Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutionsLe Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Agriculture et sols. Pollution, contrôles, dépollution des sols, humus et nouvelles techniques agricoles.
Avatar de l’utilisateur
Julienmos
Grand Econologue
Grand Econologue
Messages : 933
Inscription : 02/07/16, 22:18
Localisation : l'eau reine
x 194

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Julienmos » 20/09/17, 12:40

Did67 a écrit :
Julienmos a écrit :
- les glus,

- en revanche, quand c'est sec, c'est dur !



c'est vrai que, si je me souviens bien, pour prendre l'ex des turricules de vers, quand ils sont secs, ils deviennent durs certes, mais très friables.

Avec un sol très argileux, c'est un peu plus compliqué:

quand cela sèche, tu as un peu le même effet. Mais que cela est humide, en effet, tu as une pâte à modeler, malgré tout.
Une pâte à modeler mélangé à de la chantilly, cela reste une pâte à modeler...

Néanmoins, je reste persuadé que sur le long terme, cette pâte à modeler va devenir bien plus malléable, A confirmer cependant. Dans 3 ou 4 ans, tu seras bien placé pour le faire !


heureusement mon sol bien qu'argileux, ne l'est pas tant que ça, donc on ne peut pas vraiment parler de pâte à modeler chez moi. Humide, il est même assez souple, pas de grosses mottes collantes... l'effet déja de 3 ou 4 ans d'apport de mat organique ? et encore 3 ou 4 ans d'apports de foin suffiraient-ils ? sachant que, je crois, pour augmenter (même de très peu) la teneur en MO d'un sol, il faut nombre d'années ?

j'avoue que malgré mes lectures (grâce à toi), j'ai l'esprit un peu embrouillé par toutes ces choses: la teneur en MO... la teneur en subst humiques... un sol vivant donc beaucoup de production de glus, de glomérines... une plus grande porosité par l'activité des vers de terre...

l' aggradation dans tout ça ? c'est l'ensemble de tout ça, ou un truc en particulier ?

et quelles sont ses conséquences visibles, à cette aggradation (couscous ? terre formée de plus de petits agrégats qui la rendent plus grumeleuse et aérée ?)

bref... mais cet hiver je vais relire mes classiques :D (y compris les très nombreuses réponses que tu m'as déja faites sur ce fil à mes questions et à bien d'autres) pour me ré-éclaircir les idées (car à force de lires des choses et d'autres ici et ailleurs sur le net, il peut arriver qu'on ait l'esprit un peu confus), donc ne te crois pas obligé de répondre, sachant que chacune de ces notions demanderait des pages pour être traitée...

cet hiver, tu vas avoir du pain sur la planche avec la rédaction de ton bouquin, mais aussi peut-être des vidéos plus théoriques, pas dans le jardin mais au "tableau noir" ? :)
Dernière édition par Julienmos le 20/09/17, 12:52, édité 1 fois.
0 x

Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 16048
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 6460

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Did67 » 20/09/17, 12:50

Julienmos a écrit :
cet hiver, tu vas avoir du pain sur la planche avec la rédaction de ton bouquin, mais aussi peut-être des vidéos plus théoriques, pas dans le jardin mais au "tableau noir" ? :)


Pour le bouquin, j'espère terminer le "brouillon" cette semaine. Pour que commence ensuite les navettes avec l'éditeur - demandes de modifications, etc... Puis, "mise en page"... Puis correcteurs de français... Maquette finale prête à être imprimée à la mi-décembre.

Je rencontre les commerciaux de l'éditeur le 2 octobre - à partir de là, la "promo" commencera ! Donc j'ai intérêt que le "brouillon" soit stabilisé !
Ensuite, je pense me "retirer" dans un lieu secret pour un mi-temps d'écriture finale / relecture et un mi-temps de vacances...

Et en effet, cet hiver, j'ai pour projet ambitieux de m'installer un "studio", avec un tableau blanc...

Appel au peuple des phénoculteurs. Si un lecteur "doué" en montage vidéo, et ayant du temps à perdre, pouvait me faire progresser en matière d'édition de vidéos : comment "incruster" des schémas (en pdf par ex) ou même comment filmer une séquence de schémas, avec le curseur comme "flèche", puis l’incruster dans une vidéo sans que la bande son soit coupée... ???? [Si la personne existe, si elle est disponible, elle est bien entendue hébergée / nourrie / prêt de voiture pour visiter l'Alsace...]
1 x
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 16048
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 6460

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Did67 » 20/09/17, 12:59

Julienmos a écrit :
l' aggradation dans tout ça ? c'est l'ensemble de tout ça, ou un truc en particulier ?



Excellente question, à laquelle je n'ai pas de réponse formelle.

Il faudrait que je fasse des recherches bibliographiques longues, pour savoir qui l'a utilisé, avec quel sens, dans le contexte où il l'a utilisé.

Pour ma part, et peut-être à tort (faute d'avoir fait ces recherches), je l'utilise comme "contraire de dégradation".

Comme la "dégradation", c'est multifactoriel. Un sol peut se dégrader parce que tu le piétinne, parce que tu l'exposes à al pluie et au vent, parce que tu le moulines au motoculteur, parce que tu l'inondes de produits toxiques, etc... Cela peut être une ou plusieurs de ces causes.

De même l'aggradation, dans ma compréhension du terme, est multifactorielle : production de divers glus par divers organismes bien nourris, "remuage" physique par d'autres (vers de terre mais aussi les taupes, et même mes rats-taupiers (qui ne sont pas QUE nuisibles !), tout en prenant soin de protéger le "travail" déjà fait (sinon, il n'y a pas d'effet cumulatif possible ; tout "progrès" serait immédiatement annulé !).

Je "vois" cela comme ça : glus + "turbomixage élargi" (Bouché utilise le terme de lombrimixage pour ce qui concerne les vers) + protection pour qu'il y ait un effet cumulatif.

Je le définirai comme ça, dans une vidéo, un de ces quatre, pour figer le terme dans le contexte de la phénoculture.
1 x
Avatar de l’utilisateur
Julienmos
Grand Econologue
Grand Econologue
Messages : 933
Inscription : 02/07/16, 22:18
Localisation : l'eau reine
x 194

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Julienmos » 20/09/17, 13:08

avant que tu ne te retires dans un lieu secret... je me dépêche de poser une question ! :lol:

tu as dit à plusieurs reprises que les potirons potimarrons courges poussaient bien sur les tas de matière organique, par ex épluchures de cuisine etc
c'est vrai qu'ils semblent apprécier la mat organique fraîche, un sol riche, mais comment comprendre cela ? car les racines ne peuvent pas en profiter tant qu'il n'y a pas décomposition et minéralisation ?
0 x
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 16048
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 6460

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Did67 » 20/09/17, 14:53

C'est tout simplement que les courges etc poussent l'été, quand il fait "assez chaud". Dans ces conditions, les micro-organismes s'attaquent tout de suite à ces matières organiques et que donc en continue, des éléments minéraux sont libérés, suite à cette "minéralisation primaire" (c'est le nom scientifique que porte la libération des éléments minéraux suite à la décomposition des matières organiques - parallèlement à l'humification, formation de substances humiques, selon la richesse en fibres - cellulose, lignine).

En somme pas plus que ton steak haché ne se conservera longtemps l'été, dehors, les "déchets ménagers" vont rester intactes.

Pour beaucoup d'espèces, cette "concentration" est trop élevée ; ils ne sont pas habitués ; eux, ils fonctionnent avec l'azote plus diluée des solutions d'un sol "normal" (pas un sol sous perf directe d'un tas de MO qui se décompose).
1 x

Avatar de l’utilisateur
nico239
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 4409
Inscription : 31/05/17, 15:43
Localisation : 04
x 449

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar nico239 » 20/09/17, 16:11

Did67 a écrit :
nico239 a écrit :
Juste une question : serait-ce plus «efficace/actif/ce que tu veux» si on (prenait la peine) glissait ces déchets SOUS le foin plutôt que de les poser SUR le foin..... ou pas?



Plusieurs réponses possibles :

a) du point de vue du paresseux : beaucoup de travail pour peu (les matières organiques ainsi apportées, ramenées à la matière sèche, c'est peu de choses ; le bénéfice de l'enterrer, s'il existe, est faible ; donc un faible bénéfice pour peu de choses, cela fait pas grand chose à la puissance 2, donc pas de quoi sortir un paresseux de son transat !)

b) d'un point de vue purement technique :

- si ta couverture est équilibrée (en C/N), les organismes du sol ont une nourriture équilibrée ; donc il n'y a pas de "plus" à leur apporter les déchets ménagers !

- si ta couverture est déséquilibrée, trop riche en C et pas assez en N, donc paille, mauvais BRF, sciures, cartons, etc... alors, et alors seulement en effet, amener un peu plus d'azote au cœur du processus de décomposition serait bénéfique, puisqu'on aurait une décomposition de cette matière pauvre avec un moindre "effet dépressif", une "meilleure" humification...

Je pense. J'ai pas essayé.


Ok d'ac merci
0 x
Avatar de l’utilisateur
nico239
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 4409
Inscription : 31/05/17, 15:43
Localisation : 04
x 449

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar nico239 » 20/09/17, 16:16

Did67 a écrit :
Pour ne pas oublier (car j'ai oublié quelques questions - j'ai été très incorrect avec nico, mais bientôt je vais faire de l'archéologie) :



Aaaah merci Image ceci dit suis pas du tout susceptible donc je ne t'en voulais pas Image

En fait mes questions (certaines notamment) renvoient à un sujet plus général celui des mesures...

Ce serait bien de faire un sujet sur les mesures techniques quelles qu'elles soient et surtout quels instruments utiliser (ce que je n'ai pas encore fait) pour avoir des idées un tantinet plus scientifiques sur nos terroirs persos
- pluie
- ph
- sucre dans les aliments
- teneur en eau du sol .... etc

Bon y en a des facile comme mesurer l'eau de pluie mais pour le reste... Image
0 x
négentrope
J'apprends l'éconologie
J'apprends l'éconologie
Messages : 31
Inscription : 10/09/17, 17:53
x 4

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar négentrope » 20/09/17, 18:31

Julienmos a écrit :j'avoue que malgré mes lectures (grâce à toi), j'ai l'esprit un peu embrouillé par toutes ces choses: la teneur en MO... la teneur en subst humiques... un sol vivant donc beaucoup de production de glus, de glomérines... une plus grande porosité par l'activité des vers de terre...

l' aggradation dans tout ça ? c'est l'ensemble de tout ça, ou un truc en particulier ?


Bonjour,

C'est exactement la même chose pour moi, tout est embrouillé,

Mais c'est un processus normal. Cela veut dire que c'est en train de s'aggrader là-haut !

La pire dégradation du sol c'est le travail avec outil. Quand on a observé & mesuré cela, c'est parti pour la fertilité et on oublie la fertilisation.

Quand on laboure un champ, c'est simple, on lui impose une érosion égale à celle qui a lieu dans les montagnes...

Sans outil, je dépose, j'étale, je jette, je déroule, je piétine, je couche, j'occulte, je sème !

Je paresse quoi...
0 x
sicetaitsimple
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 3175
Inscription : 31/10/16, 18:51
Localisation : Basse Normandie
x 464

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar sicetaitsimple » 20/09/17, 18:43

Did67 a écrit :
Julienmos a écrit :
l' aggradation dans tout ça ? c'est l'ensemble de tout ça, ou un truc en particulier ?



Excellente question, à laquelle je n'ai pas de réponse formelle.

Il faudrait que je fasse des recherches bibliographiques longues, pour savoir qui l'a utilisé, avec quel sens, dans le contexte où il l'a utilisé.



A tout hasard, ce ne seraient pas nos amis quebecois inventeurs du BRF qui auraient aussi inventé le mot (qui a une autre signification existante en "Français")?
0 x
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 16048
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 6460

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Did67 » 20/09/17, 19:40

Si si !

Dans un des mes manuscrits (car selon mon humeur, j'écris 3 ou 4 manuscrits en même temps, en fait !), j'avais fait un chapitre là-dessus...

L'aggradation, au sens général, français, c'est le fait qu'en amont d'un obstacle, un cours "rehausse" ses berges.

A priori, certains agronomes québecois utilisent le mot pour les sols, au sens de "contraire de la dégradation". Mais j'aimerais creuser la question, lire les premiers écrits qui l'utilisent pour voir le "vrai sens" du premier auteur l'ayant utilisé... Je n'ai pas fait cette recherche. C'est ça que je voulais dire.

Il n'est pas rare qu'un mot, clairement utilisé avec tel sens par un auteur, prenne ensuite un sens très connoté suite à un usage répété par telle "école de pensée" ! Par exemple, en France, la permaculture est souvent associée aux buttes, alors que selon quelqu'un ayant lu Mollison, celui-ci n'en parle pas (je n'ai pas lu). Et cela en France seulement.
1 x


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutions »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités