Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutionsUn potager du paresseux en Sarthe

Agriculture et sols. Pollution, contrôles, dépollution des sols, humus et nouvelles techniques agricoles.
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 15603
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 5933

Re: Un potager du paresseux en sarthe

Message non lupar Did67 » 08/02/17, 09:53

Did67 a écrit :
PS : Les bandelettes pH se trouvent facilement sur internet ; il en existe à spectre très large mais peu précise (de 1 à 14 de 1 en 1) et d'autres, allant de 0,1 à 0,1 entre 4,5 et 9 - le pH d'un sol devrait être dans cette fourchette, préférez donc ce deuxième type, utilisés par les médecins pour analyser le pH des urines ou de la salive...



J'ai écrit un peu vite hier soir, tard.

Ce matin, je reprends ma boite de languettes : l'échelle est moins précise que ce que j'avais écrit, avec un pas de 0,5 ou de 0,25, selon la zone de pH.

Mais c'est largement suffisant pour "agir" de façon adaptée dans un potager. Il n'y a pas un pH idéal pour un sol... Et de toute façon, on a vu que déjà la méthode est imprécise !

Il y a une fourchette entre 6 et 6,5, voire 7, où rien n'est catastrophique et à peu près tout relativement optimal. Ce que j'appelle le "moins mauvais compromis possible" (comme le foin). Les organismes du sol sont à l'aise, la plupart des plantes apprécient et les éléments minéraux restent solubles... Au-dessus de 7,5 à 8, on risque d'insolubiliser le fer (et d'autres "oligo-éléments : manganèse, zinc...). En-dessous de 5, l'aluminium devient de plus en plus soluble au point d'en devenir toxique... Le calcium manque. Le molybdène est insolubilisé...

Les pH acides, tout le monde connait : eau gazeuse, sodas américains, jus d'agrumes, vinaigre... "Cela pique" sur nos muqueuses. Il est donc aisé de comprendre que le ver de terre, dont le corps est une sorte de muqueuse, n'aime pas !

Enfin, toujours corriger avec mesure, quitte à le faire par étapes, année après année. Il faut que les organismes s'adaptent !

On recommande de ne pas dépasser 100 g / m² et par an. [attention, beaucoup de "cendres" sont diluées par des restes de charbon de bois, notamment quand on brule du bois dans des inserts ou des poêles ; les cendres de chaudière à pellets, avec une combustion pilotées, sont des minéraux presque purs - blancs grisâtres ; le volume peut donc varier énormément]

Outre le calcium, les cendres ont une teneur élevée en potasse (entre 2 et 9 %). Cela en fait un engrais potassique concentré. Elles contiennent beaucoup de silice (14 %) et du magnésium(1 à 4 %) qui est le principal constituant de la chlorophylle des plantes. Mais elles sont pauvres en phosphore (0,5 à 2 %). On a déjà parlé de l'intérêt de broyer ou calciner les os de cuisine (ils en contiennent plus de 10 %) pour complémenter l'apport de cendres.

Pour info, et sans pub, j'utilise celles-là : http://www.cdiscount.com/maison/jardin- ... #mpos=1|mp
1 x

Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 15603
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 5933

Re: Un potager du paresseux en sarthe

Message non lupar Did67 » 08/02/17, 10:34

Et pendant qu'on y est, la "recette" pour apprécier la texture.

La texture résulte de la composition du sol en argiles, limons et sables.

Il est possible d'estimer la texture de la façon suivante, en retrouvant notre âme d'enfant :
réaliser des petits rouleaux de terre juste humide (l'humidifier si elle ne l'est pas), comme avec de la pâte à modeler : une dizaine de centimètres de long / diamètre d'un doigt.
Essayer de le tordre : si le sol est sableux, le rouelau casse immédiatement ; s'il est limoneux, il est un peu plus flexible ; s'il est argileux, c'est de la pâte à modeler et on peut faire un bretzel, si on est alsacien...

On peut l'apprécier un peu plus précisément, de façon chiffrée, par la manipulation suivante.
D'abord recueillir une pelletée de sol, dans les 15 ou 20 premiers centimètres de terre, après avoir enlevé la partie superficielle encombrée de débris organiques.
La tamiser au tamis de 2 mm.
Traiter la terre à l'eau oxygénée pour bien « dissoudre » la matière organique qui colle les éléments fins entre eux (nous avons parlé des glus – les « colloïdes du sol » et du « complexe argilo-humique »).
Remplir un bocal avec un couvercle de cette terre jusqu'à environ un tiers de sa hauteur.
Préparer une solution d'un défloculant à base d'hexamétaphosphate de sodium (derrière ce « gros mot » se cache tout simplement le constituant du Calgon : 5 cuillerées à soupe de Calgon dans ¾ de l d'eau) ; cela va séquestrer le calcium, qui fait floculer les argiles qui alors sédimentent plus vite, ce qui fausse les résultats...
Secouer énergiquement pendant cinq minutes, puis laisser reposer en déclenchant votre chronomètre.
Après 40 secondes de décantation, mesurer la hauteur en mm du premier dépôt : ce sont les sables. Ou marquer le bocal au feutre.
Au bout de 30 min, mesurer à nouveau la hauteur totale du dépôt, il s'agit du dépôt des sables et des limons. En soustrayant à cette hauteur celle obtenue précédemment, on obtient la « hauteur » de limons. On peut aussi marquer le bocal d'un second repère et mesurer le dépôt de limon directement, par l'écart entre les deux repères.
Au bout de quelques jours de repos complet, les argiles se seront également décantés. L'eau redevient claire au-dessus du dépôt. Mesurer la hauteur totale de dépôt et la hauteur de la couche d'argile.
On reporte les mesures, exprimées en % de la hauteur totale à la fin de la décantation, sur un « triangle de texture ». Une simple recherche sur internet vous permet d'en imprimer un exemplaire. A la croisée des lignes se trouve la caractérisation de la texture de votre sol.
1 x
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 15603
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 5933

Re: Un potager du paresseux en sarthe

Message non lupar Did67 » 08/02/17, 10:44

Et cela sert à quoi ??? A agir de façon appropriée !

La texture va grandement influencer le comportement du sol et ses propriétés.

Nous avons dit que des sols sableux sont « faciles ». Ils ne collent pas. On peut les travailler rapidement après une pluie. Ils sont bien aérés. Ils se réchauffent plus vite. Mais ils ne retiennent pas bien les éléments minéraux (voir la notion de « capacité d'échange cationique » paragraphe xx, page xx). De même, ils ne retiennent pas beaucoup l'eau. La matière organique même stable est minéralisée plus vite. Leur « pouvoir-tampon » est faible : ils réagissent vite à des apports (engrais, amendements). Dans ce type de sols, il faut toujours modérer et fractionner les apports (fertilisants, amendements tels qu'amendements calciques, eau d'arrosage). Mais les répéter. La seule façon d'améliorer les choses, est de les enrichir en substances humiques stables, par des couverts qui en produisent beaucoup, ce qui va corriger un peu ces défauts.

A l'autre extrême, les sols argileux sont difficiles à travailler. Humides, ils sont collants. L'eau y stagne, surtout si les argiles sont « dispersées ». Ils se ressuient lentement. Ils faut les ménager longtemps, en circulant sur des planches, par exemple. Ils sont souvent compacts et se réchauffent lentement. Ils durcissent en séchant, et se fissurent alors. Mais ils ont une capité de rétention des éléments minéraux très élevée et sont donc en général plus riches. Ils ont un pouvoir-tampon élevé et « encaissent » les apports d'éléments sans réagir trop brutalement. Ils retiennent beaucoup plus d'eau. On peut donc apporter des "doses plus élevées, mais moi s souvent (eau, amendements, engrais). Les substances humiques éviteront la dispersion des argiles et leur « prise en masse ». Les argiles les protègent au sein du « complexe argilo-humique ».

Les sols où dominent les limons sont un peu entre les deux, avec comme principale caractéristique de ne pas se rétracter en desséchant comme le font les sols argileux. Ils sont de ce fait responsable de la formation des « croûtes de battance » lorsque après une forte pluie, la partie supérieure du sol se dessèche. La couverture permanente sera particulièrement efficace pour ça.
1 x
Avatar de l’utilisateur
Stef72
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 312
Inscription : 22/08/16, 15:43
Localisation : Sarthe
x 89

Re: Un potager du paresseux en sarthe

Message non lupar Stef72 » 08/02/17, 11:42

merci Didier pour toutes ces précisions ! j'ai une boite de test PH dans un coin, j'essaierai cela prochainement. Quand à la texture, je n'arrive pas à faire des bretzel ou boudins, donc plutôt sableux... faudra que je me penche sur ton test avec les bocaux...
0 x
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 15603
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 5933

Re: Un potager du paresseux en sarthe

Message non lupar Did67 » 08/02/17, 11:56

Oui. Probablement des sols sableux, acides... Donc "pauvres" (naturellement) et avec des mécanismes naturels "freinés" - bactéries, vers...

Donc apporter un max de matières organiques qui vont à la fois :

a) sur le moyen / long terme, redresser la teneur en substances humiques du sol, qui elles-mêmes vont "corriger" un peu les défauts majeurs de ces sols (faible capacité de retenir les éléments nutritifs, faible capacité de stocker l'eau)

b) sur le court terme, protéger contre le dessèchement / limiter les pertes d'eau et mettre les plantes sous "perf" naturelle = diffusion, par minéralisation du foin, de tous les éléments minéraux nécessaires aux légumes, au fur et à mesure des besoins...

Donc double ration de foin !!!

Et sous réserve de la confirmation de l'acidité (quasi-certaine, mais il existe des sable calcaires !), une bonne rasade de cendres - et éventuellement d'os calcinés ou broyés.

Au fait, des traces d'anéciques ???
1 x

Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 15603
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 5933

Re: Un potager du paresseux en sarthe

Message non lupar Did67 » 08/02/17, 12:19

Pour info et sans pub, voilà un kit tel qu'évoqué plus haut :

http://www.truffaut.com/produit/test-ph ... 6165/25272

Avantage : c'est un kit, tout est compris et bien indiqué, notice très claire, recommandation pour les quantités de chaux à apporter...

Inconvénient : de quoi faire 8 analyses seulement... Contrairement à ce qui est indiqué par le site, je l'ai trouvé peu sensible, les couleurs sont très "délavées" : 5 ? 6 ? pas facile à se fixer... Pourtant, à 6 c'est bien, à 5, cela commence à être ennuyeux... Bon, à 4, je jaune, cela se voit !

Comme "starter", pour savoir où on va, c'est pas mal.
1 x
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 15603
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 5933

Re: Un potager du paresseux en sarthe

Message non lupar Did67 » 08/02/17, 12:35

Stef72 a écrit :
Je me demande si je vais bien pouvoir me passer de tout travail de sol, et je me dis que ça va largement dépendre des type de cultures... autant je l'imagine bien pour des salades, des plants... déjà moins bien pour les haricots, ou encore carottes... coup de grelinette et croc avant de couvrir de foin ?
je voulais aussi faire de la patate aussi... mais je n'ai jamais été époustouflé par mes essais de patate sous paille ou gazon



En dehors des carottes, qu'il faut semer en effet, et ce ne sera pas facile cette année dans ce bazar, je suis confiant pour le reste ! Ne te fatigue pas à crocheter, à greliner ou que sais-je... Je reste persuadé que c'est peine perdue (mais bon, c'est une activité physique bonne pour le cœur). Bref donc, je ne le ferais pas, mais si tu veux faire, cela ne sera pas "nuisible" (ou si peu).

Les haricots sont une grosse graine, avec de l'énergie en réserve ; tu ouvres ton foin à chaque poquet, tu mets des graines légèrement enfoncées, tu gères un peu les adventices au niveau de ce trou... Et tu laisses venir. Ah, n'oublie pas de récolter !!! [j'ai fait des essais non filmés, non photographiés de graines de haricot semées comme je plante les replants : au plantoir, directement à travers la couche de foin ; plus de la moitié des pieds se sont développés normalement bien que bien entendu les trous se sont plus ou moins "refermés" ; donc au lieu de semer à 20 cm d'écartement, tu sèmes à 10 et le tour est joué. Limaces à surveiller de très près, elles adorent !!!!!]

Ah, et la pdt ? Concentre tes cendres là-dessus. La pdt de terre est une plante très exigeante ! Très ! Bref, qui a de gros besoin.
En gros, 220 kg d'azote prélevés par ha, 50 de P2O5 et 300 de K2O. C'est une des cultures les plus voraces !

Donc un sol sableux plutôt pauvre, des apports de paille qui n'apportent pas tant que çà en dehors du carbone, des apports de gazon qui sont surtout de l'eau, pourquoi voudrais-tu être époustouflé ???

Donc un max de foin riche, plus la matière organique déjà en place qui va se décomposer, un effet "défriche" et des cendres riches en K, cela devrait aller mieux ! Bien mieux.

Je ne te garantis pas un "époustouflement", mais peut-être une satisfaction ???? Affaire à suivre !
1 x
Avatar de l’utilisateur
Stef72
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 312
Inscription : 22/08/16, 15:43
Localisation : Sarthe
x 89

Re: Un potager du paresseux en sarthe

Message non lupar Stef72 » 08/02/17, 13:49

Did67 a écrit :Pour info et sans pub, voilà un kit tel qu'évoqué plus haut :

http://www.truffaut.com/produit/test-ph ... 6165/25272

Avantage : c'est un kit, tout est compris et bien indiqué, notice très claire, recommandation pour les quantités de chaux à apporter...

Inconvénient : de quoi faire 8 analyses seulement... Contrairement à ce qui est indiqué par le site, je l'ai trouvé peu sensible, les couleurs sont très "délavées" : 5 ? 6 ? pas facile à se fixer... Pourtant, à 6 c'est bien, à 5, cela commence à être ennuyeux... Bon, à 4, je jaune, cela se voit !

Comme "starter", pour savoir où on va, c'est pas mal.


je crois bien que c'est exactement cette boite là que j'ai acheté... à suivre !
Ok, je prend aussi bonne note pour les pommes de terre, je suis prêt à tenter le non travail du sol pour cette partie. Je travaillerai seulement pour les carottes à ce moment là...

pour le moment j'imprime un plan de mon terrain pour réfléchir à l'agencement des différentes planches.
Sans aller jusqu'à faire des buttes ou des "coffrages", je réfléchi aussi à utiliser des bouts de bois pour délimiter les planches, en veillant à ce que je ne sois pas gêné pour dérouler le foin...
0 x
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 15603
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 5933

Re: Un potager du paresseux en sarthe

Message non lupar Did67 » 08/02/17, 13:59

Stef72 a écrit :Sans aller jusqu'à faire des buttes ou des "coffrages", je réfléchi aussi à utiliser des bouts de bois pour délimiter les planches, en veillant à ce que je ne sois pas gêné pour dérouler le foin...


Cela permet de "délimiter", mais a, à mon avis, l'inconvénient d'entraver la circulation de certains auxiliaires, tels les carabes, tout en offrant, sous les parties humides, le long des "fissures" un magnifique gîte aux limaces... Elles sont très friandes de ce genre de "recoins". Comme sous n'importe que pot, n'importe quel composteur, n'importe quelle planchette qui traîne... Ou alors invente la planche de rive mobile, que tu retournes en plein après-midi pour les ramasser quand elles se sont bien mises à l'abri...

J'évite.

Je préfère passer la tondeuse et, de temps en temps, de "recouper" le bord, car les trèfles par exemple, rampent et avancent vers les planches.

Mais en effet, mon jardin fait "bazar" !
1 x
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 15603
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 5933

Re: Un potager du paresseux en sarthe

Message non lupar Did67 » 08/02/17, 14:03

Stef72 a écrit :
Ok, je prend aussi bonne note pour les pommes de terre, je suis prêt à tenter le non travail du sol pour cette partie. Je travaillerai seulement pour les carottes à ce moment là...



Ne jamais "croire" did67 sur parole. Toujours essayer. Cela ne coûte pas grand chose. Ici un petit effort, mais tu es jeune !

Pour tes pdt, fais un petit carré avec travail du sol. Et le reste sans. Et compares. Des fois que je raconte des âneries. Ou que tout simplement mes "convictions" m'éblouissent... Je n'ai de loin pas tout essayé partout !

Ce sera une leçon pour les sarthois, en terre sableuse (acide je pense), qui commencent dans une friche !

Donc rends nous compte !
1 x


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutions »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité