Retour Faire défiler Stop Mode automatique

Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutionsLe Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Agriculture et sols. Pollution, contrôles, dépollution des sols, humus et nouvelles techniques agricoles.
sicetaitsimple
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2048
Inscription : 31/10/16, 18:51
Localisation : Basse Normandie
x 335

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar sicetaitsimple » 12/09/17, 21:46

Moindreffor a écrit :on parle beaucoup d'engrais vert
on parle de légumineuses, mais pourquoi ne pas semer tout simplement des haricots, des pois? on peut récolter les gousses, garder les dernières et les faire sécher pour récupérer de la graine, ça gèle facilement, les racines restent dans le sol, le feuillage va pailler un peu puis se décomposer
ceux sont de grosses graines qui peuvent être semées directement dans la couche de foin de fin de saison

qu'en pensez vous?



Pois, en deuxième partie de saison, je n'ai aucune expérience. Vu le résultat très médiocre de la première partie de saison cette année, je n'ai pas eu l'idée d'essayer....

Haricots (verts) oui, ça donne en ce moment chez moi et je pense qu'au delà de la récolte ( ça ne va plus fleurir très longtemps je pense même si c'est encore le cas), la plante devrait rester vaillante jusqu'aux premières gelées en tenant ce rôle d'engrais vert sauf si je la coupe ce qui est probable pour recouvrir de biomasse en couche épaisse.
0 x

Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 12238
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 4013

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Did67 » 12/09/17, 21:49

Moindreffor a écrit :ceux sont de grosses graines qui peuvent être semées directement dans la couche de foin de fin de saison


J'ai, il y a une dizaine de jours, balancé des graines de moutarde blanche, sans aucune précaution, par-dessus ce qui restait de foin là où il y avait eu des oignons - et où, par plaques, se développaient des adventices... L'idée étant de "boucher" les trous... Cela lève pas mal du tout !

En fait d’engrais verts, j'utilise maintenant une combinaison de 3 choses :

- des plantes cultivées qui poussent spontanément (des tomates issues de graines / fruits "enterrés" sous le foin l'an dernier OU des graines liées à mes déchets ménagers mis en surface - melons, concombres, ...)

- des adventices spontanées : véroniques de Perse, orties,...

- des engrais verts semés : moutarde blanche

Ne serait-ce le regard que l'homme y jette, du point de vue du système biologique et de son fonctionnement, tout cela est rigoureusement la même chose : des végétaux qui captent des minéraux susceptibles d'être lessivés, qui font la photosynthèse, donc produisent de la biomasse nutritive, injectée dans le sol par rhizodéposition, ou distribuée en surface après destruction...

L'homme, ce grand mytho donne un nom à connotation très positive quand c'est lui qui sème ("engrais" !!! pour "engrais verts" - un terme trompeur et ronfleur). Et évidemment négative quand il n'y est pour rien : "mauvaise herbe". J'en connais qui dégomme les uns pour installer les autres !!!
1 x
négentrope
J'apprends l'éconologie
J'apprends l'éconologie
Messages : 31
Inscription : 10/09/17, 17:53
x 4

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar négentrope » 12/09/17, 21:52

sicetaitsimple a écrit :
sicetaitsimple a écrit :J'avoue avoir du mal à suivre!


En fait, j'ai d'une façon générale beaucoup de mal à suivre comment on peut réellement utiliser des engrais verts au potager!

[...]

Bon, je suis très "productiviste", je l'admets et même le revendique!


Bonjour,

Oui, c'est un casse tête chinois. Partout où il y a du sol nu, ce n'est pas comme partout où il y a du foin nu.

Mais il y a des photons à gratter et dans un engrais vert il n'y a pas que les tiges et les feuilles qui engraissent le sol car son système racinaire travaille le sol physiquement, d'un point de vue chimique exsude des nutriments. La mycorhization est encouragée et prépare les autoroutes de l'information de l'internet mycélien.

Capitaliser de la vie dans le sol et des galeries lombriciennes au moment où le potager est en pleine phase érosive chez les bêcheurs sauf le respect dû aux travailleurs de choc : voilà un défi.

Puisque c'est le potager du paresseux, il faut engager quelque chose qui fasse le travail à notre place. L'engrais vert pourrait être un travailleur de l'hiver.
0 x
sicetaitsimple
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2048
Inscription : 31/10/16, 18:51
Localisation : Basse Normandie
x 335

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar sicetaitsimple » 12/09/17, 22:05

Did67 a écrit :L'homme, ce grand mytho donne un nom à connotation très positive quand c'est lui qui sème ("engrais" !!! pour "engrais verts" - un terme trompeur et ronfleur). Et évidemment négative quand il n'y est pour rien : "mauvaise herbe". J'en connais qui dégomme les uns pour installer les autres !!!


Je n'osais pas le dire!

Mais en effet dans un potager cultivé un peu intensivement (on ne parle pas de grandes cultures ni même je pense de maraîchage), l'engrais vert du vrai paresseux ce sont avant tout les adventices!

Aucun travail du sol, pas de semis, pas de fertilisation,pas de traitement, pas d'arrosage....Mais bon, faut quand même les arracher et les poser sur le sol! Sans se laisser déborder, c'est ça le plus compliqué!
0 x
négentrope
J'apprends l'éconologie
J'apprends l'éconologie
Messages : 31
Inscription : 10/09/17, 17:53
x 4

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar négentrope » 12/09/17, 22:12

Did67 a écrit :L'homme, ce grand mytho donne un nom à connotation très positive quand c'est lui qui sème


Et un prix en complète adéquation avec la connotation négative de ce qu'il ne sème pas. 200 grammes de poudre d'ortie "bio" bien sûr : 12 € !!! Plus c'est cher, mieux cela marche.

Moindreffor a écrit :on parle beaucoup d'engrais vert
on parle de légumineuses, mais pourquoi ne pas semer tout simplement des haricots, des pois?

qu'en pensez vous?


Bonjour,

Si vous aimez les pois, essayer les pois fourragers : ils sont non gélifs à -10° mais ce n'est pas mangeable. Les petits pois, si !
0 x

sicetaitsimple
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2048
Inscription : 31/10/16, 18:51
Localisation : Basse Normandie
x 335

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar sicetaitsimple » 12/09/17, 22:19

négentrope a écrit :
Mais il y a des photons à gratter et dans un engrais vert il n'y a pas que les tiges et les feuilles qui engraissent le sol car son système racinaire travaille le sol physiquement, d'un point de vue chimique exsude des nutriments. La mycorhization est encouragée et prépare les autoroutes de l'information de l'internet mycélien.

Capitaliser de la vie dans le sol et des galeries lombriciennes au moment où le potager est en pleine phase érosive chez les bêcheurs sauf le respect dû aux travailleurs de choc : voilà un défi.

Puisque c'est le potager du paresseux, il faut engager quelque chose qui fasse le travail à notre place. L'engrais vert pourrait être un travailleur de l'hiver.


Je n'ai pas de problème avec le principe, j'ai juste un problème avec la pratique!

Qu'est ce que je peux semer dans mon potager vers mi/fin Octobre date à laquelle des parcelles commencent à se libérer, et ensuite en Novembre, et qui aura suffisamment bossé en Avril date à laquelle je vais le dégager?

Par rapport à utiliser de la biomasse diverse et variée dont je vais pouvoir recouvrir au fur et à mesure chaque parcelle dès qu'elle se libère?
0 x
Avatar de l’utilisateur
Moindreffor
J'ai posté 500 messages!
J'ai posté 500 messages!
Messages : 688
Inscription : 27/05/17, 22:20
Localisation : limite entre le Nord et l'Aisne
x 188

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Moindreffor » 12/09/17, 22:37

sicetaitsimple a écrit :Je n'ai pas de problème avec le principe, j'ai juste un problème avec la pratique!
Qu'est ce que je peux semer dans mon potager vers mi/fin Octobre date à laquelle des parcelles commencent à se libérer, et ensuite en Novembre, et qui aura suffisamment bossé en Avril date à laquelle je vais le dégager?
Par rapport à utiliser de la biomasse diverse et variée dont je vais pouvoir recouvrir au fur et à mesure chaque parcelle dès qu'elle se libère?


je suis sur la même problématique
j'ai repéré une source non négligeable de tonte de gazon, donc l'an prochain, mon potager va profiter largement de cet apport,
source paresseuse puisque je ne suis pas celui qui possède le terrain, ni celui qui tond, juste celui qui va puiser dans le tas d'herbe tondue à 100m de chez lui

juste une question, pour la tonte de pelouse, est-il préférable de la faire sécher avant de l'étaler sur le jardin, ou de l'étaler en couche mince pour qu'elle sèche sur place, car le problème quand on a une bonne source c'est d'en avoir pour étaler plus qu'une couche mince et de se retrouver à avoir une couche épaisse qui risque de chauffer beaucoup en compostant

et est-ce que cet herbe sèche va se conserver comme du foin? car par beau temps sur une bâche l'herbe va vite sécher et je pourrai la stocker
0 x
"Ceux qui ont les plus grandes oreilles ne sont pas ceux qui entendent le mieux"
(de Moi)
sicetaitsimple
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2048
Inscription : 31/10/16, 18:51
Localisation : Basse Normandie
x 335

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar sicetaitsimple » 12/09/17, 23:08

Moindreffor a écrit :juste une question, pour la tonte de pelouse, est-il préférable de la faire sécher avant de l'étaler sur le jardin, ou de l'étaler en couche mince pour qu'elle sèche sur place, car le problème quand on a une bonne source c'est d'en avoir pour étaler plus qu'une couche mince et de se retrouver à avoir une couche épaisse qui risque de chauffer beaucoup en compostant

et est-ce que cet herbe sèche va se conserver comme du foin? car par beau temps sur une bâche l'herbe va vite sécher et je pourrai la stocker


De mon expérience personnelle, je pense que c'est un peu des deux. Quand tu récoltes un apport frais de tonte, tous le 15 jours ou trois semaines, un apport direct en couche mince va rapidement sécher, mais effectivement il ne faut pas abuser.

Ensuite, le surplus éventuel que tu auras stocké en tas va également sécher sur la partie supérieure, et tu pourras la prélever et l'étendre.

Mais je pense pas vraiment que tu puisses en faire du foin ou qq chose d'équivalent si tu en as des quantités importantes, ça va forcément fermenter à cœur si tu stockes en tas. Pour autant, ce n'est pas perdu.
0 x
Avatar de l’utilisateur
Julienmos
J'ai posté 500 messages!
J'ai posté 500 messages!
Messages : 631
Inscription : 02/07/16, 22:18
Localisation : l'eau reine
x 148

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Julienmos » 12/09/17, 23:17

Did67 a écrit :- des engrais verts semés : moutarde blanche


j'évite dorénavant la moutarde en EV, car elle est de la famille du chou (brassicacée).

Et quand on a un jardin plutôt petit, sachant qu'il est conseillé un délai de 3 ou 4 ans avant de remettre un légume d'une même famille au même endroit, on ne sait plus où caser ses brocolis, choux de Milan, chou kale, chou chinois, navets etc... parce que toutes les parcelles ont déja été utilisées les années précédentes pour l'un ou l'autre de ces légumes ! :lol:
0 x
négentrope
J'apprends l'éconologie
J'apprends l'éconologie
Messages : 31
Inscription : 10/09/17, 17:53
x 4

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar négentrope » 12/09/17, 23:34

sicetaitsimple a écrit :Mais bon, faut quand même les arracher et les poser sur le sol! Sans se laisser déborder, c'est ça le plus compliqué!


S'il est possible de les coucher, on plie la tige et cela meurt lentement en diffusant plus longtemps.

On peut coucher plus vite plus d'adventices qu'on en arrache.

E.T. fait des crops circles gigantesques en une nuit !

Après la sillon net, la planche nette. Image
1 x


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutions »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités

Recherches populaires