Retour Faire défiler Stop Mode automatique

Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutionsLe Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Agriculture et sols. Pollution, contrôles, dépollution des sols, humus et nouvelles techniques agricoles.
sicetaitsimple
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 1874
Inscription : 31/10/16, 18:51
Localisation : Basse Normandie
x 306

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar sicetaitsimple » 11/10/17, 20:32

Une précision quand même: comme j'ai une petite surface, je "tasse" en général pas mal les cultures. Donc par unité de surface, ça évapo-transpire et donc "pompe" plus d'eau que dans un système plus classique en termes d'occupation du sol.
0 x

Avatar de l’utilisateur
phil12
Je comprends l'éconologie
Je comprends l'éconologie
Messages : 128
Inscription : 05/10/09, 13:58
Localisation : Occitanie
x 18
Contact :

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar phil12 » 11/10/17, 20:38

Did67 a écrit :A propos d'arrosage par aspersion, réfléchissons deux minutes, comme nous aimons le faire :

- l'aspersion a quelques défauts inhérents au fait qu'on arrose toute la surface (et même l'air) : évaporation d'une partie de cette eau superficielle, qu'on remplace quelques jours plus tard

- il mouille les feuilles des légumes ; certains sont sensibles et vont développer pus ou plus vite, des maladies cryptogamiques (dues à des champignons) tel le mildiou ; d'autres le sont moins voire s'en fiche... Soit que leur croissance et rapide, soit que leurs feuilles sont coriaces...
. Cela change la donne.


Bonsoir les amis ,

C'est bien ce que je pensais , mais comme j'ai la possibilité d'avoir pas mal d'eau gratuite de bonne qualité( puits artésien) je souhaitais pouvoir irriguer de manière plus rapide et moins onéreuse que les goûteurs pour peut être accélérer les processus de manière raisonnable sans être à la limite de stress hydrique pour mes sujets .

Pour moi l'aspect économie hydrique n'est pas le point moteur de ma volonté de couvrir le sol dans mon micro système .

PS / J'ai commencé à installer ma paille ( désolé pour ce gros mot mais il va falloir vous y habituer pour 2017/18 mais en même temps vous aurez un retour d'expérience sur un scénario différent ) et par contre je pense que cela va faire du bon travail , car cette paille en grosses bottes me permet d'avoir une paille en tranches bien compacte et lourde qui va bien coller au micro climat du sol .
0 x
Conseil en énergie durable de la construction
http://www.philippeservices.net/
Avatar de l’utilisateur
Julienmos
J'ai posté 500 messages!
J'ai posté 500 messages!
Messages : 569
Inscription : 02/07/16, 22:18
Localisation : l'eau reine
x 139

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Julienmos » 11/10/17, 20:54

la "profondeur" d'un sol, ça va jusqu'à quelle profondeur ? :lol:

Jusqu'à la roche, ou seulement jusqu'à l'argile ?

chez moi j'ai, sur une hauteur de fer de bêche environ, de la terre végétale (argilo limoneuse), et dessous ça devient très vite argileux et 10 cm au-dessous, c'est vraiment de l'argile pure...

pour planter un pommier il y a 2 ou 3 ans, j'avais creusé un trou d' environ 50 cm, et à cette profondeur, bien que l'argile était d'une nature différente, ce n'était toujours pas encore de la roche (mais davantage de caillasses quand même) et je pense que j'aurais pu continuer à creuser encore, sans trop de difficultés, c'est à dire sans buter sur de la vraie roche.
0 x
sicetaitsimple
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 1874
Inscription : 31/10/16, 18:51
Localisation : Basse Normandie
x 306

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar sicetaitsimple » 11/10/17, 21:01

phil12 a écrit :mais comme j'ai la possibilité d'avoir pas mal d'eau gratuite de bonne qualité( puits artésien) je souhaitais pouvoir irriguer de manière plus rapide et moins onéreuse que les goûteurs pour peut être accélérer les processus de manière raisonnable sans être à la limite de stress hydrique pour mes sujets .



Encore un cas particulier... De l'eau gratuite et si je comprends bien en quantité non limitée? Effectivement ça peut conduire à des techniques d'arrosage différentes de celui qui court après la moindre goutte d'eau. Avec les risques évoqués par Didier, mais c'est toujours un compromis.
0 x
sicetaitsimple
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 1874
Inscription : 31/10/16, 18:51
Localisation : Basse Normandie
x 306

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar sicetaitsimple » 11/10/17, 21:32

Julienmos a écrit :la "profondeur" d'un sol, ça va jusqu'à quelle profondeur ? :lol:

Jusqu'à la roche, ou seulement jusqu'à l'argile ?



C'est jusqu'à la roche-mère , ça c'est la définition.

Maintenant, si la roche est à 1 m ou à 5 m, tes radis, salades ou haricots ça ne va leur faire à mon avis ni chaud ni froid. Ton pommier ce sera certainement différent.
0 x

Avatar de l’utilisateur
Julienmos
J'ai posté 500 messages!
J'ai posté 500 messages!
Messages : 569
Inscription : 02/07/16, 22:18
Localisation : l'eau reine
x 139

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Julienmos » 11/10/17, 21:52

sicetaitsimple a écrit :
Maintenant, si la roche est à 1 m ou à 5 m, tes radis, salades ou haricots ça ne va leur faire à mon avis ni chaud ni froid. Ton pommier ce sera certainement différent.


sait-on jamais... Didier insiste souvent sur le rôle des champignons, capables d'aller chercher l'eau pour les plantes à distance, donc plus loin (plus profond ?) que les extrémités des racines. Donc par grande sécheresse quand les racines ne sont plus capables de capter assez d'eau, sans doute ces filaments de champignons prennent le relais...
1 x
sicetaitsimple
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 1874
Inscription : 31/10/16, 18:51
Localisation : Basse Normandie
x 306

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar sicetaitsimple » 11/10/17, 22:06

Julienmos a écrit :
sicetaitsimple a écrit :
Maintenant, si la roche est à 1 m ou à 5 m, tes radis, salades ou haricots ça ne va leur faire à mon avis ni chaud ni froid. Ton pommier ce sera certainement différent.


sait-on jamais... Didier insiste souvent sur le rôle des champignons, capables d'aller chercher l'eau pour les plantes à distance, donc plus loin (plus profond ?) que les extrémités des racines. Donc par grande sécheresse quand les racines ne sont plus capables de capter assez d'eau, sans doute ces filaments de champignons prennent le relais...



Oui, sait-on jamais, moi je ne sais pas. Mais sauf si je me suis loupé, Didier parle surtout de transferts "horizontaux". Les champignons étant des organismes aérobies, il m'étonnerait fort qu'ils aillent traîner à plusieurs mètres de profondeur.
0 x
Avatar de l’utilisateur
Julienmos
J'ai posté 500 messages!
J'ai posté 500 messages!
Messages : 569
Inscription : 02/07/16, 22:18
Localisation : l'eau reine
x 139

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Julienmos » 11/10/17, 22:20

je crois que si. Peut-être pas plusieurs mètres de profond, mais bien plus profond que les racines de nos légumes.

Les anéciques font des galeries très profondes... d'autre part, une terre "vivante" (même si l'argile ça paraît hyper compact) contient un petit pourcentage de matière organique... elle "travaille", il y a des fissures, crevasses, j'en suis d'autant plus persuadé que chez moi, même en cas de pluies diluviennes, jamais de flaques en surface, dont très bonne perméabilité, malgré la teneur importante en argile... donc si l'eau passe facilement, l'air aussi... et les filaments champignonesques forment à mon avis un réseau souterrain qu'on soupçonne pas.
2 x
Avatar de l’utilisateur
Lolounette
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 254
Inscription : 29/06/17, 12:17
Localisation : Puy-de-Dôme, 350m d’alt.
x 71
Contact :

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Lolounette » 12/10/17, 09:58

Did67 a écrit :
sicetaitsimple a écrit :Je crois que j'ai expliqué plus haut, en tout cas dans une vidéo, que la RU (réserve utile) d'un sol peut varier d'un facteur de 1 à 10, si ce n'est 1 à 20, selon qu'on passe d'une situation extrême à l'autre :

a) d'un coté un sol argilo-limoneux sans cailloux, d'un mètre de profond, avec 5 % de matière organique

b) d'un autre coté un sol sableux, caillouteux, de 20 cm, à 2 % de matière organique...

Cette année, je n'ai pas arrosé (sauf sous serre, tunnel et un semis de carottes), mais certaines plantes ont souffert et ne rattraperont pas (brocoli, choux-fleurs,...). D'autres ont souffert et rattraperont (choux de Bruxelles, choux frisé...).



je suis dans le cas a) (bien que je ne connaisse pas précisément l’épaisseur de terre noire, plus que 50cm c’est sur...) et je confirme que j’ai pu cultiver mes plants de tomates sans aucun arrosage cette année malgré un été particulièrement chaud et sec...

donc réserve utile particulièrement impressionnante dans ce type de sol et parfaitement exploitée par les plantes en sol vivant et non travaillé :wink:
2 x
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 11359
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 3405

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Did67 » 12/10/17, 17:31

Je pense que c'est un des paramètres sur lesquels nous auront les plus grandes différences. Bien plus qu'en matière de semences utilisées, de qualité du foin ou de que sais-je encore...
0 x


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutions »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Grizbi et 4 invités

Recherches populaires