Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutionsSemences de ferme interdites par l'UMP !! Honteux !!

Agriculture et sols. Pollution, contrôles, dépollution des sols, humus et nouvelles techniques agricoles.
Obamot
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 11085
Inscription : 22/08/09, 22:38
Localisation : regio genevesis
x 65

Message non lupar Obamot » 01/12/11, 09:34

Comme le dit Janic: les semences d'espèces rustiques ont un brevet «qui appartient à la nature». Et par ailleurs, ce sont elles qui ont le meilleur intérêt sanitaire pour les populations ...lorsqu'elles sont consommées «complètes»! (C-à-dire non rafinées)

Ce qu'il faut comprendre sur le plan légal, c'est qu'une telle mesure drastique et obligatoire, ne devrait jamais avoir d'effet rétroactif. Ainsi la loi ne devrait s'appliquer que pour les nouvelles variétés découvertes et/ou produites dès la date de mise en vigeur! Ainsi on laisserait «au marché» le soin de décider quelle est la bonne formule. Parce qu'à chaque fois que l'industrie se mèle des lois, elle s'arrange toujours pour rendre les clients captifs, et donc de faire en sorte que les lois du marché ne s'appliquent pas à elle!

Bien que le travail des obteneurs, inspire le respect sous certains angles (antoine111 a raison de mettre dans la balance les points positifs de la profession, mais quels sont-ils réellement... eu égard aux espèces rustiques... à part être «aux ordres» de l'industrie et la grande distribution, qui veulent des produits «standards») il faut donc s'intéresser aux causes du problème (comme à chaque fois...)

Les causes sont simples: la marchandisation du vivant (qui ne plait pas non plus à Clasou...), la spéculation, les profits éhontés des privés, donc de l'industrie que cette nouvelle loi va favoriser! Et surtout, de la grande distribution!

Ainsi, «assurer un recette aisée qui ne limite pas la ressource» est certes louable, mais ce qui doit primer c'est la qualité même de la ressource avant tout!

Les perdants comme à chaque fois: les agriculteurs, et à l'autre bout de la chaîne: les consommateurs (qui n'en profiteront qu'un temps...)

Et donc malgré les arguments louables d'Antoine111, je serais plutôt contre, pour différents motifs.

D'abord il est une question de principe, que la préservation / protection du vivant, devrait être du rôle de l'État, dans l'intérêt supérieur des populations. C'est donc dès le départ une hérésie, que l'on en soit arrivé à une situation où quelques individus — flairant éventuellement un marché de niche (les obteneurs) — aient cherchés à développer une filière qui n'aurait même jamais dû être de leur ressort... Bien que j'applaudisse les dissidents qui l'ont fait pour lutter contre le système. Ils savaient donc probablement dès le départ, qu'il travaillaient alors pour la gloire... puisqu'ils l'ont fait toute leur vie durant de façon quasi bénévole... après il ne faut pas qu'ils viennent se plaindre! Parce que finalement ils n'ont fait que chercher des variétés qui étaient in-fine favorables à l'industrie, éventuellement sans le savoir eux-mêmes (quoi que... ^^), et finalement à leur dépens, je m'explique, même si c'est cruel d'en être arrivé là pour eux:

antoinet111 a écrit :
Christophe a écrit :Pourquoi ne pas réfléchir à des offres de leasing à long terme? Un agriculteur cultive ta semence "améliorée" tant qu'il récolte, il paye une redevance à la tonne vendue et non pas aux nombres de graines semées...Un truc très faible mais qui permettrait de financer la recherche à l'INRA (ou ailleurs)


Les agriculteurs ne veulent pas payer, ils en ont, pour la plupart rien à foutre de la création variètale, donc c'est pas forcement la bonne solution.


Et bien non, pas d'accord !

Si je suis 100% POUR la protection intellectuelle, les efforts individuels etc, je suis résolument CONTRE la marchandisation du vivant, le dépôt de brevet sur le bioalimentaire, c'est une hérésie ! Et ce non-seulement pour des questions d'éthique, mais surtout des questions de santé publique!

Quel poids ont les «indépendants» face à l'industrie (Montsanto et les autres qui se frottent actuelement les mains).

MAIS LE PLUS GROS SCANDALE, C'EST POUR LES PAYS DU TIERS MONDE. Le risque est grand que de telles mesures ne fassent des émules... Pour de mauvais arguments. Car nous sommes au cœur d'un paradoxe:
— d'un côté de la balance nous avons l'argument massue de l'autosuffisance alimentaire, l'hygiène (arguments repris en cœur par l'industrie);
— de l'autre côté l'intérêt sanitaire, dont tous les arguments vont à l'encontre des intérêts de l'industrie. Dans ce contexte «»

Ceux qui ont bossé toute leur vie pour spéculer gagner là-dessus en ont pour leur grade! Fallait pas jouer et tenter de gagner du fric avec ça! C'est ÇA la leçon à en tirer !

En continuant comme ça on joue avec le feu. On va finir par être complètement captif de l'industrie, on marche sur la tête!

SI ON VEUT SE LA JOUER ECONOMIE DE MARCHÉ, IL FAUT FAIRE PAYER LA GRANDE DISTRIBUTION ET SURTOUT DEMANDER SON AVIS AU CONSOMMATEUR FINAL!!!

Parce qu'on a beau dire, l'agroalimentaire s'industrialise au mépris de la qualité... Les consommateurs n'ont JAMAIS VOULU l'uniformité. Mais celle-ci ne vient pas du travail ou non des obteneurs, elle vient par le fait que la grande distribution et l'industrie imposent des standards, c'est là qu'il faut taper dans la fourmilière!

Et tout ça est dans la pure logique du CODEX ALIMENTARIUS, ce monstre à la solde de l'industrie et en contradiction totale avec les critères essentiels de la santé publique.

Là où il faut s'indigner, c'est que depuis les années cinquantes, le coût du panier de la ménagère ne cesse baisser, ce qui va de pair avec la BAISSE de la qualité.

J'ai bossé autrefois avec un cinglé de la CEE (Commission Economique pour l'Europe), et bien sachez que c'est lui qui fixait le callibre des fruits et légumes: résultats des millions de tonnes d'invendus sur les marchés à cause d'une décision de technocrate! Heureusement il y a à peine quelques années, ces mesures absurdes ont disparu.

Ce sont ces technocrates qui prennent des décisions à la con, alors même qu'ils n'ont jamais su planter un clou ni bien sûr une salade ou des céréales...

Le législateur aurait dû INTERDIRE depuis belle lurette le trafic des semences. C'est une question de logique. Si il y a bien un rôle qui devrait être invasif de l'État, ce devrait être celui-là. Parce qu'il doit être le garant de la santé publique! Si il y a bien un domaine qui ne devrait pas être contrôlé par «des intérêts privés», c'est bien celui là.

Je n'ai rien contre les «obteneurs», si leur travail est méritoire et va dans le sens de la santé publique c'est très bien, mais ce qui ne colle pas c'est que ça ne devrait pas relever d'intérêts privés. Ça non alors! Et hélas, cette décision profitera avant tout à l'industrie (les semanciers), et non pas à ces derniers. Les semanciers mènent le bal et n'en ont eux strictement rien à foutre du travail de quelques électrons libres. Qui eux crèveront la dalle tout autant, parce qu'ils ne maîtrisent pas LA DISTRIBUTION !

Encore une fois, c'est là où il aurait fallu taper ! Mais baucoup trop de gros intérêts en jeu... Alors entre la peste et le choléra, le législateur a manqué de courage!

D'ailleurs, sur le plan politique, je trouve cette décision contradictoire avec la bonne idée de taxer les sodas!

Bien avant cela, les gouvernements se devaient de prendre des mesures sanitaires comme l'interdiction de la commercialisation des farines raffinées, voilà qui serait un VRAI PROBLÈME à régler... Parce que les variétés qui sont développées dans ce but (la grande majorité) ne vont pas dans l'intérêt: ni de la santé publique, ni dans celui des consommateurs!

Même l'INRA ne fait pas son travail dans le domaine, puisqu'ils ont travaillé sur des variétés dans le sens des besoins de l'industrie agroalimentaire.

Alors même qu'il est reconnu sur le plan de la santé publique, que des carrences alimentaires notoires sont apparues dans nos sociétés, à cause de l'alimentation par les farines rafinées!

Quel est leur intérêt pour le consommateur et pour sa santé? Aucun, car les farines rafinées sont DÉVITALISÉES, faites l'expérience vous même, soumettez des farines dévitalisées et des farines complètes à des mites... Et vous verrez le résultat! La vermine ne s'y intéresse pas, parce qu'il n'y a plus de vie là-dedans! Elle-même ne s'y trompe pas!

Alors que nous, nous sommes tellement dégénérés que nous ne sommes plus capables de faire la différence avec notre goût et notre odorat!

Évidemment que des farines dévitalisées sont hygiéniques, parce qu'elles sont stables! Or ce qui fait leur instabilité originelle, c'est précisément «la VIE»! On sait ça depuis bien longtemps, notamment avec les études de Linus Pauling, et bien avant ça avec la découverte du scorbut..

Quel est leur intérêt pour l'industrie? Gigantesque:

— facile à stocker et pour longtemps!
— ne nécessite guère de contrôle une fois transformée!
— donnent un produit «standard».
— permettent de spéculer sur le prix des matières premières.
— permettent de maintenir une pressions sur les prix énorme contre l'intérêt des producteurs/agriculteurs.
— favorisent les grandes exploitations.
— sont d'un intérêt considérable puisqu'elles permettent d'obtenir des produits standards et ainsi de simplifier les processus de transformation/fabrication.
— en provoquant des grosses carrences alimentaires dans la population, rende l'oppération très profitable pour l'industrie pharmaceutique, qui elle va vendre des médicaments pour contrer les effets, mais là ce ne sera pas donné pour les consommateurs...

Quel est leur intérêt du point de vue de la santé publique? Elle permettent temporairement d'améliorer le «quantitatif» pour répondre au besoin de l'accroissement de la poulation mondiale (c'est toujours l'argument qu'ils nous sortent pour justifier ça...). Mais c'est faire la promotion d'une alimentation purement calorique... Sans aucun intérêt sanitaire à long terme. Ce sont tous des aliments qui conduisent à l'affaiblissement de l'espèce...

Cela dit je peux me tromper, mais alors pour démontrer le contraire, il faudra des arguments bien plus solides que ceux qui sont notoirement là pour défendre l'intérêt privé (même de marginaux) contre l'intérêt réel de la collectivité.

Cela dit je suis pour une taxe sur la recherche, afin que les obteneurs puissent vivre décemment. Mais cette taxe devrait être justifiée par la variété produite/fournie par l'agriculteur (donc sur facture), et elle devrait bien sûr être payée par L'ACHETEUR en sus du prix de la production. Puis versée directement à un organisme indépendant chargé de faire des statistiques et de rémunérer/répartir cette manne vers les obteneurs indépendants (exception faite de l'industrie, qui a d'autres moyens pour amortir «la recherche»). Ainsi les agriculteurs pourraient continuer à replanter leur propre production issue de semences émanant de leur propre recherche agronomique! Ils devraient alors s'acquitter de la taxe, mais recevoir dans le même temps un subside pour leur travail de recherche! Là ça me semblerait plus équitable qu'une interdiction pure et dure. Parce qu'au fond, à quoi servira l'interdiction, elle n'empêchera pas les fraudes, donc autant faire payer LE DEMANDEUR !
0 x
« L'important n'est point le chemin vers le bonheur, l'important c'est le chemin »Lao Tseu

Avatar de l’utilisateur
minguinhirigue
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 447
Inscription : 01/05/08, 21:30
Localisation : Strasbourg
x 1

Message non lupar minguinhirigue » 01/12/11, 10:54

Antoinet, est-ce que tu penses sincèrement que si la diversité biologique est si importante, c'est pour rester dans des banques et des conservatoires ?

Je pense qu'à la baisse de la variété génétique des plans cultivés est bien réel, et que son impact aujourd'hui sur la culture agricole et culinaire se fait déjà sentir. Un exemple con, tu connais encore combien de proches qui savent cuisiner le panais, le chou romanesco, le topinanbour, le chou-rave ?

La biodiversité, elles ne doit pas être dans des archives ou dans les livre d'histoire, c'est tous les jours qu'elle doit s'exprimer, sinon on court à la catastrophe...
0 x
dedeleco
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 9211
Inscription : 16/01/10, 01:19
x 5

Message non lupar dedeleco » 01/12/11, 13:50

Le coup de bâton en retour de cette uniformité, a déjà commencé, maladies surprises qui tuent toute la variété (exemple les platanes du canal du midi, etc..) et autres vacheries, qui poussent l'évolution des espèces, vers la reproduction sexuée avec fort mélanges et ratées aussi.

Ne sélectionnons pas une variété humaine idéale intelligente, comme pour les semences !!!
0 x
Obamot
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 11085
Inscription : 22/08/09, 22:38
Localisation : regio genevesis
x 65

Message non lupar Obamot » 02/12/11, 13:18

... bien avant, sagissant de «l'affaiblissement de l'espèce»!

Elle à commencé depuis l'avènement de l'ère industrielle! Au XIXe siècle.

Depuis le passage d'une société à dominante agraire et artisanale, vers une société industrielle et de business. C'est elle qui a introduit des processus de fabrication nécessitant une rationalisation extrême, et une stabilisation des produits alimentaires, pour en perdre un minimum et faire un maximum de profit.

Avec un premier paradoxe: tout est fondé sur l'apparence pour vendre le produit, ses qualités intrinsèques «vivantes», passant au second plan!

Ainsi on nous fait croire que des produits sont sains en vantant leur contenance en vitamines... qui ont été rendues relativement stable parce que d'origine chimique, et n'ont strictement rien à voir avec leur chimisme naturel. A titre exemplatif:

— vitamine C naturelle: dextrogyre (lévogyre pour celle de synthèse).

Image
— vitamine F naturelle (classe des acides gras polyinsaturés, oméga...): double liaison carbonne, dite «CIS» (industrielle comme dans les margarines = double liaison carbone-carbone, dite «TRANS»)

Chimie du carbone: principe de base pour les liaisons "CIS" VS "TRANS":

Image

Double liaison "CIS": signifie «du même côté», qui et est le contraire de "TRANS" (mais s'accorde pile poil = Isomérie)

Image

Chauffer un corps gras polyinsaturé "CIS" (i.e. bienfaisant) à haute température, bascule l'un des deux atomes se trouvant sur le même plan de référence à l'opposé, ce qui fait que chacun d'eux se retrouve alors de part et d'autre de ce plan et il devient "TRANS" (i.e. nocif). (Remarquez la double liaison entre les atomes de carbone).

Acide gras saturé VS acide gras non saturé:

Image

Source/s:
https://www.econologie.com/forums/post187621.html#187621
0 x
« L'important n'est point le chemin vers le bonheur, l'important c'est le chemin »Lao Tseu
dedeleco
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 9211
Inscription : 16/01/10, 01:19
x 5

Message non lupar dedeleco » 02/12/11, 14:11

Instructif !!

Oubli des effets 1+1+1=1000 montrés sur infrarouge de A2 hier soir avec les antidouleurs bénins associés aux phtalates (chimiquement similaires) à 2 mois de foetus, qui réduisent les spermatozoïdes des humains et des souris avec malformations génitales avec bien moins de fertilité humaine !!
0 x

Obamot
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 11085
Inscription : 22/08/09, 22:38
Localisation : regio genevesis
x 65

Message non lupar Obamot » 02/12/11, 14:28

C'est vrai. Mais les perturbateurs endocriniens, ne sont pas vendus en tant «qu'aliments» Dedelco. Ils sont l'une des conséquences dont la cause est de vouloir CONSERVER le plus longtemps possible, des aliments déjà largement «stabilisés» en amont... Donc on emballe... on emballe... et le phénomène d'osmose transfert ses polluants dans une nourriture déjà bien souvent dévitalisée. Le fait de manger cette nourriture nous affiblit encore plus, avec pour résultat la perte de la capacité de l'organisme à lutter contre ceux-ci, qui viennent alors se mettre sur nos récepteurs et pertubent les «messages» qui transitent dans l'organisme. Et ça met une sacré pagaille (voire les maladies orphelines...) Alors que le vivant nécessite d'être manger cru, à pleine maturité et le plus rapidement possible! (Je dis pas ça à toi, hein, puisque tu le sais déjà depuis longtemps...) :lol:
0 x
« L'important n'est point le chemin vers le bonheur, l'important c'est le chemin »Lao Tseu
Avatar de l’utilisateur
antoinet111
Grand Econologue
Grand Econologue
Messages : 874
Inscription : 19/02/06, 18:17
Localisation : 29 - Landivisiau

Message non lupar antoinet111 » 02/12/11, 18:13

le post par en vrille.
je laisse la place.

Next.
0 x
Je vote pour l'écriture de post concret et de sens pratique.
A bas les beaux parleurs et les brasseurs d'air !
dedeleco
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 9211
Inscription : 16/01/10, 01:19
x 5

Message non lupar dedeleco » 02/12/11, 18:30

A virer sur la malbouffe après le "coup de bâton en retour" !

Mais les semences sélectionnées pour le max de productivité, éliminant, perdant ou étouffant les vieilles variétés, parfois sauvages, avec avantages méprisées actuellement, ont une forte connexion pratique, avec la malbouffe !!!
0 x
Obamot
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 11085
Inscription : 22/08/09, 22:38
Localisation : regio genevesis
x 65

Message non lupar Obamot » 02/12/11, 22:11

Virer de bord est bien trop facile de sa part, ça montre qu'on est à court d'argument.

antoinet111 a écrit :le post par en vrille.
je laisse la place.

Next.


Hélà !

Ce sujet ne part pas en vrille, il a apparemment tapé dans le mille vu ta réaction! :mrgreen:

Tout le monde a pu observé que tu es déjà venu plusieurs fois... sans savoir trop quoi répondre... Simplement parce que beaucoup de ce qui s'est dit tombe sous le coin du bon sens. Et tu considères ça partir en vrille? Là on sent le malaise.

Désolé mais non, c'est trop facile. Ce qui s'est dit dans ce fil est tout ce qu'il y a de plus correct et conforme aux causes réelles. Même si c'est un cruel constat.

Et un gros « flop » pour la tentative de noyer ce fil :cheesy:
0 x
« L'important n'est point le chemin vers le bonheur, l'important c'est le chemin »Lao Tseu
Avatar de l’utilisateur
antoinet111
Grand Econologue
Grand Econologue
Messages : 874
Inscription : 19/02/06, 18:17
Localisation : 29 - Landivisiau

Message non lupar antoinet111 » 03/12/11, 10:33

a par le début du fil, rien sur la sélection et rien sur la rétribution des obtenteurs.

c'est sur que lorsqu'il s'agit de dévier sur les farines ou d'autres trucs qui n'ont rien a voir avec le sujet, la il y a du monde.

j'ai pas d'obligation d'offrir une réponse a un hors sujet.
0 x
Je vote pour l'écriture de post concret et de sens pratique.

A bas les beaux parleurs et les brasseurs d'air !


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutions »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : D42M et 1 invité