Retour Faire défiler Stop Mode automatique

Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutionsLe Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Agriculture et sols. Pollution, contrôles, dépollution des sols, humus et nouvelles techniques agricoles.
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 12274
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 4036

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Did67 » 11/06/18, 16:45

être chafoin a écrit :
Comment savoir si le champignon est là ?



On peut pas.

Il m'arrive de penser que les médecins ont la vie facile : le patient raconte ce qu'il ressent, quand c'est arrivé, comment, etc... Et pourtant les médecins se trompent !!

Les vétérinaires ont la tâche déjà plus ardue. Même s'ils peuvent faire des analyses, des radios, observer l'attitude de l'animal, son museau, ils ont moins d'information... Bon, ils ont les "remèdes de cheval" !

L'agronome est le pauvre couillon dans l'histoire. Il a un symptôme (la plante jaunit, elle pique du nez), c'est quoi docteur ??? Et bien, il n'en sait rien. Il en est réduit aux supputations... A sa décharge, si ça crève, il n'y a pas mort d'homme !
1 x

Moindreffor
J'ai posté 500 messages!
J'ai posté 500 messages!
Messages : 698
Inscription : 27/05/17, 22:20
Localisation : limite entre le Nord et l'Aisne
x 189

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Moindreffor » 11/06/18, 17:43

Did67 a écrit :
Moindreffor a écrit :si tu dispose d'eau gratuite et suffisamment pourquoi les stresser en ne les arrosant pas?
la phénoculture permet d'arroser moins, mais n'interdit pas d'arroser, c'est juste toi qui voit, moi j'arrose car j'ai beaucoup d'eau de pluie en réserve, est-ce utile ou pas je ne me pose pas la question


C'est un peu plus compliqué : les plantes cultivées établissent très tôt une symbiose avec des champignons (très exactement certaines espèces de champignons bien particulières - inutile de ramener du bois moisi !). Pour cela, le légume "sacrifie" une partie des produits de la photosynthèse pour nourrir le champignon, qui, en revanche, avec la même quantité de matière "explore" un volume de sol avec un facteur multiplicateur de 100 à 1 000. Autrement dit, le légume a interdit à refiler de la nourriture au champignon (qui est un hétérotrophe, entièrement dépendant à ce niveau), qui produira infiniment plus de filaments que le légume ne ferait de poils absorbants et de radicelles...

Ceci est en retour bénéfique au légume, qui voit son approvisionnement en eau mais aussi en éléments nutritifs multiplié de façon considérable.

Seulement voilà, si le légume trouve un autre couillon que le champignon, qui lui apporte eau et nutriments (compost, orties mis au fond du trou, fertilisant naturel ou chimique), il n'est plus "en manque". Il refuse de "dealer" avec les champignons, qui deviennent de vulgaires parasites à ses yeux (puisqu'il n'est en besoin de rien ; le couillon lui apporte tout !).

Donc en arrosant alors que la réserve du sol n'est pas épuisée, on se tire une balle dans le pied pour la suite... Même si on a de l'eau...

Malgré mes cuves, je n'arrose pas (en dehors de la serre et plus tard, du tunnel à tomates - l'an dernier, à partir de mi-juillet et 3 ou 4 fois seulement dans la saison !).

il me semble qu'on parlait des jeunes plants que l'on vient de repiquer, moi j'arrose, car je ne les repique pas entièrement dans la terre, donc il leur faut un peu d'aide au début, après bien sûr que je n'arrose plus sauf si grande nécéssité
0 x
"Ceux qui ont les plus grandes oreilles ne sont pas ceux qui entendent le mieux"
(de Moi)
Moindreffor
J'ai posté 500 messages!
J'ai posté 500 messages!
Messages : 698
Inscription : 27/05/17, 22:20
Localisation : limite entre le Nord et l'Aisne
x 189

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Moindreffor » 11/06/18, 18:00

guibnd a écrit :quelqu'un sait où on peut faire analyser de l'eau ? et combien cela pourrait coûter ?
mes cuves sont en béton, enterrées, 2 cuves jumelées de 11m3 chacune, elles ne sont pas raccordées à la maison mais cela serait envisageable à l'avenir...

tu peux contacter ton laboratoire d'analyse médicale, il te feront peut-être une analyse comme un peu celle d'une analyse d'urine
après je pense que tu peux faire une analyse naturelle, tu prends de l'eau de ta cuve tu la mets dans un récipient transparent avec une ouverture assez large et tu le laisses au soleil, si ça verdit c'est que la vie s'y développe donc ça devrait aller pour ton jardin
0 x
"Ceux qui ont les plus grandes oreilles ne sont pas ceux qui entendent le mieux"
(de Moi)
Avatar de l’utilisateur
guibnd
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 235
Inscription : 24/07/17, 14:58
Localisation : normandie - eure
x 58

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar guibnd » 11/06/18, 21:45

Moindreffor a écrit :
guibnd a écrit :quelqu'un sait où on peut faire analyser de l'eau ? et combien cela pourrait coûter ?
mes cuves sont en béton, enterrées, 2 cuves jumelées de 11m3 chacune, elles ne sont pas raccordées à la maison mais cela serait envisageable à l'avenir...

tu peux contacter ton laboratoire d'analyse médicale, il te feront peut-être une analyse comme un peu celle d'une analyse d'urine
après je pense que tu peux faire une analyse naturelle, tu prends de l'eau de ta cuve tu la mets dans un récipient transparent avec une ouverture assez large et tu le laisses au soleil, si ça verdit c'est que la vie s'y développe donc ça devrait aller pour ton jardin

oui bonne idée, j'avais pas pensé au labo d'analyse médicale, je vais demander mais il faudra peut-être que je précise ce que je voudrais qu'ils cherchent à savoir des substances toxiques, mais lesquelles ( à par l'arsenic :mrgreen: )
0 x
Terre à blé argileuse et fertile, gorgée d'eau en hiver, froide au printemps, croutée et fissurée l'été,
mais ça, c'était avant la Didite ...
Avatar de l’utilisateur
guibnd
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 235
Inscription : 24/07/17, 14:58
Localisation : normandie - eure
x 58

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar guibnd » 11/06/18, 22:09

Did67 a écrit :A propos du cuivre, j'ai oublié de vous dire pour ceux qui voudraient garder leur toit propre : il suffit de mettre une bande de cuivre tout le long des tuiles faitières et le tour est joué !

les vertus bactéricides du cuivre étaient utilisées pour l'hygiène des poignées de portes et rampes et d'ailleurs, les hôpitaux et certains lieux publics y reviennent.
les couverts en argent par le passé avaient aussi cette qualité, que penses-tu de l'argent colloïdal pour la santé ?
0 x
Terre à blé argileuse et fertile, gorgée d'eau en hiver, froide au printemps, croutée et fissurée l'été,
mais ça, c'était avant la Didite ...

Avatar de l’utilisateur
être chafoin
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 200
Inscription : 20/05/18, 23:11
Localisation : Gironde
x 11

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar être chafoin » 12/06/18, 01:02

Did67 a écrit :Cela peut être un problème sur les racines : pourriture (il m'est arrivé de voir dépérir des plants achetés dans le commerce, qui sans doute, avaient déjà une maladie des racines)
Peut-être c'est les deux : un pb de racines qui entraine une difficulté à boire l'eau nécessaire...
Ce matin tête relevé après la nuit pluuvieuse, ce soir tête a moitié fléchie déjà...à suivre
0 x
Avatar de l’utilisateur
être chafoin
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 200
Inscription : 20/05/18, 23:11
Localisation : Gironde
x 11

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar être chafoin » 12/06/18, 01:10

Did67 a écrit :
être chafoin a écrit :Comment savoir si le champignon est là ?
On peut pas.
Peut-être si. J'ai touché un peu au foin sous mes pdt, voilà les hyphes du champignon gnon ?
2018-06-11 19.38.24.jpg
à 20cm
2018-06-11 19.39.03.jpg
ici on est à presque 40cm du pied (on distingue une sorte de radicelle blanche)
Du coup je me dis qu'il vaudrait mieux que je ne touche pas trop au foin comme j'ai tendance à le faire..."pour voir" :shock: :!: On aimerait tellement en savoir plus sur ces champis..
0 x
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 12274
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 4036

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Did67 » 12/06/18, 09:06

A la nuance près qu'il existe des dizaines voire des centaines de milliers d'espèces de champignons... Et seuls quelques-un sont symbiotiques et entrent en coopération avec les racines des plantes (certains groupes de plantes ayant leur symbiotes particuliers - le chêne et la truffe sont connus) pour former des mycorhizes. C'est un genre spécifique (les "Glomeromyceta").

https://blog.defi-ecologique.com/mycorh ... -cultures/

99,9 % (je dis ça au pif) sont des saprophytes [rien à voir avec "ça profite" ; sapro = matière organique morte ; phyte = qui vivent avec] ; c'est ceux-là qu'on voit digérer la partie "plus sèche" du foin ; plus bas, au contact du sol, ce sont davantage les bactéries. Ils forment parfois les "carpophores" ("chapeaux") lorsque les conditions sont favorables. Cela peut être des coprins et plein d'autres choses.

Dans une vidéo, je me réjouis de ces champignons, en lien avec les mycorhizes : leur présence indique simplement que le sol n'est pas intoxiqué au cuivre (ce n'est pas "propre" comme les tuiles de mon toit !) et que les conditions favorables au développement des champignons sont réunies. Rien de plus. On peut alors s’autoriser à penser que les plantes ne sont pas idiotes et ont engagé une coopération avec les champignons symbiotiques présents. Ce que je fais. Sans aucune preuve.

Pour reconnaître les champignons en dehors du "carpophore" (chapeau), il faut maîtriser le "génie génétique" et décrypter le code génétique.

Au passage, l'ignorance crasse de ces faits (spécificité des champignons symbiotiques, appartenance à quelques espèces particulières classées au sein d'un groupe particulier, "accouplement" très tôt lors de la formation des racines, dépendance stricte de ces symbiotes - ce qui rend d'ailleurs leur culture assez difficile mais si aujourd'hui elle est maîtrisée) conduit certains à enterrer du bois décomposés, en pensant favoriser les mycorhizes, la résistance des légumes à la sécheresse, etc... Oubliant qu'il y a autant de différence entre ces champignons saprophytes décomposeurs de bois en surface et les champignons mycorhiziens qu'entre des hommes et des pingouins - pas le même genre, pas la même espèce ! Vous pouvez toujours importer des pingouins pour faire fonctionner les trains au motif qu'ils marchent debout, vous imaginez ce que cela donne ? C'est à peu près le niveau du raisonnement.
1 x
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 12274
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 4036

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Did67 » 12/06/18, 14:23

Des fois ça passe, et des fois ça casse !

En 2017, avec le coup du fameux 21 avril, mes tomates bien développé, avec les premiers fruits, ont été flingués sur pied...

Cette année, j'ai reconduit l'expérience plus modestement. Funeste erreur !!!

Vue générale de la serre ce jour. Les pieds de tomate me dépassent. Le premier est un "gerffé". Ce sont des plants du commerce : le premier un "Corazon" quelque chose (les célèbres "fausses coeur de bouef" bien côtelées qui envahissent nos magasins), le second, un vrai "Coeur de Bouef", la troisième, la "Noire de Crimée") :

DSC_0212.JPG


Les "noires de Crimée" mûres (mais que je laisse encore un peu pour qu'elles "gazent" les autres) :

DSC_0211.JPG


La coeur de boeuf qui va suivre :

DSC_0210.JPG


Et la "Corazon" qui ne va pas tarder :

DSC_0209.JPG
1 x
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 12274
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 4036

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Did67 » 12/06/18, 14:30

guibnd a écrit :... que penses-tu de l'argent colloïdal pour la santé ?


C'est vraiment pour "penser". On sort là clairement de mon domaine de compétence. C'est donc une "pensée religieuse", ce que je fustige par ailleurs. J'y crois / j'y crois pas ?

a) il est probable que cela agisse (c'est un métal de même nature que le cuivre) ; ou "potentiellement", cela peut agir...

b) j'ai utilisé des pansements avec du colloïde d'argent ; cela a paru efficace ; aurais-je guéri aussi vite sans ? Pas de test "toutes choses égales par ailleurs" ; donc "scientifiquement", cela ne veut rien dire.

c) ma belle mère a une prothèse du genou infectée par un staphylocoque doré (elle a déjà été ré-opérée) ; elle se traite avec de l'argent colloïdale depuis des mois ; sans aucun succès (en dépit de ce qui est écrit sur le site commercialisant l'appareil). Scientifiquement, cela ne veut rien dire non plus [sauf que croire qu'on va guérir d'une infection interne grave peut se révéler être un leurre].
1 x


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutions »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités

Recherches populaires