Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutionsLe Potager du Paresseux : le livre

Agriculture et sols. Pollution, contrôles, dépollution des sols, humus et nouvelles techniques agricoles.
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 17967
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 7869

Re: Le Potager du Paresseux : le livre

Message non lupar Did67 » 23/07/20, 17:22

Je crois qu'on peut essayer d'être objectif avec soi-même. Les gens, lors de la conférence, ont apprécié l'angle d'attaque, tout neuf. Et surement l'énergie. La sincérité.

Mais c'était beaucoup trop chargé. Comme tu le dis.

De ce jour-là, je garde en mémoire cette dame un peu âgée, qui a attendu à la fin pour me serrer la main et me dire à peu près ceci, qui m'a marqué : "Je n'ai pas tout compris, mais je ne voulais pas partir sans vous dire merci !", en me secouant la main.

J'ai la même chose à apprendre, question radio / télé...
1 x

Avatar de l’utilisateur
Adrien (ex-nico239)
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6925
Inscription : 31/05/17, 15:43
Localisation : 04
x 1253

Re: Le Potager du Paresseux : le livre

Message non lupar Adrien (ex-nico239) » 24/07/20, 01:03

Did67 a écrit :Merci beaucoup. J'ai échangé aussi avec mon éditrice.

Lorsque j'ai posté, après audition, j'avais juste un sentiment confus de "c'était pas top" (sans être catastrophé).

Oui, j'ai "appris" le mode conférence. La première conférence n'était pas bonne non plus (hein steph72 ? si tu passes par là). Je me suis amélioré...

Alors il faut que j'apprenne le mode "radio" (ou "télé"). Avec, en effet, des affirmations simples, sans justifier. Cela m'est tellement contra-naturel ! Et le renvoi - implicite, dans ma tête - vers le livre (car répéter "je développe ça dans mon livre" est contre-productif : cela fait le bonimenteur qui veut vendre sa camelote).

Vos conseils (bienveillants) me seront précieux.

Là, évidemment, cela est accentué par le fait d'être "confronté" à un journaliste chevronné. Et en plus, il m'a coupé l'herbe sous le pied (l'a-t-il fait exprès ? ou y a-t-il convergence d'idées ? il faut que je feuillette son livre pour le savoir...) en utilisant mes thèmes favoris : analyse du sol, paresse, transat, eau... Je fais l'hypothèse sans preuves qu'il avait feuilleté mon second livre...[pour info, First, qui l'édite, fait partie du même groupe que Tana : Editis]

Ce qui ne se voit pas, c'est que nous étions "pilotés" par la journaliste qui clairement, ne voulait qu'une réponse et pas du tout un débat contradictoire. La seule fois où j'ai surenchérit sur Collignon (à propos de l'impact qu'a eu Covid), j'ai dû agiter ma main pendant quelques temps et j'ai senti que cela n'était pas souhaité !


Faut juste se dire que dans ce type d'exercice faut changer de logiciel.
Et j'aurais même envie de dire s'entraîner, comme un sportif, à modifier son schéma de réponse.
Tu parles tu passes du marathon au 110m haies : j'aurais envie de dire que ce ne sont pas du tout les mêmes respirations.

Cela peut faire sourire mais à l'inverse le roi des réparties de plateaux TV sera incapable d'amener à comprendre une idée ou un raisonnement en 5 ou 6mn (ce qui pour lui est une éternité) devant un public attentif.

La prochaine fois tu dis à ta femme de te poser une série de 10 questions dont tu dois synthétiser les réponses en moins de 30 secondes CHRONO .

Soit, par exemple, la moitié de ta première réponse sur laquelle elle acquièsce de façon sonore toutes les 20 secondes environ.

De toutes façons ne rêve pas elle ne te laisse pas parler plus d'une minute... et pour Colignon c'est à peu près pareil.

En gros dis toi que les journalistes ont en règle générale «ordre» de ne pas laisser parler leurs intervenants plus d'une minute sans reprendre la parole.
Et cela peut descendre bien plus bas dans d'autres émissions.
De toutes façons on peut tourner 100 fois autour du pot l'invité n'est pas le maître du temps.
Donc autant jouer le jeu et contrairement à ce qu'on croit ce n'est pas du tout un exercice superficiel bien au contraire si on le prend par le bon bout.

Il ne faut pas croire que dans CE contexte parler 30 secondes te fera moins communiquer
Au contraire le journaliste aura normalement plus tendance à te relancer toi s'il voit que tu es concis que s'il sait que tu vas tartiner.
En gros il faut être ce que l'on appelle un «bon client».
Et si en plus tu es drôle tu as gagné le pompon.

À revoir le film Ridicule de Patrice Leconte qui, transposé dans une autre époque, n'est que l'illustration de la nôtre.
0 x
Avatar de l’utilisateur
Obamot
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 12097
Inscription : 22/08/09, 22:38
Localisation : regio genevesis
x 361

Re: Le Potager du Paresseux : le livre

Message non lupar Obamot » 24/07/20, 02:45

Ce sujet me passionne!
Théoriquement y’a des bonnes idées Adrien. Mais j’ai regardé ta chaîne et t’as une aisance naturelle pas donnée à tout le monde.
Pratiquement c’est difficile de faire ça “tout en restant soi-même”. Tu suggères une forme de ré-apprentissage... qui serait rendu disponible au moment “T” de l’émission de radio / TV...!
Je pense que si on a une grande maîtrise du sujet, il ne faut pas trop préparer, je veux dire “une préparation aussi concrète”.
On peut tout aussi bien se planter. Il y a télescopage de différents types de “mémoires”.

Pourquoi, parce qu’ã titre de réflexe, on fait à tous les coups appel ã sa mémoire mnésique d’abord, en radio/TV dans ce type de situation, ce qui donne le sentiment d’une “expression libre”. Si c’est très/trop préparé, ça fait appel à un autre type de mémoire, et ça se télescope dans l’expression des idées, juste au moment où l’on doit y ressortir, et ça se sent et s’entend à l’antenne. Faire ça en gardant de la spontanéité constitue l’obstacle même. Puisque dans ce type d’émission il s’agit de faire passer un enseignement. Dès lors, le recours ã la mémoire mnésique est prédominant. C’est ça qui rend la chose difficile lorsque l’on se prépare (et je ne dis pas que c’est impossible... mais alors la préparation doit être très courte, de type: “supervision rapide” pour avoir certaines choses toujours disponibles à l’esprit, pas plus...)

En revanche, ton idée serait excellente en trouvant “une méthode” stimulant cette mémoire mnésique durant la préparation telle que tu l’envisages, et pour que ce soit disponible via cette mémoire ensuite. C’est un truc à imaginer, de “discipliner” celle-ci. Ça me rappelle les travaux du grand pédagogue Jean Piaget sur l’épistémologie constructiviste, il cherchait ã comprendre certains rouages de la pensée et de l’expression.

Si ça peut donner des idées dans ce sens — je rappelle que le but de l’exercice est de “rester à l’aise”, voici comment Jean Piaget concevait ”la phase d’apprentissage” (il y a sans doute ici quelques clefs ã considérer pour stimuler la mémoire mnésique)

68FC4832-A985-4147-96B7-BFD5B333F3C5.jpeg
68FC4832-A985-4147-96B7-BFD5B333F3C5.jpeg (277.2 Kio) Consulté 275 fois
0 x
« le sommeil de la raison engendre des monstres » (Goya). «L'important n'est point le chemin vers le bonheur, l'important c'est le chemin »Lao Tseu
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 17967
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 7869

Re: Le Potager du Paresseux : le livre

Message non lupar Did67 » 24/07/20, 09:08

Did67 a écrit :
De ce jour-là, je garde en mémoire cette dame un peu âgée, qui a attendu à la fin pour me serrer la main et me dire à peu près ceci, qui m'a marqué : "Je n'ai pas tout compris, mais je ne voulais pas partir sans vous dire merci !", en me secouant la main.



L'intégrité de ce qu'elle m'a dit m'est revenu après :

"Je n'ai pas tout compris, mais c'était très bien ! Je ne voulais pas partir sans vous dire merci !"...

Ce qui est fort dans le propos : il y avait eu une "communication" au-delà de l'argumentation. Sans tout comprendre, elle avait retenu que c'était bien...

Il faut donc que je désapprenne à vouloir faire tout comprendre ! Ça, c'est le "temps long" - la lecture, la pratique...
1 x
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 17967
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 7869

Re: Le Potager du Paresseux : le livre

Message non lupar Did67 » 24/07/20, 09:13

Adrien (ex-nico239) a écrit :
Faut juste se dire que dans ce type d'exercice faut changer de logiciel.
Et j'aurais même envie de dire s'entraîner, comme un sportif, à modifier son schéma de réponse.
Tu parles tu passes du marathon au 110m haies : j'aurais envie de dire que ce ne sont pas du tout les mêmes respirations.

Cela peut faire sourire mais à l'inverse le roi des réparties de plateaux TV sera incapable d'amener à comprendre une idée ou un raisonnement en 5 ou 6mn (ce qui pour lui est une éternité) devant un public attentif.

La prochaine fois tu dis à ta femme de te poser une série de 10 questions dont tu dois synthétiser les réponses en moins de 30 secondes CHRONO .

Soit, par exemple, la moitié de ta première réponse sur laquelle elle acquièsce de façon sonore toutes les 20 secondes environ.

De toutes façons ne rêve pas elle ne te laisse pas parler plus d'une minute... et pour Colignon c'est à peu près pareil.

En gros dis toi que les journalistes ont en règle générale «ordre» de ne pas laisser parler leurs intervenants plus d'une minute sans reprendre la parole.
Et cela peut descendre bien plus bas dans d'autres émissions.
De toutes façons on peut tourner 100 fois autour du pot l'invité n'est pas le maître du temps.
Donc autant jouer le jeu et contrairement à ce qu'on croit ce n'est pas du tout un exercice superficiel bien au contraire si on le prend par le bon bout.

Il ne faut pas croire que dans CE contexte parler 30 secondes te fera moins communiquer
Au contraire le journaliste aura normalement plus tendance à te relancer toi s'il voit que tu es concis que s'il sait que tu vas tartiner.
En gros il faut être ce que l'on appelle un «bon client».
Et si en plus tu es drôle tu as gagné le pompon.

À revoir le film Ridicule de Patrice Leconte qui, transposé dans une autre époque, n'est que l'illustration de la nôtre.


J'ai déjà commencé tout seul. Tout en "travaillant" dans mon potager - telle question, qu'est-ce que je peux répondre brièvement. Et qui claque !

Je m'entraine notamment à en dire assez pour mettre l'eau à la bouche et à m'arrêter, là où naturellement, j'ai tendance à continuer et puis ça encore et puis ça et ça... Qu'il y ait relance, et c'est mieux : cela fait le gars qui assure, qui maîtrise son sujet (car l'auditeur a l'impression que le journaliste à essayer de me "coller"). Et s'il n'y a pas relance, c'est l'auditeur qui ira voir dans le livre...
0 x

Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 17967
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 7869

Re: Le Potager du Paresseux : le livre

Message non lupar Did67 » 24/07/20, 09:24

Obamot a écrit :
Pourquoi, parce qu’ã titre de réflexe, on fait à tous les coups appel ã sa mémoire mnésique d’abord, en radio/TV dans ce type de situation, ce qui donne le sentiment d’une “expression libre”. Si c’est très/trop préparé, ça fait appel à un autre type de mémoire, et ça se télescope dans l’expression des idées, juste au moment où l’on doit y ressortir, et ça se sent et s’entend à l’antenne. Faire ça en gardant de la spontanéité constitue l’obstacle même. Puisque dans ce type d’émission il s’agit de faire passer un enseignement. Dès lors, le recours ã la mémoire mnésique est prédominant. C’est ça qui rend la chose difficile lorsque l’on se prépare (et je ne dis pas que c’est impossible... mais alors la préparation doit être très courte, de type: “supervision rapide” pour avoir certaines choses toujours disponibles à l’esprit, pas plus...)

En revanche, ton idée serait excellente en trouvant “une méthode” stimulant cette mémoire mnésique durant la préparation telle que tu l’envisages, et pour que ce soit disponible via cette mémoire ensuite. C’est un truc à imaginer, de “discipliner” celle-ci. Ça me rappelle les travaux du grand pédagogue Jean Piaget sur l’épistémologie constructiviste, il cherchait ã comprendre certains rouages de la pensée et de l’expression.



Pour avoir vécu deux ou trois fois la situation d'être interviewée sans briefing préalable, on se "prépare" d'abord pour se rassurer ! Evidemment, les questions ne seront que rarement, ou jamais, celles qu'on avait envisagées.

Pour ce que je comprends de ce que me dit Adrien, c'est que :

a) je réfléchis instinctivement en mode "'analyse systémique" ["tout est dans tout !"] ; je pense que c'est la force de mes apports [ici, dans mes vidéos, dans mes livres...]. Ce qui me permet d'envisager des solutions qui ne soient pas juste des "trucs un peu idiots - puisque pas réfléchis en fonction des mécanismes en œuvre - de tous les mécanismes en œuvre devrais-je écrire]. Dès lors, tu peux me poser une question sur le cuivre et je suis tenté de répondre arrosage ! Par un cheminement qui est le suivant (en résumé ici) : cuivre - fongicide - effet négatif sur la mycorhization - moins bonne exploration du sol - moindre utilisation de la RU du sol - donc besoin d'arrosage...

J vais donc me noyer en essayons de résumer ça en 1 mn 30, tout en expliquant ce qu'est une RU, donc une RFU, des mycorhizes, les plantes mycorhizées... Etc... A la fin, je n'aurais rien dit de compréhensible que l'auditeur puisse retenir.

b) il faut que je retienne une idée simple de tout ça ! Pas évident pour moi - un travail !!!!

c) ou passer en mode "teasing", qui ne m'est pas naturel non plus : "Savez-vous qu'en sulfatant vous devrez arroser plus ?"... Et laisser le journaliste (et l'auditeur) venir sur mon terrain...
0 x
Avatar de l’utilisateur
Obamot
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 12097
Inscription : 22/08/09, 22:38
Localisation : regio genevesis
x 361

Re: Le Potager du Paresseux : le livre

Message non lupar Obamot » 24/07/20, 11:07

Ton point “C” c’est ce que je te disais dans mon avant-dernier post:

Obamot a écrit :
Avec l’expérience, l’interviewé peut aussi combler les lacunes de l’intervieweur, soit en corrigeant (aimablement) sa question, soit en faisant court pour enchaîner sur le thème omis (certains politiques sont habiles ã ce jeu...)


Faire mettre l’eau ã la bouche et t’arrêter, c’est pas mal non plus.

Je ne doute pas qu’Adrien ait cerné cette approche systémique. Mais c’est ça qui fait que ta (tes) mémoire/s se télescope/nt.

Je te suggère fortement d’aller (d’une manière ou d’une autre) dans le sens de ton point “C”, ça permet de te mettre à l’aise, en reprenant la main et en allant sur ton champ de connaissance “sans trop d’effort”. C’est excellent.

Lorsqu’il y a des télescopages, c’est lorsque l’on prépare trop, c’est typique, tu risques alors (au vu de ce que tu décris dans les points 1 et 2, de te mettre néanmoins dans la situation de ta réponse lorsque la journaliste t’a posé la question sur:
— “un sujet sur lequel tu aurais changer d’avis

T’as pas vraiment répondu, même si t’avais rien à préparer et tout à l’esprit là! Et pourtant t’as su rebondir de façon excellente.

Tu lui dis du tac au tac: “que tu changes tout le temps d’avis:!: :lol:
Ça c’est la “mémoire mnésique” qui a parlé, on ne peut rien y faire (et c’est ce que les gens aiment en radio quand les invités répondent: la spontanéité). D’ailleurs c’est l’un des rôles des bons journalistes, que de mettre les gens en condition pour qu’ils fassent appel à leur mémoire mnésique! Sinon on se place vite dans la situation de quelqu’un “qui ne sait pas quoi dire”.
Le meilleur truc c’est de ne rien préparer et de se lancer. En agissant selon ton “point C” ça te donne le plongeoir idéal pour te lancer.

Ça me semble une excellente méthode !

Autrement, selon l’un des schémas de Piaget, tu es dans “l'accommodation”, ça inhibe, ça t’obliges de ramer tu souffres pour expliquer, parce que tu dois faire un va et vient entre ta mémoire mnésique et ce que tu as mis en mémoire lors de ta “préparation” (c’est tout une gymnastique mentale) ...en te “répétant comme des mantras différents schémas de pensée”... pour tenter d’y avoir accès ensuite (alors que l’info est déjà “disponible” dans la mémoire mnésique). Je pense qu’Adrien a raison, dans le sens où ça fini par “rentrer” et la mémoire mnésique peut y faire appel, et si ça peut rassurer c’est bien, sans oublier qu’au final, ce sera la mémoire mnésique qui prendra le dessus! (Donc moi j’irais pas “labourer“ :mrgreen: relax, Max, j’irais droit au but: tu sais ce que tu sais...)

Comme disait Jean Gabin dans sa chanson: “Plus y cherchait, moins y savait:)
0 x
« le sommeil de la raison engendre des monstres » (Goya). «L'important n'est point le chemin vers le bonheur, l'important c'est le chemin »Lao Tseu
Moindreffor
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 4376
Inscription : 27/05/17, 22:20
Localisation : limite entre le Nord et l'Aisne
x 737

Re: Le Potager du Paresseux : le livre

Message non lupar Moindreffor » 24/07/20, 11:45

Did67 a écrit :c) ou passer en mode "teasing", qui ne m'est pas naturel non plus : "Savez-vous qu'en sulfatant vous devrez arroser plus ?"... Et laisser le journaliste (et l'auditeur) venir sur mon terrain...

quand tu es invité à ce genre d'émission, tu es en mode promo, il faut donner envie, l'envie d'acheter ton livre, tu n'es pas en conférence, il faut partir de là, Tana ne te trouve pas des émissions pour promouvoir tes idées, mais bien pour augmenter tes ventes, il faut donc séduire avant tout
à la télé, ton look sympa, le chapeau, à la radio l'anecdote rigolote, une aisance naturelle et quelques idées qui fusent

qui travaille à votre place? les vers de terre, ils creusent des galeries verticales, comme les dents de la grelinette...
il faut utiliser les mots que les gens ont envie d'entendre, grelinette est à la mode, on y va on l'utilise,
dès que tu parles de bactéries, de champignons... c'est déjà trop, les vers de terre et y a pleins d'autres organismes

pas la peine de parler de ton livre le journaliste est là pour ça, c'est son job, on est en mode promo, après chaque coupure musicale, on rappelle le nom des invités, et le pourquoi ils sont là, et donc le nom du livre

donc séduire, on ne t'invite pas pour parler concrètement du contenu du livre, mais pour donner envie de l'acheter, donc on doit entendre ou voir un auteur sympa, qui maîtrise son sujet en faisant des réponses courtes et en étant innovant il faut se démarquer et savoir être dans l'air du temps

ta réponse pour la dame et son petit bout de terrain mort était la réponse du conférencier Didier, qui explique comme redonner de la vie, la réponse de Colignon était celle de l'air du temps, on bricole un carré potager, par contre aller chercher des vers avec la moutarde là, c'était pas mal

dans les mots à la mode biodiversité, Colignon a parlé d'hôtel à insectes il me semble, derrière tu balances nichoirs, le problème de l'eau le couvert permet d'arroser moins, ok, mais récupérateur d'eau peut être placé

planté des fleurs au potager, attirer les pollinisateurs, quand la youtubeuse dit de commencer petit, Colignon fait l'analogie avec l'aquarium (c'est une autre façon de faire rentrer la vie dans les foyer), derrière, oui mais tout le monde n'a pas de potager, on peut cultiver un balcon pour débuter... Colignon est habitué, il sait marquer des points, à toi d'en faire autant

donc pour moi, il faut placer des mots clefs et lancer des idées inutiles de les développer, il faut être dans l'état d'esprit de celui qui vante une pâtisserie, personne n'a envie de connaître la liste complète des ingrédients, mais plutôt les parfums les odeurs, les couleurs tout en sachant qu'ils ne les sent pas et ou qu'ils ne les voient pas...
0 x
"Ceux qui ont les plus grandes oreilles ne sont pas ceux qui entendent le mieux"
(de Moi)
Avatar de l’utilisateur
Obamot
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 12097
Inscription : 22/08/09, 22:38
Localisation : regio genevesis
x 361

Re: Le Potager du Paresseux : le livre

Message non lupar Obamot » 24/07/20, 11:56

D’abord c’était pas la question et je m’insurge complètement contre ça. Quand il y a de la promo, ça rase et les gens zappent.

Ce que les gens veulent, c’est de l’authenticité! C’EST ÇA L’AIR DU TEMPS (pas le style ampoulé/calculé, je vois ça comme ça)

...et d’ailleurs Didier est tellement authentique que je le vois mal devenir homme sandwich. :cheesy:
0 x
« le sommeil de la raison engendre des monstres » (Goya). «L'important n'est point le chemin vers le bonheur, l'important c'est le chemin »Lao Tseu
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 17967
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 7869

Re: Le Potager du Paresseux : le livre

Message non lupar Did67 » 24/07/20, 12:20

Moindreffor a raison sur le fait que je suis dans cette émission, ce jour-là, parce que la chargée de comm de Tana m'a placée. Et elle est payée par Tana pour ça. Le but, ne tournons pas autour du pot, c'est du "marketing".

J'accepte cela, pour plusieurs raisons :

a) comme je suis sur Youtube sachant comment fonctionne cette entreprise, comment elle planque ses bénéfices astronomiques dans des paradis fiscaux, j'accepte les médias trouvé par Tana.

L'argument contre ma réticence initiale, c'est quelqu'un qui me l'a donné par "mp" : si je veux qu'un maximum de gens puissent "bénéficier" des graines que je sème, dans un temps court, je suis obligé de passer par là : Youtube, livre édité de façon conventionnelle, promos, "cirque médiatique", je joue le jeu !

b) Tana a investi dans la sortie du livre - j'ai eu un "à valoir" (payé en avance, avec la somme acquise si le livre ne se vend pas). La mise en forme, cela coûte. Imprimer 5 ou 9 000 exemplaires avant qu'ils ne soient vendus, c'est un investissement.

Il y a donc une forme de reconnaissance de ma part à ce petit éditeur, d'avoir osé. Et de m'accompagner dans ma volonté de faire connaître ma vision du jardinage...

Mais ensuite sur le plateau, et je suis raccord là-dessus avec la directrice de Tana, mon authenticité est mon meilleur argument. Elle m’encourage donc dans ce sens...

Comme vous !
0 x


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutions »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 14 invités