Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutionsUn espoir pour les zones sahéliennes?

Agriculture et sols. Pollution, contrôles, dépollution des sols, humus et nouvelles techniques agricoles.
Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 7711
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 626

Un espoir pour les zones sahéliennes?

Message non lupar Ahmed » 21/08/10, 19:13

Un article récent du "monde diplomatique" d'août me semble d'une très grande importance.
Vous pouvez en lire une version réduite ici: http://www.monde-diplomatique.fr/2010/08/HERTSGAARD/19540

Il explique comment un africain illettré,M. Yacouba Sawadogo, partant de techniques locales bien connues, (comme le zaï) et d'une réflexion personnelle est parvenu à mettre au point tout un système d'agro-foresterie parfaitement adapté aux conditions très difficiles de ces pays.
Ce qu'il faut souligner c'est que cette démarche remarquable est totalement originale par rapport au classique transfert de compétence nord-sud.
Elle s'en distingue non seulement par son caractère autochtone, mais également par son contenu parfaitement non-technocratique, ce qui explique que ces innovations soient bien perçues par la population locale et connaissent un succès grandissant.
En effet, M.Sawadogo ne propose pas de se lancer dans de ruineuses et inaccessibles plantations d'arbres, mais d'utiliser ceux qui existent comme base de développement de sa méthode.
C'est en tout cas ce qu'il ressort d'après ce que j'en sais indirectement, n'ayant pas personnellement eu accès à la version intégrale de ce texte pour le moment. L'intérêt de cette information me conduit a la diffuser au plus vite, d'autant qu'une recherche sur le net sur ce personnage se révèle vaine...
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."

dedeleco
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 9211
Inscription : 16/01/10, 01:19
x 5

Message non lupar dedeleco » 22/08/10, 03:21

Les habitudes ancestrales de culture ont bien plus de justification et d'efficacité à long terme que nous le pensons avec nos moyens modernes, puissants et destructeurs.
Chapeau pour ce paysan qui fait reculer le désert !!!
Il y a aussi la terra preta en Amazonie sur les terre pauvres riche avec du charbon de bois méthode oubliée vieille de 500ans !!
Avec son fumier il fait peut être similaire, recréer l'humus??

Les OGM sont en train de devenir une catastrophe même aux USA ce qui pousse au bio, l'herbicide OGM tuant l'humus !!
http://www.globalresearch.ca/index.php? ... &aid=20675
0 x
oiseautempete
Grand Econologue
Grand Econologue
Messages : 848
Inscription : 19/11/09, 13:24

Message non lupar oiseautempete » 22/08/10, 08:16

Le Zaï est une méthode efficace quoique très pénible, mais c'est une méthode de survie car elle ne permet pas de "faire reculer le désert", mais juste de nourrir les gens.Pour récréer un écosystème, la plantation d'arbres est indispensable, notamment pour freiner les vents desséchants et l'érosion éolienne...En Europe, les paysans construisaient des murets et plantaient des haies pour la même raison...
Quand au fumier: pour faire du fumier il faut avoir des animaux (le fumier humain est en très faible quantité et de mauvaise qualité (pauvre et potentiellement vecteur de maladies), et c'est précisément le sur-pâturage (ainsi que le déboisement pour le bois de feu) qui a détruit ces régions...
0 x
Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 7711
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 626

Message non lupar Ahmed » 22/08/10, 21:24

Merci à tous deux pour ces réactions.
Je précise pour répondre aux remarques d'Oiseautempete que les haies ou murets sont insuffisants ici pour remédier à un ensoleillement trop violent: seul une culture sous abri vertical (et non latéral) le permet.

Moyennant quelques précautions, le fumier obtenu à partir d'un mélange végétaux/excréments humains est très convenable. C'est d'ailleurs utilisé au Mali (si ma mémoire est bonne!), où des tours maçonnées sont utilisées comme toilettes: lorsque le volume est rempli un orifice est pratiqué à la base et le "produit" utilisé comme fertilisant.

L'usage des excréments animaux doit être encouragé car il vaut mieux les recueillir que de les laisser polluer le sol (spécialement vers les points d'eau), sachant que l'élevage, avec les inconvénients que tu soulignes, fait souvent partie de la culture locale (comme chez nous la bagnole!).

Sur la déforestation, qui est un gros problème dans beaucoup de pays africains (et d'autres continents...), je pense qu'un des grands intérêts de la méthode de M. Yacouba Sawadogo est justement de réhabiliter l'arbre, de faire qu'il ne soit plus perçu comme antinomique de la culture (défrichement, brûlis...) ou comme source de profit immédiat sous forme de charbon de bois.
Au contraire, transformé en condition préalable à la production vivrière, protégé, soigné, rien n'empêche ensuite, dans une démarche de gestion raisonnable, de tirer un revenu (comme le fait l'initiateur de cette révolution) de l'excédent de production ligneuse par sa transformation en combustible renouvelable.
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."
oiseautempete
Grand Econologue
Grand Econologue
Messages : 848
Inscription : 19/11/09, 13:24

Message non lupar oiseautempete » 23/08/10, 08:48

Oui pour l'ensoleillement violent on est d'accord, c'est justement l'intérêt du Zaï, mais lorsque je parlais de haies et murets, c'est à cause des vents qui sont , en toutes contrées, l'ennemi des cultures vivrières car dessèche les plantes et les sols ou en couche les tiges et provoque une forte érosion éolienne (type d'érosion particulièrement virulente dans les grandes plaines des USA et de la Chine).Bien sûr dans le Sahel, faute de cailloux, les murets ne sont que difficilement envisageables, en simple terre battue, ils ne seraient pas assez durables face aux fortes pluies et nécessiteraient donc trop d'entretient...mais par ex. des haies en épineux seraient tout aussi efficaces, et protègeraient également de l'appétit des animaux sauvages...au bas des "talweg" on peut aussi envisager le creusement de bassins de rétention pour les eaux pluies, destinés à l'arrosage bien sûr, plus profonds que larges pour en limiter l'évaporation, voir même en forme de "bouteille" qui éliminerait complètement l'évaporation (inspiré des silos à grain souterrains), mais se pose le problème du comblement par les produits de l'érosion qui nécessiterait un décantage préalable...pas simple...mais il y a des solutions...
0 x

Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 7711
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 626

Message non lupar Ahmed » 24/08/10, 20:26

Bien sûr, je suis d'accord sur l'intérêt des haies et autres brise-vents...
Plus moyen d'obtenir un exemplaire du "Monde Diplomatique" chez les marchands de journaux, il faut croire que sa lecture est plus confidentielle que celle de "L'équipe" ;-) ...
Bon, ce n'est pas grave, j'ai finalement réussi à prendre connaissance de la majeure partie de l'article en question.
Il y est expliqué que ce sont les graines contenues dans le fumier apporté par M. Yacouba Sawadogo qui sont à l'origine de ses observations et qui l'ont conduit à la conception de cette méthode de "régénération naturelle assistée" ou "RNA".

Après tout, rien de très surprenant à ces résultats: la forêt est à l'origine de la création et donc de la fertilité des sols, lui refaire une place au lieu de la combattre est très logique , mais implique cependant une sorte de révolution mentale.
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutions »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : MadameOurs et 2 invités