Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Agriculture et sols. Pollution, contrôles, dépollution des sols, humus et nouvelles techniques agricoles.
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 20103
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 8590

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue




par Did67 » 11/11/21, 10:26

Sorti de l'hôpital hier soir. Le test d'effort semble avoir été une fausse alerte. En tout cas, au niveau de la "tuyauterie", tout est en état.

Pour le phobique que je suis, cela reste toujours une "épreuve"... Je suis sorti vidé, me suis couché à 19 h 30 après un bon petit repas et me suis levé à 9 h 30 ce matin !!!

Reste à savoir ce qui explique l'état de fatigue que je ressentais : psychologique (depuis le test d'effort - surement un peu) ? Le vieillissement que je ne veux peut-être pas assez considérer ? Trop de projets qui font que je courre alors que je n'en ai plus les moyens ? Autre "facteur cardiaque" ???
0 x

Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 20103
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 8590

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue




par Did67 » 11/11/21, 10:35

Adrien (ex-nico239) a écrit :Ouh la en v’la une qui tombe bien demain 4h de route... miam


Le "texte" ne t'apportera pas grand chose de plus ! Je ne ré-invente pas le PP à chaque conf !

Les confs de ce type visent à ouvrir les yeux à des gens qui, dans leur grande majorité, découvrent... Le lendemain matin, j'ai travaillé avec les membres de l'association dans un vrai potager (pas paresseux !)...

J’adore ces interventions en deux étapes : une conf de cadrage ("top down", je "prêche") suivi d'un atelier dans un potager (je découvre, pose des éléments de diagnostic, et réponds aux questions de la veille). La deuxième partie inverse le rapport : je ne connais pas, et suis un peu en position d'infériorité. Du coup, cela fait ce en quoi j'ai cur pendant mes 12 années en Afrique : le "développement" n'est pas un "ingénieur qui "parachute" son savoir ; c'est une hybridation entre des savoirs et des techniques extérieurs et des idées, croyances, techniques locales. Si l'hybridation réussit, on a réellement amélioré quelque chose. Sinon, ce sera un parachutage qui remplira le "cimetière des éléphants technologiques"... On a parachuté quelque chose qui n'a pas pris.

Ce qui est mieux que dans mes vidéos, c'est le fait qu'il y avait un caméraman qui me "suivait" et il y a des cadrages serrés qu'il n'y a pas dans mes vidéos... Donc les images sont plus parlantes que dans mes captations !
0 x
Avatar de l’utilisateur
Doris
Grand Econologue
Grand Econologue
Messages : 1311
Inscription : 15/11/19, 17:58
Localisation : Landes
x 339

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue




par Doris » 11/11/21, 10:39

Did67 a écrit :Reste à savoir ce qui explique l'état de fatigue que je ressentais : psychologique (depuis le test d'effort - surement un peu) ? Le vieillissement que je ne veux peut-être pas assez considérer ? Trop de projets qui font que je courre alors que je n'en ai plus les moyens ? Autre "facteur cardiaque" ???

Peut-être un mélange de tout ça plus le chamboulement émotionnel de ce printemps plus......on ne sait peut-être jamais. Mais bien contente que ça s'est passé comme ça pour toi sans grosse alerte.
0 x
"N'entre qu'avec ton cœur, n'apporte rien du monde.
Et ne raconte pas ce que disent les gens"
Edmond Rostand
Avatar de l’utilisateur
Adrien (ex-nico239)
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 9655
Inscription : 31/05/17, 15:43
Localisation : 04
x 2052

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue




par Adrien (ex-nico239) » 11/11/21, 11:39

Did67 a écrit :
Adrien (ex-nico239) a écrit :Ouh la en v’la une qui tombe bien demain 4h de route... miam


Le "texte" ne t'apportera pas grand chose de plus ! Je ne ré-invente pas le PP à chaque conf !

Les confs de ce type visent à ouvrir les yeux à des gens qui, dans leur grande majorité, découvrent... Le lendemain matin, j'ai travaillé avec les membres de l'association dans un vrai potager (pas paresseux !)...

J’adore ces interventions en deux étapes : une conf de cadrage ("top down", je "prêche") suivi d'un atelier dans un potager (je découvre, pose des éléments de diagnostic, et réponds aux questions de la veille). La deuxième partie inverse le rapport : je ne connais pas, et suis un peu en position d'infériorité. Du coup, cela fait ce en quoi j'ai cur pendant mes 12 années en Afrique : le "développement" n'est pas un "ingénieur qui "parachute" son savoir ; c'est une hybridation entre des savoirs et des techniques extérieurs et des idées, croyances, techniques locales. Si l'hybridation réussit, on a réellement amélioré quelque chose. Sinon, ce sera un parachutage qui remplira le "cimetière des éléphants technologiques"... On a parachuté quelque chose qui n'a pas pris.

Ce qui est mieux que dans mes vidéos, c'est le fait qu'il y avait un caméraman qui me "suivait" et il y a des cadrages serrés qu'il n'y a pas dans mes vidéos... Donc les images sont plus parlantes que dans mes captations !


On apprend toujours quelque chose et même si ce n’est pas le cas la répétition est pédagogique.

Diverses sollicitation ne m’ont pas permis de l’écouter en entier mais ce n’est pas plus mal comme cela j’en garde pour la semaine prochaine et je me rappelle de ce qui a attiré mon attention.

Notamment au début tu dis utiliser le fameux ferramol et quelques minutes plus tard tu fais une topo sur prédateurs, carabes et autres qui mangent les limaces.

Je me suis demandé à ce sujet si les carabes (et autres prédateurs, tu cites les hérissons) ne risquaient pas de pâtir par ricochet du produit?
0 x
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 20103
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 8590

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue




par Did67 » 11/11/21, 12:03

Bonne question. A laquelle je n'ai pas de "réponse absolue"...

Je ne sais plus si c'est là que je raconte ma tactique en matière de "régulation des parasites" :

1) piéger / tuer / empoisonner le plus proprement possible quand ils pullulent - là, je dois lutter pour préserver ma part du butin de biomasse ; pour les limaces, c'est habituellement le cas là, à l'automne (mais cela ne me gène pas beaucoup) et surtout à la sortie d'hiver, où les auxiliaires sont encore en hibernation ou inactifs (les insectes, orvets, etc sont totalement dépendant de la température extérieure ; j'ai filmé des limaces actives un 1er janvier sous le foin, alors que dehors, tout était givré) ; donc là, et pas tout le temps !, je mets du Ferramol...

C'est là qu'on se rend compte que dans une conférence, on n'est jamais assez précis. J'explique que pour la mention "Sans pesticide", j'ai mis un petit 1, qui veut dire que je m'autorise à utiliser du Ferramol ; mais j'ai sans doute dit "j'utilise du Ferramol" - ce qui ne veut pas dire que j'en utilise tout le temps, pas même tous les ans, mais cela peut être compris comme ça ! Par honnêteté, je le signale).

2) élever des parasites pour nourrir les auxiliaires quand ceux-ci risquent d'être le facteur limitant qui conduit à ce que les auxiliaires soient affamés - l'été, sécheresse, les limaces se font rares surtout si à ce moment-là, en plus on les tue ; pucerons, qu'un traitement (peu importe insecticide ou saloperie "bio" tel que huile de neem ou décoction si elle est efficace) ou des auxiliaires de nettoyage devenus trop nombreux (coccinelles), ont éradiqué...

C'est donc là encore, plus complexe, plus subtile, qu'un raisonnement par 0 / 1. Du binaire. Je régule dans les deux sens, là où le jardinier, en général, a pour seule ambition de tuer le parasite...

Là où je n'ai pas de réponse, c'est en combien de temps le Ferramol se décompose et devient inactif... J'ai fait l'hypothèse que c'est assez rapide. Et que le Ferramol utilisé au printemps n'a plus d'action l'été. J'en suis assez convaincu. Cela correspond avec l'observation de mes limaces heureuses sous les choux ou les salades. Ce n'est pas une preuve scientifique !
0 x

Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 20103
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 8590

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue




par Did67 » 11/11/21, 12:05

Adrien (ex-nico239) a écrit :
On apprend toujours quelque chose et même si ce n’est pas le cas la répétition est pédagogique.



Je n'aime pas me voir (je regarde mes confs et j'en filme parfois d'autres pour repérer mes tics et me perfectionner).

Mais là, je trouve que la façon dont s'est filmé rajoute une plus-value au texte.
0 x
Avatar de l’utilisateur
Adrien (ex-nico239)
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 9655
Inscription : 31/05/17, 15:43
Localisation : 04
x 2052

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue




par Adrien (ex-nico239) » 11/11/21, 14:47

Ah ben un cadreur c’est essentiel
0 x
Avatar de l’utilisateur
Adrien (ex-nico239)
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 9655
Inscription : 31/05/17, 15:43
Localisation : 04
x 2052

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue




par Adrien (ex-nico239) » 11/11/21, 14:53

Did67 a écrit :Bonne question. A laquelle je n'ai pas de "réponse absolue"...

Je ne sais plus si c'est là que je raconte ma tactique en matière de "régulation des parasites" :

1) piéger / tuer / empoisonner le plus proprement possible quand ils pullulent - là, je dois lutter pour préserver ma part du butin de biomasse ; pour les limaces, c'est habituellement le cas là, à l'automne (mais cela ne me gène pas beaucoup) et surtout à la sortie d'hiver, où les auxiliaires sont encore en hibernation ou inactifs (les insectes, orvets, etc sont totalement dépendant de la température extérieure ; j'ai filmé des limaces actives un 1er janvier sous le foin, alors que dehors, tout était givré) ; donc là, et pas tout le temps !, je mets du Ferramol...

C'est là qu'on se rend compte que dans une conférence, on n'est jamais assez précis. J'explique que pour la mention "Sans pesticide", j'ai mis un petit 1, qui veut dire que je m'autorise à utiliser du Ferramol ; mais j'ai sans doute dit "j'utilise du Ferramol" - ce qui ne veut pas dire que j'en utilise tout le temps, pas même tous les ans, mais cela peut être compris comme ça ! Par honnêteté, je le signale).

2) élever des parasites pour nourrir les auxiliaires quand ceux-ci risquent d'être le facteur limitant qui conduit à ce que les auxiliaires soient affamés - l'été, sécheresse, les limaces se font rares surtout si à ce moment-là, en plus on les tue ; pucerons, qu'un traitement (peu importe insecticide ou saloperie "bio" tel que huile de neem ou décoction si elle est efficace) ou des auxiliaires de nettoyage devenus trop nombreux (coccinelles), ont éradiqué...

C'est donc là encore, plus complexe, plus subtile, qu'un raisonnement par 0 / 1. Du binaire. Je régule dans les deux sens, là où le jardinier, en général, a pour seule ambition de tuer le parasite...

Là où je n'ai pas de réponse, c'est en combien de temps le Ferramol se décompose et devient inactif... J'ai fait l'hypothèse que c'est assez rapide. Et que le Ferramol utilisé au printemps n'a plus d'action l'été. J'en suis assez convaincu. Cela correspond avec l'observation de mes limaces heureuses sous les choux ou les salades. Ce n'est pas une preuve scientifique !


En fait c’est la proximité temporelle au sein de la conférence entre les deux sujets qui m’a fait tilt.

Pour revenir au sujet effectivement difficile de connaître les dégâts collatéraux.
Peut-être n’y en a-t-il aucun dans la mesure ou la substance n’est nocive que pour les limaces
Comme tu le signales la date de diffusion avant réveil des auxiliaires est un bon moyen de contourner le problème.
0 x
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 20103
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 8590

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue




par Did67 » 11/11/21, 16:26

Je répondais dans la logique "tuer un parasite, c'est forcément nuire à ses prédateurs". Ce qui est vrai.

Les dégâts collatéraux, au sens dégâts sur d'autres groupes d'organismes, semblent très limités - s'ils existent. Voir la fiche des données de sécurité [https://www.comptoirdesjardins.fr/img/cms/FDS/FDS%20Ferramol%20Neudorff.pdf], avec absence de phrases de risque et des mentions telles que "Peut être jeté dans la poubelle des ordures ménagères.
Peut être ajouté au compost si il est à plus de 5 mètres des eaux de surface."

La toxicité est évaluée ainsi :

DL50 aiguë par ingestion
> 5000 mg/kg rat OCDE 401

[je rappelle que la DL50 par ingestion du sel est de 3,75 g/kg chez le rat ; ici, plus de 5000 mg, c'est plus de 5 g/kg ! Donc moins de toxicité immédiate que le sel de cuisine chez le rat !]

DL50 aiguë par contact avec la peau
> 5000 mg/kg rat OCDE 402

Irritation de la peau
Non irritant. lapin OCDE 404

Irritation des yeux
Non irritant. lapin OCDE 405


Effets toxiques sur l'environnement


Valeur Espèces Méthode Evaluation
Poisson > 100 mg/l Oncorhynchus mykiss OECD 203 / EEC C.1
Daphnie > 100 mg/l Daphnia magna OECD 202, Part. I / EEC C.2
Algues > 100 mg/l Scenedesmus subspicatus OECD 201 / EEC C.
0 x
Avatar de l’utilisateur
Adrien (ex-nico239)
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 9655
Inscription : 31/05/17, 15:43
Localisation : 04
x 2052

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue




par Adrien (ex-nico239) » 14/11/21, 12:27

Une séance de semis dans le contenant tubes PVC.

Après 2 ans de tâtonnements sur cette technique maintenant c’est bon pour un certain nombre de cultures : tomates, salades, mâche, choux de Bruxelles.
Toutes ces cultures ont été faites en tubes du semis à la récolte cette année.
Pour les choux de Bruxelles le diamètre de 4cm s’avère éventuellement un peu juste pour certains plants mais seulement en toute fin de croissance, au moment de la récolte.

D’autres sont en test actuellement : radis... d’autres suivront... plus tard.

Plusieurs avantages : gain de temps, d’argent, de place (ce qui engendre encore d’autres avantages)

1 x


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutions »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 74 invités