Retour Faire défiler Stop Mode automatique

Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutionsComment trouver un terrain

Agriculture et sols. Pollution, contrôles, dépollution des sols, humus et nouvelles techniques agricoles.
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 12615
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 4220

Re: Comment trouver un terrain

Message non lupar Did67 » 09/03/18, 09:11

Antoche a écrit :Que pensez- vous alors de Maraichage sol - vivant qui a était mentionné ? On dirai bien que ces maraîchers vivent de leur métier.


C'est une très bonne source d'inspiration - non seulement ils vivent de leur métier, mais en pratiquant sans doute le maraichage commercial le plus respectueux du vivant que je connaisse (à part peut-être quelques modèles allemands, plus professionnels encore et plus "mécanisés").
1 x

Avatar de l’utilisateur
chatelot16
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6947
Inscription : 11/11/07, 17:33
Localisation : angouleme
x 223
Contact :

Re: Comment trouver un terrain

Message non lupar chatelot16 » 09/03/18, 10:30

je ne parle pas de facebook mais d'un vrais site de vente ou l'on peut voir exactement ce qui est disponible , commander et payer par carte bleue

même si on ne se fait pas livrer on peut commander et payer par carte pour etre sur que ça soit disponible quand on vient le chercher ... et pour eviter que n'importe qui reserve sans venir le chercher
0 x
olivier75
J'ai posté 500 messages!
J'ai posté 500 messages!
Messages : 611
Inscription : 20/11/16, 18:23
Localisation : aube, champagne.
x 109

Re: Comment trouver un terrain

Message non lupar olivier75 » 09/03/18, 10:47

Bonjour,
Si je devais m’installer, c’es vers msv que je me tournerais, ils ont à mon avis une approche très tolérante des pratiques de leurs collègues et cherchent ensembles des solutions pour chacun. Loin des dogmes français dont se moque gentiment JM Fortier. Je trouve ce partage entre « concurrents » assez rare et bénéfique. C’est peut être aussi une preuve qu’il y a encore de la place.
Cela dit je ne les connais que par les vidéos,
Mais qui à déjà diffusé gratuitement 7h de conférence sur les vers de terre?
Olivier
0 x
Antoche
J'apprends l'éconologie
J'apprends l'éconologie
Messages : 19
Inscription : 18/07/17, 21:38

Re: Comment trouver un terrain

Message non lupar Antoche » 09/03/18, 11:40

Merci pour vos réponses.

La différence entre jardinier et maraîcher a été mentionné.
1) Mais croyez-vous qu'il soit possible de devenir maraîcher paresseux ? Je suis sûr qu'il doit exister un degrés très élevé de maraîchage de la paresse. (qui sera toujours moins élevé que le jardinage paresseux évidemment)

2) Mes idées de :
a) cultiver des plantes rustiques/vivaces/perpétuels (légumes anciens) ne tend t'il pas dans ce sens ?
b) de même que, économiser de l'eau en s'installer dans un endroit avec une bonne pluviométrie l'été et une chaleur suffisante ? (saison de végétation)
(exemple : aux alentours de Bayonne https://fr.climate-data.org/location/60170/ ; de Besançon https://fr.climate-data.org/location/348/ ; aux aléntours de Genève https://fr.climate-data.org/location/839/ (mais en restant en France)

Les 3 questions suivantes sont plus ou moins les même, écrites sous différentes formes, afin de bien vous transmettre ma pensée:
3)
Quelles sont les choses possible qu'un maraîcher sol vivant puisse importer d'un jardinier paresseux ?
Qu'est ce qu'un maraîcher peut intégrer dans les limites du possible à un jardinage paresseux ?
Qu'est ce que un maraîcher sol vivant peux apprendre d'un jardinier paresseux ?
Quelles sont les limites de l'intégration phénoculturale dans du maraîchage sol vivant ?

4) Pouvez-vous nous parler Didier un peu plus de la spécificité des projets d'installations des personnes que vous accompagnez ? Cela pourra s'avérer être une source d'inspiration.
0 x
sicetaitsimple
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2048
Inscription : 31/10/16, 18:51
Localisation : Basse Normandie
x 335

Re: Comment trouver un terrain

Message non lupar sicetaitsimple » 09/03/18, 13:13

Vouloir, même en rêve, associer les mots "maraîcher" et "paresseux" me parait juste une erreur grave, quelques soient les techniques employées.

Quant aux légumes, je te suggère d'aller te promener sur les marchés à la belle saison et d'observer des stands fruits et légumes pour voir ce qui s'y vend en légumes. Ce dont ont envie les gens, ce sont des fèves, petits pois, haricots verts cueillis la veille, des jeunes oignons ou jeunes carottes, des salades croquantes,des radis croquants, des tomates gouteuses, etc etc.... Pas des rutabagas.

Désolé d'être un peu "brut de fonderie" dans ma réponse, mais je pense que l'aspect "client", même si tu l'as mis en avant dans un post récent, reste encore largement sous-estimé. Même les clients d'AMAP ont des envies et ne vont pas vivre de rutabagas et de rhubarbe.
0 x

Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 12615
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 4220

Re: Comment trouver un terrain

Message non lupar Did67 » 09/03/18, 13:54

sicetaitsimple a écrit :Même les clients d'AMAP ont des envies et ne vont pas vivre de rutabagas et de rhubarbe.


C'est une des causes majeurs de l'essoufflement du modèle, qui, après un "instant" de buzz, végète...

Aujourd'hui, ce sont les "ruches" qui ont le vent en poupe : c'est bien le client qui commande ce dont il a envie, et retrouve son produit en un lieu de distribution...

Je rejoins totalement sicétaitsimple sur cette question. Il y a de bonnes idées, en apparence, qui, au-delà du buzz, sont mort-nées...
0 x
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 12615
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 4220

Re: Comment trouver un terrain

Message non lupar Did67 » 09/03/18, 14:10

Antoche a écrit :
La différence entre jardinier et maraîcher a été mentionné.
1) Mais croyez-vous qu'il soit possible de devenir maraîcher paresseux ? Je suis sûr qu'il doit exister un degrés très élevé de maraîchage de la paresse. (qui sera toujours moins élevé que le jardinage paresseux évidemment)



Je vais, en réponse à cette question, nuancer le propos de sicétaitsimple :

- il est possible de faire "paresseusement" (sans aucun travail du sol, sans fertilisation, sans faire/défaire les couvertures) des légumes de saison ou plus exactement des légumes de conservation : typiquement, les oignons/ails/échalotes, les céleris, les poireaux, une grande partie des choux, des navets, des cucurbitacées, etc... Rentrent là-dedans aussi quelques "salades" (mâche, frisées, endives, pissenlit, laitues d'hiver...)...

- pour ceux qu'on va manger en automne ou durant l'hiver, cela n'a aucune importance de prendre un peu de retard ! Et c'est déjà une partie non négligeable de la production ! Tout effort gagné là-dessus est gagné !

ET je pense donc qu'un projet viable combine deux choses :

a) des zones laissées nues en début de saison par exemple une année sur 3, éventuellement bâchées en plastique noir (à discuter), pour des productions primeurs = les légumes frais qu'attend le client en sortie d'hiver ; premières salades, radis, petits-pois, premiers haricots,

b) des zones en phénocultures, où on plante ou sème ces mêmes cultures "au moindre effort", pour produire en deuxième temps

c) des zones en phénocultures pour les légumes de conservation...

Après deux ans de couverture intégrale (b et c), les levées d'adventices sont limitées ; le sol aggradé et fertile ; le taux de matière organique en hausse... On peut donc "faire souffrir" un peu - moins qu'en bio conventionnel toutefois ! - par une culture "à nu", avec enherbement progressif - mais on s'en fout car on cela va rentrer dans le cycle b et c...

On peut, en a), accélérer encore avec des serres et des tunnels...

Enfin, pour celui qui voudrait grandir, il existe maintenant en Allemagne des fermes de 20 ou 30 ha pratiquant une sorte de "phénoculture mécanisée" : ce sont des fermes "végan", qui ne font plus d'élevage ; le "foin" est ramassé et distribué mécaniquement, par bandes, sur les surfaces maraichères (par remorques auto-chargeuse puis des épandeurs comme le fumier) ; il existe des machines pour planter dans ce "mulch" (le Murocut de Baertschi, dont j'ai parlé ailleurs)...

Donc je pense qu'une réfléchissant un peu, et moyennant quelques essais, il est tout à fait possible de faire de la "phénoculture professionnelle". Et là, je diverge légèrement de ceux qui, comme sicétaitsimple, sont, à mon avis trop influencé par Fortier (que je n'ai toujours pas lu - donc je reste prudent ; mais si je comprends bien, on reste là dans le paradigme où "c'est à l'homme de s'occuper de la fertilité").

J'admets que l'intensification en matière de travail (produire plus en travaillant moins) nécessite une extensification des surfaces (il faut, pour un même tonnage, une surface plus grande, car on soigne moins les "emboitements" des cultures les unes dans les autres, même si, par rapport à ce que je fais, des progrès sont possibles).
1 x
sicetaitsimple
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2048
Inscription : 31/10/16, 18:51
Localisation : Basse Normandie
x 335

Re: Comment trouver un terrain

Message non lupar sicetaitsimple » 09/03/18, 14:48

Did67 a écrit :Je vais, en réponse à cette question, nuancer le propos de sicétaitsimple :


Tu fais bien de nuancer, j'ai moi-même qualifié mon commentaire de "brut de fonderie"!

Néanmoins, dans une optique de maraîchage sur sol vivant mais aussi d'un "maraîcher vivant de son travail":

- les légumes de conservation certes il faudra toujours en faire mais à mon avis ça ne doit pas rapporter beaucoup
- quant à "On peut, en a), accélérer encore avec des serres et des tunnels", je pense que c'est un impératif quelque soit la technique employée. Tu penses viable de faire du maraîchage commercial sans avoir au moins 300/400m2 de serre?
0 x
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 12615
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 4220

Re: Comment trouver un terrain

Message non lupar Did67 » 09/03/18, 15:32

Il existe de formes de maraichage avec des productions très spécialisées : que des bulbes (oignons, échalotes), etc... Ou que quelques fleurs médicinales qu'on sèche et qu'on stocke...

Mais effectivement, le modèle dominant est liée à des productions "les plus continues possibles", avec une vente directe / sur les marchés, ce qui suppose de fidéliser la clientèle, d'avoir donc en permanence des légumes attractifs...
0 x
olivier75
J'ai posté 500 messages!
J'ai posté 500 messages!
Messages : 611
Inscription : 20/11/16, 18:23
Localisation : aube, champagne.
x 109

Re: Comment trouver un terrain

Message non lupar olivier75 » 09/03/18, 17:30

Bonsoir,
Pour en vivre à peu près correctement un maraîcher doit forcément cultiver le côté paresseux, à 1 euro la salade, vente comprise, combien de minutes peux il y consacrer?
Sauf qu’entre désherbant sélectif et déroulage de foin, il y a un choix de vie.
Dans les visites de ferme de msv, ceux qui peuvent en récupérer mettent du foin.
0 x


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutions »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité