Retour Faire défiler Stop Mode automatique

Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutionsLe Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Agriculture et sols. Pollution, contrôles, dépollution des sols, humus et nouvelles techniques agricoles.
Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6627
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 435

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Ahmed » 03/08/18, 17:06

Moi, je dis que tu n'as vraiment pas de chance à cumuler les problèmes comme ça! :lol:
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."

Moindreffor
Grand Econologue
Grand Econologue
Messages : 877
Inscription : 27/05/17, 22:20
Localisation : limite entre le Nord et l'Aisne
x 215

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Moindreffor » 03/08/18, 17:30

Ahmed a écrit :Moi, je dis que tu n'as vraiment pas de chance à cumuler les problèmes comme ça! :lol:

jamais de problèmes toujours des solutions :mrgreen:
0 x
"Ceux qui ont les plus grandes oreilles ne sont pas ceux qui entendent le mieux"
(de Moi)
calousorb
J'apprends l'éconologie
J'apprends l'éconologie
Messages : 35
Inscription : 12/09/17, 22:31
Localisation : 08 Sorbon
x 7

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar calousorb » 03/08/18, 20:56

Did67 a écrit :
être chafoin a écrit :Bien sûr, elle a poussé, elle a utilisé toute l'énergie de sa graine et fait peut-être quelques racines. Pour le reste je suis pas sûr qu'elle ait besoin de tuteur...


L'énergie de la graine suffit pour faire... les deux petites feuilles cotylédonnaires (celles qui sont allongées et non pas découpées) et les premières racines... Après ça, la plantule ne vit plus sur les réserves, mais se construit à partir de la photosynthèse.

"Rien ne se perd, rien ne se crée !". Impossible de stocker dans une petite graine de tomates de quoi construire ce que l'on voit là, même en partant du principe que c'est "concentré", déshydraté, etc... Là, le pied est enraciné, c'est absolument certain.

Il peut être handicapé par la sécheresse sous le dallage, la pauvreté du sol privé d'apports organiques depuis longtemps, l'absence de vers de terre, le manque d'oxygène, etc...


Je ne pense pas qu'il souffrira de tout cela! J'ai de magnifiques framboisiers qui poussent dans une fente de 4 cm entre deux dalles de béton. J'ai du récolter environ 5 à 7 kilos de framboises sur la longueur de cette dalle soit environ 2m50. J'ajoute que bien sûr je ne les aient pas invités à s'installer, mais j'avais repiqué un framboisier en bout de cette dalle ( dans le gazon en fait) et il a dragonner un max, et résiste à peu près à tout. Sécheresse en particulier compte tenu qu'il ne doit sans doute pas y avoir d'évaporation lorsque que l'eau c'est glissé dans cette fente. Pour info ces rejet me donne de plus beau et plus nombreux fruit que le pied, bien installer dans le gazon, qui a reçu plusieurs fois les déchets verts de cuisine et plus récemment du BRF.
0 x
Avatar de l’utilisateur
être chafoin
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 326
Inscription : 20/05/18, 23:11
Localisation : Gironde
x 16

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar être chafoin » 04/08/18, 01:50

calousorb a écrit :Je ne pense pas qu'il souffrira de tout cela! J'ai de magnifiques framboisiers qui poussent dans une fente de 4 cm entre deux dalles de béton.
Oui, j'ai déjà vu ça. Voilà une photo que j'ai prise en plein centre de Bordeaux à l'endroit où je travaille, dans le parking !
2018-08-03 11.15.05.jpg
Et l'année dernière sur la droite plus à l'ombre il y avait effectivement des petites fraises "sauvages" qui avaient mûrie (peut-être une fraise des indes) ! On parle aussi des plantes rudérales ou nitrophiles comme l'ortie, le chénopode... qui profitent de la pollution de l'homme. Je n'arrive pas bien à comprendre d'ailleurs comment les dépotoirs se chargent en nitrates... Toujours est-il qu'en face de ce fraisier il y a ça :
2018-08-03 11.11.16.jpg
à gauche c'est la climatisation qui a peut être réchauffé l'atmosphère, en tout cas quel vert dans un parking où la plante doit avoir 1 heure de soleil par jour et très peu d'eau ! Mais à mon avis c'est possible pour certaines plantes et une tomate met quand même bien plus de temps à se former et à mûrir qu'une fraise...Est-ce que vous plantez vos tomates au mois d'aout ? C'est possible que ce pied de tomate donne des fruits (je le souhaite pour le jardinier) mais je serais quand même prêt à prendre le pari de l'inverse !
0 x
Avatar de l’utilisateur
nico239
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 1511
Inscription : 31/05/17, 15:43
Localisation : 04
x 161

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar nico239 » 04/08/18, 02:31

stylo67 a écrit :Pour la photo Didier pas de problème tu peux l'utiliser et si elle pousse encore j'en ferai d autres le plus dur c'est de la tuteurer...........


Image extra... manque plus que le pied de parasol pour le tuteurage :mrgreen:

edit : Image j'avais pas vu que Moindreflor avait eu la même idée :)

Ceci dit les deux pieds en meilleure santé du potager extérieur sont issus de graines tombées par hasard.

Tous les repiqués (achetés) sont maigrichons...
0 x
«Un outil qui ne consomme pas d'énergie et qui respecte les sols c'est quoi? Ben c'est un outil qui fait rien» (citation conférence François Mulet)

Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 12607
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 4219

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Did67 » 04/08/18, 06:24

nico239 a écrit :Ceci dit les deux pieds en meilleure santé du potager extérieur sont issus de graines tombées par hasard.

Tous les repiqués (achetés) sont maigrichons...


L'hypothèse qu'on peut faire, c'est que les premiers sont mycorhizés, pas les seconds...

Cela se fait assez tôt lors du développement. Les plantes ont d'abord des poils absorbants, puis passent en mode "coopération avec les champignons mycorhiziens".

Dans les jardineries, avec des terreaux "chauffés", puis mise sous perfusion (engrais - même "bio" ! - et eau), ils prennent les champignons mycorhiziens pour des parasites (car en effet, ils ne servent à rien vu que les tomates ont tout - le jardinier leur apporte !) et refusent de les nourrir !

C'est une hypoyhèse sérieuse, mais évidemment je n'étais pas là pour voir ce qui se tramait dans le sol !
1 x
Avatar de l’utilisateur
stylo67
J'apprends l'éconologie
J'apprends l'éconologie
Messages : 25
Inscription : 19/05/17, 08:48
Localisation : alsace franche comté
x 13

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar stylo67 » 04/08/18, 09:37

ibex a écrit :Normalement ces dalles gravillonnées sont posées sur lit de sable (5cm environ) sur un fond de forme en tout venant compacté. Avec l'ancienneté du dallage de la "saleté" organique s'est glissée dans les joints, lorsqu'on démonte ces dallages on constate que les plantes se sont enracinées le long des joints là où elles ont trouvé à manger et à boire.

Bonjour, non ces dalles reposent sur une chape en beton puis collée sur celle-ci il n'y a pas de sable bien sur dans la jointure détériorée au fil des ans s'est introduit un peu de terre poussière etc...
0 x
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 12607
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 4219

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Did67 » 04/08/18, 10:08

Chape en béton que peuvent traverser les... champignons mycorhizien, plus fins que la "porosité des bétons grossier" [ordre de grandeur du dimaètres des hypes : 1/100ème de mm ; soit 10 plus que les bactéries ; mais 10 fois moins que les poils absorbants - qui ne sont pas, je le rappelle, les radicelles - les toutes petites racines, qu'on voit en arrachant une plante ; les poils absorbants peuvent se voir, à condition d'ôter délicatement la terre ou mieux, de faire germer un haricot dans un bocal et de regarder à contre-jour !]

C'est une hypothèse !
1 x
Avatar de l’utilisateur
être chafoin
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 326
Inscription : 20/05/18, 23:11
Localisation : Gironde
x 16

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar être chafoin » 04/08/18, 11:17

Ah oui, il semble même que le béton absorbe de l'eau par capillarité ou immersion (il y a des tests fait par immersion pour contrôler l'absorption, l'évaporation et la durabilité des bétons).

https://www.impbautest.ch/fr/permeabili ... -1147.html

On peut donc aussi imaginer que les racines d'une plante peuvent pomper cette eau (chargée en nitrate j'imagine, mais aussi sûrement en saloperies présentes dans les adjuvants du béton !) directement dans le béton par leur force de succion, avant que l'eau ne soit complètement évaporée (et je pense, vue la chaleur qui peut se dégager d'une dalle béton au soleil, que cela peut aller assez vite).
Dernière édition par être chafoin le 04/08/18, 11:37, édité 1 fois.
0 x
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 12607
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 4219

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Did67 » 04/08/18, 11:28

Oui. On peut aussi.

Mais tu as lu Selosse, donc tu sais qu'il émet l'idée que les poils absorbants ne sont utilisés qu'au tout jeune stade d'une plante. Qu'ensuite la symbiose mycorhizienne prend le dessus [sans qu'il ne précise, dans ce passage, de mémoire, s'il s'agit des forêts ou des légumes ?].

Donc on va dire que c'est la symbiose, qui n'est ni la racine seule, ni le champignon seul, mais bien l'association des deux. Même si le champignon, alors, "prolonge" la racine... C'était ça que je voulais dire.
1 x


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutions »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités