Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Agriculture et sols. Pollution, contrôles, dépollution des sols, humus et nouvelles techniques agricoles.
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 19789
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 8467

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue




par Did67 » 19/07/21, 15:03

Rajqawee a écrit :
Ca apporte de tout. https://fr.wikipedia.org/wiki/Urine#Composition



C'est bien résumé par Gerbeaud : https://www.gerbeaud.com/jardin/decouve ... ,1260.html

"... un litre d'urine contient environ 6 g d'azote, 1 g de phosphore (directement assimilable et 2 g de potassium. Il peut être considéré comme un engrais équilibré à action rapide, riche en azote".

(car l'urée n'est pas que de l'azote, les autres éléments sont très variables, etc)...

L'urine est fondamentalement, chez les mammifères, la voie par lequel le corps se débarrasse de ses déchets, dont surtout ceux issus du métabolisme des protéines et des ADN/ARN. L’ammoniaque étant toxique, le radical -NH2 des acides aminés n'est pas évacué sous forme d'ions ammonium, mais sous forme d'urée. Qui redevient ammonium dès les pissotières - qui sentent. Et dans le sol !

C'est donc surtout un engrais immédiatement assimilable - donc action "flash" - et à nette dominante azotée.
0 x

Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 19789
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 8467

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue




par Did67 » 19/07/21, 15:10

Julienmos a écrit :toujours une petite appréhension avec l'urine, peur que ça se répercute sur le goût des légumes...


Parce que le fumier, c'est mieux ???

J'ai toujours trouvé bizarre qu'on balance des déjections de vaches, chevaux, porcs, poules dans son sol sans se poser la question des odeurs et des maladies, mais qu'on a beaucoup d'appréhension pour l'urine.

Les fèces ("caca"), c'est tout à fait autre chose, notre tube digestif étant pire qu'un égout ! Un vrai cloaque question microbiologie et vers (ténia, ascaris, oxyures...). Et j'en passe. Donc chez moi, cela passe par la station de phytoépuration, et à la sortie, cela alimente une tranchée qui fait pousser une "prairie" que je tonds... Avec cette double barrière, les éléments se retrouvent dans mon potager, mais en toute sécurité. Il s'agit fondamentalement de ce qui a "pourri" en nous, car n'ayant jamais franchi la barrière de l’intestin. le tube digestif ne fait que nous traverser. Ce qui n'en sort pas ne pénètre jamais dans nos cellules. Alors nourriture, humidité et 37 ° = c'est un milieu idéal pour former un cloaque !

A l'inverse, l'urine doit être vue comme le "jus" de notre corps, après filtration dans le rein. C'était dans nos cellules, puis a été transporté par le sang ! Si c'est un cloaque, c'est qu'on est gravement mort !
0 x
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 19789
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 8467

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue




par Did67 » 19/07/21, 15:23

VetusLignum a écrit :
Et est-ce que mettre de l’urine n’aurait pas comme risque d’habituer la plante aux apports externes et de perturber la mycorrhization ? Le feriez-vous aussi sur un plant de tomate qui tarde à démarrer ?


Je ne suis pas un fan de de Looze et toutes ces racontages autour de l'urine, "l'or" du potager.

Mais en début de saison, sols froids, minéralisation encore en panne, je fais un usage modéré de l'urine sur des tas de plants, puis selon l'aspect plus ou moins chétif, en fonction de la couleur des feuilles (compte-tenu des variétés !!!), je renforce après plantation (je ne me fatigue pas à diluer, etc, ayant constaté que les ânes ne se gênent pas à pisser dans un pré et que cela n'a jamais tué une herbe - ils ne pissent pas au même endroit ; même après une petite bière, je ne pisse pas autant !).

Je ne pense pas non plus que les plantes "s'habitue". Attribuer des réactions humaines à nos plantes, c'est presque à coup sûr se planter ! Elles réagissent, bien sûr. Et vont chercher les éléments là où ils se trouvent. L'urine étant un liquide, elle se répartit bine mieux que des apports solides : foin, compost, BRF. Naturellement. Donc non, je ne m'inquiète pas plus que ça !

Comme écrit par Gerbeaud, le principal ennui est la sel (chlorure de sodium). En extérieur, pas d'appréhension : le sodium est très mobile est sera "lessivé". Il finira dans la mer, réservoir ultime ! Je fais infiniment plus attention dans la serre ! [Et je précise aux fans de l'urine que diluer ne change en rien la quantité de sel apportée ; il l'est avec plus d'eau, c'est tout ; la quantité est celle excrétée, qui dépend de notre alimentation ; heureusement, les recommandations alimentaires vont dans le bon sens, le sel étant plus "dangereux" que bien des résidus de pesticides, mais comme on salle soi-même, on ne va pas aux manifs ! Pour manifester, il faut être contre quelqu'un...]

Et l’effet insidieux, que je ne cesse de voir sur Youtube, c'est des légumes trop "poussés", magnifiques comme ceux assaisonnés aux ammonitrates. Avec le même risque : une fragilisation, une croissance exubérante et développement de certains parasites (piqueurs-suceurs) et de certaines maladies. Je navigue donc à vue : couleur de mes légumes (comme cela réagit très vite, on sait très vite où on est en overdose et où cela manque ; c'est même enfantin pour qui regarde - autre chose que des vidéos endoctrinantes sur Yt).

Enfin, la mycorhization est surtout freinée par des teneurs du sol en P assimilables élevés (vers 150 ppm). Normalement, sauf à pisser comme un troupeau d'ânes et à boire beaucoup de bière (ah merde, c'est vrai que tu es en Irlande ; souvenir mémorables de pubs et du rush au moment de la cloche) ce risque peut être écarté.

Donc oui, j'ai pissé à côté de cucurbitacées qui ne décollaient pas. Ou de pieds de tomates restés en souffrance et plantés tardivement... Ou de choux de toute façon pas mycorhizés...
2 x
VetusLignum
Grand Econologue
Grand Econologue
Messages : 1382
Inscription : 27/11/18, 23:38
x 443

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue




par VetusLignum » 19/07/21, 15:43

Did67 a écrit :
VetusLignum a écrit :
Et est-ce que mettre de l’urine n’aurait pas comme risque d’habituer la plante aux apports externes et de perturber la mycorrhization ? Le feriez-vous aussi sur un plant de tomate qui tarde à démarrer ?


Je ne suis pas un fan de de Looze et toutes ces racontages autour de l'urine, "l'or" du potager.

Mais en début de saison, sols froids, minéralisation encore en panne, je fais un usage modéré de l'urine sur des tas de plants, puis selon l'aspect plus ou moins chétif, en fonction de la couleur des feuilles (compte-tenu des variétés !!!), je renforce après plantation (je ne me fatigue pas à diluer, etc, ayant constaté que les ânes ne se gênent pas à pisser dans un pré et que cela n'a jamais tué une herbe - ils ne pissent pas au même endroit ; même après une petite bière, je ne pisse pas autant !).

Je ne pense pas non plus que les plantes "s'habitue". Attribuer des réactions humaines à nos plantes, c'est presque à coup sûr se planter ! Elles réagissent, bien sûr. Et vont chercher les éléments là où ils se trouvent. L'urine étant un liquide, elle se répartit bine mieux que des apports solides : foin, compost, BRF. Naturellement. Donc non, je ne m'inquiète pas plus que ça !

Comme écrit par Gerbeaud, le principal ennui est la sel (chlorure de sodium). En extérieur, pas d'appréhension : le sodium est très mobile est sera "lessivé". Il finira dans la mer, réservoir ultime ! Je fais infiniment plus attention dans la serre ! [Et je précise aux fans de l'urine que diluer ne change en rien la quantité de sel apportée ; il l'est avec plus d'eau, c'est tout ; la quantité est celle excrétée, qui dépend de notre alimentation ; heureusement, les recommandations alimentaires vont dans le bon sens, le sel étant plus "dangereux" que bien des résidus de pesticides, mais comme on salle soi-même, on ne va pas aux manifs ! Pour manifester, il faut être contre quelqu'un...]

Et l’effet insidieux, que je ne cesse de voir sur Youtube, c'est des légumes trop "poussés", magnifiques comme ceux assaisonnés aux ammonitrates. Avec le même risque : une fragilisation, une croissance exubérante et développement de certains parasites (piqueurs-suceurs) et de certaines maladies. Je navigue donc à vue : couleur de mes légumes (comme cela réagit très vite, on sait très vite où on est en overdose et où cela manque ; c'est même enfantin pour qui regarde - autre chose que des vidéos endoctrinantes sur Yt).

Enfin, la mycorhization est surtout freinée par des teneurs du sol en P assimilables élevés (vers 150 ppm). Normalement, sauf à pisser comme un troupeau d'ânes et à boire beaucoup de bière (ah merde, c'est vrai que tu es en Irlande ; souvenir mémorables de pubs et du rush au moment de la cloche) ce risque peut être écarté.

Donc oui, j'ai pissé à côté de cucurbitacées qui ne décollaient pas. Ou de pieds de tomates restés en souffrance et plantés tardivement... Ou de choux de toute façon pas mycorhizés...


Pour ma part, je me dis que si l’apport d’urine contribue à faire démarrer une plante, alors cette plante va faire plus de photosynthèse, et donc libérer plus d’exsudats, qui vont favoriser une amplification des symbioses avec les organismes du sol (champignons mycorrhiziens et bactéries). Mais comme on divague sur ce qui se passe dans le sol, c’est-à-dire, le monde de l’invisible, tout peut se dire, et on ne peut pas prouver grand-chose.
0 x
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 19789
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 8467

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue




par Did67 » 19/07/21, 15:44

Suite à l'éblouissement des résultats obtenus avec mes oignons (10 cm de diamètre !) à partir d'une barquette (sans étiquette) achetée à l'automne, j'ai fait des recherches sur les variétés qui se sèment (en place) entre mi-août et mi-septembre et se récoltent en juin....

En fait, il y en a pléthore, mais dans la sphère professionnelle. Et généralement, ce sont des HF1.

Difficile à trouver en "sachets amateurs". Je vais voir ce que je trouve et peut-être passer par un ami professionnel ?

Chez Bejo :

Rouges : Red Spring F1, Electric
Bancs : Hielo
Jaunes : Bridger F1, Musica F1, Olympic F1, Element F1

Chez Ducrettet :

Rouge : Fireking F1
Jaune : Galatea F1

Chez Prosem :

Jaune : Galatea F1, Keep Well F1, Senshyu Yellow (un japonnais connu), Tough Ball F1

Chez Vilmorin :

Jaunes : Wolf F1,
Rouges : Panther F1, Red Moon F1

Attention, ce ne sont pas des oignons de conservation. Récolte en frais en juin, et à consommer dans les 2 mois... Ou pour qui voudrait faire de l'oignons séché !
0 x

Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 19789
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 8467

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue




par Did67 » 19/07/21, 15:47

VetusLignum a écrit :Pour ma part, je me dis que si l’apport d’urine contribue à faire démarrer une plante, alors cette plante va faire plus de photosynthèse, et donc libérer plus d’exsudats, qui vont favoriser une amplification des symbioses avec les organismes du sol (champignons mycorrhiziens et bactéries). Mais comme on divague sur ce qui se passe dans le sol, c’est-à-dire, le monde de l’invisible, tout peut se dire, et on ne peut pas prouver grand-chose.


Cela se tient, en effet. C'est clair que les exsudats sont plus ou moins en proportion de la photosynthèse, donc des feuilles mais surement aux racines et à leur développement...

Mais en effet, on peut dire à peu près n'importe quoi.

Cela dit, parfois rien que le coup d'oeil renseigne. Ou les résultats...
0 x
Avatar de l’utilisateur
Julienmos
Grand Econologue
Grand Econologue
Messages : 1203
Inscription : 02/07/16, 22:18
Localisation : l'eau reine
x 253

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue




par Julienmos » 19/07/21, 16:47

je reviens de chez un collègue (jardinier en sol nu qui ne tolère aucune adventice et fertilise au compost à hautes doses) et la première chose qui m'a sauté aux yeux, hormis la grosseur de ses courgettes, c'est la couleur très vert sombre des tiges et des feuilles, ça tranche avec chez moi.

De là à penser que chez moi ça manque un tantinet d'azote... alors que chez lui c'est peut-être bien l'excès. Surtout à voir aussi la hauteur du feuillage de ses pdt... et tout le reste.
0 x
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 19789
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 8467

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue




par Did67 » 19/07/21, 17:09

Cela doit être un adepte d'Olivier ?

Oui. Pas de mystère : haute dose de compost = apports d'une matière organique déjà largement "attaquée", en voie de décomposition et ayant perdu une partie de son carbone - donc concentré. Effet "fertilisant" bien plus élevé que celui du foin (pour des quantités de matières organiques fraiches bien plus importantes au départ - il faut les avoir !). Mais il y a moins "d'autres effets" sur l'amélioration du sol ("activité biologique"). Et pas de protection anti-adventice...

Et un risque accru de parasites et maladies.... Mais peut-être il traite ?

Nous, cela viendra plus tard (pour les légumes pour lesquels il ne sera pas trop tard !).

Cela me surprend un peu quand même que ton sol après 4 ou 5 ans (???) de foin, n'ait pas plus accumulé de "fertilité" (en dehors de l'azote, où, en effet, le lessivage des nitrates met les compteurs presque à zéro chaque hiver). Donc oui, un usage modéré d'urine va changer la face des choses...
0 x
Avatar de l’utilisateur
Julienmos
Grand Econologue
Grand Econologue
Messages : 1203
Inscription : 02/07/16, 22:18
Localisation : l'eau reine
x 253

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue




par Julienmos » 19/07/21, 18:45

Did67 a écrit :Cela me surprend un peu quand même que ton sol après 4 ou 5 ans (???) de foin, n'ait pas plus accumulé de "fertilité" (en dehors de l'azote, où, en effet, le lessivage des nitrates met les compteurs presque à zéro chaque hiver)


c'est pas 4 ans, mais plutôt 8 déjà que je mets du paillage, couches de tous résidus y compris pommes du voisin, au début, et foin en grosse couche depuis 2016.

S'il faut en croire la pousse vertigineuse d'adventices, pissenlit en tête, mon sol est très fertile.

Mais j'ai des légumes bien portants et en quantité suffisante, donc ça va.

Le plant de courgette est situé en limite de la "zone d'influence" du mirabellier, c'est aussi peut-être une explication.
(à l'intérieur de ladite zone, je ne plante plus rien, ayant constaté que c'est toujours médiocre).

Contrairement à une autre zone située entre deux pommiers, où là les légumes poussent aussi bien que dans le reste du jardin.
0 x
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 19789
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 8467

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue




par Did67 » 19/07/21, 18:56

Julienmos a écrit :
Le plant de courgette est situé en limite de la "zone d'influence" du mirabellier, c'est aussi peut-être une explication.
(à l'intérieur de ladite zone, je ne plante plus rien, ayant constaté que c'est toujours médiocre).

Contrairement à une autre zone située entre deux pommiers, où là les légumes poussent aussi bien que dans le reste du jardin.


Dans une vidéo, j'ai montré la rangée de framboisiers, plantes de lisière de forêt, en lisière d'un reine-claude : ils m'arrivent au mieux à mi-poitrine ; ailleurs, ils me dépassent largement...

Ne cherche pas :

"Le système racinaire du pommier est peu compétitif. Avec l'aubépine et le rosier, le pommier à un système racinaire "souple", à la fois superficiel et pivot, qui tolère bien la présence d'autres espèces. Les racines se fraient un chemin dans des sols sableux ou rocheux à faible coefficient de cohésion."


"Peu exigeant en ce qui concerne le sol, le prunier étend ses racines en surface, s'accommodant d'une terre peu profonde."
0 x


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutions »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 18 invités