Manger plus pour se nourrir moins: valeur nutrionnelle VS productivité agricole!

Agriculture et sols. Pollution, contrôles, dépollution des sols, humus et nouvelles techniques agricoles.
Obamot
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 25552
Inscription : 22/08/09, 22:38
Localisation : regio genevesis
x 4529

Re: Manger plus pour se nourrir moins: valeur nutrionnelle VS productivité agricole!




par Obamot » 13/04/16, 10:46

Pour remédier, quelques pistes Did:

— cahier des charges Demeter:
http://www.demeter.ch/fr/producteur/richtlinien.php

— autrement pour le casse-tête de l'approvisionnement, il y a une règle assez simple: varier les sources d'approvisionnement "BIO", car en faisant ça on profite des nutriments en sous-sol qui ont fait pousser les plantes (là où elles ont poussé), et en variant on varie aussi les nutriments dont on bénéficie (une fois ce sera riche en souffre, une autre en magnésium, en calcium etc.. si on se nourrit en se fournissant toujours au même endroit, on aura toujours le même type d'apport!) ainsi en variant, on a de bonnes chances d'avoir des apports suffisants et de meilleure qualité (notre organisme trie, conserve ou rejette automatiquement en fonction de ses besoins pourvu qu'on lui apporte....pas besoin de plus ce creuser notre métabolisme sait faire ça depuis la nuit des temps).

Ainsi il n'est pas sûr que se nourrir exclusivement des produits de son exploitation bio (son jardin), soit entièrement satisfaisant!
0 x

Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 20362
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 8679

Re: Manger plus pour se nourrir moins: valeur nutrionnelle VS productivité agricole!




par Did67 » 13/04/16, 22:21

Je n'avais pas le cahier de charge Demeter. Mais tu te doutes bien que je ne suis pas cela... Toujours bon de l'avoir dans son stock de documentation !

J'ai pour ambition d'écrire un livre bien plus joyeux, bien plus "éclairant", à partir d'observations de tous les jours que chacun peut faire (ou avoir faites). Et de ce que je photographie dans mon jardin (dont une partie est sur éconologie !).

Oui, un légume (ou une plante) traduit forcément son terroir. Cet effet est mis en avant en viticulture mais est tout à fait général.

Je pense néanmoins (et là sans preuves aucunes) que dans un sol très actif biologiquement, des écarts sont compensés justement par les êtres vivants du sol et leur aactivité, par leur capacité d'extraction bien supérieures à celles des plantes (par ex grâce aux mycorhizes), etc... Les champignons, si on ne les tue pas paar des fongicides ou le cuivre, sont des extracteurs formaidables, qui, en plus savent faire "circuler" les éléments extraits dans leurs filaments (mycélium). L'ortie est aussi un extracteur. Certaines bactéries savent mobiliser d'autres éléments officiellement "insolubles"...
0 x

 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutions »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 105 invités