Retour Faire défiler Stop Mode automatique

Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutionsLe Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Agriculture et sols. Pollution, contrôles, dépollution des sols, humus et nouvelles techniques agricoles.
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 12951
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 4395

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Did67 » 11/05/18, 07:38

En revanche, je ne sais pas du tout si une tomate précoce, à croissance indéterminée, "raccourcira" son cycle ou produira moins ??? Il me semble que non : je n'ai pas observé que les précoces terminait leur production avant...

Pour les pdt, il est clair que la précocité diminue les rendements, la plante ayant fort logiquement moins de temps pour "photosynthétiser", donc aura produit moins de biomasse... Pour le maïs aussi. Les variétés précoces sont moins productives et on choisira en général la variété la plus tardive possible, sans aller trop loin (récolte dans des conditions épouvantables)...

Pour les tomates, je crains juste que du fait de la sélection sur le caractère "précocité", d'autres caractères intéressants en aient fait les frais : goût ? résistance ? productivité ? L'idéal n'existant pas sur terre, quand on avance, en sélection, sur un critère, généralement on recule ailleurs... Les tomates "long life", celle conçues pour être cueillie pas tout à fait mûre et circuler en camions et chambres frigorifiques pendant des semaines, ont peu de goût...
2 x

Moindreffor
Grand Econologue
Grand Econologue
Messages : 1102
Inscription : 27/05/17, 22:20
Localisation : limite entre le Nord et l'Aisne
x 242

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Moindreffor » 11/05/18, 07:59

Did67 a écrit :En revanche, je ne sais pas du tout si une tomate précoce, à croissance indéterminée, "raccourcira" son cycle ou produira moins ??? Il me semble que non : je n'ai pas observé que les précoces terminait leur production avant...

Pour les pdt, il est clair que la précocité diminue les rendements, la plante ayant fort logiquement moins de temps pour "photosynthétiser", donc aura produit moins de biomasse... Pour le maïs aussi. Les variétés précoces sont moins productives et on choisira en général la variété la plus tardive possible, sans aller trop loin (récolte dans des conditions épouvantables)...

Pour les tomates, je crains juste que du fait de la sélection sur le caractère "précocité", d'autres caractères intéressants en aient fait les frais : goût ? résistance ? productivité ? L'idéal n'existant pas sur terre, quand on avance, en sélection, sur un critère, généralement on recule ailleurs... Les tomates "long life", celle conçues pour être cueillie pas tout à fait mûre et circuler en camions et chambres frigorifiques pendant des semaines, ont peu de goût...

on est bien d'accord
d'où mes tests de mini mottes repiquées dans des pots de 9 cm de diamètre, pour voir si on peut avoir un développement "normal" du plant, j'entends par là une pousse harmonieuse, un peu comme les personnes qui achètent des géraniums tôt en saison, les repiquent dans leurs jardinières et mettent celle-ci dans des serres froides en attendant de les sortir
là mes choux sont dehors car eux ne craignent pas le gel, c'est encore descendu à 2°C cette nuit donc pas loin de la gelée, en surface du foin, donc pour des plants de tomates plantés tôt il faudra gérer le problème de l'éclairage
je pense que c'est possible car si on regarde dans les jardineries, les plants de tomates greffés sont vendus dans de gros pots, car déjà très développés, certains portent déjà des fruits
maintenant qu'on à la base avec la phénoculture pour s'occuper du sol, on a tout loisir de chercher comment s'adapter à cette pratique, peut-être pas pour optimiser car je sais que Didier n'aime pas ce terme, mais bien pour s'adapter à ces contraintes différentes dues à une pratique différente et le transat est le lieu tout trouvé pour cela
0 x
"Ceux qui ont les plus grandes oreilles ne sont pas ceux qui entendent le mieux"
(de Moi)
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 12951
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 4395

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Did67 » 11/05/18, 08:25

Si, si, j'aime beaucoup "optimiser"... C'est sur les moyens qu'il m'arrive de discuter ! Et sur les objectifs : "avoir la plus grosse" n'est pas un objectif pour moi. Ni "la première"...

Mon potager, qu'est-il d'autre qu'un système optimisé pour produire le plus possible en travaillant le moins possible (productivité du travail élevée) ? Bien entendu que je suis pour l'optimisation. Pas au prix des engrais, pesticides, traitements, etc...
1 x
Moindreffor
Grand Econologue
Grand Econologue
Messages : 1102
Inscription : 27/05/17, 22:20
Localisation : limite entre le Nord et l'Aisne
x 242

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Moindreffor » 11/05/18, 08:34

Did67 a écrit :Si, si, j'aime beaucoup "optimiser"... C'est sur les moyens qu'il m'arrive de discuter ! Et sur les objectifs : "avoir la plus grosse" n'est pas un objectif pour moi. Ni "la première"...

Mon potager, qu'est-il d'autre qu'un système optimisé pour produire le plus possible en travaillant le moins possible (productivité du travail élevée) ? Bien entendu que je suis pour l'optimisation. Pas au prix des engrais, pesticides, traitements, etc...

ah oui, c'est vrai que tu es pour, mais que c'est plus sur les moyens à employer, je me suis mélangé les pinceaux, après comme chacun son potager du paresseux, moi je peux optimiser 6 plants de choux, toi tu en planteras 2 ou 3 fois plus,

je penser que si chaque jardinier paresseux propose son optimisation, on aura une large palette où chacun pourra puiser pour trouver celle qui lui conviendra le mieux
0 x
"Ceux qui ont les plus grandes oreilles ne sont pas ceux qui entendent le mieux"
(de Moi)
ChristianC
Je comprends l'éconologie
Je comprends l'éconologie
Messages : 68
Inscription : 01/06/17, 13:51
Localisation : Hérault, Cazilhac
x 22

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar ChristianC » 11/05/18, 09:06

STP Moindreffor, peux-tu ajouter à ton profil ta localisation. Cela permet pour chaque message de nous évoquer les "conditions locales" qui éclairent nos commentaires.

Merci bien. J'adresse également le message à nous tous amis du site.

Pour dire combien il y a du "travail" sous le foin, voici une image prise avant-hier, lors de ma plantation des concombres. J'ai écarté la couverture de foin déposé voici 9 mois. Il y a des dépôts de terre (des vers épigés ?) et un sol meuble.


IMG_0178.JPG
état du sol sous le foin
0 x

Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 12951
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 4395

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Did67 » 11/05/18, 09:53

Probablement, des ... fourmis !!!
1 x
ChristianC
Je comprends l'éconologie
Je comprends l'éconologie
Messages : 68
Inscription : 01/06/17, 13:51
Localisation : Hérault, Cazilhac
x 22

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar ChristianC » 11/05/18, 14:06

ChristianC a écrit :
Did67 a écrit :Probablement, des ... fourmis !!!


Oui, j'ai douté qu'il puisse s'agir de vers, même pas épigés, tel celui qui passe sur la photo. Les terricules sont de formes différentes que ces boulettes qu'on aperçoit. Maintenant, la vie des insectes en tous genres sous le foin, même s'il s'agit de fourmis, reste intéressante pour nos cultures non ? Ou rien que comme indicateur que "quelque chose se passe" qu'il faut interpréter (savoir interpréter) ?
0 x
Moindreffor
Grand Econologue
Grand Econologue
Messages : 1102
Inscription : 27/05/17, 22:20
Localisation : limite entre le Nord et l'Aisne
x 242

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Moindreffor » 11/05/18, 14:54

ChristianC a écrit :STP Moindreffor, peux-tu ajouter à ton profil ta localisation. Cela permet pour chaque message de nous évoquer les "conditions locales" qui éclairent nos commentaires.

voilà c'est fait, c'est vrai que je n'y avais pas prêté attention
question remarque, une distance d'environ 70km entre chez moi et mes parents en descendant vers le sud, faisait apparaître une différence d'environ 2 à 3 semaines sur l'avancée des cultures, donc effectivement ça a son importance
1 x
"Ceux qui ont les plus grandes oreilles ne sont pas ceux qui entendent le mieux"
(de Moi)
Avatar de l’utilisateur
Thouvenel
J'apprends l'éconologie
J'apprends l'éconologie
Messages : 45
Inscription : 02/09/16, 22:50
Localisation : Lot-et-Garonne
x 9

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Thouvenel » 11/05/18, 22:03

Moindreffor a écrit :
Did67 a écrit :En revanche, je ne sais pas du tout si une tomate précoce, à croissance indéterminée, "raccourcira" son cycle ou produira moins ??? Il me semble que non : je n'ai pas observé que les précoces terminait leur production avant...

Pour les pdt, il est clair que la précocité diminue les rendements, la plante ayant fort logiquement moins de temps pour "photosynthétiser", donc aura produit moins de biomasse... Pour le maïs aussi. Les variétés précoces sont moins productives et on choisira en général la variété la plus tardive possible, sans aller trop loin (récolte dans des conditions épouvantables)...

Pour les tomates, je crains juste que du fait de la sélection sur le caractère "précocité", d'autres caractères intéressants en aient fait les frais : goût ? résistance ? productivité ? L'idéal n'existant pas sur terre, quand on avance, en sélection, sur un critère, généralement on recule ailleurs... Les tomates "long life", celle conçues pour être cueillie pas tout à fait mûre et circuler en camions et chambres frigorifiques pendant des semaines, ont peu de goût...

on est bien d'accord
d'où mes tests de mini mottes repiquées dans des pots de 9 cm de diamètre, pour voir si on peut avoir un développement "normal" du plant, j'entends par là une pousse harmonieuse, un peu comme les personnes qui achètent des géraniums tôt en saison, les repiquent dans leurs jardinières et mettent celle-ci dans des serres froides en attendant de les sortir
là mes choux sont dehors car eux ne craignent pas le gel, c'est encore descendu à 2°C cette nuit donc pas loin de la gelée, en surface du foin, donc pour des plants de tomates plantés tôt il faudra gérer le problème de l'éclairage
je pense que c'est possible car si on regarde dans les jardineries, les plants de tomates greffés sont vendus dans de gros pots, car déjà très développés, certains portent déjà des fruits
maintenant qu'on à la base avec la phénoculture pour s'occuper du sol, on a tout loisir de chercher comment s'adapter à cette pratique, peut-être pas pour optimiser car je sais que Didier n'aime pas ce terme, mais bien pour s'adapter à ces contraintes différentes dues à une pratique différente et le transat est le lieu tout trouvé pour cela


Merci Moindreffort pour les bonnes remarques, j'avais un peu amalgamé le concept de précocité avec des choses différentes.

Beaucoup de variété de tomates précoces étant d'origine russe ou de l'Est de l'Europe j'avais tendance à systématiquement associer tomates précoces à : "des tomates de cycle court assez rustiques pour se développer rapidement en fin de printemps et donner dès le début de l'été".

Aussi, je pensais que cette rusticité allait aussi m'être utile aux mois d'octobre et novembre lorsque la croissance ralentit puis où fatalement la plante meure avec les premières bonnes gelées. Avec des tomates précoces je pensais avoir donc une saison de production rallongée (plus précoce et plus tardive aussi) sauf.. si la durée de production était réduite (ce que Did semble contester)...
@Did, ok bien sûr sur les autres critères, j'ai donc choisit la "Stupice" pas trop petite et surtout ayant un bon goût (pour une très précoce).

Si je comprends bien il n 'y a donc pas de pic marqué de production chez la tomate avec une production qui baisse et tend vers zéro... J'ai juste ?

Pour les autres légumes, c'est différent. La courgette -d'après ce qu'en dit le bouquin "Réussir ses plants.." (édition Terre viv**) serait à planter en décalé pour étaler la production ce qui suggère qu'il existerait un pic de production de la courgette (ou est-ce tenir compte du caractère limité du cycle d'un plant de courgette, très sensible à l'oïdium???)
0 x
Moindreffor
Grand Econologue
Grand Econologue
Messages : 1102
Inscription : 27/05/17, 22:20
Localisation : limite entre le Nord et l'Aisne
x 242

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Moindreffor » 11/05/18, 23:20

Thouvenel a écrit :Pour les autres légumes, c'est différent. La courgette -d'après ce qu'en dit le bouquin "Réussir ses plants.." (édition Terre viv**) serait à planter en décalé pour étaler la production ce qui suggère qu'il existerait un pic de production de la courgette (ou est-ce tenir compte du caractère limité du cycle d'un plant de courgette, très sensible à l'oïdium???)

l'oïdium, apparaît chez la courgette un peu comme le mildiou de la tomate, en fin de saison quand l'humidité permet son développement, donc si on préconise un étalement des cultures ce ne doit pas être pour cela, un jeune pied en fin de saison sera aussi fusillé qu'un vieux par l'oïdium
1 x
"Ceux qui ont les plus grandes oreilles ne sont pas ceux qui entendent le mieux"
(de Moi)


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutions »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités