Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutionsLe Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Agriculture et sols. Pollution, contrôles, dépollution des sols, humus et nouvelles techniques agricoles.
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 14060
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 4744

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Did67 » 05/12/18, 20:50

OK, je comprends mieux.

Au sens stricte, il ne s'agit pas dans ce cas de produire ses graines, mais de sélection. Ce type de sélection s'appelle "sélection massale" : dans la quantité d'individus qu'on a devant soi, dans sa récolte, au sein de cette "masse" donc, on retient comme semencier celui dont le "phénotype" (les caractères exprimés, perceptibles : taille, couleur, goût, etc) correspond à ce que l'on cherche...

Régulièrement répété, cela va augmenter la part des gènes liés à ce caractère (ce n'est qu'une probabilité, d'où le fait de devoir répéter pendant un certain temps : par ex, le "plus gros" choux - si on prend ce critère - peut juste être celui qui a eu la chance de pousser là où quelqu'un avait pisser quelques semaines avant, alors qu'il n'est génétiquement que très médiocre ! On avance donc à zigzag. C'est la méthode par laquelle on été obtenu la majorité des anciennes variétés, bien que très vite, cela s'est rationalisé - la grande époque des Vilmorin, des Clause, )...

Dans ce que je racontais, je partais du principe que la variété existait et qu'elle était stable : c'est ce qu'on appelle alors une "variété classique". Les anciennes variétés sont de ce type, mais également un certain nombre de créations nouvelles. Il existe toujours une "sélection classique". Donc dans ce cas, si on se contente de reproduire une variété qu'on aime, il suffit de laisser fleurir et de procéder comme indiqué.
0 x

JardinierAmateur
Je comprends l'éconologie
Je comprends l'éconologie
Messages : 89
Inscription : 25/06/18, 00:53
Localisation : Centre Bretagne (22)
x 4

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar JardinierAmateur » 06/12/18, 09:44

Ceci dit, l'idée de lancer un fil sur la production de graines me parait plutôt pas mal !
0 x
L'ennemi se déguise souvent en géranium. Mais l'on ne peut s'y méprendre, car tandis que le géranium est à nos fenêtres, l'ennemi lui, est à nos portes
Avatar de l’utilisateur
Julienmos
Grand Econologue
Grand Econologue
Messages : 773
Inscription : 02/07/16, 22:18
Localisation : l'eau reine
x 161

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Julienmos » 07/12/18, 12:54

suite au visionnage de la dernière partie de la conférence de Did (vidéo youtube)

je vois qu'il se désole toujours autant de n'avoir pas de hérisson "à demeure" dans son potager, malgré tous ses efforts pour leur offrir le gîte et le couvert :)

pour ma part, je ne m'en inquiète pas, car des hérissons je sais qu'il y en a toujours de passage, même s'ils ne "s'installent" pas. En été, quand je sors marcher un peu devant chez moi le long de la rue, au crépuscule ou à la nuit, j'en vois presque tout le temps, trottinant et fouinant dans les gazons devant les maisons (grâce à l'éclairage public), ils sont très mobiles, les clôtures ne les arrêtent pas, ils trouvent des passages... et je sais aussi qu'ils font régulièrement leur tour dans mon potager.

Depuis deux ans, je suis relativement épargné par les limaces (ce ne fut pas le cas auparavant)... il n'y a que les minuscules grises (loches) qui sont toujours aussi envahissantes.
0 x
Avatar de l’utilisateur
nico239
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2933
Inscription : 31/05/17, 15:43
Localisation : 04
x 299

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar nico239 » 07/12/18, 14:08

Julienmos a écrit :suite au visionnage de la dernière partie de la conférence de Did (vidéo youtube)

je vois qu'il se désole toujours autant de n'avoir pas de hérisson "à demeure" dans son potager, malgré tous ses efforts pour leur offrir le gîte et le couvert :)



Nous aussi on est envahi à tel point que Mme a capitulé, 100% des repiquages ont disparu : la serre est quasi vide sauf des oignons et des échalottes et de quelques pousses sous des bouteilles.

J'avoue que je n'ai pas le temps de me rajouter du boulot dans la serre.

Il faut que j'achète quelques collerettes en plastique voir si cela fonctionne.

Je me suis dit que je ferai des essais durant les vacances de Noel.

Comme à l'extérieur, c'est à dire dans les bouteilles tout se porte comme un charme ça donne la pêche.

Même les fèves dans la baignoire n'ont quasi pas bronché par -7 : cela m'a étonné.

Il faut tester histoire d'en avoir le coeur net pour reproduire le même procédé dans la serre et voir ce qui se passe : faudrait pas que cela vienne d'un autre problème, mais à priori ce sont bien les limaces.
0 x
Moindreffor
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 1792
Inscription : 27/05/17, 22:20
Localisation : limite entre le Nord et l'Aisne
x 311

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Moindreffor » 07/12/18, 22:27

nico239 a écrit :
Julienmos a écrit :suite au visionnage de la dernière partie de la conférence de Did (vidéo youtube)

je vois qu'il se désole toujours autant de n'avoir pas de hérisson "à demeure" dans son potager, malgré tous ses efforts pour leur offrir le gîte et le couvert :)



Nous aussi on est envahi à tel point que Mme a capitulé, 100% des repiquages ont disparu : la serre est quasi vide sauf des oignons et des échalottes et de quelques pousses sous des bouteilles.

J'avoue que je n'ai pas le temps de me rajouter du boulot dans la serre.

Il faut que j'achète quelques collerettes en plastique voir si cela fonctionne.

Je me suis dit que je ferai des essais durant les vacances de Noel.

Comme à l'extérieur, c'est à dire dans les bouteilles tout se porte comme un charme ça donne la pêche.

Même les fèves dans la baignoire n'ont quasi pas bronché par -7 : cela m'a étonné.

Il faut tester histoire d'en avoir le coeur net pour reproduire le même procédé dans la serre et voir ce qui se passe : faudrait pas que cela vienne d'un autre problème, mais à priori ce sont bien les limaces.

comme je l'ai déjà dit et comme le dit Didier, moi j'utilise le féramol, un peu avant de repiquer et un peu par la suite
j'envisage de tester sur différents types de légumes des semis en pots puis repiquage dans le foin, l'an prochain, donc j'envisage d'ouvrir le foin, 2 ou 3 jours avant de mettre en place les pots et donc de profiter de ce délais pour mettre du féramol en préventif puis de poursuivre en curatif, après le repiquage, comme ça tient bien la pluie pas la peine d'en utiliser beaucoup

j'ai déjà utilisé des bouteilles de différentes tailles, surtout des 5L pour faire des cloches, mais je trouve ça laid (même si ça fonctionne), ça a une durée de vie très courte, ça s'envole facilement, mais c'est vrai que c'est "gratuit" (faut acheter de l'eau en bouteille ou récupérer celles du voisin :mrgreen:
0 x
"Ceux qui ont les plus grandes oreilles ne sont pas ceux qui entendent le mieux"
(de Moi)

Avatar de l’utilisateur
nico239
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2933
Inscription : 31/05/17, 15:43
Localisation : 04
x 299

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar nico239 » 07/12/18, 23:05

On préfèrerait éviter et tout essayer avant....

On doit voir aussi avec la LPO pour réintroduire des hérissons...

Bon ceci dit j'avais une question à poser à Didier suite à la vidéo 2 sur les vers de terre.

Si j'ai bien compris les épigés cela ne sert à rien...

Donc question 1. les épigés cela ne sert vraiment à rien du tout?

2. la présence d'épigés (on en a en pagaille maintenant) est-il indicatrice des anéciques ou cela n'a-t-il rien à voir?

En fonction des réponses je rebondirai sur d'autres questions à propose de nos amis les vers
0 x
VetusLignum
Je comprends l'éconologie
Je comprends l'éconologie
Messages : 83
Inscription : 27/11/18, 23:38
x 4

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar VetusLignum » 08/12/18, 02:39

Did67 a écrit :En effet :

a) le système complexe qu'est le "sol vivant" est encore très mal connu - ne serait-ce que le phénomène fondamental qu'est l'humification (voir la citation de mon livre ; quelque chose du genre "le sol est encore très mal connu ; peut-être n'y a-t-il pas assez de sondes qui tombent dans les jardins ?", après avoir souligné qu'on connait peut-être mieux la lune ou mars)

b) c'est de tout façon tellement complexe que l'esprit humain aura de toute façon de grandes difficultés pour en faire la synthèse ; toute "modélisation" sera réductrice ; par conséquent laissera de la place à des interprétations ; et je ne fais rien d'autre qu'interpréter à la lumière de ce que j'ai compris et compte tenu de ce que je n'ai pas encore compris !

Comme moindreffor, pour l'avoir observé chez des jardiniers débutants façon "permaculture", je constate que les matériaux pauvres génèrent d'abord une "faim d'azote". Cela peut être dissuasif pour ceux qui se lancent. Même si cela s'estompe ensuite, par le phénomène naturel de fixation (symbiotique - on peut facilement accélérer par le semis de légumineuses notamment fourragères ; non symbiotiques ou libres, qu'on peut booster par des apports de substances carbonées - à ma compréhension pas nécessairement "pauvres", même si les apports d'azote, s'ils sont excessif, freinent par feed-back négatif, cette fixation...).

Il reste que je suis nettement plus prudent que KS. Je ne parle pas de sols qui "pissent l'azote", en ce que ce terme sous-entend de quantitatif (si ça pisse, cela dégouline...), et de rapide (on ne passe pas des heures à pisser)...

Mais chacun choisira l'interprétation qui lui convient.


La faim d'azote peut n’être qu'un mal temporaire. On peut aussi penser qu'elle est d'autant plus forte que le sol est peu vivant.


Sur la fixation d'azote :
https://core.ac.uk/download/pdf/22761286.pdf

Sur l'humus :
https://www.gardenmyths.com/humus-does- ... new-study/
https://www.ecofarmingdaily.com/book-ex ... umusphere/
0 x
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 14060
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 4744

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Did67 » 08/12/18, 12:42

nico239 a écrit :
Donc question 1. les épigés cela ne sert vraiment à rien du tout?

2. la présence d'épigés (on en a en pagaille maintenant) est-il indicatrice des anéciques ou cela n'a-t-il rien à voir?

En fonction des réponses je rebondirai sur d'autres questions à propose de nos amis les vers


1) Non, je suis trop radical !!! Je suis injuste : ce sont des "décomposeurs primaires" de matières organiques
... Parmi tout ce qu'on balance sur un sol, tout n'est pas favorable aux anéciques : ils e vont pas entrainer des feuilles de salade avec leurs nervures, etc... Les épigés jouent alors un rôle certain.

Ils m'agacent parce qu'ils bouffent aussi le foin de mes anéciques. Et ils m'attirent les oiseaux.

"Rien n'est jamais tout noir, rien n'est jamais tout blanc" - c'est vrai aussi pour les épigés !

2) Non. Je pense même qu'en partie, ils se concurrencent : ils n'occupent pas du tout la même niche écologique ; ils mangent en partie la même chose ; donc autour du "bol de foin, c'est un peu chien et chat !"...
0 x
Avatar de l’utilisateur
nico239
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2933
Inscription : 31/05/17, 15:43
Localisation : 04
x 299

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar nico239 » 08/12/18, 13:14

Did67 a écrit :
nico239 a écrit :
Donc question 1. les épigés cela ne sert vraiment à rien du tout?

2. la présence d'épigés (on en a en pagaille maintenant) est-il indicatrice des anéciques ou cela n'a-t-il rien à voir?

En fonction des réponses je rebondirai sur d'autres questions à propose de nos amis les vers


1) Non, je suis trop radical !!! Je suis injuste : ce sont des "décomposeurs primaires" de matières organiques
... Parmi tout ce qu'on balance sur un sol, tout n'est pas favorable aux anéciques : ils e vont pas entrainer des feuilles de salade avec leurs nervures, etc... Les épigés jouent alors un rôle certain.

Ils m'agacent parce qu'ils bouffent aussi le foin de mes anéciques. Et ils m'attirent les oiseaux.

"Rien n'est jamais tout noir, rien n'est jamais tout blanc" - c'est vrai aussi pour les épigés !

2) Non. Je pense même qu'en partie, ils se concurrencent : ils n'occupent pas du tout la même niche écologique ; ils mangent en partie la même chose ; donc autour du "bol de foin, c'est un peu chien et chat !"...



Ok d'ac ah ben si maintenant les vers se font de la concurrence :mrgreen:

Alors du coup est-il possible d'attirer les anéciques, voire de les «cultiver», enfin bref un moyen d'en augmenter la présence dans un lieu donné?
0 x
VetusLignum
Je comprends l'éconologie
Je comprends l'éconologie
Messages : 83
Inscription : 27/11/18, 23:38
x 4

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar VetusLignum » 08/12/18, 14:49

Did67 a écrit :
nico239 a écrit :
Donc question 1. les épigés cela ne sert vraiment à rien du tout?

2. la présence d'épigés (on en a en pagaille maintenant) est-il indicatrice des anéciques ou cela n'a-t-il rien à voir?

En fonction des réponses je rebondirai sur d'autres questions à propose de nos amis les vers


1) Non, je suis trop radical !!! Je suis injuste : ce sont des "décomposeurs primaires" de matières organiques
... Parmi tout ce qu'on balance sur un sol, tout n'est pas favorable aux anéciques : ils e vont pas entrainer des feuilles de salade avec leurs nervures, etc... Les épigés jouent alors un rôle certain.

Ils m'agacent parce qu'ils bouffent aussi le foin de mes anéciques. Et ils m'attirent les oiseaux.

"Rien n'est jamais tout noir, rien n'est jamais tout blanc" - c'est vrai aussi pour les épigés !

2) Non. Je pense même qu'en partie, ils se concurrencent : ils n'occupent pas du tout la même niche écologique ; ils mangent en partie la même chose ; donc autour du "bol de foin, c'est un peu chien et chat !"...


Les oiseaux paient pour ce qu'ils consomment.
Ils laissent en général quelques fientes riches en azote et en phosphore.
Ils peuvent aussi amener dans leurs pattes des microbes utiles présents dans les alentours.

Les problème, c'est surtout qu'ils peuvent étouffer les plantes qu'on cherche à faire pousser en les recouvrant de foin.
0 x


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutions »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité