Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutionsLe Potager du Paresseux : le livre

Agriculture et sols. Pollution, contrôles, dépollution des sols, humus et nouvelles techniques agricoles.
Moindreffor
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2657
Inscription : 27/05/17, 22:20
Localisation : limite entre le Nord et l'Aisne
x 430

Re: Le Potager du Paresseux : le livre

Message non lupar Moindreffor » 11/06/19, 18:20

VetusLignum a écrit :
Did67 a écrit :Pour le reste, ce n'est pas un livre pour viser une "autonomie" - concept que je trouve régressif et un peu con (je m'en suis déjà expliqué déjà). Une mode en plus...

Si l’autonomie est "régressif et un peu con", alors pourquoi produire une partie de son alimentation ne l’est-il pas aussi, au moins "un peu" ?
Pourquoi ne pas tout acheter ? Ce serait encore moins fatigant.

Did67 a écrit :Le livre est beaucoup plus simple que ça et cela est précisé dans le sous-titre : c'est comment produire une partie de ses légumes dans son potager (pour 36 raisons que je survole en début de livre), sans pesticides (car ils sont nocifs - pour le consommateur MAIS SURTOUT pour le système et l'environnement, même quand ils sont "bio" et car ils coûtent), sans engrais (car ils ne sont pas durables et ont aussi des effets négatifs), et sans (trop de) travail (car c'est fatiguant, car je suis diminué et ne PEUT plus le fournir et car, à la réflexion, il est surtout nuisible). Sans buttes, car je n'en vois vraiment pas l'intérêt (dans la grande majorité des situations).

OK, donc, il y a quand même, plus ou moins implicitement, des objectifs :
- Améliorer sa santé en mangeant plus sainement
- Protéger l’environnement, et donc moins polluer
- Réduire le coût de la production de l’alimentation (y-compris le travail)
- Vivre de manière plus durable

Maintenant, si on est d’accord sur le fait que ce sont vos objectifs, une question qu’on pourrait se poser est : avez-vous réellement trouvé le meilleur compromis pour les atteindre ?
Par exemple :
- On a vu que vous recyclez vos épluchures : mais pourquoi ne pas aussi recycler les autres déchets que sont les urines et les selles (oui, je sais, c’est tabou, mais quand même, quel gaspillage !)?
- Pourquoi ne pas chercher à supprimer la dépendance au foin, afin de produire plus sur moins de terrain, et ainsi, gagner en efficacité et en durabilité ?
- Pourquoi, dans le même ordre d’idée, ne pas chercher à utiliser des déchets végétaux issus de la tonte de haie (en faisant pousser une haie autour du jardin)?
- Pourquoi produire des légumes pour mieux se nourrir, et ne pas chercher à produire des herbes médicinales pour améliorer sa santé ? Des fruits ? des champignons ? Des volailles (pour la viande et les œufs) ? Du bois de chauffage ?
- Pourquoi ne pas produire vos propre graines, afin d’optimiser l’adaptation des plantes que vous cultivez à votre biotope ?
- Et puis aussi, creuser davantage la manière dont on peut améliorer la fertilité du sol, par les "engrais verts" (mais vous avez déjà dit que vous y travailliez)

ce fil est long et fertile, je pense qu'en le lisant tu aurais les réponses à toutes tes questions, nous les avons déjà traitées en grande partie, mais Didier te fera sûrement une fiche de rappels
0 x
"Ceux qui ont les plus grandes oreilles ne sont pas ceux qui entendent le mieux"
(de Moi)

Moindreffor
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2657
Inscription : 27/05/17, 22:20
Localisation : limite entre le Nord et l'Aisne
x 430

Re: Le Potager du Paresseux : le livre

Message non lupar Moindreffor » 11/06/19, 18:23

sinon je pense que tu vas chercher un peu trop loin, l'idée de départ c'était de pouvoir de nouveau faire un potager en étant grandement diminué physiquement, tout ce dont tu parles c'est un peu du collatéral mais pas dans l'objectif initial, à part le côté "plus que bio", car tant qu'à jardiner autant le faire de façon "propre" quand on le peut
Dernière édition par Moindreffor le 11/06/19, 18:42, édité 1 fois.
0 x
"Ceux qui ont les plus grandes oreilles ne sont pas ceux qui entendent le mieux"
(de Moi)
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 15375
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 5713

Re: Le Potager du Paresseux : le livre

Message non lupar Did67 » 11/06/19, 18:40

Tu es très sympa, mais si tu te donnais la peine de lire avant de déverser ta littérature, tu verrais que 80 % de ces points sont abordés ou évoqués ici sur éconologie - certes, dans le désordre...

Je vais me dispenser de ré-écrire ce que j'ai pris la peine d'écrire une fois.

Maintenant, je n'ai rien contre le fait de déverser... Je te suggère de créer ton fil. Car c'est juste qu'ici, on parle du livre. Qui est tel qu'il est. Ce n'est clairement pas un livre sur une "forme" ou une autre de permaculture. Si tu le regrettes, c'est ton droit.

C'est juste mon choix ! Comme l'est celui de ne plus avoir d'animaux car je suis souvent absent de mon domicile. Cet hiver, je vais "disparaître" pendant peut-être deux mois... Etc...

Au fait, l'es-tu, autonome ??? Pour toutes tes calories ??? Céréales, quinoa, riz et que sais-je ? Pain et pâtes ?
1 x
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 15375
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 5713

Re: Le Potager du Paresseux : le livre

Message non lupar Did67 » 11/06/19, 18:55

Juste peut-être une donnée qui t'a échappée : j'ai 66 ans et des séquelles irréversibles d'un infarctus, avec un ventricule gauche ayant une CEVG de 45 % (Capacité d'Expulsion du Ventricule Gauche). Peut-être moins aujourd'hui - cela date ! Je souffre du froid en hiver (doigts et doigts de pieds), et il fait froid chez nous.

Je touche une retraite de 1 500 euros nets avant impôts.

Donc oui, je me paye certains luxes : j'ai une chaudière automatique à granulés de bois, ce qui me permet, au prix de devoir acheter mes granulés, de combiner une énergie confortable car pilotée, presque neutre en CO², sans déchets radioactifs, et avec des émissions polluantes inférieures aux chaudières à fuel (t'es-tu penché sur la pollution des "poêles" à bois, notamment au niveau des émissions de particules et de composés organiques volatils ???? certaines villes les interdisent) ; je n'ai de toute façon plus la force de faire mes buches...

Oui, je suis plus proche des 20 millions de foyers qui habitent un lotissement (même si ce n'est pas mon cas, le type d'habitat que j'occupe l'est) que des quelques milliers, dizaines de milliers de personnes occupant une maison auto-construite.
0 x
sicetaitsimple
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2625
Inscription : 31/10/16, 18:51
Localisation : Basse Normandie
x 394

Re: Le Potager du Paresseux : le livre

Message non lupar sicetaitsimple » 11/06/19, 19:06

VetusLignum a écrit :Finalement, lorsque je réfléchis sur ces questions hors-sujet lors de l'émission de C8, je me dis que l’une des faiblesses du livre est peut-être : quel est le sujet ?


Alors là c'est renversant, comme résultat de cette réflexion! J'en suis scié tellement c'est percutant!

PS pour Didier: j'ai quand même une question qui me turlupine depuis un moment: pourquoi tu ne fais pas de buttes????? Euh, pas la peine de me répondre....pas plus qu'à d'autres.
0 x

Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 15375
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 5713

Re: Le Potager du Paresseux : le livre

Message non lupar Did67 » 11/06/19, 19:28

Moindreffor a écrit :sinon je pense que tu vas chercher un peu trop loin, l'idée de départ c'était de pouvoir de nouveau faire un potager en étant grandement diminué physiquement, ....


A la réflexion, il faudrait ajouter : "le tout dans un mode de vie assez banal"... Rien d'enthousiasmant pour des jeunes en recherche de solutions plus alternatives, plus radicales, plus "into the wild" ou "ruptures de modèles".

Ma cible, clairement, ce ne sont pas les permaculteurs - d'ailleurs, il y a au moins 100 livres, pourquoi en écrire un de plus ? pour gaspiller du papier ?

Ce sont des les gens qui vivent pépère dans leur maison. Des gens qui à l’approche de la retraite ont envie de jardinier "cool", de produire de bons légumes avec un minimum d'efforts. Pour eux. Pour leurs enfants. Ce qui ne les empêchent pas de s'interroger à savoir comment produire une partie de leurs légumes de façon plus "bio"... Mes visiteurs viennent en voiture. Je n'ai encore vu personne garer son char à bœufs ou attacher son cheval [j'ai tout de même eu deux ou trois jeunes venus en vélo depuis la gare qui est à 7 km].

Donc oui, la question du "domaine de définition" ou de la "limite de validité" peut être posée... Ma réponse : ceux que cela intéresse ! Je regrette de ne pas avoir dit, lors de l'émission, que cela pouvait se lire sans s'ennuyer, même sur un balcon !
0 x
VetusLignum
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 279
Inscription : 27/11/18, 23:38
x 18

Re: Le Potager du Paresseux : le livre

Message non lupar VetusLignum » 11/06/19, 23:09

Did67 a écrit :Tu es très sympa, mais si tu te donnais la peine de lire avant de déverser ta littérature[...]

Au fait, l'es-tu, autonome ??? Pour toutes tes calories ??? Céréales, quinoa, riz et que sais-je ? Pain et pâtes ?


Je regrette vraiment que vous ayez pris mes questions pour des reproches, car ce n’était pas le cas. Il ne s'agissait que d'invitations à réfléchir sur votre positionnement.

A l’époque où vous avez grandi, cultiver un jardin potager était ce qu'il y avait de plus banal, mais aujourd'hui, ce n'est plus le cas, et je pense que si autant de jeunes s’intéressent à cette activité, c'est pour d'autres raisons. La première question de l'animatrice de C8 était d'ailleurs précisément là-dessus, d’où la pertinence d'y réfléchir plus en profondeur.

Did67 a écrit :Ce n'est clairement pas un livre sur une "forme" ou une autre de permaculture. Si tu le regrettes, c'est ton droit.

Ma cible, clairement, ce ne sont pas les permaculteurs.

Ce sont des les gens qui vivent pépère dans leur maison. Des gens qui à l’approche de la retraite ont envie de jardinier "cool", de produire de bons légumes avec un minimum d'efforts. Pour eux. Pour leurs enfants. Ce qui ne les empêchent pas de s'interroger à savoir comment produire une partie de leurs légumes de façon plus "bio"


Justement, lorsque vous vous préoccupez de la nocivité pour l'environnement des traitements, ou du fait que la culture fondée sur les engrais n'est pas durable, vous êtes dans une démarche de recherche d'un mode de vie durable, et donc, vous êtes, peut-être sans le savoir, ou sans le vouloir, dans une démarche de "permaculture". Et ceci d’autant plus lorsque vous insistez sur le fait qu'il est possible de produire sans lutter contre la nature, et en coopérant avec elle.

D'ailleurs, vous avez déjà fait des conférences devant un public de "permaculteurs", avec beaucoup de succès.

Donc, oui, au départ, le but était sans doute juste de jardiner "pépère", en étant diminué physiquement. Mais votre message est plus puissant que vous le pensez peut-être, et il touche d'autres publics que ce qui était prévu au départ, en je pense que vous devriez vous en réjouir.
0 x
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 15375
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 5713

Re: Le Potager du Paresseux : le livre

Message non lupar Did67 » 12/06/19, 06:41

VetusLignum a écrit :
Je regrette vraiment que vous ayez pris mes questions pour des reproches, car ce n’était pas le cas. Il ne s'agissait que d'invitations à réfléchir sur votre positionnement...


Je veux bien. Mais à l'heure qu'il est, le livre est publié, avec un positionnement qui est ce qu'il est, celui que j'ai adopté. Dès lors, le questionnement vient trop tard.

Encore une fois, j'accepte qu'on puisse ne pas être d'accord. Avec ce que je dis. Ce que j'écris. Cela me parait même salutaire. J'invite les gens à "ne pas me croire" (dans mes confs, dans le livre)...

J'ai simplement dit que ces questions, à 80 %, j'y ai répondu. Cela veut dire que j'y ai réfléchi. Et dès lors, sous-entendre que je ne l'ai pas fait, que j'aurais dû le faire, dès lors "m'inviter" à le faire, si c'est plus poli, reste une critique. Que j'accepte.

Je dis juste : lire ce que j'ai déjà écrit à ce sujet.

Et prendre en compte quelques éléments de ma situation personnelle.
0 x
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 15375
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 5713

Re: Le Potager du Paresseux : le livre

Message non lupar Did67 » 12/06/19, 06:53

VetusLignum a écrit :
Justement, lorsque vous vous préoccupez de la nocivité pour l'environnement des traitements, ou du fait que la culture fondée sur les engrais n'est pas durable, vous êtes dans une démarche de recherche d'un mode de vie durable, et donc, vous êtes, peut-être sans le savoir, ou sans le vouloir, dans une démarche de "permaculture". Et ceci d’autant plus lorsque vous insistez sur le fait qu'il est possible de produire sans lutter contre la nature, et en coopérant avec elle.

D'ailleurs, vous avez déjà fait des conférences devant un public de "permaculteurs", avec beaucoup de succès.

Donc, oui, au départ, le but était sans doute juste de jardiner "pépère", en étant diminué physiquement. Mais votre message est plus puissant que vous le pensez peut-être, et il touche d'autres publics que ce qui était prévu au départ, en je pense que vous devriez vous en réjouir.


Oui, je suis peut-être plus "permaculteur" que certains qui se revendique de ce terme. Sur certains points.

Je le suis moins, sur d'autres : habitat, transport (je prends l'avion, pas tous les jours, mais occasionnellement, j'ai une voiture - au GPL certes, elle émet un peu moins de particules, mais fonctionne à l'énergie fossile), médecine (je prends 4 médicaments allopathiques tous les jours), consommation (je vais régulièrement au supermarché)...

J'évite de surfer sur cette vague, cette "mode", car malheureusement, à 80 ou 90 %, c'est cela...

Pour mes confs aux Rencontres Nationales : je vais partout où on m'invite, y compris là où je pense que le public pourrait être hostile. "J'égratigne" partout où on m'invite, au risque de polémiques... J'étais à l'assemblée générale des Jardins Ouvriers de Sélestat, où c'est plutôt les jardins "propres et nickel" qui dominent. J'ai simplement demandé au président qui m'invitait de me garantir de pouvoir m'exprimer... J'ai fait une conf à l'Association des Composteurs de Strasbourg, pour leur expliquer pourquoi je trouvais que composter est souvent une mauvaise idée (pas nécessairement en ville). J'interviens dans des Lycées Agricoles (Obernai, Colmar, Bourg les Valence)... Je suis intervenu devant la SNHF (Société Nationale d'Horticulture de France), une "vieille dame" ! Cela ne veut pas dire que j'adhère. Cela veut dire que j'essaye d'ouvrir des perspectives, ou au moins de susciter des interrogations !

Cela est souvent une surprise : mais je me fais applaudir presque partout ! C'est dire si je suis "œcuménique" !
0 x
VetusLignum
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 279
Inscription : 27/11/18, 23:38
x 18

Re: Le Potager du Paresseux : le livre

Message non lupar VetusLignum » 12/06/19, 11:13

Did67 a écrit :
VetusLignum a écrit :
Justement, lorsque vous vous préoccupez de la nocivité pour l'environnement des traitements, ou du fait que la culture fondée sur les engrais n'est pas durable, vous êtes dans une démarche de recherche d'un mode de vie durable, et donc, vous êtes, peut-être sans le savoir, ou sans le vouloir, dans une démarche de "permaculture". Et ceci d’autant plus lorsque vous insistez sur le fait qu'il est possible de produire sans lutter contre la nature, et en coopérant avec elle.

D'ailleurs, vous avez déjà fait des conférences devant un public de "permaculteurs", avec beaucoup de succès.

Donc, oui, au départ, le but était sans doute juste de jardiner "pépère", en étant diminué physiquement. Mais votre message est plus puissant que vous le pensez peut-être, et il touche d'autres publics que ce qui était prévu au départ, en je pense que vous devriez vous en réjouir.


Oui, je suis peut-être plus "permaculteur" que certains qui se revendique de ce terme. Sur certains points.

Je le suis moins, sur d'autres : habitat, transport (je prends l'avion, pas tous les jours, mais occasionnellement, j'ai une voiture - au GPL certes, elle émet un peu moins de particules, mais fonctionne à l'énergie fossile), médecine (je prends 4 médicaments allopathiques tous les jours), consommation (je vais régulièrement au supermarché)...

J'évite de surfer sur cette vague, cette "mode", car malheureusement, à 80 ou 90 %, c'est cela...



La principale question sur laquelle j’aimerais que vous partagiez votre réflexion, c’est : pourquoi cet engouement pour le jardinage, ce désir de faire pousser des plantes comestibles, même sur son balcon en ville ?
S’agit-il juste d’une mode, ou y a-t-il quelque chose de plus profond ?

Concernant la "permaculture", le problème est toujours un peu le même, c’est la définition du concept.
En voici une :
"La permaculture est une démarche de conception éthique visant à construire des habitats humains durables en imitant le fonctionnement de la nature."
https://www.permaculturedesign.fr/defin ... e-durable/


Pour moi, ici, le mot le plus important est "durable", les autres idées, "éthique" "imiter la nature", en découlant.

Les choses étant définies ainsi, on voit bien qu’il n’y a aucune raison pour que la permaculture soit une mode passagère, l’idée de démarche indique aussi qu’il s’agit d’un cheminement, et qu’il y a des degrés.

On associe souvent la permaculture à une recherche de l’autonomie individuelle, la vie en forêt, ou autres ; pourtant, on comprend bien qu’un modèle de société durable ne peut fonctionner de cette façon, et qu’il y aura nécessairement des interactions et des interdépendances. Cela dit, c’est intéressant à titre d’exercice, afin de mieux comprendre comme fonctionne la nature, comment y trouver notre place, et comment, à titre individuel dans un premier temps, se passer des inputs non durables.
0 x


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutions »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités