Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutionsMon potager du paresseux au nord de Toulouse

Agriculture et sols. Pollution, contrôles, dépollution des sols, humus et nouvelles techniques agricoles.
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 14060
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 4744

Re: Mon potager du paresseux au nord de Toulouse

Message non lupar Did67 » 30/04/17, 13:59

Oui, c'est ça.

Essentiellement parce qu'on ne met pas du foin très souvent. Et donc on ne va pas attendre.

Vous serez surpris : les déchets de cuisine, c'est essentiellement... de l'eau ! Donc, quand vous mettez ça par beau temps, dès le lendemain, la plupart des épluchures sont devenues des sortes de chips, déshydratées, méconnaissables sur le foin... Bien sûr, il y a des exceptions : peau d'oranges, etc... Mais elles dessèchent aussi et n'attirent plus les mouches...

Si l'esthétique gène, on peut évidemment garder du foin à portée de main et recouvrir d'une légère couche pour masquer (ce qu'on devrait d'ailleurs faire aussi quand on composte pour réaliser un bon rapport C/N).

La grande différence, c'est qu'on entretient la vie du sol avec des apports énergétiques (de la biomasse dite "fraiche" = non déjà décomposée) partout où on cultive. Et pas juste sur un tas au fond du jardin où on ne cultive pas.
1 x

Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 14060
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 4744

Re: Mon potager du paresseux au nord de Toulouse

Message non lupar Did67 » 30/04/17, 14:21

Ahmed a écrit :@ Colinot: au sens strict ce ne serait pas exactement du BRF, mais personnellement je considère qu'un mélange de ligneux et d'herbacé (les feuilles) équilibre l'apport entre, respectivement, les champignons et les vers. Donc, je ne me prive pas de cette possibilité qui vient en complément des branches broyées à l'automne et dans lesquelles sont stockées un maximum de substances nutritives; je considére qu'au printemps la répartition de ces substances est simplement différentes...



Oui, en première approximation, c'est comparable. Certes, la "matière verte" (jeunes pousses / feuilles] sera plus accessible et se décomposera plus vite. Ce broyage tardif favorise donc un peu les bactéries au détriment des champignons je pense.

Mais encore une fois, sur terre, il y a "l'idéalement parfait". Génial. Et puis il y a notre vie réelle de tous les jours, avec ses compromis ! Qui marche bien aussi...
1 x
lily 31
J'apprends l'éconologie
J'apprends l'éconologie
Messages : 30
Inscription : 25/04/17, 21:58
Localisation : Sud Ouest
x 15

Re: Mon potager du paresseux au nord de Toulouse

Message non lupar lily 31 » 19/05/17, 23:40

En faisant le tour de ma couverture de foin j'ai beaucoup de potentille rampante qui poussent au travers du foin comment venir au bout de cette adventice:
a => en l’arrachant pour l'affaiblir??
b => en soulevant le foin pour la recouvrir de nouveau et la priver de lumière??
Au question que je me pose
quoi planter comme arbres ou buissons pour avoir du bois à l'automne pour faire mon BRF ?
1 => je pensais faire des bouture de saule pleureur à côté du ruisseau qui borde mon terrain ( pour retenir les berges qui ont tendance à s’effondrer avec les ragondins!!)
2 => faire une haie avec des noisetiers
merci de me donner quelques idées :)
0 x
Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 7347
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 549

Re: Mon potager du paresseux au nord de Toulouse

Message non lupar Ahmed » 20/05/17, 00:10

La potentille, comme sa racine latine l'indique est une plante très robuste du fait de ses deux caractéristiques principales: une racine pivot profondément implantée dans le sol et capable de stocker beaucoup d'énergie; la faculté d'émettre des stolons pour coloniser rapidement un maximum de surface. Pour lutter, les deux techniques que tu as citée sont valables et, si elles sont mise en œuvre avec assiduité, ces plantes devraient indiquer leur affaiblissement progressif par des feuilles plus petites lors des récidives.

Pour ce qui concerne le BRF, mieux vaut préférer les bois durs aux bois tendres tel le saule ou les peupliers; le noisetier est une bonne idée, mais il est préférable de mélanger un maximum d'essences. Le chêne, le frêne conviennent ainsi que les tailles de haies diverses, hormis les résineux (sauf en petites doses).
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."
Avatar de l’utilisateur
eclectron
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 359
Inscription : 21/06/16, 15:22
x 32

Re: Mon potager du paresseux au nord de Toulouse

Message non lupar eclectron » 20/05/17, 08:15

Ahmed a écrit :La potentille est une plante très robuste du fait de ses deux caractéristiques principales: une racine pivot profondément implantée dans le sol et capable de stocker beaucoup d'énergie; la faculté d'émettre des stolons pour coloniser rapidement un maximum de surface. Pour lutter, les deux techniques que tu as citée sont valables et, si elles sont mise en œuvre avec assiduité, ces plantes devraient indiquer leur affaiblissement progressif par des feuilles plus petites lors des récidives.

Pas trouvé mieux que l'huile de coude effectivement: fourche bêche à l’aplomb de la racine, faire levier pour décoller la motte (mais pas la sortir de terre !) puis tirer sur la racine, avec un peu de pratique et de chance, on a tout sans trop d'effort mais ce n’est pas une méthode paresseuse. :roll:

Ahmed a écrit :Pour ce qui concerne le BRF, mieux vaut préférer les bois durs aux bois tendres tel le saule ou les peupliers; le noisetier est une bonne idée, mais il est préférable de mélanger un maximum d'essences. Le chêne, le frêne conviennent ainsi que les tailles de haies diverses, hormis les résineux (sauf en petites doses).

Il y a 2 avantages à utiliser des bois tendre tels que le saule et le peuplier, ils poussent vite, résistent bien à des tailles régulières (taille en têtard pour le saule, ce qui les contient a une faible hauteur) et passent facilement dans un broyeur amateur électrique.
Des essences plus dures posent parfois problème au broyeur amateur.(paix à leurs âmes...)
L’inconvénient que tu y vois, est sans doute la faible durée de vie du BRF ?
Que je trouve largement compensée par la croissance rapide et le broyage facile.
Un autre inconvénient du saule s'i est trop prêt des cultures est qu'il pompe l'eau du sol.
0 x

Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 7347
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 549

Re: Mon potager du paresseux au nord de Toulouse

Message non lupar Ahmed » 20/05/17, 09:11

Eclectron, tu écris:
L’inconvénient que tu y vois est sans doute la faible durée de vie du BRF ?

Non, le bois de feuillus tendres évoluerait vers une aggradation de moindre qualité, ce qui devrait conduire à en limiter les quantités à l'intérieur des mélanges de chips (mais pas à l'exclure!)...
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 14060
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 4744

Re: Mon potager du paresseux au nord de Toulouse

Message non lupar Did67 » 20/05/17, 09:42

La potentille, qui a les caractéristiques du fraisier (dont cela doit être une cousine botanique, non ?) fait partie de ces adventices qui se développent dans notre système : elles y sont mieux adaptées que d'autres.

Je me contente, comme pour le reste, de les arracher pour contrôler la population. Mais je me demande aussi si je ne vais pas en faire une des plantes que je vais utiliser pour des essais de culture sous couvert vivant, car elle ne monte pas haut... Mais : a) ce n'est pas une légumineuse ; b) quid de la contrôler ensuite, une fois installée ???

Pour ce qui concerne le BRF, là encore je pense qu'il faut voir toute la complexité du sujet. Un apport de BRF, c'est à la fois :
- une couverture du sol
- de la nourriture pour les champignons (ligine)
- des apports d'éléments nutritifs (les stocks dans la partie vivante du bois)
- l'apport de substances destinées à évoluer vers des substances humiques / stabilité des sols à long terme

La lignine de feuillus tendre est "moins costaud" (moins polymérisée). Le BRF va donc couvrir moins longtemps (mais plus qu'une saison !), nourrir certains champignons (qui produisent des glus et aggradent), apporter des éléments et contribuer à former des substances humiques (peut-être moins stables, durables, de moindre qualité).

En contrepartie, ces feuillus ont des croissances rapides, ce qui permet de renouveler souvent...

Au final, plus de BRF, plus souvent, de moindre qualité, je ne sais si c'est un mauvais choix ???

Le "bon sens" voudrait qu'on ne mette pas ses œufs dans le même panier...

Dans les feuillus plus durs, le noisetier est intéressant : ses branches sont droites, peu ramifiées, passent comme une lettre à la poste dans le broyeur. Et il produit des fruits (même si, sans précaution, on se les fera souvent piquer - mais cela contribue à la biodiversité ; et cohabiter avec un écureuil est si mignon...). Le frêne aussi, et se travaille bien en têtard...
4 x
Avatar de l’utilisateur
eclectron
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 359
Inscription : 21/06/16, 15:22
x 32

Re: Mon potager du paresseux au nord de Toulouse

Message non lupar eclectron » 20/05/17, 10:23

Après avoir cramé 2 broyeurs électriques :frown: ( je les "débride" un peu pour que tout passe facilement et ils ne supportent pas trop...)
me voilà adepte des bois tendres sans pour autant tomber dans le systématisme.
j'utilise préférentiellement du saule marsault, du saule commun, du peuplier, du sureau et du tilleul.
et aussi du noisetier, du frêne et de l'érable qui sont déjà plus durs.
plus les feuilles mortes à l’automne et tontes à la belle saison, le tout ramassé à la tondeuse.
ça fait un bon mélange dont je ne me plains pas mais je suis totalement ignorant sur la qualité de mon paillage ?

Je suis très déçu par le travail des broyeurs électriques en comparaison avec un broyeur professionnel de location, où là tout passe rapidement et sans problème jusqu'à de fortes sections.

d'ailleurs si quelqu'un a une bonne référence de broyeur électrique à conseiller, je suis très intéressé ! :wink:
je suis en recherche...
0 x
Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 7347
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 549

Re: Mon potager du paresseux au nord de Toulouse

Message non lupar Ahmed » 20/05/17, 12:11

Tu as cette gamme de broyeurs de végétaux qui semble assez robuste et qui fonctionnent avec marteaux et lames (sauf un, qui ne fait donc que les branches); cependant, dans la même gamme de prix tu peux avoir un broyeur à tambour thermique sur le même site. Les électriques sont de fabrication italienne, les thermiques, chinoise (ça tombe bien, toi qui aime débrider... :wink: ).
Je vais prochainement tester un de ces derniers modèles, car j'ai revendu mon précédent broyeur pour cause d'incompatibilité d'humeur :) ... J'ai toujours pensé que le tambour est mieux adapté que le disque, mais je n'en avais jamais trouvé jusqu'ici.
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."
Avatar de l’utilisateur
eclectron
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 359
Inscription : 21/06/16, 15:22
x 32

Re: Mon potager du paresseux au nord de Toulouse

Message non lupar eclectron » 20/05/17, 17:45

Ahmed a écrit :Tu as cette gamme de broyeurs de végétaux qui semble assez robuste et qui fonctionnent avec marteaux et lames (sauf un, qui ne fait donc que les branches); cependant, dans la même gamme de prix tu peux avoir un broyeur à tambour thermique sur le même site. Les électriques sont de fabrication italienne, les thermiques, chinoise (ça tombe bien, toi qui aime débrider... :wink: ).
Je vais prochainement tester un de ces derniers modèles, car j'ai revendu mon précédent broyeur pour cause d'incompatibilité d'humeur :) ... J'ai toujours pensé que le tambour est mieux adapté que le disque, mais je n'en avais jamais trouvé jusqu'ici.

Super adresse, merci ! :D
du coup j’hésite avec une motorisation essence moins cher et plus puissante.(diamètre de branche admissible plus important)
jusque la je faisais avec des broyeurs amateurs tout en plastique mais arrivé à un moment il faut être sérieux.

Je confirme pour le tambour, le broyeur pro que je loue de temps en temps, fonctionne ainsi et c'est top mais le moteur fait 22cv tout de même :wink:,
je ne parle pas de l'achat...le prix d'une voiture neuve...
0 x


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutions »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités