Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutionsLe Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Agriculture et sols. Pollution, contrôles, dépollution des sols, humus et nouvelles techniques agricoles.
Moindreffor
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2864
Inscription : 27/05/17, 22:20
Localisation : limite entre le Nord et l'Aisne
x 476

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Moindreffor » 11/09/19, 10:27

Did67 a écrit :
Moindreffor a écrit :
donc dans le cas des températures excessives, ou de grande sécheresse, peut-il y avoir aussi une part d'absence de pollinisateurs?


Je n'ai pas observé d'absence.

Moins, peut-être ??? Je ne tiens pas de statistiques.

Les insectes sont généralement assez coriaces. L'an dernier, j'avais 4 nids de guêpes polistes dans la serre où les températures étaient très élevées (une tomate récoltée "cuite" sur le pied !). Sous réserve de points d'eau.

donc c'était plus le froid de début de saison, la chaleur joue plus sur les plantes elles mêmes

je dis ça car l'an dernier beaucoup de chenilles sur mes choux, donc cette année achat d'un filet, préparation de supports, mise en place de supports et en observant les vols de papillons et les choux j'attendais de mettre le filet et rien? pourtant plus de papillons que l'an dernier il me semble, mais pas de ponte sur les choux
0 x
"Ceux qui ont les plus grandes oreilles ne sont pas ceux qui entendent le mieux"
(de Moi)

Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 15609
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 5967

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Did67 » 11/09/19, 11:07

J'ai tout le temps les papillons blancs de la piéride. Et une seule attaque sérieuse il ya deux ans il me semble, que j'ai pensé devoir traiter. On les voit tout le temps sur mes vidéos, ces papillons blancs - encore sur la dernière. Je vis avec.

Pas de pontes ?

Ou les œufs mangés par des auxiliaires ?

Pas assez bon observateur / connaisseur de ces papillons.

L'année où j'ai pensé traiter, le temps d'acheter le Bt (je suis... lent !), 3 jours plus tard, je me rends compte que le pied avait été nettoyé. De ses chenilles ! J'attends et j'observe : un gros frelon arrive et inspecte soigneusement le pied, feuille à feuille. Je comprends qu'il s'était régalé ou avait régalé sa famille... Et il cherchait encore, des fois qu'il avait oublié une miette !

J'ai appris à vraiment aimer les frelons (européens), à rester parfaitement stoïque, au point que l'an dernier, dégoulinant de sueur dans ma serre, il y en a un qui est venu... boire mes gouttes de sueur sur mon mollet ! Il suffit d'être stoïque pour que tout se passe bien. Après une minute, il est reparti !

Mais bien entendu, dans le joyeux bordel qu'est le vivant, une année donnée, cela "ne marchera pas". Et il faudra aider...
0 x
Avatar de l’utilisateur
être chafoin
Grand Econologue
Grand Econologue
Messages : 1108
Inscription : 20/05/18, 23:11
Localisation : Gironde
x 83

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar être chafoin » 11/09/19, 11:19

Did67 a écrit :Deux explications possibles (au moins) :

a) les inoculats : il peut y avoir plus ou moins de spores qui circulent dans l'air

b) humidité : absence de condensation...

Je n'ai pas creusé le cycle biologique de ce parasite ; je suppose que, comme le milidou, il a besoin de gouttelettes d'eau pour démarrer ses cycles...

Ce à quoi peuvent se rajouter des facteurs difficiles à discerner : croissance plus ou moins équilibrée, etc...

Cela ressemble à ma situation l'an dernier.

Tu n'as pas traité (décoctions, etc) ?
Non, aucun traitement contre l'alternariose, ou quoi que ce soit d'ailleurs. Je vais peut-être enlever les parties atteintes et les jeter hors zone.
0 x
Avatar de l’utilisateur
être chafoin
Grand Econologue
Grand Econologue
Messages : 1108
Inscription : 20/05/18, 23:11
Localisation : Gironde
x 83

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar être chafoin » 11/09/19, 11:37

Moindreffor a écrit :oui j'ai déjà observé que des courgettes achetés tôt et repiquées tôt mais si ensuite on a une période froide ne présentent que des fleurs mâles et que parfois à cause de conditions météo non propices, il n'y ait pas présence de pollinisateurs, et que les fleurs femelles ne soient pas pollinisées et donc remarquant cela, j'ai testé la fécondation manuelle et ça a marché

donc dans le cas des températures excessives, ou de grande sécheresse, peut-il y avoir aussi une part d'absence de pollinisateurs?

Un article intéressant sur la chaleur, les fleurs et les pollinisateurs qui choisissent les fleurs aux motifs thermiques signalant une bonne quantité de nectar.

Les chercheurs ont démontré que les abeilles et les bourdons sont capables de voir les variations de température entre les différentes parties d'une fleur et que ces "motifs thermiques" leur permettent de différencier les espèces de fleurs et donc de choisir les plus riches en nectar.
Selon les scientifiques, en moyenne, ces motifs sont 4 à 5°C plus chauds que le reste de la fleur et peuvent même atteindre 11°C de plus ! Cette chaleur serait produite par thermogénèse ou apportée par la lumière du jour.
La découverte de ce phénomène fait d'autant plus craindre les conséquences du réchauffement climatique : "Si les pollinisateurs sont en partie influencés par les subtiles différences de températures à la surface du pétale, le plus petit changement de température dans l'environnement peut avoir une influence importante et imprévue sur l'efficacité des abeilles et des autres pollinisateurs lorsqu'ils visitent des fleurs avec des motifs thermiques", supposent les chercheurs.
https://www.sciencesetavenir.fr/animaux/insectes/les-pollinisateurs-choisissent-aussi-les-fleurs-en-fonction-de-la-chaleur-qu-elles-degagent_119302

Face à la complexité et à l’inter-connectivité des écosystèmes et du vivant, nous ne sommes encore que des bébés bombardés de signes obscurs...
0 x
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 15609
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 5967

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Did67 » 11/09/19, 11:51

Ce que je savais, c'est que les insectes "voient" très mal - c'est la rançon des yeux à facettes, qui donnent une image très pixélisée. L'invention de l'oeil globuleux à rétine et à cornée/iris a été un perfectionnement considérable, que nous partageons avec des tas d'animaux. C'est apparu, si ma mémoire ne me trompe pas, sur un animal-charnière dans l'évolution : l'axolotl !

D'où déjà les contrastes de couleurs des fleurs (ou des inflorescences - cfa pâquerette, tournesol) chez beaucoup d'espèce. Ce n'est pas pour se faire admirer / propager par l'homme, comme ornementales (même si c'est l'origine)...

Que mécaniquement, avec des parties blanches et d'autres plus sombres, donc qui absorbent mieux la lumière, cela se traduise par des zones plus froides / plus chaudes est évident...

On sait que les insectes ne voient pas les couleurs des fleurs comme nous...

Et qu'en plus l'évolution ait perfectionné cela par des mécanismes de "thermogenèse" n'est pas surprenant. Qu'un technique marche, et l'évolution la perfectionne...

Tout cela est cohérent.
0 x

VetusLignum
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 316
Inscription : 27/11/18, 23:38
x 21

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar VetusLignum » 11/09/19, 12:55

être chafoin a écrit :
La découverte de ce phénomène fait d'autant plus craindre les conséquences du réchauffement climatique : "Si les pollinisateurs sont en partie influencés par les subtiles différences de températures à la surface du pétale, le plus petit changement de température dans l'environnement peut avoir une influence importante et imprévue sur l'efficacité des abeilles et des autres pollinisateurs lorsqu'ils visitent des fleurs avec des motifs thermiques", supposent les chercheurs.
https://www.sciencesetavenir.fr/animaux/insectes/les-pollinisateurs-choisissent-aussi-les-fleurs-en-fonction-de-la-chaleur-qu-elles-degagent_119302

Les insectes peuvent être perturbés par les changements, mais il ne faut pas les croire incapables de s’adapter. Sinon, nombre d’espèces auraient disparu.
0 x
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 15609
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 5967

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Did67 » 11/09/19, 13:14

Très bonne remarque.

Mais, cependant, la vitesse des changements est telle que beaucoup d'espèces à cycle lent et à petits effectifs n'en auront pas le temps.

Je ne me fais pas de soucis pour les bactéries.

Ni pour les pucerons : des milliards individus, des dizaines de générations par an...

Mais tel butineur endémique, donc rare à l'échelle planétaire (disons quelques millions d'individus "seulement"), qui fait un cycle par an, j'ai peur qu'il n'ait pas le temps de "produire" les milliards de mutations, dont une seule sera la bonne !
0 x
Moindreffor
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2864
Inscription : 27/05/17, 22:20
Localisation : limite entre le Nord et l'Aisne
x 476

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Moindreffor » 11/09/19, 13:39

Did67 a écrit :J'ai tout le temps les papillons blancs de la piéride. Et une seule attaque sérieuse il ya deux ans il me semble, que j'ai pensé devoir traiter. On les voit tout le temps sur mes vidéos, ces papillons blancs - encore sur la dernière. Je vis avec.

Pas de pontes ?

Ou les œufs mangés par des auxiliaires ?

Pas assez bon observateur / connaisseur de ces papillons.

L'année où j'ai pensé traiter, le temps d'acheter le Bt (je suis... lent !), 3 jours plus tard, je me rends compte que le pied avait été nettoyé. De ses chenilles ! J'attends et j'observe : un gros frelon arrive et inspecte soigneusement le pied, feuille à feuille. Je comprends qu'il s'était régalé ou avait régalé sa famille... Et il cherchait encore, des fois qu'il avait oublié une miette !

J'ai appris à vraiment aimer les frelons (européens), à rester parfaitement stoïque, au point que l'an dernier, dégoulinant de sueur dans ma serre, il y en a un qui est venu... boire mes gouttes de sueur sur mon mollet ! Il suffit d'être stoïque pour que tout se passe bien. Après une minute, il est reparti !

Mais bien entendu, dans le joyeux bordel qu'est le vivant, une année donnée, cela "ne marchera pas". Et il faudra aider...

j'ai eu deux pontes que j'ai éradiquées manuellement suite à une inspection après avoir vu les papillons virevolter près de mes choux, puis j'ai inspecté régulièrement et je n'en ai plus retrouvé, j'ai eu par contre épisodiquement une ou deux chenilles d'une autre espèce
0 x
"Ceux qui ont les plus grandes oreilles ne sont pas ceux qui entendent le mieux"
(de Moi)
Avatar de l’utilisateur
nico239
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 4012
Inscription : 31/05/17, 15:43
Localisation : 04
x 405

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar nico239 » 11/09/19, 14:58

Cette année RAS

On se souvient en 2017 :evil:


chenilles dans les choux.jpg
chenilles dans les choux.jpg (95.62 Kio) Consulté 106 fois
0 x
VetusLignum
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 316
Inscription : 27/11/18, 23:38
x 21

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar VetusLignum » 11/09/19, 15:38

Did67 a écrit :Très bonne remarque.

Mais, cependant, la vitesse des changements est telle que beaucoup d'espèces à cycle lent et à petits effectifs n'en auront pas le temps.

Je ne me fais pas de soucis pour les bactéries.

Ni pour les pucerons : des milliards individus, des dizaines de générations par an...

Mais tel butineur endémique, donc rare à l'échelle planétaire (disons quelques millions d'individus "seulement"), qui fait un cycle par an, j'ai peur qu'il n'ait pas le temps de "produire" les milliards de mutations, dont une seule sera la bonne !



S’adapter, cela peut être aussi migrer vers des lieux qui leurs conviennent davantage.
On sort juste d’une glaciation, et il y a 20000 ans, ils n’étaient pas là.
Donc, de la même manière qu’ils ont su venir jusque-là où ils sont aujourd’hui, ils pourront aussi partir ailleurs.
Faut juste qu’on pense à leur laisser "quelques recoins délaissés dans nos vertes campagnes"…
0 x


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutions »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité