de myrrhe,
De génuflexions, de viandes et de vins,
Pour savoir si je puis dans un cœur qui m’admire
Usurper en riant les hommages divins !

Et, quand je m’ennuierai de ces farces impies,
Je poserai sur lui ma frêle et forte main ;
Et mes ongles, pareils aux ongles des harpies,
Sauront jusqu’à son cœur se frayer un chemin.

Comme un tout jeune oiseau qui tremble et qui palpite,
J’arracherai ce cœur tout rouge de son sein,
Et, pour rassasier ma bête favorite,
Je le lui jetterai par terre avec dédain ! »

Vers le Ciel, où son œil voit un trône splendide,
Le Poëte serein lève ses bras pieux,
Et les vastes éclairs de son esprit lucide
Lui dérobent l’aspect des peuples furieux :


— « Soyez béni, mon Dieu, qui donnez la souffrance
Comme un divin remède à nos impuretés
Et comme la meilleure et la plus pure essence
Qui prépare les forts aux saintes voluptés !

Je sais que vous gardez une place au Poëte
Dans les rangs bienheureux des saintes Légions,
Et que vous l’invitez à l’éternelle fête
Des Trônes, des Vertus, des Dominations.

Je sais que la douleur est la noblesse unique
Où ne mordront jamais la terre et les enfers,
Et qu’il faut pour tresser ma couronne mystique
Imposer tous les temps et tous les univers.

Mais les bijoux perdus de l’antique Palmyre,
Les métaux inconnus, les perles de la mer,
Par votre main montés, ne pourraient pas suffire
À ce beau diadème éblouissant et clair ;

Car il ne sera fait que de pure lumière,
Puisée au foyer saint des rayons primitifs,
Et dont les yeux mortels, dans leur splendeur entière,
Ne sont que des miroirs obscurcis et plaintifs ! »

https://fr.wikisource.org/wiki/Les_Fleu ... xte_entier
2 x
janic
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 14244
Inscription : 29/10/10, 13:27
Localisation : bourgogne
x 1289

Re: Le "Mal" versus le "Bien"




par janic » 26/07/21, 13:16

belle prose qui n'a de valeur, pour son auteur, que dans un cadre où les concepts religieux dominaient. Que donnerait ce même discours selon le concept athée actuel,dominant :roll: ?
0 x
« On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres: mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison » Henri Poincaré
Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 10096
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 1311

Re: Le "Mal" versus le "Bien"




par Ahmed » 26/07/21, 13:24

Le discours théologique était bien ambigu, car si Dieu a fait l'homme à son image (certainement pas sa meilleure idée!), il était logique qu'il en vienne à se prendre pour Dieu... À ce stade, le nombrilisme prévaut et la société n'est plus qu'une agrégation d'égoïsmes liés par la valeur abstraite...
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."
janic
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 14244
Inscription : 29/10/10, 13:27
Localisation : bourgogne
x 1289

Re: Le "Mal" versus le "Bien"




par janic » 26/07/21, 13:45

par Ahmed » 26/07/21, 13:24
Le discours théologique était bien ambigu, car si Dieu a fait l'homme à son image (certainement pas sa meilleure idée!), il était logique qu'il en vienne à se prendre pour Dieu...
certes! Mais ne s'agit là que d'un discours religieux, pas théologique ce qui fait une énorme différence.
En réalité, ce qui a été traduit d'une façon simpliste et imagée devrait se traduire par quelque chose de plus ambigu où l'humain aurait été fait selon l'ombre de l'ombre de dieu. [*]Si quelqu'un peut m'en expliquer sa réalité concrète appliquée à l'homme je suis preneur!
À ce stade, le nombrilisme prévaut et la société n'est plus qu'une agrégation d'égoïsmes liés par la valeur abstraite...
abstraite et fausse! On peut d'ailleurs constater que l'ombre de la religion qu'est l'athéisme, suit le même chemin à la glorification de l'humain fait à l'image de...lui même. :cheesy: :evil:

[*] deja qu'une simple ombre ça ne nous dit pas grand chose de son modèle et en plus elle se déforme selon la source lumineuse, alors l'ombre de l'ombre; ça c'est encore plus coton! :|
0 x
« On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres: mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison » Henri Poincaré


Revenir vers « Le bistrot: vie du site, loisirs et détente, humour et convivialité et Petites Annonces »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 14 invités