Retour Faire défiler Stop Mode automatique

Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutionsLe Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Agriculture et sols. Pollution, contrôles, dépollution des sols, humus et nouvelles techniques agricoles.
Avatar de l’utilisateur
Julienmos
J'ai posté 500 messages!
J'ai posté 500 messages!
Messages : 572
Inscription : 02/07/16, 22:18
Localisation : l'eau reine
x 140

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Julienmos » 07/12/17, 12:16

Did67 a écrit :Dans l'hypothèse où la question est sérieuse, je réponds.


non, je t'assure que c'est le genre de questions qui me passent par la tête... et comme je suis paresseux non seulement manuellement au potager, mais également intellectuellement, et de surcroît sachant qu'on a ici quelqu'un qui ne rechigne jamais à répondre, et de façon toujours très approfondie, on se laisse aller à la facilité de poser des questions, bien que parfois un peu de réflexion ou de recherche préalable permettrait de trouver soi-même des éléments de réponse... bref.

Concernant le fumier, c'est certainement vrai que dans les grands espaces de cultures intensives, cela manque... par contre dans mon secteur je n'ai pas cette impression, il y a par ci par là d'immenses tas de fumier dans la cambrousse, qui se trouvent là souvent depuis des années, je suppose donc que ces paysans là n'en ont pas un besoin urgent.
1 x

Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 11384
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 3425

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Did67 » 07/12/17, 12:34

Cette impression est parfaitement trompeuse !

Je reviendrai dessus. Je finis de fixer un robinet et j'ai coupé l'eau !
0 x
Avatar de l’utilisateur
stylo67
J'apprends l'éconologie
J'apprends l'éconologie
Messages : 11
Inscription : 19/05/17, 08:48
Localisation : alsace franche comté
x 4

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar stylo67 » 07/12/17, 13:50

Did67 a écrit :Ah, il faut que je me procure cet article... Je ne suis pas abonné à ce quotidien.


si vous le désirez je peux vous l'envoyer en MP je suis abonné ----> voilà c'est fait
0 x
Moindreffor
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 484
Inscription : 27/05/17, 22:20
x 152

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Moindreffor » 07/12/17, 14:25

Did67 a écrit :
Julienmos a écrit :Pourtant ils reçoivent beaucoup d'engrais, souvent organiques (fumier, lisier) ce qui favorise les bactéries, dont la population explose.


Du coup, avec ces histoires de rigoler un peu, je ne sais pas si tu es sérieux ou si tu te moques de moi ???

Dans l'hypothèse où la question est sérieuse, je réponds.

Les sols agricoles reçoivent peu, trop peu de substances organiques encore fraiches ou semi-décomposées (fumiers, composts) ; le niveau de matière organique des sols exploités en grande culture à environ "fondu" de moitié en 50 ans : la minéralisation des substances humiques est alors bien plus importantes que les apports de substances pouvant contribuer à l'humification - substances à base de fibres, cellulose ou lignine. On est en train de "cramer" les "vieilles graisses" (les glus) laissées par nos grand-parents.

Le lisier ne contribue quasiment pas à l'humification. C'est une sorte d'engrais organique, qui va surtout se minéraliser.

Les quantités de fumier se font rares. On passe de plus en plus souvent par le lisier, éventuellement la méthanisation, pour n'épandre qu'une "bouillie" qui n'est qu'un engrais organique. Celui-ci nourrit bien quelques bactéries bine spécifiques : des chimiotrophes, qui transforment urée en ammonium, puis ammonium en nitrates. Celles-là, évidemment, ne produisent pas de glus ! Comme l'a justement écrit le journaliste des DNA, un sol vivant est très compliqué. Les bactéries à glus sont celles qui s'attaquent à la matière organique fraiche (généralement appelées "cellulolytiques").


et surtout il faut voir les ravages de l'érosion, pour s'en rendre compte il suffit de regarder les socles en bétons de poteaux électriques au milieu des champs, il faut imaginer que lors de son implantation le béton était entièrement enfouit dans le sol, maintenant il n'est pas rare de voir ce béton dépasser d'une bonne quarantaine de centimètres voir plus à se demander comment le poteau tient encore

donc quand on parle de sol dégradé il faut aussi penser à cela, cette érosion peut se voir partout, si un sol reste nu en hivers la moindre pente fait qu'avec une bonne pluie une partie du sol par avec celle-ci, donc en plus de l'utilité en terme de MO, les engrais verts jouent un rôle de protection des sols contre l'érosion
1 x
"Ceux qui ont les plus grandes oreilles ne sont pas ceux qui entendent le mieux"
(de Moi)
Moindreffor
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 484
Inscription : 27/05/17, 22:20
x 152

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Moindreffor » 07/12/17, 14:39

Julienmos a écrit :
Did67 a écrit :Dans l'hypothèse où la question est sérieuse, je réponds.


non, je t'assure que c'est le genre de questions qui me passent par la tête... et comme je suis paresseux non seulement manuellement au potager, mais également intellectuellement, et de surcroît sachant qu'on a ici quelqu'un qui ne rechigne jamais à répondre, et de façon toujours très approfondie, on se laisse aller à la facilité de poser des questions, bien que parfois un peu de réflexion ou de recherche préalable permettrait de trouver soi-même des éléments de réponse... bref.

Concernant le fumier, c'est certainement vrai que dans les grands espaces de cultures intensives, cela manque... par contre dans mon secteur je n'ai pas cette impression, il y a par ci par là d'immenses tas de fumier dans la cambrousse, qui se trouvent là souvent depuis des années, je suppose donc que ces paysans là n'en ont pas un besoin urgent.


il faut aussi penser que l'énergie extraite du sol et transformée en graines ou en animal et que sous ces formes elle ne retourne pas à la terre où elles ont été produite, avant dans les grandes plaines l'animal mangeait l'herbe et mourait sur place, chez nous maintenant on extrait de la terre les ressources qui sont consommées plus loin et les déchets (ce qui devrait retourner à la terre) sont produits ailleurs

donc le cycle ne peut plus tourner, car une partie non négligeable de l'énergie en est extraite, d'où la dégradation des sols, les apports d'engrais chimiques ou naturelles peuvent compenser les besoins des plantes ce qui fait que les champs produisent toujours, mais le reste du vivant lui n'est plus nourrit, ou alors de façon très insuffisante

c'est par exemple la raison pour laquelle j'ai mis du faux BRF sur mon potager (ma terre de remblais) pour lui apporter de quoi refaire de l'humus, pour restructurer ce sol composé d'argiles extraites lors de la construction de ma maison, l'argile a été étalée sur le terrain pour en niveler la pente, c'est plus plat, mais ce n'est plus la prairie originelle, je suis en bordure de rivière donc en pente, vallée du à la rivière
1 x
"Ceux qui ont les plus grandes oreilles ne sont pas ceux qui entendent le mieux"
(de Moi)

Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 11384
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 3425

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Did67 » 07/12/17, 16:03

Moindreffor a écrit :il faut aussi penser que l'énergie extraite du sol et transformée en graines ou en animal et que sous ces formes elle ne retourne pas à la terre...


Quelques précisions : l'énergie n'est pas directement le problème. L'énergie du vivant est l'énergie solaire.

Cela l'est indirectement, dans la mesure où la manie des sols nus "prive" le sol vivant des apports de biomasse qui auraient été produits si on avait laissé un couvert vivant.

La question des cycles se pose surtout pour les éléments minéraux dits "telluriques" (ceux dont le cycle se passe dans le sol) : P, K, Mg, S, et tous les oligo-éléments...

La baisse du taux de matière organique des sols est la résultante de deux choses :

- exportations plus importantes de biomasses, jadis enfouies comme déchets, directement ou indirectement : fumier (part de foin non digéré + urines = Azote + paille), pailles

- sols maintenus nus = pas de photosynthèse par rapport à ce qu'il serait possible de faire si on laissait pousser les "mauvaises herbes" (pourtant bonnes) et/ou les engrais verts... Même si cette biomasse est trop "fraiche" pour beaucoup contribuer à l'humification, la minéralisation nourrit temporairement les organismes. Donc si on maintient une photosynthèse la pluspart du temps, cela maintient de la vie la plupart du temps ! Donc production de glus (l'erreur pouvant être de ne penser que "substances humiques", comme on ne pense que "N-P-K").

Les pertes par minéralisation de l'humus ne sont plus compensées par les apports par humification des parties fibreuses de cette biomasse.
1 x
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 11384
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 3425

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Did67 » 07/12/17, 16:08

stylo67 a écrit :
si vous le désirez je peux vous l'envoyer en MP je suis abonné ----> voilà c'est fait


Merci. C'est très résumé, mais sans erreur factuelle !
0 x
youskar
J'apprends l'éconologie
J'apprends l'éconologie
Messages : 42
Inscription : 11/12/16, 20:13
Localisation : paris-sud
x 4

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar youskar » 08/12/17, 11:53

Bonjour, j'ai une question qui concerne les nitrates qui se trouvent dans les tissus des plantes. Souvent en excès dans le type de culture sur couche chaude avec châssis, soit disant par le manque de lumière, le temps froid. En laissant plus de lumière entré dans le châssis, le processus de photosynthèse va augmenter, alors combien de temps faudra à la plante pour diminuer les nitrates, avant de pouvoir la consommation ?
0 x
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 11384
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 3425

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Did67 » 08/12/17, 14:46

Je pense que c'est plus généralement lorsque les conditions ne sont pas favorables à une forte croissance (manque de lumière, froid) que les végétaux absorbent des nitrates dont ils n'ont que trop faire : insuffisance de lumière, froid, font alors que les végétaux ne produisent pas assez de "biomasses". Et donc leur besoin d'azote est limité, besoin d'azote qu'ils satisfont essentiellement par les nitrates (pour les légumes). Donc en quelques sortes, les nitrates s'accumulent comme dans une "éponge"...

Beaucoup de légumes d'hiver sont, pour cette raison, "gavés" de nitrates : épinards, laitues d'hiver...

On peut donc s'autoriser à penser que cela s'inverse quand la croissance végétative redevient suffisante... Bref, que la plante fabrique des protéines : enzymes, protéines de structure, ADN / ARN et quelques autres molécules azotées...
1 x
sicetaitsimple
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 1886
Inscription : 31/10/16, 18:51
Localisation : Basse Normandie
x 312

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar sicetaitsimple » 08/12/17, 14:55

youskar a écrit :Bonjour, j'ai une question qui concerne les nitrates qui se trouvent dans les tissus des plantes. Souvent en excès dans le type de culture sur couche chaude avec châssis, soit disant par le manque de lumière, le temps froid. En laissant plus de lumière entré dans le châssis, le processus de photosynthèse va augmenter, alors combien de temps faudra à la plante pour diminuer les nitrates, avant de pouvoir la consommation ?

Je ne veux pas éluder ta question, il est vrai qu'un certain nombre de légumes contiennent des teneurs élevées en nitrates, notamment des salades.

Mais tout est dans la quantité absorbée, et il est rare qu'on mange des kilos de salades ou de légumes chaque jour.

Bref, ça ne m'inquiète pas, au moins dans mon cas.

Si j'ai bien compris ce que j'ai pu lire sur le sujet, il faut juste faire un peu attention pour les nourrissons.
0 x


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutions »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités

Recherches populaires