Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutionsLe Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Agriculture et sols. Pollution, contrôles, dépollution des sols, humus et nouvelles techniques agricoles.
Moindreffor
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2836
Inscription : 27/05/17, 22:20
Localisation : limite entre le Nord et l'Aisne
x 471

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Moindreffor » 19/03/19, 08:18

izentrop a écrit :levée du mystère sur l'excellent blog de Christophe Bouchet.
Notez tout de même que ces photos ne sont pas réellement représentatives de l’architecture naturelle des racines. En effet, à la fois pour les besoins de l’étude et pour les besoins du photographe, les plantes se sont développées dans des grands tubes de PVC en guise de pots, sans concurrence ni difficulté particulière. Les systèmes racinaires obtenus sont une sorte de potentiel idéal, tout à fait utilisable par le scientifique et l’artiste. Dans la nature, les difficultés rencontrées (hétérogénéité du sol, parasites, problèmes climatiques, agressions diverses, concurrences avec d’autres plantes) auraient donné des systèmes racinaires sans doute très différents. Ce qui ne retire absolument rien à leur beauté et à leur utilité.
http://culturagriculture.blogspot.com/2 ... cines.html

Image

on rejoint le film animalier, souvent fait avec des animaux élevés en captivité, mais comme c'est dit ça n'enlève rien à leur beauté et à leur utilité, faut juste le préciser...
0 x
"Ceux qui ont les plus grandes oreilles ne sont pas ceux qui entendent le mieux"
(de Moi)

Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 15597
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 5920

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Did67 » 19/03/19, 08:23

Nouvelle vidéo, réalisée sans aucun trucage, elle !





Enfin sans trucage : parfois, je zoome !!!
4 x
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 15597
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 5920

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Did67 » 19/03/19, 08:32

Moindreffor a écrit :Notez tout de même que ces photos ne sont pas réellement représentatives de l’architecture naturelle des racines. En effet, à la fois pour les besoins de l’étude et pour les besoins du photographe, les plantes se sont développées dans des grands tubes de PVC en guise de pots, sans concurrence ni difficulté particulière. Les systèmes racinaires obtenus sont une sorte de potentiel idéal, tout à fait utilisable par le scientifique et l’artiste. Dans la nature, les difficultés rencontrées (hétérogénéité du sol, parasites, problèmes climatiques, agressions diverses, concurrences avec d’autres plantes) auraient donné des systèmes racinaires sans doute très différents. Ce qui ne retire absolument rien à leur beauté et à leur utilité.
http://culturagriculture.blogspot.com/2 ... cines.html

Image[/quote]
on rejoint le film animalier, souvent fait avec des animaux élevés en captivité, mais comme c'est dit ça n'enlève rien à leur beauté et à leur utilité, faut juste le préciser...[/quote]

1) J'avoue que je ne pensais pas que le sol était "naturel" ; les sols où on a une telle épaisseur aussi homogène sont rares (en Alsace, nos loess ressemblent parfois à ça...).

2) Pour le reste, tout est dit dans le texte ci-dessus : cela ne "démontre" rien...

3) A la différence des documentaires animaliers, qui essayent de "reconstituer", par le dressage, des comportements naturels, là, on a une "artificialisation" dans la façon d'élever des racines telle que cela ne correspond plus du tout à la réalité ; je défie quiconque de ne jamais "cultiver" en situation réelle l'espèce de "barbe" de racines telle qu'elle est montrée sur la photo... Dès lors, cela ne montre plus rien !!!

Les documentaires animaliers sont parfois assez discrets sur le dressage, le commentaire étant tel que cela "augmente" le fait qu'on croit que c'est vrai. Mais au moins dans le générique de fin tu as le nom des dresseurs, etc... Donc celui qui va jusqu'au bout, est informé.

A noter que notamment BBC Nature fait encore énormément de documentaires filmés en situations réelles, avec des trésors d'imagination technique, leurres, robots, échafaudages, pour parfois quelques images furtives... Les films de Perrin aussi sont fait en milieu naturel avec une débauche de technique !

Donc tous les documentaires animaliers sont loin d'être des "films" !!!
1 x
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 15597
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 5920

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Did67 » 19/03/19, 08:45

thibr a écrit :pourtant cela à l'air intéressant


Oui, très intéressant à plusieurs niveaux :

a) la "céréale pérenne" serait un "système" dans lequel on intègre production de biomasse nutritive et réalisation d'un couvert en une seule opération, une seule plante (ce que dans les systèmes de TCS, on "éclate" en deux choses : la céréale et le couvert dans lequel on sème ; on a donc à semer deux plantes)

b) cela montre aussi que l'INRA est beaucoup moins obtus que ne le pensent certains "khmers verts" et explore soit l'idée d'améliorer des plantes sauvages (ce qui revient à refaire 10 000 ans d'histoire de l'agriculture !), soit d’introduire dans nos céréales ultra-sélectionnées, des gènes issus de plantes sauvages, pour les adapter à des systèmes moins intensifs (à des systèmes "agro-écologiques")

c) néanmoins, aucune indication sur des "rendements" ; à mon avis, au pif entièrement pifométrique, on retombe sur des 10 quintaux / ha si tout va bien...

Ne pas se laisser "endormir" sur une plus forte concentration en "nutriments". Certes ! Mais savoir que l'homme est un hétérotrophe comme tous les autres hétérotrophes qui a d'abord besoin d'énergie, ce qui n'est que de l'énergie solaire stockée dans les autotrophes suite à la photosynthèse, sous forme de glucides (les fameux "sucres lents" - amidon) et éventuellement, chez d'autres plantes, sous forme de lipides ("huiles"). La quantité de personnes qu'on arrivera à nourrir à partir d'un ha de culture dépendra d'abord de ça... Et là ???????????????? Je crains qu'on soit loin du compte. Ce qui n'enlève rien à l'intérêt de ces recherches, mais amène à être fortement nuancé !
1 x
Avatar de l’utilisateur
phil12
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 249
Inscription : 05/10/09, 13:58
Localisation : Occitanie
x 43

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar phil12 » 19/03/19, 11:35

Bonjour les phénos,

Deux petites questions .

Je suis en sud Aveyron donc plutôt sec en été .

J’ai un sol argilo calcaire, mon potager est sur une ancienne prairie temporaire plein sud sans ombres portées .

Une couverture de planches gazon/ trèfle / paille / foin selon ce que je sens comme apport à réaliser et en fonction de ce que me donne ma parcelle et mes voisins .

J’ai des PV en auto consommation je suis chez un opérateur « vert » et l’Aveyron produit 100 % de son électricité « verte » ( j’ai un barrage à 2 Km et la vallée ou se situ mon site est sur un complexe hydroélectrique très important , l’Aveyron exporte un tiers de sa production vers la France ) ce qui fait que je ne culpabilise pas d’utiliser ma pompe sur mon forage .

Voici mes questions , dans la journée en mode paresseux puis je arroser :
-en laissant couler au sol le long des planches et en réalisant par la suite des rigoles ( le terrain est légèrement pendu ) pour passer sous le couvert
-en mettant un arroseur genre tourniquet le matin avant que le soleil ne frappe trop fort comme mon eau n’est pas chlorée je pense que ça peut le faire ! mais qui de l’influence de la couverture humide ? ( fungis, mildiou...)

La solution 2 m’intéresserait plus ( plus rapide , plus facile à gérer)
J’aimerai me passer des gouttes à gouttes ( prix, temps de pose etc ..)

Merci pour vos réponses même si ma demande est atypique .
0 x
Conseil en énergie durable de la construction
http://www.philippeservices.net/

Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 15597
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 5920

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Did67 » 19/03/19, 11:48

phil12 a écrit :
Voici mes questions , dans la journée en mode paresseux puis je arroser :
-en laissant couler au sol le long des planches et en réalisant par la suite des rigoles ( le terrain est légèrement pendu ) pour passer sous le couvert
-en mettant un arroseur genre tourniquet le matin avant que le soleil ne frappe trop fort comme mon eau n’est pas chlorée je pense que ça peut le faire ! mais qui de l’influence de la couverture humide ? ( fungis, mildiou...)

La solution 2 m’intéresserait plus ( plus rapide , plus facile à gérer)
J’aimerai me passer des gouttes à gouttes ( prix, temps de pose etc ..)

Merci pour vos réponses même si ma demande est atypique .


Les deux !!!

a) pour certaines plantes, l'aspersion (tourniquet) a des avantages : cela refroidit l'air, et évite le "stress hydrique" (cela réduit la demande climatique d'eau, car l'atmosphère est plus humide) ; j'évoque ça dans ma dernière vidéo mise en ligne ce matin ; c'est efficace pour retarder la montée en graines des laitues... Ne pas hésiter à y aller au plus fort de la chaleur (l'histoire que l'eau brule les feuilles est une légende, même si elle est tenace sur internet : tout le monde a pu observer qu'en été, l'irrigation tourne 24 h sur 24 dans les champs ! ET rien n'a jamais "brulé". Ah, les délires !!!!)

b) pour d'autres plantes, cette humidité peut causer, en effet, des ennuies sérieux au niveau des maladies : tomates, cucurbitacées ; je te conseille de les arroser "à la raie" (donc creuser une rigole avec une houe, qui passe au pied de chaque plant... Le mildiou ne se développe QUE s'il y a de l'eau sur les feuilles !!!
2 x
Moindreffor
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2836
Inscription : 27/05/17, 22:20
Localisation : limite entre le Nord et l'Aisne
x 471

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Moindreffor » 19/03/19, 11:51

phil12 a écrit :Bonjour les phénos,

Deux petites questions .

Je suis en sud Aveyron donc plutôt sec en été .

J’ai un sol argilo calcaire, mon potager est sur une ancienne prairie temporaire plein sud sans ombres portées .

Une couverture de planches gazon/ trèfle / paille / foin selon ce que je sens comme apport à réaliser et en fonction de ce que me donne ma parcelle et mes voisins .

J’ai des PV en auto consommation je suis chez un opérateur « vert » et l’Aveyron produit 100 % de son électricité « verte » ( j’ai un barrage à 2 Km et la vallée ou se situ mon site est sur un complexe hydroélectrique très important , l’Aveyron exporte un tiers de sa production vers la France ) ce qui fait que je ne culpabilise pas d’utiliser ma pompe sur mon forage .

Voici mes questions , dans la journée en mode paresseux puis je arroser :
-en laissant couler au sol le long des planches et en réalisant par la suite des rigoles ( le terrain est légèrement pendu ) pour passer sous le couvert
-en mettant un arroseur genre tourniquet le matin avant que le soleil ne frappe trop fort comme mon eau n’est pas chlorée je pense que ça peut le faire ! mais qui de l’influence de la couverture humide ? ( fungis, mildiou...)

La solution 2 m’intéresserait plus ( plus rapide , plus facile à gérer)
J’aimerai me passer des gouttes à gouttes ( prix, temps de pose etc ..)

Merci pour vos réponses même si ma demande est atypique .

moi j'arroserai avec un arroseur transversal, qui arrose une certaine largeur réglable, pour le mildiou, Didier nous a montré qu'il fallait ne pas laisser l'humidité stagner trop longtemps, donc si ça se ressuie vite après l'arrosage, y aurait pas de soucis apparemment
0 x
"Ceux qui ont les plus grandes oreilles ne sont pas ceux qui entendent le mieux"
(de Moi)
Avatar de l’utilisateur
phil12
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 249
Inscription : 05/10/09, 13:58
Localisation : Occitanie
x 43

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar phil12 » 19/03/19, 11:55

Ok , merci , je vais faire un été full arroseur et je vous fais un retour !
0 x
Conseil en énergie durable de la construction
http://www.philippeservices.net/
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 15597
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 5920

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Did67 » 19/03/19, 11:57

Excellent complément : en effet, cela aussi doit inciter à arroser en plein cagnard, ou juste avant !!!

Contrairement à une "légende", c'est en effet, ma présence de gouttelettes d'eau et des températures assez basses qui déclenchent les cycles.
1 x
Avatar de l’utilisateur
nico239
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 3981
Inscription : 31/05/17, 15:43
Localisation : 04
x 403

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar nico239 » 19/03/19, 12:13

phil12 a écrit :Bonjour les phénos,

Deux petites questions .

Je suis en sud Aveyron donc plutôt sec en été .

J’ai un sol argilo calcaire, mon potager est sur une ancienne prairie temporaire plein sud sans ombres portées .

Une couverture de planches gazon/ trèfle / paille / foin selon ce que je sens comme apport à réaliser et en fonction de ce que me donne ma parcelle et mes voisins .

J’ai des PV en auto consommation je suis chez un opérateur « vert » et l’Aveyron produit 100 % de son électricité « verte » ( j’ai un barrage à 2 Km et la vallée ou se situ mon site est sur un complexe hydroélectrique très important , l’Aveyron exporte un tiers de sa production vers la France ) ce qui fait que je ne culpabilise pas d’utiliser ma pompe sur mon forage .

Voici mes questions , dans la journée en mode paresseux puis je arroser :
-en laissant couler au sol le long des planches et en réalisant par la suite des rigoles ( le terrain est légèrement pendu ) pour passer sous le couvert
-en mettant un arroseur genre tourniquet le matin avant que le soleil ne frappe trop fort comme mon eau n’est pas chlorée je pense que ça peut le faire ! mais qui de l’influence de la couverture humide ? ( fungis, mildiou...)

La solution 2 m’intéresserait plus ( plus rapide , plus facile à gérer)
J’aimerai me passer des gouttes à gouttes ( prix, temps de pose etc ..)

Merci pour vos réponses même si ma demande est atypique .


Je perds la boule ou j'ai déjà répondu dans un autre sujet Image

Bref comme je disais uniquement aspersion mais on est dans le sud.

L'idéal comme l'a dit Didier ce sont les deux

J'ai eu un système de goutte à goutte par le passé mais c'était dans un but horticole.
0 x


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutions »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité