Retour Faire défiler Stop Mode automatique

Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutionsLe Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Agriculture et sols. Pollution, contrôles, dépollution des sols, humus et nouvelles techniques agricoles.
Avatar de l’utilisateur
phil12
Je comprends l'éconologie
Je comprends l'éconologie
Messages : 165
Inscription : 05/10/09, 13:58
Localisation : Occitanie
x 25
Contact :

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar phil12 » 11/09/18, 17:44

0 x
Conseil en énergie durable de la construction
http://www.philippeservices.net/

Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 13105
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 4468

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Did67 » 11/09/18, 17:46

Pour info...

Dans la même veine que des demandes évoquées plus haut, ce message reçu ce matin (auquel j'ai répondu favorablement) [extrait du mail que m'adresse une professeure] :

Je serai en Alsace avec ma classe de 6ème et ma collègue professeur de sciences de la vie et de la terre et on nous a recommandé la visite de votre jardin ; nous sommes intéressés par les techniques de jardinage et d'agriculture écologiques, la permaculture, toutes les interactions entre les plantes et entre la faune et la flore du jardin. Nous avons un projet pédagogique commun en SVT et géographie qui nous permettra d'exploiter ce que nous aurons vu chez vous (et nous sommes sur le point de créer un 2ème potager pour les collégiens dans notre établissement scolaire situé au centre de Paris)

Seriez-vous disponible pour une visite le 17 octobre au matin ?
1 x
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 13105
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 4468

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Did67 » 11/09/18, 17:50

phil12 a écrit :https://mcetv.fr/mon-mag-buzz/insolite/suisse-restaurant-menu-manger-chien-chat-1202/

https://www.tdg.ch/vivre/societe/Des-Su ... y/10121142

:mrgreen:


Oh punaise... Moi qui croyait qu'ils ne mangeaient que du caviar !
1 x
JardinierAmateur
Je comprends l'éconologie
Je comprends l'éconologie
Messages : 52
Inscription : 25/06/18, 00:53
Localisation : Centre Bretagne (22)
x 3

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar JardinierAmateur » 11/09/18, 23:07

Didier, tu parles d'animaux domestiques..... tu inclus les vaches, les chevaux, et les poules dedans ?
JE m'explique : cette annee, je suis allé au salon de l'agriculture. J'ai vu le concours de bovins, notamment. Mon pere, elevé en milieu agricole. Et il m'a dit, sic : mon grand pere aurait eu honte d'avoir des vaches comme ça. Des "vaches à lait, c'est le cas de le dire. selectionnees sur un seul critere : la produtcion de lait, sans tenir compte de qualité. Pour les chevaux, si cetains eleveurs n'etaient pas la, pour justement conserver certaines varietes (parallele avec les varietes anciennes de legumes), certaines races auraient aujourd'hui completement disparu. Et si l'homme ne mangeait pas de cheval, il y aurait certainement beaucoup moins de chevaux d'elevage, voire certaines races auraient completement disparu ....Bref, il faut peut etre revoir les criteres de selection
Comme tu le dit si souvent, rien n'est tout blanc, rien n'est tout noir .....
0 x
L'ennemi se déguise souvent en géranium. Mais l'on ne peut s'y méprendre, car tandis que le géranium est à nos fenêtres, l'ennemi lui, est à nos portes
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 13105
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 4468

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Did67 » 11/09/18, 23:16

J'étais qu'à moitié sérieux, mais un peu quand même. Je ne vois pas où tu veux en venir.

Du strict point de vue biologique, et de celui des animaux concernés, je ne vois pas pourquoi s'émouvoir plus de la consommation de chiens que de celle d'autres animaux domestiques (vaches, veaux, cochons, canards, poules, agneaux, lapins... ) ou pas domestiques (sangliers, escargots, poissons, faisans...).

C'est tout.

[J'ai oublié de le dire : j'aime beaucoup les chiens, et en ai eu très souvent dans ma vie ; j'ai accompagné le dernier, il y a deux ou trois ans, lorsque le moment était venu - et je suis resté quand le véto l'a piqué].
1 x

Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6974
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 498

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Ahmed » 11/09/18, 23:50

Il existe tout de même une grande différence anthropologique entre le chien et les autres animaux domestiques. En effet, la domestication des animaux de la ferme, qu'ils soient élevés à des fins alimentaires ou de travail (chevaux,ânes, boeufs, chats...) est contemporaine du néolithique, c'est à dire assez récente, alors que la domestication du loup lui est vraiment considérablement antérieure (sans qu'il soit possible de dater les débuts de cette relation avec certitude). Ce qui explique la grande complicité possible entre nos deux espèces, c'est la grande proximité comportementale qui efface la distance génétique...
Ceci milite pour un respect particulier pour la gent canine (mais ce n'est pas exclusif!).
1 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."
Avatar de l’utilisateur
nico239
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 1934
Inscription : 31/05/17, 15:43
Localisation : 04
x 193
Contact :

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar nico239 » 12/09/18, 00:22

Ahmed a écrit :Il existe tout de même une grande différence anthropologique entre le chien et les autres animaux domestiques. En effet, la domestication des animaux de la ferme, qu'ils soient élevés à des fins alimentaires ou de travail (chevaux,ânes, boeufs, chats...) est contemporaine du néolithique, c'est à dire assez récente, alors que la domestication du loup lui est vraiment considérablement antérieure (sans qu'il soit possible de dater les débuts de cette relation avec certitude). Ce qui explique la grande complicité possible entre nos deux espèces, c'est la grande proximité comportementale qui efface la distance génétique...
Ceci milite pour un respect particulier pour la gent canine (mais ce n'est pas exclusif!).


Ma foi difficile d'exprimer un avis tant les humains sur la terre respectent et mangent ou pas tel ou tel animal... (l'humain étant lui aussi un animal ne l'oublions pas Image qui s'est AUSSI fait croquer de ci de là...)

J'ai envie de dire chacun la sienne et c'est très bien ainsi, cela s'appelle la diversité prétendre unifier ou moraliser tout cela ne me semble pas la bonne démarche...

À condition bien entendu qu'on ne boulotte pas les espèces (quelles qu'elles soient) en voie de disparition, cela va de soi et qu'on les élève et les achève dans les meilleurs conditions.
0 x
JardinierAmateur
Je comprends l'éconologie
Je comprends l'éconologie
Messages : 52
Inscription : 25/06/18, 00:53
Localisation : Centre Bretagne (22)
x 3

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar JardinierAmateur » 12/09/18, 00:51

Merci Ahmed pour cette precision que je ne connaissais pas.
La ou je veux en venir, Didier ?
Ben on entend souvent le discour : je ne mange pas de cheval parce que j'aime trop les chevaux. Alors que c'est justement l'absence de consommation d'un animal qui fait que l'homme ne l'eleve pas et laisse son espece s'eteindre. Rien de plus, rien de moins.
J'aime aussi veau, vache, cochon, cheval, et surtout chien. Meme si le chien est sans doute moins concerné par mon affirmation :?
0 x
L'ennemi se déguise souvent en géranium. Mais l'on ne peut s'y méprendre, car tandis que le géranium est à nos fenêtres, l'ennemi lui, est à nos portes
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 13105
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 4468

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Did67 » 12/09/18, 09:58

@ahmed

Cela n'empêche... Une plus grande proximité, depuis plus longtemps, explique sans doute "l'émotion" supérieure. Mais mon "raisonnement" était justement de dire qu'au-delà de l'émotion, quelle différence profonde, éthique, entre manger tel animal ou tel autre ???

J'ai, dans mes jeunes années, élevé des veaux. Cela devenait une grosse peluche. Difficile de s'en séparer, quand le maquignon venait le chercher pour l'amener à l’abattoir !

@JardinierAmateur

Ce sont plutôt des races, généralement crées par l'homme pour "formater" une espèce à son environnement / ses besoins, qui disparaissent... Les chevaux sauvages survivent très bien (voir les chevaux sauvages de Namibie ou les "Mustangs" des grandes plaines américaines)...
1 x
Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6974
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 498

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Ahmed » 12/09/18, 10:52

@ Jardinier amateur.
Je dois encore préciser que jamais un animal domestiqué n'a donné lieu à autant de rôles différents que le chien; il y a en lui tellement de ce que nous avons nous même introduit qu'il est difficile de le considérer sur le même plan que les autres animaux.
Tu écris:
Alors que c'est justement l'absence de consommation d'un animal qui fait que l'homme ne l'élève pas et laisse son espèce s'éteindre.

Il faut soigneusement distinguer d'une part entre les espèces modifiées par l'homme à des fins utilitaires et qui pourraient très bien disparaître avec les besoins qui furent à l'origine de sa création et, d'autre part, les espèces naturelles qui vivent, par définition, sans son concours. Une autre distinction est aussi à opérer entre l'espèce et l'individu: c'est seulement ce dernier qui se présente comme être sensible digne de considération.

@ Did:
Bien sûr, la place particulière des chiens ne doit pas conduire à refuser aux autres animaux le statut d'êtres sensibles, mais sociologiquement se produit un découpage nouveau qui introduit un grand hiatus entre les animaux familiers (chiens, chats, chevaux) et les animaux d'élevage (ou autres): au premier groupe est réservé des attentions particulières, parfois absurdes, alors que le second groupe fait l'objet d'un simple et pur déni et subit de plein fouet (sans jeu de mots!) les conséquences de son statut d'animal de "rapport".
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutions »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités