Téléchargement: Guide du potager urbain

Partagez cet article avec vos amis:

Le guide du potager urbain. 242 pages, 24.2 Mo en .pdf

Préface

Les Jardins, comme beaucoup d’autres bonnes idées d’ailleurs, ont le don de pousser dans les endroits les plus inattendus. Ma première expérience en tant que jardinier urbain était à Bruxelles en Belgique, sur un toit en terrasse sans barrières de sécurité. Bien que mon objectif principal était de faire pousser des tomates dans des pots, mon objectif secondaire était de ne pas terminer en gaspacho sur le trottoir cinq étages plus bas. Maintenant, 15 ans plus tard, je suis toujours en train d’apprendre en matière de jardinage, mais cette fois-ci, en toute sécurité, les pieds sur la terre ferme dans un potager de 2000 pieds carrés dans la banlieue de Portland, au Maine.

Ce potager sur le toit de mon immeuble à Bruxelles n’a pas fourni grand-chose à nous mettre sous la dent, mais il a suscité mon appétit pour un style de vie différent pour ma famille et moi-même, où la bonne nourriture et le jardinage jouaient un rôle essentiel. J’ai commencé à semer les graines de ma nouvelle vie en lisant Living the Good Life, d’Helen et Scott Nearing, un livre qui traite de l’art de vivre de la terre dans une ferme sur la côte du Maine.

Ce livre m’a permis de me reconnecter avec mes racines, au sens propre comme au sens figuré. Mais bien plus que cela, il m’a aidé à élargir ma vision de ce qui peut être cultivé à l’intérieur même des limites
généreuses de sa terre et de son climat. Et comme tout bon livre, il m’a aussi amené à découvrir d’autres auteurs, notamment Eliot Coleman, un fermier biologique du Maine qui, à l’époque, était en train de prolonger la saison cultivable grâce à des techniques innovatrices. Inspiré par ces
expériences, j’ai déménagé dans le Maine, où j’ai commencé à faire pousser des légumes et réussi à obtenir une production durant toute l’année.

Maintenant, un peu plus de dix ans plus tard, les arguments en faveur des potagers sont plus forts que jamais à cause des préoccupations grandissantes concernant la santé, les changements climatiques, la sécurité économique et alimentaire. Selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, nous allons devoir augmenter la production globale de la nourriture de 70 % durant les 40 prochaines années ain de suivre la croissance de la population. Il devient évident que pour relever ce déi, nous devrons redéfinir où les potagers peuvent être plantés et par qui.

Les potagers urbains ont le potentiel de jouer un rôle important dans la production de l’alimentation urbaine, mais uniquement si on leur en donne l’occasion. L’année dernière, j’ai eu le grand plaisir d’entrer en contact avec Josée et Michel, et de me joindre à leur campagne pour sauver leur potager devant leur maison. Dès le moment où j’ai vu leur magniique potager sur Facebook, j’ai su que ce potager était important, mais je n’avais aucune idée à quel point il allait le devenir. Ma première réaction a été de cliquer sur « j’aime » sous la photo sur Facebook. Une quinzaine de jours plus tard, j’apprenais que leur potager était en danger; cliquer sur « j’aime » n’était pas sufisant pour le sauver.

Durant les semaines suivantes, qui furent passionnantes, nous avons fait appel ensemble à des milliers de jardiniers de par le monde en leur demandant leur soutien, et leur réponse a été extraordinaire. Bien que certains élus municipaux de Drummondville aient été contre le potager de Josée et de Michel, le reste du monde était en sa faveur. C’était réconfortant de voir ce que pouvait accomplir un groupe de personnes unies pour la même cause.

La lutte pour le potager de Josée et Michel est finie, mais la lutte pour les potagers urbains ne fait que commencer. Une des clés pour que les potagers fassent partie de la solution est l’éducation.

Nous devons apprendre à nos élus pourquoi les potagers sont primordiaux pour des communautés viables et durables. De plus, nous devons inspirer et aussi apprendre à plus de gens à cultiver leur jardin. Ce livre réalise ces deux objectifs.

Que vous ayez le pouce vert ou non, je suis certain que les auteurs vous apprendront de nombreuses choses. Les idées essentielles sur lesquelles repose ce livre sont l’espoir et le sens de la communauté. Notre pouvoir d’agir ensemble nous permettra de faire face aux grands déis mondiaux.

En fait, la « bonne vie » est plus facile et proche que nous ne le pensons, elle est aussi facile que de semer une graine et aussi proche que notre jardin. Cette année, engageons-nous à vivre cette expérience et à la partager avec autrui.

Télécharger le fichier (une inscription à la Newsletter peut être requise): Guide du potager urbain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *