Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutionsEt si le BIO était un LEURRE.....euuuuuh !

Agriculture et sols. Pollution, contrôles, dépollution des sols, humus et nouvelles techniques agricoles.
Avatar de l’utilisateur
eclectron
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 424
Inscription : 21/06/16, 15:22
x 40

Re: Et si le BIO était un LEURRE.....euuuuuh !

Message non lupar eclectron » 25/09/18, 10:03

Moindreffor a écrit :comme tout n'est jamais tout noir ou tout blanc, les techniques de transitions sont peut-être "LA" voie justement
entre un conventionnel productif mais irrespectueux et un "vrai bio" respectueux mais pas assez productif, l'entre deux, serait déjà un progrès non?

Peut être mais si j’étais agriculteur ce n'est pas ce que je ferais en premier.
je chercherais a savoir s'il est possible de faire sans pesticides.
Le sans engrais de synthèse étant pour moi acquis
Il faut parfois des ruptures pour progresser.
l'exemple classique : "ce n'est pas en améliorant la bougie que l'ampoule électrique fut inventée" :lol:
Là en l’occurrence, avec en ligne de mire le 'sain et durable', il serait plutôt question de se rapprocher de ce que fait la nature, qui est très productive, sans engrais ni pesticide. sauf que sa production ne nous intéresse pas forcement, tout est loin d''être comestible.

Mais bon je l'admets, j'ai parfois la quête d'un absolu qui dessert le passage à l'action.
Tant que j'aurais en tête (sans preuve ni dans un sens, ni dans l'autres) que l'on peut cultiver sans pesticides*, l'agriculture dite 'raisonnée' ne me convaincra pas.
* sans doute très complexe à mettre au point, en terme de contre mesures pour chaque culture et ses ravageurs associés: insecte, champignon, virus...
le sol couvert visiblement réduit les risques mais ne les annule pas.
J'ai souvenir de méligèthe invasives, fuyant les champs de colza 'traditionnel' voisins, donc traités... et du coup ravageant mes fleurs de choux dont je voulais récupérer les semences. Me refusant à tout traitement, je n'ai rien eu. :lol:
0 x

Moindreffor
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 1975
Inscription : 27/05/17, 22:20
Localisation : limite entre le Nord et l'Aisne
x 327

Re: Et si le BIO était un LEURRE.....euuuuuh !

Message non lupar Moindreffor » 25/09/18, 10:13

pour passer de la bougie à l'ampoule il a fallu la pile volta, mais on a eu la lampe à pétrole et à gaz entre les deux
donc des ruptures certes, mais avec l'aide d'un tiers et des solutions intermédiaires temporaires

il faut gagner du temps pour trouver la bonne rupture, et donc diminuer tel ou tel intrant en attendant ce ne serait pas si mal
0 x
"Ceux qui ont les plus grandes oreilles ne sont pas ceux qui entendent le mieux"
(de Moi)
Avatar de l’utilisateur
eclectron
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 424
Inscription : 21/06/16, 15:22
x 40

Re: Et si le BIO était un LEURRE.....euuuuuh !

Message non lupar eclectron » 25/09/18, 11:59

Moindreffor a écrit :pour passer de la bougie à l'ampoule il a fallu la pile volta, mais on a eu la lampe à pétrole et à gaz entre les deux
donc des ruptures certes, mais avec l'aide d'un tiers et des solutions intermédiaires temporaires

il faut gagner du temps pour trouver la bonne rupture, et donc diminuer tel ou tel intrant en attendant ce ne serait pas si mal

Les intrants, que se soit pesticides ou engrais de synthèse, nuisent aux solutions naturelles, qui s’en accommode tant bien que mal.
Je suis d’accord que le 'sain et durable' ne peut se faire d’un coup et qu’il faut de la transition mais il faut absolument des pionniers en rupture, qui expérimentent et tirent vers le haut, sinon ça ne bougera pas.
il faut présenter des solutions séduisantes pour lâcher les anciennes.les solutions suivantes seront forcement en rupture
C’est plus les pionniers qui m’intéressent , les transitionneurs sont tout aussi importants puisqu’il faut bien manger en attendant. :wink:
0 x
Moindreffor
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 1975
Inscription : 27/05/17, 22:20
Localisation : limite entre le Nord et l'Aisne
x 327

Re: Et si le BIO était un LEURRE.....euuuuuh !

Message non lupar Moindreffor » 25/09/18, 12:45

eclectron a écrit :
Moindreffor a écrit :pour passer de la bougie à l'ampoule il a fallu la pile volta, mais on a eu la lampe à pétrole et à gaz entre les deux
donc des ruptures certes, mais avec l'aide d'un tiers et des solutions intermédiaires temporaires

il faut gagner du temps pour trouver la bonne rupture, et donc diminuer tel ou tel intrant en attendant ce ne serait pas si mal

Les intrants, que se soit pesticides ou engrais de synthèse, nuisent aux solutions naturelles, qui s’en accommode tant bien que mal.
Je suis d’accord que le 'sain et durable' ne peut se faire d’un coup et qu’il faut de la transition mais il faut absolument des pionniers en rupture, qui expérimentent et tirent vers le haut, sinon ça ne bougera pas.
il faut présenter des solutions séduisantes pour lâcher les anciennes.les solutions suivantes seront forcement en rupture
C’est plus les pionniers qui m’intéressent , les transitionneurs sont tout aussi importants puisqu’il faut bien manger en attendant. :wink:

évident si personne ne cherche de nouvelles solutions, elles ne vont pas tomber du ciel, mais il faut savoir miser sur la bonne, combien de bonnes idées au départ se sont révélées être pire que ce qu'il y avait avant, donc vigilance

mais oui expérimentons!
0 x
"Ceux qui ont les plus grandes oreilles ne sont pas ceux qui entendent le mieux"
(de Moi)
Avatar de l’utilisateur
izentrop
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 3972
Inscription : 17/03/14, 23:42
Localisation : picardie
x 265
Contact :

Re: Et si le BIO était un LEURRE.....euuuuuh !

Message non lupar izentrop » 25/09/18, 19:06

eclectron a écrit :J'ai souvenir de méligèthe invasives, fuyant les champs de colza 'traditionnel' voisins, donc traités... et du coup ravageant mes fleurs de choux dont je voulais récupérer les semences. Me refusant à tout traitement, je n'ai rien eu. :lol:
Tout le problème est là. Il arrive un moment ou le produit phyto s'avère indispensable et une utilisation raisonnée implique que la personne sait quel produit, à quel moment, avec quelle quantité et quelle durée et donc la personne doit être qualifiée.
l'agriculture durable ne peut pas se passer de produits de traitement que ce soit en conventionnel comme en bio.
Compter sur les prédateurs naturels ne fonctionne pas à tout les coups, car ils ne travaillent pas à la demande, ils ont aussi leur cycle de vie.

Tu en aurait eu moins si les traitements avaient été efficaces sur le colza, d'ailleurs, il me semble qu'à partir d'un certain développement des plantes, ils ne peuvent plus entrer avec une tonne à traiter.

Mes pommiers ne sont pas traités et je constate cette année qu'il y a beaucoup plus de pommes véreuses et de pourriture alors qu'il a très peu plu et que le reste de mon terrain est laissé le plus sauvage possible.
0 x
"Les détails font la perfection et la perfection n'est pas un détail" Léonard de Vinci

Avatar de l’utilisateur
izentrop
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 3972
Inscription : 17/03/14, 23:42
Localisation : picardie
x 265
Contact :

Re: Et si le BIO était un LEURRE.....euuuuuh !

Message non lupar izentrop » 01/10/18, 08:13

Des activistes qui sont près à tout pour faire taire ceux qui ne pensent pas comme eux, mais ça n'a pas marché, les Vélot, Foucart, Guyon et les faucheurs volontaires en ont eu pour leurs frais. http://imposteurs.over-blog.com/2018/09 ... roces.html
0 x
"Les détails font la perfection et la perfection n'est pas un détail" Léonard de Vinci
Avatar de l’utilisateur
nico239
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 3169
Inscription : 31/05/17, 15:43
Localisation : 04
x 316

Re: Et si le BIO était un LEURRE.....euuuuuh !

Message non lupar nico239 » 02/10/18, 00:12

izentrop a écrit :Des activistes qui sont près à tout pour faire taire ceux qui ne pensent pas comme eux, mais ça n'a pas marché, les Vélot, Foucart, Guyon et les faucheurs volontaires en ont eu pour leurs frais. http://imposteurs.over-blog.com/2018/09 ... roces.html


On se croirait dans une cour de récré Image
1 x
Moindreffor
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 1975
Inscription : 27/05/17, 22:20
Localisation : limite entre le Nord et l'Aisne
x 327

Re: Et si le BIO était un LEURRE.....euuuuuh !

Message non lupar Moindreffor » 02/10/18, 08:25

nico239 a écrit :
izentrop a écrit :Des activistes qui sont près à tout pour faire taire ceux qui ne pensent pas comme eux, mais ça n'a pas marché, les Vélot, Foucart, Guyon et les faucheurs volontaires en ont eu pour leurs frais. http://imposteurs.over-blog.com/2018/09 ... roces.html


On se croirait dans une cour de récré Image

+1 :mrgreen:
0 x
"Ceux qui ont les plus grandes oreilles ne sont pas ceux qui entendent le mieux"
(de Moi)
Avatar de l’utilisateur
izentrop
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 3972
Inscription : 17/03/14, 23:42
Localisation : picardie
x 265
Contact :

Re: Et si le BIO était un LEURRE.....euuuuuh !

Message non lupar izentrop » 04/01/19, 23:30

L'agriculture biologique pourrait avoir des effets très néfastes sur le climat, en contribuant à une augmentation du CO2 dans l'atmosphère. https://amp.lefigaro.fr/sciences/2019/0 ... lanete.php

Cela n'est pas un scoop pour moi et ça vient d' une étude tout ce qu'il y a de sérieux https://www.nature.com/articles/s41586-018-0757-z
0 x
"Les détails font la perfection et la perfection n'est pas un détail" Léonard de Vinci
Avatar de l’utilisateur
nico239
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 3169
Inscription : 31/05/17, 15:43
Localisation : 04
x 316

Re: Et si le BIO était un LEURRE.....euuuuuh !

Message non lupar nico239 » 05/01/19, 02:21

izentrop a écrit :L'agriculture biologique pourrait avoir des effets très néfastes sur le climat, en contribuant à une augmentation du CO2 dans l'atmosphère. https://amp.lefigaro.fr/sciences/2019/0 ... lanete.php

Cela n'est pas un scoop pour moi et ça vient d' une étude tout ce qu'il y a de sérieux https://www.nature.com/articles/s41586-018-0757-z



Un buzz d'arrière garde

C'est intéressant mais ils semblent considérer comme ACQUIT une moindre productivité du bio par rapport au conventionnel d'où découlerait un besoin de défrichement supplémentaire.

- On peut leur opposer que l'écart de rendement entre bio et conventionnel pourrait se réduire avec les années.

- Que l'agriculture conventionnelle possède une ancienneté-expérience culturale que l'agriculture bio ne possède pas encore : sous entendu rendez-vous après 100 ans de pratiques d'agriculture bio.

Je cite ce lien mais dans ce domaine c'est absurde puisque on peut en citer de tous les bords, c'est juste pour faire bonne mesure en réponse à ton post.
https://www.lemonde.fr/planete/article/ ... _3244.html

- Que beaucoup de terres sont devenues inexploitées en raison d'un manque de rentabilité... en conventionnel mais qu'elle pourraient redevenir rentables en bio, ou qu'elles le sont déjà comme dans ma vallée où un maraîcher (bio) s'est installé il y a quelques années et que tout le monde se moquait de lui, mais il est encore là et vit sans problème de son travail.

- Que les rendements de l'agriculture conventionnelle, tout comme «les arbres ne montent pas au ciel», ont peut-être atteint leurs limites et qu'ils commencent à plafonner voire à légèrement baisser, alors que les rendements de l'agriculture bio n'en sont qu'à leurs début, là où se situait l'agriculture conventionnelle dans les années 50 ou 60.

- Que l'agriculture conventionnelle épuise peu à peu les sols (ou les a déjà définitivement épuisés) et que les produits chimiques n'y peuvent plus rien.

- Que les marges de progression de l'agriculture bio sont bien plus importantes que celles de l'agriculture conventionnelle.

- Que le gaspillage alimentaire doit être pris en compte et remis au centre de ce type de débat et d'étude.

- Quid de la gestion de l'eau entre les différentes pratiques agricoles

- Que les terres d'un tas de pays moins développés ne soient plus colonialisées au profit de cultures non alimentaires à destination de pays plus développés mais utilisées pour les besoins alimentaires propres de ces pays moins développés....



Leur postulat de départ n'est pas dénué de bon sens mais il extrapole une théorie à partir d'un instant T sans forcément tenir compte d'un environnement en évolution et PEUT-ÊTRE d'une phase stagnante voire descendante des rendements de l'agriculture conventionnelle alors que l'agriculture bio serait en phase ascendante (ou pas).

PEUT-ÊTRE est-ce d'ailleurs pour cela que cette étude a été réalisée (commanditée?) dans le but de décrédibiliser l'agriculture bio (ou pas)?


Mais peut-être que l'agriculture conventionnelle et l'agriculture bio sont à mettre dans le même panier : celui des has been...Image ou tout du moins de modèles tout aussi destructeurs l'un comme l'autre dans des domaines différents, si on veut suivre leurs conclusion et admettre que l'agriculture bio est destructrice pour la planète.


Dans ce cas il faudrait rechercher encore une nouvelle voie..........


Donc il serait totalement absurde d'opposer ces deux modes d'agriculture car ce serait deux modèles déjà dépassés voire morts.


Ces deux modes pourraient fusionner en un seul : celui de l'agriculture de conservation
Encore plus en retard d'expériences et de pratiques culturales qu'à la fois le conventionnel et le bio donc avec une belle marge de progression devant elle.

Quelques liens parmi d'autres
http://seppi.over-blog.com/2016/11/bio- ... ilite.html
https://journals.openedition.org/economierurale/4247
http://www.fao.org/conservation-agricul ... -of-ca/fr/


Je ne dis pas que le bio va passer à la trappe mais qui sait ... le débat fait déjà rage non plus entre conventionnel et bio mais entre conventionnel et conservation


Débat de professionnels... aussi animé qu'ici Image
https://www.terre-net.fr/observatoire-t ... 35670.html



En conclusion pourquoi ces débats que ce soit entre le conventionnel et le bio ou entre le conventionnel et le conservation.
Parce que les rendements du conventionnels ne progressent plus comme ils ont progressé.

On en revient à l'adage boursier : les arbres ne montent pas au ciel

Les rendements du blé et du maïs ne progressent plus, lire une phrase comme celle-là datant d'il y a 10 ans a de quoi faire sourire, comme quoi il y avait des précurseurs (en pensée) avant le Paresseux et avant MSV.
L'absence de labour se développe et concerne un tiers des grandes cultures. Mais plus que le labour, c'est sa profondeur qui nuirait à la
matière organique en surface.


https://www.google.com/url?sa=t&rct=j&q ... zwNf8My-sr


Comme les rendements plafonnent dans une économie basée sur (en théorie) une augmentation constante de la productivité, des marges et du profit ça donne à réfléchir...

Dommage que des chercheurs perdent du temps sur un combat (à mon sens) d'arrière garde plutôt que de se pencher sur les solutions du futur.


Une étude de fond pas forcément dans le débat mais intéressante
Une ANALYSE COMPARATIVE DE QUATRE MODES D’AGRICULTURE DU BLÉ AU QUÉBEC : INTENSIVE, CONVENTIONNELLE, RAISONNÉE ET BIOLOGIQUE
https://www.google.com/url?sa=t&rct=j&q ... P1b3UHQfRf
0 x


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutions »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités