Synthèse des thèses et hypothèses sur le procédé Gillier-Pantone

Partagez cet article avec vos amis:

Quelles sont les hypothèses d’explications possible du dopage à l’eau dans les moteurs? par Christophe Martz. Janvier 2008.

Cet article va tenter de répondre le plus scientifiquement et sérieusement possible à cette question. Cet article est la suite de l’article: synthèse des faits et résultats sur le procédé Gillier-Pantone

Hypothèses de fonctionnement concernant le système Gillier-Pantone et rôle de l’eau dans la chambre de combustion.

Il y a 4 possibilités :

A) L’eau est transformée physico-chimiquement dans le réacteur.

Le produit obtenu intervient directement lors de la combustion.

L’eau est donc chimiquement décomposée (au moins en partie) durant son passage dans le réacteur avec ou sans recombinaison avec les composés de l’air: N2 ou O2.

Réactif entrant dans le réacteur: H2O + air = H2O + N2 + O2.

Produits combustibles pouvant sortir du réacteur : hydrogène atomique H+, H4N2 (hydrazine), ions hydroxyle et hydronium : HO- et H3O+, peroxyde d’hydrogène ou d’azote H2O2, H2N2…etc etc

Conditions de ces transformations ? Deux grandes théories :

a) Théorie d’ionisation de la vapeur d’eau. La charge électrique de l’eau (ionisation) durant son évaporation et passage dans le réacteur va améliorer largement la combustion du carburant. Nous rappelons qu’une combustion est un gaz ionisé. En savoir plus : lire la théorie d’ionisation de la vapeur d’eau ou les mesures de l’électrisation de l’air d’un réacteur.

b) Cavitation gazeuse par chocs aérauliques.

Hypothèse un peu hasardeuse mais intéressante tout de même. Possibilité de phénomène de sonoluminescence. En savoir plus: cavitation dans le réacteur et discussion sur les forums.

B) L’eau n’est pas transformée dans le réacteur.

La réaction se passe alors au niveau du moteur: dans le cylindre et la chambre de combustion.

Plusieurs possibilités, la réalité étant sûrement une combinaison de tous ces effets:

a) aspects mécaniques :

– amélioration de la détente des gaz chauds: la pression est plus homogène sur le piston et plus longue, la souplesse du moteur est améliorée et les cognements réduits, diagramme PV présente une surface plus importante. Rendement amélioré.
– amélioration de l’étanchéité des pistons, l’huile se salie moins vite et une éventuelle consommation d’huile est réduite voire annulée (constatation par quasiement tous les expérimentateurs)!
– meilleure dispersion et volatilisation du carburant aboutissant à une meilleure combustion.

d) aspects thermodynamiques :

– Bouclage thermodynamique par pompage des calories perdues à l’échappement et réinjectées dans le cycle moteur.

Ceci va pourtant à l’encontre du rendement de Carnot (plus la différences de température entre T° air d’admission et T° combustion sont élevées, meilleur est le rendement). Néanmoins, injecter un air déjà préchauffé (sans parler de la perte du taux de remplissage) dans un moteur diesel peut aboutir à une T° finale de combustion de flamme bien supérieure: la différence « chaud-froid » serait donc plus importante en absolu.

La température d’échappement serait donc logiquement également augmentée, or ce fait a été constaté par beaucoup expérimentateur du dopage à l’eau.

– Présence possible d’eau liquide (brouillard), composé incompressible, dans la chambre de combustion augmenterait le taux de compression. Amélioration du rendement.

c) aspects chimiques :

– Transformation de l’eau par crackage lors de la combustion par thermolyse. Ceci est possible et bénéfique si cette réaction utilise la chaleur des calories normalement perdues dans le cycle moteur.

– L’eau serait un catalyseur ou un réactif d’autre réaction ?

Par exemple: réaction avec le carbone issu du carburant (C + H20 -> H2 + CO). On obtient ainsi de l’hydrogène qui va largement favoriser la combustion. Le CO est un combustible quant à lui qui sera retransformé en CO2.

Autre avantage: on utilise et donc on réduit la présence du carbone solide qui apparait dans le moteur. Autrement dit: on réduit largement les suies et particules.

Or un fait a été constaté par tous les expérimentateurs: le moteur fume beaucoup moins. Cette hypothèse de réaction est donc très crédible.

Résultats: moins de fumées noires, chambres de combustion et huile plus propres plus longtemps. Amélioration possible de la durée de vie de l’huile et du moteur.

C) Le dopage à l’eau ne serait qu’un bridage du moteur.

Cette hypothèse, défendue par les sceptiques et confortée par le peu ou le pas de résultats sur banc d’essais, est évidement défendable.

Mais, en fait, elle pourrait s’averer bénéfique au niveau consommation puisqu’on réaliserait ainsi une espèce de downsizing virtuel et rétroactif, c’est à dire avec le grand avantage de ne pas avoir à changer de moteur.

Néanmoins certaines constatations expérimentales vont, largement, dans le sens inverse (meilleure souplesse toujours constatée par les utilisateurs)…

En savoir plus et débat: le système Gillier Pantone est-il un simple bridage moteur?

D) Le dernier cas est tout simplement un compromis entre les cas A), B) et C).

Donnez votre avis sur les forums: résumé de l’injection d’eau moteur gillier-pantone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *