Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutions«Nous produisons largement de quoi nourrir tout le monde»

Agriculture et sols. Pollution, contrôles, dépollution des sols, humus et nouvelles techniques agricoles.
dede2002
Grand Econologue
Grand Econologue
Messages : 906
Inscription : 10/10/13, 16:30
Localisation : Genève campagne
x 110

Message non lupar dede2002 » 09/03/14, 09:15

Revenons au commerce "équitable".

La production de roses "Max havelaar"en Afrique, qui voyagent par avion c'est aberrant...
Pourtant les gens achètent des roses, et d'autres en produisent dans des conditions épouvantables, DDT sans masque, enfants qui se blessent (cf le cacao).
Ou production dans des serres chauffées...

En attendant ces gens peuvent vivre mieux, éviter de finir sans ressources dans des bidonsville (et s'ajouter à la statisique des gens qui ont faim), ou de tenter de venir en europe à la nage.

Et si un jour il n'y a plus d'avions (ou si les gens n'achètent plus de roses), ils devraient être capables de cultiver autre chose, comme des denrées alimentaires.
0 x

dede2002
Grand Econologue
Grand Econologue
Messages : 906
Inscription : 10/10/13, 16:30
Localisation : Genève campagne
x 110

Message non lupar dede2002 » 09/03/14, 09:49

Un aspect qui me semble crucial dans le sujet "nourrir tout le monde" c'est les pesticides et les engrais de synthèse.

Le DDT par exemple, est interdit depuis 40 ans grâce aux travaux de Rachel Carson
http://www.unesco.org/new/fr/natural-sc ... nt-spring/

extrait:
" Nous sommes maintenant à la croisée des chemins. Mais contrairement à ceux du célèbre poème de Robert Frost, ils ne sont pas identiques. Celui que nous avons longtemps emprunté est trompeusement simple, telle une autoroute lisse sur laquelle nous progressons à grande vitesse, mais qui mène au désastre. L’autre embranchement, le moins fréquenté, nous offre notre dernière et unique chance d’atteindre une destination qui assure la préservation de la terre. "

Et pourtant il est encore utilisé, pour lutter contre le paludisme et les puces, dans les pays "pauvres".
Aux USA ils utilisent des produits ciblés pour lutter contre le paludisme en floride, mais c'est des produits chers!
Le DDT est facile à produire...
Le DDT est un poison à double-effet:
1- Il circule et recircule dans la chaîne de la vie.
2-Il s'attaque aux systèmes de reproduction et donc aux générations futures, des oiseaux comme des humains.
Les deux effets sont à long terme. :cry:

Malgré ça, les USA sont le territoire ou il y a la plus forte concentration de DDT, car ils en ont épandu des quantités énormes avant de "savoir"...

Concernant les engrais, j'aimerais bien savoir quelle énergie grise il contiennent, leur part de pétrole, avez-vous des infos ou des idées là dessus :?:
0 x
janic
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 8338
Inscription : 29/10/10, 13:27
Localisation : bourgogne
x 145

Message non lupar janic » 09/03/14, 10:59

dede bonjour
tu as, jusqu'à un certain point, raison! L'accessoire venant se subsituer au nécessaire pour ceux qui en ont les moyens. Cependant il faut tenir compte aussi que les populations s'urbanisent de plus en plus et que des fleurs, pour l'exemple cité, c'est comme un rayon de soleil dans la grisaille qui, s'il ne nourrit pas le corps, nourrit l'âme ou le coeur si tu préfères!
Mais le plus gravissime, à l'heure actuelle, c'est les surfaces de plus en plus importantes consacrées à la culture vivrière des animaux de boucherie et cela uniquement pour satisfaire la vanité de pouvoir montrer son niveau social étroitement dépendant de l'argent possédé et qui se vérifie d'autant plus dans les pays émergents.

On devrait débattre de la faim et de la nourriture, ce qui concerne 7 milliards d'humains embarqués (de force pour certains) dans la même galère.
Les dieux, chacun a le (les) sien(s), mais ce n'est pas nourrissant...
Les deux sont liés! Si, en théorie, l'ensemble de la population terrestre ne se nourrissait QUE de végétaux, (donc 1° commandement biblique) on pourrait en nourrir dix fois plus!
Si les préceptes d'hygiène (que nous avons reconnus et recommencés à pratiquer récemment) avaient été mieux connus et appliqués, les grandes épidémies de peste, de choléra et autres joyeusetés n'auraient pas eut lieu et donc des millions de morts en moins. La variole, qui a fait aussi des dégâts, aurait pu aussi être réduite à peau de chagrin en suivant encore les préceptes d'hygiène et d'isolement (ce que l'OMS a fini par recommander et qui en a permis l’éradication). Les cancers, les maladies cardiovasculaires, qui font là aussi des millions de morts dans le monde, en fait toutes les maladies d’hier et d’aujourd’hui, n’existeraient quasiment pas.
Selon Jean Ziegler (rapporteur spécial pour le droit à l'alimentation du Conseil des droits de l’homme de l’Organisation des Nations unies de 2000 à mars 2008), la mortalité due à la sous-alimentation représentait 58 % de la mortalité totale en 2006: "Dans le monde, environ 62 millions de personnes, toutes causes de décès confondues, meurent chaque année. En 2006, plus de 36 millions sont mortes de faim ou de maladies dues aux carences en micro-nutriments"9. wikipedia
Donc mortalité par sous nutrition et mortalité par surnutrition !
Après, chacun selon ses choix, avec ses conséquences positives ou négatives !
0 x
dede2002
Grand Econologue
Grand Econologue
Messages : 906
Inscription : 10/10/13, 16:30
Localisation : Genève campagne
x 110

Message non lupar dede2002 » 09/03/14, 11:02

J'ai vu deux émissions tv, les maîtres de l'eau et la faim du monde, dans lesquelles Marc Dufumier intervient à plusieurs reprises.
J'y ai entendu que la FAO aurait émis des directives à tous les gouvernements, pour promouvoir l'agriculture biologique qui serait la seule voie possible pour l'avenir!
Il s'agit de communiquer l'info, pas de prêcher des convaincus.
C'est pour ça que je m'interroge, par exemple sur l'énergie grise des engrais , pour trouver des formules qui pourraient interpeller le public... :?:
0 x
dede2002
Grand Econologue
Grand Econologue
Messages : 906
Inscription : 10/10/13, 16:30
Localisation : Genève campagne
x 110

Message non lupar dede2002 » 09/03/14, 11:27

La première fois que j'ai vu Jean Ziegler à la tv c'était à Madagascar en 1984 lors d'un débat sur les investissements étrangers, à l'époque communiste.
Il disait, contre l'avis de tous, que les investissements étrangers allaient ruiner le pays plutôt que l'enrichir.
A l'époque je partageais déjà ses idées, mais pas mes amis malgaches...
Le constat, 30 ans plus tard :?: :?:
0 x

dede2002
Grand Econologue
Grand Econologue
Messages : 906
Inscription : 10/10/13, 16:30
Localisation : Genève campagne
x 110

Message non lupar dede2002 » 09/03/14, 11:53

janic a écrit :dede bonjour
On devrait débattre de la faim et de la nourriture, ce qui concerne 7 milliards d'humains embarqués (de force pour certains) dans la même galère.
Les dieux, chacun a le (les) sien(s), mais ce n'est pas nourrissant...
Les deux sont liés! Si, en théorie, l'ensemble de la population terrestre ne se nourrissait QUE de végétaux, (donc 1° commandement biblique) on pourrait en nourrir dix fois plus!

Mais c'est qui les plus gros mangeurs de viande?
Ceux qui ont la bible dans une main, et *** dans l'autre...
0 x
dede2002
Grand Econologue
Grand Econologue
Messages : 906
Inscription : 10/10/13, 16:30
Localisation : Genève campagne
x 110

Message non lupar dede2002 » 09/03/14, 12:08

A Madagascar le problème "viande" a aussi un impact peu mis en évidence.
Il y a (au moins) deux sortes d'élevage de zébus.
1- Dans certains villages chacun a 2 ou 3 zébus pour aider aux champs et ils ne sont tués que lors de cérémonies (mariage, enterrement, crémaillère) et la viande est partagée méthodiquement entre tous. Jamais on ne tuera son zébu pour vendre sa viande, éventuellement il sera vendu pour avoir du cash.
Et tuer un veau, c'est interdit!

2- Il y a des éleveurs itinérants, qui ont des grands troupeaux destinés à la vente (et à l'export), qui font brûler des immenses étendues sans aucun contrôle pour créer des pousses vertes pour leurs troupeaux.
De ce que j'ai vu, l'impact de ces feux est immensément plus important que celui des cultures sur brûlis montrées du doigt, qui bien qu'étant à combattre sont maîtrisées parcelle par parcelle!
0 x
janic
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 8338
Inscription : 29/10/10, 13:27
Localisation : bourgogne
x 145

Message non lupar janic » 09/03/14, 12:57

Mais c'est qui les plus gros mangeurs de viande?
Ceux qui ont la bible dans une main, et *** dans l'autre...

J'aurais plutôt dit: ceux qui le peuvent!
quant à la seconde phrase: :?: il suffit de regarder autour de soi pour se rendre compte qu'elle est sans fondement réel!
0 x
dede2002
Grand Econologue
Grand Econologue
Messages : 906
Inscription : 10/10/13, 16:30
Localisation : Genève campagne
x 110

Message non lupar dede2002 » 09/03/14, 14:05

J'ai fait exprès de provoquer "un peu". :P

Mais je regarde autour de moi, je vois des macdo, ou des kebab...

Le bilan de la production de viande industrielle est catastrophique, entre autre à cause du "round-up" utilisé pour les monocultures immenses destinées au bétail.
J'ai bien dit "entre autres", je pense qu'il faut s'attaquer à tous les fronts...

Le "commerce équitable" et le "bio" me semblent une lucarne qui guigne vers le "deuxième chemin" cité plus haut...?
Il faut cependant surveiller les dérives, je conseille de visiter les liens internet imprimés sur les étiquettes :?

Parfois, par surprise on arrive chez nestlé, comme on voit areva investir dans les éoliennes.
On peut s'en inquiéter, ou s'en réjouir... :?:
0 x
Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 8142
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 689

Message non lupar Ahmed » 18/03/14, 19:24

On peut s'en inquiéter, ou s'en réjouir...

Ni l'un, ni l'autre: le marketing compassionnel n'est qu'une niche commerciale comme une autre...

Elle peut coexister au milieu du commerce "inéquitable" usuel sans crainte de le contaminer, et pour cause: elle obéit à la même logique.

Imaginons le cas d'une multinationale alimentaire qui réalise des bénéfices grâce à l'incorporation d'huile de palme dans ses produits; elle comprend le potentiel de consommateurs hostiles aux conséquences de cette culture et décide donc de lancer une "ligne" de produits garantis sans huile de palme: désormais, la marge procurée par ce corps gras bon marché* se trouve remplacé par le prix de vente plus élevé, que certains consommateurs sont prêts à payer pour prix de leur bonne conscience.

Pour elle, en effet peu importe d'où vient le gain.

*Bon marché car ses externalités sont gratuites...
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."


Revenir vers « Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutions »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité